AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Newsletter 15/11 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 15/11 de l'AALEME

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900...


Voila donc, l’objet profond de mes cogitations !


Lors de passages en 2012, j’ai relevé quelques inscriptions, photos jointes ; or, le RMLE n’existait pas aux dates mentionnées ; avec le Cba LTU (amicale de MONTPELLIER) nous avons tenté des recherches, sans résultat probant, sauf si un RMLE a existé en Indochine, avec corps ensevelis ici à Diégo et alentours, lors d’escales...

Voila, si tu as une idée, je suis bien sur preneur !

Amitiés,

YG


Voilà mes conclusions :

 

L’appellation Régiment de marche de Madagascar concernait en 1900, deux bataillons de marche de Légion, un installé dans la région de Diégo, l’autre à Belo.

Le bataillon de Diego Suarez était formé par le 2e Bataillon du 2e Etranger. Il comprenait : 1 EM, les 5e, 6e 7e et 8e Compagnies.

Les légionnaires HEVES et LEVY devaient appartenir au bataillon de Diégo. Je ne connais pas les circonstances de leur décès. (maladie ? combat ? la région de Diégo était à cette époque assez calme. Seules quelques escarmouches sont signalées)

Je connais bien le cimetière Légion sur la route d’Orangea que j’ai visité à plusieurs reprises à l’occasion de mon dernier séjour à Mayotte, plus particulièrement quand je suis allé à Diégo en perm avec mes enfants à l’été 2011.

Voilà, en espérant que ces renseignements répondront à votre attente.

A bientôt de vos nouvelles et bien cordialement

J M

Bonjour mon Adjudant-chef,


après quelques lecture supplémentaires j'y vois un peu plus clair dans cette période peu connue et encore moins traitée, même par le livre d'or.

Ce que dit JM n'est pas tout n'est pas tout à fait exacte.

Début 1900, il y a le Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Taupin - Major : CNE Morel - Trésorier : LTN Joussot - Médecin : MAM Roux) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE Dubois de Villerabel, LTN Petit, LTN Pichon, LTN Dubroca - 2e Cie : CNE Du Bois de Saint-Vincent, LTN Dufoulon, LTN Taste, LTN Pettelat, LTN Dumonceau - 3e Cie : CNE Lamarque, LTN Tillard, LTN Bidal - 4e Cie : CNE Détrie, LTN Julien, LTN Letondot -
Le 02/11/1899 dissolution de la 6e Cie, ses effectifs sont versés aux 1re, 2e et 4e Cies.
Février 1899, la 6e Cie du Bataillon étranger de Madagascar, CNE Dubois de Saint-Vincent, débarque 1 peloton à Nossi Bé et un peloton à Majunga.
13/01/1899 la 5e Cie du Bataillon étranger de Madagascar aux ordres du CNE Morel débarque à Majunga.
Ce bataillon qui est monté en puissance, a été le seul des trois bataillons Légion à combattre sur le sol de Madagascar.

Le 20 avril 1900, le 4e bataillon du 1er étranger débarque de l'Uruguay à Diégo-Suarez.
Le bataillon du 2e Etranger arrive le 5 juin par le « Britania ».

Ces deux bataillons ne sont destinés qu'au travaux pour le renforcement du point d'appui de Diégo-Suarez.

Par suite de la nouvelle organisation de ces 2 bataillons, en un seul Régiment, le bataillon du 1er Étranger prend le titre suivant : Régiment de marche de la Légion étrangère ; le bataillon du 1er Régiment devient 1er bataillon et celui du 2e Étranger, 2e bataillon;
Les Compagnies du 1er bataillon sont numérotées de 1 à 4 et celles du 2e bataillon, de 5 à 8 inclus.

De ce fait nous avons : 1re compagnie, capitaine Bourdieu ; 2e compagnie, capitaine Guilleminot ; 3e compagnie, capitaine Sotmon ; 4e compagnie, capitaine Canton.

 

Voila ce que j'ai trouvé pour le moment. Mais aucun document officiel.

 

Amitié.

 

FL.

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900... suite 1


Leg Jean Mousseigne 1er RMLE 08/07/1900
Leg Nicolas Schummer RMLE 09/07/1900
Leg Bathan Levy RMLE 31/07/1900
Leg Jean-Baptiste Heyes RMLE 12/08/1900
Sergent Henri Joseph Paulus Wexler RMLE 24/08/1905

Annuaire de Madagascar 1905 Bataillon étranger de Madagascar


Annuaire de Madagascar 1904 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Pillot - Major : CNE Huguet d'Etaules - Trésorier : LTN Fernet - Médecin : MM Caujole) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE Hilaire, LTN Aggery, LTN Dumesgnil d'Arrentieres - 2e Cie : CNE ?, LTN Rollet, LTN Gaggeri - 3e Cie : CNE Argué, LTN Verrier, LTN Maré - 4e Cie : CNE Ruhl, LTN Langlade, LTN Peyris -


Annuaire de Madagascar 1903 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Brundseaux - Major : CNE Canton - Trésorier : LTN Aggery - Médecin : MM Hotchkiss) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE ?, LTN ?, LTN Cornice - 2e Cie : CNE Szarvas, LTN Danzel d'Aumont, LTN Rollet, LTN Gaggeri - 3e Cie : CNE Argué, LTN Verrier, LTN Maré - 4e Cie : CNE Hilaire, LTN ?, LTN Nicolet - Bataillon étranger de Diego-Suarez EM (CBA Pillot - Major : CNE Morel - Trésorier : LTN David - Médecin : MM Sicard) - 4 Cies : 1re Cie : CNE Gruber, LTN Demesgnil, LTN Gret, LTN Halid - 2e Cie : CNE Farail, LTN Parmentier, LTN De Metz, LTN Noblot, LTN Fernet - 3e Cie : CNE Etchats, LTN Chevalier, LTN Landais, LTN Albert - 4e Cie : CNE Huguet d'Etaules, LTN Langlais, LTN Peyris - LTN Chevalier ? -


Annuaire de Madagascar 1902 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Solmon - Major : CNE Canton - Trésorier : LTN Taste - Médecin : MM Cultin, MM Hotchkiss) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE ?, LTN Beynet, LTN Duboy - 2e Cie : CNE Bourdieux, LTN Danzel d'Aumont, LTN Guinard - 3e Cie : CNE ?, LTN Voirin, LTN Bidal - 4e Cie : CNE Met, LTN Bablon, LTN Keller, LTN Pettelat - Bataillon étranger de Diego-Suarez EM (CBA ? - Major : CNE Cresp - Trésorier : LTN David - Médecin : MM Sicard, MM Mauviez) - 4 Cies : 1re Cie : CNE Martin, LTN Réal, LTN ? - 2e Cie : CNE Declève, LTN Méchin, LTN De Metz - 3e Cie : CNE Etchats, LTN Chevalier, LTN Landais, LTN Albert - 4e Cie : CNE Darlay, LTN Jonett, LTN Leroy -


Annuaire de Madagascar 1901 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Le Tulle)


Annuaire de Madagascar 1900 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Taupin - Major : CNE Morel - Trésorier : LTN Joussot - Médecin : MAM Roux) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE Dubois de Villerabel, LTN Petit, LTN Pichon, LTN Dubroca - 2e Cie : CNE Du Bois de Saint-Vincent, LTN Dufoulon, LTN Taste, LTN Pettelat, LTN Dumonceau - 3e Cie : CNE Lamarque, LTN Tillard, LTN Bidal - 4e Cie : CNE Détrie, LTN Julien, LTN Letondot -


Annuaire de Madagascar 1899 Bataillon étranger de Madagascar EM (CBA Cussac - Major : CNE Pironneaux - Trésorier : LTN Lafon - Médecin : MAM Beaussenat) et portion centrale Majunga - 4 Cies : 1re Cie : CNE Comio, LTN Derigoin, LTN Rose - 2e Cie : CNE Deleuze, LTN Badot - 3e Cie : CNE Brasier de Thuy, LTN Fagueux, LTN Tillard - 4e Cie : CNE Détrie, LTN Prévot, LTN Met, LTN Jullien -


Annuaire de Madagascar 1898 Bataillon de Légion étrangère CBA Cussac

 

1905 21/02 Le Bataillon de marche de la Légion étrangère quitte Diego-Suarez.

1904 Le 01/05 la 4e Cie est dissoute à Antsirane. Le 21/07 la 3e Cie est dissoute, ses effectifs sont répartis entre les 1re et 2e Cies. Le 01/10 la 1re Cie fusionne avec la 2e et s'installe à Antsirane.

1903

1902 Le 25/02 le LTN Keller prend le commandement de la 4e Cie en remplacement du CNE Met.

1901 Mars : le CNE Solmon prend le commandement de la 1re Cie. Le 21/06 le LTN Duboy prend le commandement de la 1re Cie en remplacement du CBA Solmon. Mort au combat le 26/10 : CNE Astoin. Le CNE Met prend le commandement de la 4e Cie.

1900 Novembre : Le 06/11 le CNE Astoin succède au CNE Détrie à la tête de la 4e Cie.

1899 13/01 la 5e Cie aux ordres du CNE Morel débarque à Majunga. Le 13/01 le CNE Lamarque prend le commandement de la 3e Cie remplaçant le CNE de Thuy. Le 14/01 le CNE Delavau prend le commandement de la 1re Cie. Le 28/01 le CNE Détrie prend le commandement de la 4e Cie remplaçant le CNE Brulard. Février, la 6e Cie, CNE Dubois de Saint-Vincent, débarque 1 peloton à Nossi Bé et un peloton à Majunga. Mort au combat le 27/06 : CNE Delavau. Le CNE Doury prend le commandement de la 2e Cie en remplacement du CNE Deleuze le 01/07. Le CNE du Bois de Villerabel prend le commandement de la 1re Cie en septembre. Le 02/11 dissolution de la 6e Cie, ses effectifs sont versés aux 1re, 2e et 4e Cies.

1898 Mort au combat le 12/03 : LTN Montagnole - CNE Flayelle. Le CNE Comiot prend le commandement de la 1re Cie.

1897 Mort au combat LTN Pierrebourg de la 2e Cie.

1896 EM (CBA Cussac) + 2 Cies (CNE Flayelle - CNE Deleuze) du 2e étranger embarquent le 10/08 à Marseille et débarquent le 07/09 à Tamatave - 2 Cies (CNE de Thuy - CNE Brulard) du 1er étranger débarquent le 14/09 à Tamatave.

 

Souvenirs de campagne - 1910

L'oeuvre de la France à Madagascar - la conqûete - l'organisation - le général Galliéni - 1903

La Légion étrangère pendant la campagne de Madagascar 1895 - 1896

La guerre de Madagascar - 1897

L'expédition de Madagascar, journal de campagne - 1897

Souvenirs de Madagascar (1895) , par le lieutenant Langlois,.... 1900.

1895 1 Bat (CBA Barre) à 4 Cies (CNE Perrot - CNE Courtois - CNE Bulot - CNE Sardi) au sein du régiment d'Algérie (COL Oudri 2e étranger) Départ le 04/04 arrivé à Majunga le 23/04. 09/08 le CBA Rabot prend le commandement du 1er Bataillon en remplacement du LCL Barre. 23/08 décès du LCL Barre. Retour le 03/12.

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900... suite 5

Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 25/12/1901

 

Nominations, mutations, médaille militaire

TROUPES MÉTROPOLITAINES

INFANTERIE

M. Daniel d'Aumont, lieutenant au 1er régiment étranger, a été mis hors cadres (bataillon étranger de Madagascar).

 

MÉDAILLE MILITAIRE


La médaille militaire a été conférée au sergent Buèche, du bataillon étranger de Madagascar.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 21/12/1901

 

PARTIE NON OFFICIELLE


NOUVELLES ET INFORMATIONS

Le programme des aménagements et améliorations à apporter à la ville de Majunga, tel qu'il a été indiqué au Journal Officiel N° 627 du 10 août dernier, est poursuivi avec activité.


L'avenue de Mahabibo est terminée depuis le boulevard extérieur jusqu'à l'entrée du Bostany, où l'on a rencontré, dans l'axe de la rue du Colonel Barre, un mamelon rocheux que l'on nivelle en ce moment. Les rues desservies par l'avenue de Mahabibo ont été faeile jusqu'à extraction complète des terres faciîement transportables. Le boulevard de ceinture est achevé sur une longueur de cent soixante mètres, et un fossé suffisamment profond a été creusé le long de l'avenue et du boulevard extérieur afin d'assurer l'écoulement des eaux.


La rue du Colonel Barre a été poussée jusqu'à vingt mètres de l'avenue de France prolongée, dont la partie restant à exécuter sera Commencée aussitôt que le mamelon rocheux visé plus haut aura été enlevé. La rue de l'infanterie de Marine a été nivelée dans toute sa longueur ainsi que la rue de Flacour; la rue du Commerce et la Grande-Rue, qui coupent perpendiculairement la rue du Colonel Barre, sont très avancées.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 11/12/1901

 

ORDRE GÉNÉRAL 368

 

Sur proposition de M. le colonel commandant supérieur du Sud, et en vue de perpétuer à Madagascar, le nom des militaires morts pour la patrie, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances décide :

 

Le poste de Behara (cercle de For-Dauphin) recevra la dénomination de :

Poste Astoin
capitaine à la 4e compagnie du bataillon étranger de Madagascar, blessé mortellement au feu le 26 octobre 1901.

 

Le poste d'Ambondro (cercle de Fort-Dauphin) portera le nom de :

Poste Mousnier-Buisson

Lieutenant d'infanterie coloniale hors cadres, tué à l'ennemi le 10 septembre dernier.

 

Tananarive, le 15 Novembre 1901. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 16/11/1901

 

Nominations, Mutations
Promotions


Ont été promus :

Au grade de lieutenant-colonel: MM. les chefs de bataillon Félineau, de la légion étrangère, et Méhouas, de l'infanterie coloniale,


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 13/11/1901

 

NOUVELLES ET INFORMATIONS

 

En attendant que des renseignements plus complets parviennent à l’État-major, on peut, dès maintenant, faire connaitre les résultats des premières opérations de pénétration chez les tribus Antandroy du Sud qui avaient refusé, jusqu'à ce jour, de reconnaitre notre autorité.

Ces opérations ont commencé vers le milieu du mois d'octobre écoulé; des détachements partis des postes d'Ambovombe, d'Ambondro et de Tsihombe ont battu le pays à l'Ouest du Mandrare et, par une action concentrique, ont refoulé vers la mer toutes les bandes rebelles. Ces opérations ont eu un succès complet. Le principal chef des dissidents, Tsitisy, vient, en effet, de faire sa soumission en remettant soixante-quatre fusils.

Nous avons malheureusement à déplorer la perte de deux officiers; le capitaine Astoin, de la Légion étrangère, et le lieutenant Mousnier-Buisson, de l'infanterie coloniale, tués dans des embuscades tendues par les Antandroy dans ce pays difficile et couvert d'épais massifs de cactus; en outre, trois tirailleurs sénégalais, un caporal de milice et quelques partisans ont été tués ou blessés.

Le commandant Blondlat qui dirige ces opérations avec une activité remarquable et une méthode sûre, a reçu lui même à la jambe une blessure peu dangereuse, qui ne l'a pas empêché de conserver son commandement.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 09/11/1901

 

PARTIE NON OFFICIELLE

NÉCROLOGIE

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances a le regret de porter à la connaissance de la Colonie les décès de M. le capitaine Astoin et R.P. Brunetti.

 

Né le 10 avril 1867, à Fort de France (Martinique), M. le capitaine Astoin entrait à l’École spéciale militaire le 28 octobre 1885. A sa sortie, il était affecté au 61e régiment d'infanterie, et, nommé lieutenant restait classé au même régiment.

Promu capitaine le 30 décembre 1896, et affecté tout d'abord, au 30e de ligne, il passait le 16 janvier 1899, au 1er régiment de la Légion étrangère et était désigné, en septembre 1900, pour servir à Madagascar, où il débarquait le 2 octobre.

Il y fut nommé au commandement du secteur d'Ambohibe (cercle de Tulear), et s'acquitta, jusqu'au 2 septembre 1901, de ses fonctions administratives et militaires à la satisfaction de tous.

Affecté, à cette date, à la 4e compagnie du bataillon étranger, dans le cercle de Fort-Dauphin, le capitaine Astoin prit part, dès son arrivée, dans cette région, aux opérations dirigées contre les tribus Antandroy, réfractaires et fut, le 26 octobre, près d'Ambovombe, atteint à l'abdomen d'un coup de feu tiré par un rebelle du groupe Maroaloka. Il mourut sans agonie, le 29 octobre, à Ambovombe, des suites de cette blessure.

M. le capitaine Astoin était un officier du plus grand mérite; à ses remarquables qualités militaires, à une bravoure à toute épreuve, il joignait une instruction très étendue.Ses chefs l'avaient en haute estime et il était profondément aimé de ses hommes, qu'il traitait toujours avec justice et bonté.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 06/11/1901

 

ORDRE GÉNÉRAL 367

 

Il cite plus particulièrement :

le sergent-major du génie Chanat, les sergents du génie Cauzique, Broissin, Deprunt, Dufour, le sergent d'infanterie coloniale Volpesnil, les sergents de la légion étrangère David et Mangin, les dessinateurs Bayer et Romersa, le comptable Flahaut, le magasinier Aguesse, le secrétaire Boerner, le caporal du génie Collomb, le caporal Dechaize, de l'infanterie coloniale, le soldat Cravaillac, de la légion étrangère, le soldat Grousset, du génie, qui n'ont cessé de se montrer des auxiliaires utiles et dévoués dans les divers services auxquels ils ont été attachés;

Anivorano, le 21 Octobre 1901. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 26/10/1901

 

Nominations, Mutations,
Légion d’honneur, Médaille Militaire

Médaille Militaire

La Médaille Militaire a été conféré :


Au sergent Parcellier, du bataillon étranger de Madagascar;

Au sergent Bichet, du bataillon étranger de Diego-Suarez.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 05/10/1901

 

EXTRAITS

Par arrêté du 1er septembre,


M. le lieutenant Duboy, de la 1re compagnie du bataillon étranger de l'Imerina, mis à la disposition de M. l'administrateur chef de la province d'Ankazobe pour remplir des fonctions administratives, est rendu au service général à la date du 15 août 1901.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 21/09/1901

 

COMMANDEMENT SUPÉRIEUR DU SUD

(2e PARTIE)

CERCLE DE FORT-DAUPHIN

Le Général a répondu comme suit à ces paroles :

MESSIEURS,
« Je vous suis très reconnaissant à tous pour l'aimable accueil qui m'est fait à Fort-Dauphin.
« Le jour de mon arrivée, c'était le commandant Blondlat, ainsi que les officiers et fonctionnaires du cercle, qui s'étaient réunis pour me recevoir; aujourd'hui, ce sont les colons

 

LA SITUATION ACTUELLE DU CERCLE DE FORT-DAUPHIN

...

Or, la raison d'être de nos opérations militaires coloniales est toujours, et avant tout, économique, et c'est précisément le cas pour l'Androy, puisqu'il est désormais établi que ce pays est un sérieux marché d'importation et d'exportation: importation de toiles, exportation de bœufs.

Mais il faut aussi que l'effort à donner soit proportionné au rendement, c'est-à-dire, en l'espèce, qu'il ne soit pas besoin d'énormes effectifs et de tout ce qu'ils entraînent.

Or, ici, il faut exclure a priori l'idée de gros effectifs. Le cercle de Fort-Dauphin tout entier comporte :
1 compagnie 1/2 de tirailleurs sénégalais, 2 compagnies de tirailleurs malgaches, 1 compagnie de légion; sauf, probablement, un peloton de Sénégalais de plus, il n'en faut pas davantage.

De gros effectifs dans l'Androy ne trouveraient pas à vivre et ne pourraient pas se mouvoir, faute d'eau et faute de porteurs. J'ai dit combien les points d'eau étaient rares; quant aux porteurs, les Antandroy se refuseraient absolument à les fournir spontanément et il ne faut pas songer à les exiger de vive force, dans leurs impénétrables abris, sous peine de déterminer une situation qu'il est nécessaire, à tout prix, d'éviter.

...

A : Dans le secteur de Behara, le capitaine Met a définitivement assuré la soumission du groupe Antaisimo, entre Behara et Ampasimpolaka et, comme sanction, lui a fait exécuter les routes de ravitaillement d'Andrahomena à Ampasimpolaka et de Behara à Manambaro.

...


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 11/09/1901

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 13 août,


M. Rocchietti Joseph-Antoine, soldat de la Légion étrangère, libéré dans la colonie et employé en qualité de journalier à la station d'essais de Nahimpoana (cercle de Fort-Dauphin), est nommé jardinier-stagiaire du service de l'agriculture, au traitement annuel de 2000 francs, et maintenu à la station d'essais de Nahimpoana.

La durée du stage est fixée à une année, à l'expiration de laquelle M. Rocchietti pourra être licencié ou titularisé.

 

COMMANDEMENT SUPÉRIEUR DU SUD

Le gouverneur Général a continué son voyage autour de l'île.

CERCLE DE TULEAR

Le lendemain 1er août, il a inspecté successivement les divers détachements de la garnison : Légion étrangère, conducteurs sénégalais et milice; il a visité leurs divers casernements, qui sont fort bien tenu, et, en particulier, celui de la Légion étrangère, pavillon en pierre, construit par les légionnaires eux-mêmes.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 04/09/1901

 

ORDRE GÉNÉRAL

de félicitations pour les travaux de construction de postes et de routes exécutés dans le cercle de Fort-Dauphin.

 

A son passage à Fort-Dauphin, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, a pu se rendre compte des résultats remarquables obtenus dans le cercle depuis deux ans, tant au point de vue de la construction de routes charretières qu'à l'installation de poste définitifs

Dans un pays particulièrement difficile, où la main-d’œuvre est rare, avec des crédits très modestes, les commandants du cercle de Fort-Dauphin et leur collaborateurs ont réussi à relier les uns aux autres tous les postes de l'intérieur, soit par des routes charretières, soit par d'excellent chemin muletiers.

Actuellement, dans tout le cercle de Fort-Dauphin, les bourjanes ne sont employés qu'exceptionnellement. Tout le ravitaillement se fait, soit par voiture, soit par les mulets. Les officiers se servent également de mulets pour leur tournées et les reconnaissances. Ce résultat a eu les plus heureuses conséquences sur la pacification du cercle.

 

Dans les postes, les officiers et les sons-officiers ont su dresser des ouvriers indigènes, installer des briqueteries, des ateliers de menuisiers et de charpentiers et réussir ainsi, à la fois, à installer des postes dans des conditions particulièrement favorables et à créer dans le pays des industries nouvelles.

Ces excellents résultats n'ont pu être obtenus que grâce au dévouement et à l'intelligente collaboration de tous les officiers, fonctionnaires, sous-officiers et soldats stationnés dans le cercle de Fort-Dauphin.

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances félicite particulièrement :


MM. les capitaines Met, CoIombat, les lieutenants Pettelat, Vallod, Lamy, Girard, l'inspecteur de la garde indigène Morelli, M. le commis des affaires civiles de Villèle, pour l'intelligence avec laquelle ils ont organisé les chantiers de route et le dévouement dont ils ont fait preuve pendant toute la durée des travaux.

L'adjudant Moutillot, le sergent-fourrier Chatelain : « Ont prêté au commandant du secteur d'Ambovorombe le concours le plus dévoué pour l'installation du poste et le percement des puits d'Ambovombe ».

Le sergent-fourrier Bellivier, le sergent Cassagnet : « Pour l'activité et l'intelligence dont ils ont fait preuve en dirigeant les travaux de la région d'Imanombo ».

Les sergents Mercier, Lechardeux, Mariani : « Chargés de surveiller la construction de routes, sesont acquittés de leur tâche avec beaucoup d'intelligence et d'activité ».

Les soldats Gervais, Walbot, Crinalla, Hotke, du bataillon étranger : « Ont rendu beaucoup de services dans l'exécution des travaux de Fort-Dauphin, de Ranomafana et de Behara ».

Les caporaux Bern, Lebran, Elvert, les soldats Hutker, Lauthuis, Steinlocher, Waltener, Schrebler, Witsch, Qhaddlig, Heliez, Claudon. Stareck, Berchom, le caporal de milice Tsilizy : « Pour le dévouement de tous les instants dont ils ont fait preuve dans la surveillance des chantiers de construction des routes du cercle ».

Le Gouverneur Général tient également à signaler les chefs indigènes Rajoanary, Tsaranivo, Behempo, Dimby, Isambo, Retara, Reanievo, Befandily, dont l'activité et le zèle ont permis de recruter la main-d’œuvre nécessaire pour mener à bien ces travaux.

Fort-Dauphin, le 13 Août 1901.
Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 24/08/1901

 

Nominations, Mutations, Tableaux de concours
pour la Légion donneur et la médaille militaire

Armée
Mutations

M. le capitaine d'infanterie hors-cadre Colombat a été réintégré au 2e Régiment étranger.

Médaille militaire

A l'adjudant Simon, aux sergents Guillaume, Archiéri, aux soldats Wirtz, Refloch, Lobreaux, Stevens, Leveillé, Hardy, Dehaut du bataillon étranger de Madagascar.

Au sergent Weisskopf, aux caporaux Kohler et Kerl, aux soldats Rosenow, Kinting, Lüick du bataillon étranger de Diego-Suarez.

Au sergent-major Gangel, aux sergents Battini et Fine, au clairon Wehrling du 1er Régiment étranger.

Au sergent Bourgeois, aux soldats Loos et Tourtois du 2e Régiment étranger.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 21/08/1901

 

Nominations, Mutations, Tableaux de concours
pour la Légion donneur et la médaille militaire

 

LÉGION D'HONNEUR

Sont promus ou nommés :

Au grade de chevalier :

M. le capitaine Bourdieu, du bataillon étranger;

M. le lieutenants Méchin, du bataillon étranger;

M. l'adjudant De Lapisse, du bataillon étranger.

A été inscrit d'office au tableau de concours, pour le grade de chevalier: M. le lieutenant Pettelat, du bataillon étranger.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 17/07/1901

CABL0GRAMMMES DE PARIS

(Agence Havas)

Paris, 12 juillet

Sont nommés chevaliers de la Légion d'honneur,

les capitaines Bourdieu et du Bois de la Villerabel, de la légion étrangère,

Paris. 13 juillet, 6h. 25 soir.
Le capitaine Détrie est promu chef de bataillon.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 06/07/1901

Nominations, Mutations, Tableaux de concours
pour la Légion donneur et la médaille militaire

LÉGION ÉTRANGÈRE


Par décision du 29 mai,

M. le lieutenant de Marquessac a été affecté au 1er étranger.

M. le lieutenant Keller a été affecté au bataillon étranger de Madagascar.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 03/07/1901



Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 26/06/1901

NOMINATIONS, MUTATIONS, TABLEAU D'AVANCEMENT

ARMÉE

Promotions

Par décret en date du 16 mai 1901, a été nommé
Au grade de chef de bataillon [choix] : M. Solmon, capitaine d'infanterie hors cadres (bataillon étranger de Madagascar).

 

Visite du Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar dans la région de Diego-Suarez

Dans l'après-midi du 9, le Général et les officiers qui l'accompagnaient ont visité les travaux d'une route que construit en ce moment le lieutenant Landais, du bataillon étranger de Diego-Suarez. Cette route, partant du camp d'Ambre, pénètre dans le massif forestier et sera dirigée, plus tard, dès qu'elle aura atteint le versant sud, d'une part, sur Vohemar, de l'autre sur le cercle de la Grande-Terre. Elle permettra le ravitaillement facile des troupes de Diego-Suarez et présentera aussi cet avantage considérable de constituer une excellente voie commerciale entre le port de Diego et les régions fertiles et peuplées du sud. On sait combien est difficile actuellement la circulation sur les chemins qui suivent le littoral et se dirigent, soit sur la Grande-Terre, soit sur Vohemar.

C'est cette voie que le lieutenant Landais a été chargé de construire,à partir du camp d'Ambre.

Les travaux, commencés le 24 octobre dernier, ont permis d'établir déjà, à ce jour, 17 kilomètres de piste muletière. Enfin, pour faire apprécier la salubrité de la montagne, on ne saurait trop mettre en lumière que les travaux sont complémentent exécutés par des soldats européen du bataillon étranger, dont l'effectif a varié, aux différentes périodes, de 60 à 110 hommes. A part une interruption motivée par la saison des pluies, du 24 mars au 14 mai, les travaux se sont poursuivis sans interruption et l'état sanitaire des hommes n'a cessé d'être excellent. Il faut signaler aussi qu'en aucun point, les pentes de la route ne dépassent 8%, que le tracé permettra la transformation ultérieure en route praticable aux voitures légères et qu'enfin, on n'a pas eu, jusqu'à présent, a effectuer de traversées de cours d'eau ou de ravins nécessitant la construction de ponts ou d'ouvrages d'art.

Le Général a aussi visité au camp d'Ambre les potagers militaires des troupes d'infanterie coloniale et de la légion étrangère, qui sont tous deux fort bien tenus. Celui du bataillon étranger, établi dans la partie élargie d'un ravin situé à l'ouest du camp et sur une superficie de 3 hectares environ, a été fort intelligemment installé par M. le capitaine Martin. Il n'a cessé de donner les meilleurs résultats depuis sa création, et a permis, par des fournitures journalières de légumes, d'améliorer considérablement les ordinaires de la troupe, Le jardin est pourvu d'une canalisation d'eau qui permet d'en irriguer toutes les parties et d'y faire pousser indistinctement tous les légumes d'Europe.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 19/06/1901

EXTRAITS

Par arrêtés du 3 juin,

M. le lieutenant Dumonceau, de la 2e compagnie du bataillon étranger de Majunga, est nommé officier de renseignements du cercle de Maintirano, en remplacement du capitaine Rey, rapatriable.
Cet officier continuera à compter à sa compagnie et aura droit, à dater du jour de son entrée en fonctions, aux indemnités prévues par les arrêtés en vigueur.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 29/05/1901

 

NOMINATIONS, MUTATiONS, AVANCEMENT

Sont mis hors cadres pour servir au bataillon étrannger de Madagascar :

les capitaines : Bourdieu, Solmon, Canton, les lieutenants : Beynet, Bablon.

 

Sont affectés au 1er Régiment étranger :

MM. les capitaines Morel, Lamarque, du Bois de la Villerabel.

Sont réintégrés au 2e régiment étranger :

M. les lieutenants Petit et Dubroca.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 11/05/1901

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 20 avril,
M. le capitaine Mauvillain, de la 2e compagnie du 13e régiment d'infanterie coloniale, est nommé provisoirement administrateur de la province d'Ankazobe, en remplacement de M. l'administrateur Lacaze, appelé à d'autres fonctions.
Cet officier passera le commandement de sa compagnie au lieutenant Braud et le commandement des troupes de la province à M. le capitaine Solmon, de la 1re compagnie du bataillon étranger.
M. le lieutenant Duboy, de la 1re compagnie du bataillon étranger de Majunga, est mis à la disposition de M. le capitaine faisant fonctions d'administrateur de la province d'Ankazobe, pour y remplir des fonctions administratives.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 01/05/1901

 

EXTRAITS

Par décision de M. l'administrateur chef de la province d'Ankazobe, du 27 mars,
M. le lieutenant Duboy, de la 1re compagnie du bataillon de légion étrangère, remplira les fonctions de chef du district de Kiangara.

 

NOMINATIONS

dans l'ordre de l'Etoile d'Anjouan

Le Ministre des Colonies informe, par cablogramme N° 92, du 24 avril dernier, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, que les propositions dans l'Ordre de l'Etoile d'Anjouan des Comores, faites à l'occasion du 1er janvier 1901, sont approuvées.

En conséquence, sont nommés :

Pour le grade de Commandeur:
Taupin Maurice-Charles-Alphonse, chef de bataillon, commandant le bataillon étranger.

Pour le grade de Chevalier:
Petit Louis-Victor, soldat de 2e classe à la légion étrangère, Etat-Major.

Jullien Jean-Pierre, lieutenant à la légion étrangère.

Schneider Antoine, sergent à la légion étrangère, Diego-Suarez.

Drescher Karl-Frédéric-Bruno, soldat de 1re classe à la légion étrangère, Diego-Suarez.

Archiéri Alessandro-Francesco, sergent à la légion étrangère, territoire du Sud.

Fichter Adolphe, sergent-fourrier à la légion étrangère, territoire du Sud.

Vanstraelen François-Antoine, sergent à la légion étrangère, territoire du Sud.

Richelet Emile-Eugène, soldat de 1re classe à la légion, service des postes et télégraphes.

Fait à Tananarive, le 30 avril 1901. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 27/04/1901

 

EXTRAITS

Par arrêlés du 13 avril,

Le caporal libérable Vétromile, du bataillon étranger, faisant fonctions de géomètre au service topographique, est nommé géomètre de 3e classe du service topographique à titre provisoire.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 20/04/1901

 

NOMINATIONS ET MUTATIONS

LÉGION ÉTRANGÈRE

M. le lieutenant Létondot, du bataillon étranger de Madagascar, est affecté au 1er régiment.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 13/03/1901

 

ORDRE GÉNÉRAL 349

M. le capitaine Détrie, de la Légion étrangère, rentrant en France, son séjour colonial accompli, va quitter le commandement du cercle de Fort-Dauphin.

Le Général commandant en chef le Corps d'occupation saisit cette occasion pour adresser à cet officier les félicitations mérités par le zèle intelligent et le dévouement absolu dont il a fait preuve depuis son arrivée dans la Colonie, en septembre 1896.

Le capitaine Détrie s'est particulièrement distingué aussi bien au cours des opérations entre Manambolo et Morondava (août 1897), où son concours fut des plus précieux au chef de la colonne, que dans la reconnaissance du Bemahara (juin 1898), où le tact avec lequel il opéra lui valut, sans effusion de sang, la soumission de nombreux rebelles.

Placé, le 15 janvier 1899, à la tête du cercle de Fort-Dauphin, ses réelles qualités d'administrateur et son action prudente ont permis la pénétration profonde de notre influence dans un pays totalement inconnu, et où, grâce à son habileté, la pacification marche à grands pas.

Aussi le Général commandant en chef le Corps d'occupation est-il heureux d'adresser à M. le capitaine Détrie un témoignage particulier de sa satisfaction pour l'intelligente et active collaboration qu'il lui a apportée pendant son long séjour dans la Colonie.

Fait à Tananarive le 2 Mars 1901.
Le Général commandant en chef le Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 23/02/1901

 

PARTIE NON OFFICIELLE


NOUVELLES ET INFORMATIONS

Se sont embarqués à Diego-Suarez, le 15 février, à bord du paquebot Persépolis: MM. Canton,capitaine de la légion, et son ordonance; Henry, garde stagiaire, à destination de Majunga; M. Lakermance, commissaire de police et sa famille, un brigadier et un préposé des douanes, à destination de Nosi-Be; Laussu, lieutenant, à destination de Maintirano.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 20/02/1901

EXTRAITS

Par arrêtés du 6 février,

M. le lieutenant de Marquessac est chargé de remplir provisoirement les fonctions de président du tribunal du 2e degré à Fetraomby aux cas d'absence du chef du district pour cause de service ou de maladie dûment constatatée.
Les causes d'empêchement ci-dessus seront mentionnées aux jugements.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 13/02/1901

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 29 janvier,

M. le lieutenant de Marquessac, de la 4e Cie du régiment étranger de marche à madagascar, est placé hors cadres et désigné comme officier adjoint au commandant du district de Fetraomby.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 23/01/1901

 

EXTRAITS


Par arrêté du 31 décembre 1900,


M. le capitaine Détrie, du bataillon étranger, est placé hors-cadres à compter du 6 novembre 1900 et nommé commandant du cercle de Fort-Dauphin.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 05/01/1901

 

NOMINATIONS

dans l'Ordre de l’Étoile d'Anjouan

Le Ministre des Colonies informe, par cablogramme N° 243, du 21 Décembre dernier, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, que les propositions dans l'Ordre de l'Etoile d'Anjouan des Comores, faites à l'occasion du 14 Juillet 1900, sont approuvées.

En conséquence, sont nommés :

Au Grade de Chevalier :

Kozlowski Joseph-François, sergent, légion étrangère ;

Fait à Tananarive le 2 Janvier 1901.
Le Général commandant en chef le Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.

 

EXTRAITS

Par décisions du 19 décembre,

Le sergent Kozlowski, sous-officier hors cadres, est détaché à l'école normale Le Myre de Vilers, en qualité d'instituteur.

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900... suite 2

Le Progrès de Bel-Abbès du 10/11/1900

 

Les Officiers de la Légion

LA PÉRIODE COLONIALE .

L’Écho de Paris demande que les officiers de la Légion étrangère soient autorisés, comme d’ailleurs la marine, à accomplir une troisième année de période coloniale.

L'État gagne à avoir plus longtemps sous la.main des officiers acclimatés et au courant dès exigences du pays.

Il réalise naturellement de notables économies en retardant d'un an la venue des officiers de là relève et le voyage de retour de leurs camarades rapatriés.

L’Écho de Paris ajoute : « Ces considérations ont sans doute échappé au ministre de la guerre lorsqu'il a décidé qu'aucune prolongation de séjour au delà de deux ans ne pourrait plus être accordée aux officiers d'infanterie en service dans les colonies ».
« Cette mesure vise surtout les. officiers de la Légion étrangère qui encadrent aujourd'hui six bataillons au Tonkin et trois à Madagascar.

« La décision incompréhensible du général André ne modifie en rien les errements suivis à l'égard des sous-officiers et des simples légionnaires. Ceux-ci -sont, comme par le passé, autorisés à prolonger leur séjour dans les bataillons expéditionnaires de la Légion.

«Une explication plausible, du traitement inattendu que le général André impose aux officiers de la Légion, serait le souci du ministre de la guerre de se réserver l'attribution de l'avancement exceptionnel poulies officiers désireux de faire une simple apparition aux colonies. »

« Il faut espérer que le ministre de la Guerre ne prolongera pas, pour les officiers des bataillons étrangers, le déni de justice qui les atteint. »

« Quant aux officiers désireux de servir dans la légion il devra leur être répondu qu'ils ont un stage initial à accomplir d'abord en Algérie. »


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 03/11/1900

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 17 octobre,


M. le lieutenant Chevalier, de la légion étrangère, est nommé officier de renseignements du territoire militaire de Diego-Suarez, en remplacement du capitaine Valentin, rapatrié. Cet officier sera placé hors cadres à compter du 1er octobre 1900.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 27/10/1900

 

ORDRE GÉNÉRAL 337


Le chef de bataillon Le Tulle est nommé au commandement du bataillon étranger de Madagascar en remplacement de M. le chef de bataillon Taupin, rapatriable.
Tananarive, le 8 Octobre 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 17/10/1900

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 1er octobre,

M. le lieutenant de Marquessac, de la 4e compagnie du régiment de marche étranger, est nommé commandant du secteur des Zanndrianambo [district d'Andovoranto], en remplacement de M. le capitaine hors-cadres Haillot, rapatrié.

 

Par arrêtés du 5 octobre,

M. Bosson, caporal de la légion étrangère, mis en congé renouvelable par l'autorité militaire est nommé commis auxiliaire des postes aux appointements de 2400 par an, pour compter du 23 septembre 1900, et affecté au bureau de Mahanoro.

 

A la date du 31 août 1900,

M.le Ministre de la Guerre fait connaître que le soldat Lobreaux, du bataillon étranger, est inscrit d'office au tableau de concours pour la médaille militaire, pour sa brillante conduite à l'attaque de Masindra et à l'assaut des villages rebelles antandroy de Vohitra.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 10/10/1900

 

EXTRAITS

Par décision du 23 septembre,

M. Troup, caporal à la 4e compagnie du bataillon étranger, est chargé des fonctions d'huissier près la justice de paix de Fort-Dauphin.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 03/10/1900

 

NOUVELLES ET INFORMATIONS

Par décision du 17 août,

La médaille militaire a été conférée au sergent Guignon, du bataillon étranger.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 29/09/1900

 

EXTRAITS

Par décision du 14 septembre,

Une brigade topographique ira procéder à la délimitation de la concession de 1.500.000 hectares de terres accordée, par décret du 28 mars i899, à la compagnie coloniale et des mines d'or de Suberbieville et de la côte ouest de Madagascar. La surface de 3.000 hectares, située autour du port d'Amboanio et visée au paragraphe 2 de l'article 1er du dit décret, ayant déjà fait l'objet d'un bornage, ne devra pas être délimitée par la brigade en question.
Celle-ci sera composée de : M. le capitaine Mercier, de l'artillerie de marine, détaché au service des travaux publics pour les travaux de la route de l'ouest, chef de Brigade; Le sergent Mangin, de la légion étrangère, détaché auprès de M. le lieutenant-colonel commandant le territoire de l'ouest; Le sergent Caille, du bataillon de la légion étrangère, à Majunga; Le brigadier Vivian, de l'artillerie de marine, à Tananarive;


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 19/09/1900

 

EXTRAITS

Par décisions du 5 septembre,

Le caporal Baillard et le soldat Kock, de la Légion étrangère, sont détachés au service topographique pour être employés provisoirement au bureau de la circonscription de Diego-Suarez,


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 12/09/1900

 

EXTRAITS

Par arrêtés du 30 août,

Le sergent Lefèvre, de la légion étrangère, détaché au service topographique, ayant obtenu un ccongé jusqu'à sa libération du service militaire est nommé géomètre de 3e classe du service topographique de Madagascar.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 08/09/1900

 

ORDRE GÉNÉRAL 333


Sur la proposition de M. le colonel commandant le territoire Sakalava et en vue de perpétuer a Madagascar le nom des militaires morts pour la Patrie, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances décide que le poste de Belo sur Tsiribihina recevra la dénomination de Poste Journet Sergent à la 2e compagnie du bataillon étranger, tué le 21 février 1900, sur la Tsiribihina.
Tananarive, le 31 Août 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.

 

EXTRAITS

Par arrêté du 21 août (État-major),

M. le commandant Taupin, du bataillon étranger est maintenu au commandement du cercle de Maintirano.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 05/09/1900

 

ORDRE GÉNÉRAL 334

Il cite plus particulièrement :

Les adjudants Lavilledieu, Fracque et Détrie, les sergents Barathon, Seyte, Denogent, Rouhier, Valéry, Moncoucut, Beau, Elouard, Armaing, Mousset, les caporaux Velot, Benard et Louvet, du 2e régiment du génie, le soldat Lampé, de la légion étrangère, le soldat Gladel, du 13e régiment d'infanterie de marine, «auxiliaires dévoués des officiers chefs de chantiers ».

Tananarive, le 1er Septembre1900. GALLIENI


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 29/08/1900

 

EXTRAITS

Par arrêté du 23juillet (État-major),

M.le sous-lieutenant Keller, du régiment de marche de la légion étrangère, est placé hors cadres comme adjoint de M. le commandant du génie Goudard dans l'élude du tracé du chemin de fer d'Aniverano au Mangoro.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 22/08/1900

 

EXTRAITS

Par décisions du 4 août,

Le caporal Vétromile, de la légion étrangère, est détaché au service topographique et affecté à la brigade chargée de l'immatriculation de la propriété Rayinonde à Fort-Dauphin-


Le Progrès de Bel-Abbès du 22/08/1900

 

LETTRE DE MADAGASCAR

Le 19 Juin 1900

MONSIEUR LE DIRECTEUR,

Malgré les entraves apportées par nos conservateurs, le bataillon du 1er Étranger qui, depuis le mois de décembre dernier devait être dirigé sur Dégourdissage est enfin arrivé à destination. Cela ne fut pas sans peine, car si jamais un bataillon fût berné, ce fut bien- celui-là. Si encore les motifs invoqués pour justifier les retards apportés dans l'envoi immédiat du dit bataillon étaient reconnus fondés, il n'y aurait qu'à louer l'Autorité de ses prévenances, mais il n'en est rien, car nos braves militaires ont pu constater à leur arrivée à Diégo-Suarez et dans les postes limitrophes, que les charmants baraquements que l'on avait (soi-disant) préparés, n'étaient en partie qu'ébauchés dans les bureaux du "Génie constructeur ". Les tonnes de matériaux destinées à la construction de ces cases étaient en partie sur les quais, voir même non débarquées. Voilà où en étaient les travaux lors dé l'arrivée du bataillon à Madagascar.

Aux désillusions produites par ces constatations amères, avait précédé un contre-temps non moins fâcheux, le fameux séjour au Camp du Ravin Blanc à Oran, où arrivé lé 22 mars avec l'idée bien arrêtée d'embarquer le 25 du dit, il reçut quelques heures avant le moment fixé pour le départ, l'ordre de surseoir à tout mouvement.

Ce fût une déception générale qui ne laissait entrevoir à nos troupiers que la probabilité d'être dirigés sur Igli, voyage qui n'était pas du tout en harmonie avec les projets élaborés jusque-là, par la majeure partie des postulants pour la grande île africaine. Enfin, le 1er avril (jour choisi sans doute), le commandement résolut de leur faire continuer leur route, et le 20 dû même mois après une traversée aussi belle que rapide, ils arrivaient devant Diégo-Suarez. Le même jour deux compagnies débarquaient à Antsirane et prenaient possession des casernements mis à leur disposition. Le lendemain 21, les deux autres compagnies débarquaient à leur tour et rejoignaient leurs postes respectifs, la 15e compagnie, au Sakaramy, poste intermédiaire entre Antsirane et la Montagne d'Ambre, la 16e compagnie allait s'installer à Oranjéa, poste situé au nord de l'île et qui commande la passe de la baie de Diégo-Suarez. Le 25 mai, cette dernière compagnie quittait ce poste pour rallier Antsirane où elle restait jusqu'au 12 juin.

Nous croyons devoir entretenir un instant nos lecteurs du genre d'exercice que faisait nos légionnaires à leur arrivée dans la Colonie et cela dans le but de les acclimater sans doute.

Aussitôt arrivés, les légionnaires durent se transformer : 1° en conducteurs de plates formes Decauville système de locomotion en usage à Madagascar pour le transport des matériaux dans les différents chantiers où l'on construit des baraquements, (la mise en mouvement de ces voitures se fait à l'aide de mulets) ; 2° en serres-freins, auxiliaires indispensables au bon fonctionnement des voitures ci-dessus précitées ; 3° en hommes de peine de foutes catégories ; 4° en charpentiers, charrons, mécaniciens, ajusteurs, dessinateurs, secrétaires, etc.

Le travail commençait à 5h. 1/2 du matin et se terminait vers 9h. 1/2 ou 10 heurs, le soir de 2h. 1/2 à 5h. 1/2 ou 6 heures. Bon nombre d'hommes étaient assujettis à travailler dans l'eau jusqu'aux aisselles pendant toute la durée du travail. C'est à ce moment seulement que les constructions entrèrent dans la période active ; la Légion fournissait en moyenne 300 travailleurs par jour pendant le premier mois qui suivit notre arrivée. Aussi, il y a aujourd'hui à Antsirane: environ 12 cases, pouvant loger 70 hommes chacune, qui sont complètement terminées, à cela ajoutez tout le matériel nécessaire au montage de 36 cases qui doivent être construites au camp de la montagne d'ambre, cela vous donnera une idée du travail exécuté en majeure partie par nos mauvaises têtes.

Le 2e Etranger venant d'arriver (arrivé le 5 juin par le « Britania » ) va également prendre part à ce genre d'exercice et soulagera un peu ses camarades du 1er qui ne demandent qu'à être aidés.

Par suite de la nouvelle organisation de ces 2 bataillons, en un seul Régiment, le bataillon du 1er Étranger prend le titre suivant : Régiment de marche de la Légion étrangère ; le bataillon du 1er Régiment devient 1er bataillon et celui du 2e Étranger, 2e bataillon;

Les Compagnies du 1er bataillon sont numérotées de 1 à 4 et celles du 2e bataillon, de 5 à 8 inclus.

De ce fait nous avons : 1re compagnie, capitaine Bourdieu ; 2e compagnie, capitaine Guilleminot ; 3e compagnie, capitaine Sotmon ; 4e compagnie, capitaine Canton.

Depuis le 13 juin une fraction de la 4e compagnie occupe le poste de Mahatsinjoafivo, une autre fraction est actuellement au Sakaramy et une 3e fraction est encore à Antsirane. On compte que vers la fin du mois elles se rendront au camp de la montagne d'Ambre où M. le Lieutenant-Colonel Cussac est installé depuis bientôt 15 jours.

Avec les troupes qui doivent incessamment se rendre à Diégo-Suarez, cela portera les effectifs dé la garnison à 5000 hommes de troupe. Il faut cela pour donner un peu d'importance à Diego, car c'est réellement une toute petite ville qui ne compte guère que des militaires et des fonctionnaires. Peut-être que le nombre assez important de troupes qui s'y trouveront réunies d'ici un mois amènera le commerce qui manque totalement, à cette ville.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 25/07/1900

 

ORDRE GÉNÉRAL 321


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

Le sergent Journet, N° Mle 22732, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« A été mortellement blessé le 21 février 1900, en fouillant, à la tête d'une patrouille un village enlevé aux rebelles ».

Le caporal Guerin, N° Mle 22101, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« A, le 26 août 1899, brillamment contribué au succès de l'affaire d'Ankilida en se portant hardiment, avec 4 tirailleurs sénégalais, « sur le flanc des Sakalaves qui, après une résistance assez vive, se sont dérobes».

Le caporal Paquet, N° Mle 13969, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« A été blessé mortellement, le 7 octobre 1899, en se lançant à la poursuite des Sakalaves rebelles qui étaient venus piller le village de Benjavilo ».

Le Général adresse en outre ses félicitations:

A M. le chef de bataillon Taupin, commandant le bataillon étranger et le cercle de Maintirano :
« Dès sa prise de commandement, a renoncé aux coups de force, a continué la politique de désagrégation des groupes rebelles que son prédécesseur avait commencée et a obtenu lentement, mais sûrement la pacification de la région sous ses ordres ».

A M. le capitaine Doury, commandant la 2e compagnie de légion :
« Pour l'habileté avec laquelle il a commandé le secteur important de la Basse Tsiribihina et pour ses belles reconnaissance dans la région de Soahazo intérieur (16 au 21 novembre 1899) et dans celle de la Mandraotsy (29 novembre-8 décembre 1899) »

A M. le lieutenant Dumonceaud, de la 2e Compagnie du bataillon étranger :
« A, commandé, d'abord avec succès, le sous-secteur de Bemahara. Nommé ensuite au commandement de la moyenne vallée de la Soahanina, encore inexplorée, l'a reconnue en entier et, bien que ne disposant que d'un très faible détachement, a pu amener à soumission d'importants groupements ».

A M le lieutenant Dufoulon, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« S'est particulièrement distingué, le 9 octobre 1899, à l’affaire d'Ampanihy, en poursuivant la bande rebelle qui avait attaqué la colonne au gué de Manambolo et en dirigeant, le 21 février 1900, une opération qui a débarrassée une île de la Tsiribihina des rebelles qui l'occupaient ».

A M. le lieutenant Taste, de la 2e compagnie du bataillon étranger:
« Pour l'entrain et la vigueur qu'il a déployés pendant les opérations et notamment le 21 novembre 1899, à l'affaire d'Ambahatsaza ».

Au sergent Thomas, N° Mle 21885, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« A accompli avec intelligence la mission de flanc-garde qui lui avait été confiée à l'affaire d'Amboroko, le 24 octobre 1899».

Au caporal Kuhn, N° Mle 21884, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« Pour sa belle conduite à l'affaire d'Amboroko, le 24 octobre 1899».

Au caporal Bardin, N° Mle 22707, de la 2e compagnie du bataillon étranger:
« A fait preuve d'énergie et de bravoure, le 21 février 1900, à l'enlèvement du village rebelle de Tsidend».

Au soldat de 1re classe Fraux, N° Mle22153, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« Pour le dévouement qu'il a montré comme infirmier pendant toutes les opérations ».

Au soldat de 1re classe Zurcher, N° Mle 16454, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« Pour sa belle conduite à l'affaire d'Amboroko, le 24 octobre 1899 ».

Au soldat de 1re classe Beyer, N° Mle 13603, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« Pour son entrain et sa bravoure à l'affaire d'Ambahatsaza, le 21 novembre 1899».

Au soldat de 2e classe Pouvreau, N° Mle 21314, de la 2e compagnie du bataillon étranger :
« Pour sa belle conduite à l'affaire d'Amboroko, le 24 octobre 1899 ».

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

ORDRE GÉNÉRAL


Le Général commandant en chef le Corps d'occupation est heureux de passer la Fête Nationale au milieu des troupes du Corps d'occupation de Diego-Suarez. Il a constaté dans les camps, sur les chantiers, à la revue d'honneur, leur discipline, leur entrain, leur fière attitude, leur belle tenue. Il connaît de longue date les corps qui les composent ; il a eu l'honneur de marcher à leur tête au Soudan, au Tonkin, à Madagascar. Il est assuré qu'au poste d'honneur, dont la patrie leur a confié la garde, ils ne démentiront pas le beau renom qu'ils ont acquis par leur vigueur, leur endurance, leur fidélité au drapeau de la France. Ils ont réalisé à Diego-Suarez, en quelques mois d'un travail ingrat et pénible, un résultat inespéré, dont la continuation permettra d'envisager bientôt avec confiance toutes les éventualités.
Ils sont en bonnes mains : le Général en chef les félicite d'avoir à leur tête le colonel Joffre, que le Gouvernement de la République a désigné pour les commander, et qui a si hautement justifié le choix dont il a été l'objet.
Grâce à ses fortes qualités de chef dont il a donné des preuves éclatantes sur d'autres champs, à sa compétence technique, il a su communiquer à tous sa confiance et son activité. Le Général en chef a été particulièrement satisfait de constater l'entente étroite et l'émulation féconde qui existent entre les divers armes et services sans distinction. Il félicite les officiers qui ont apporté si pleinement leur concours à l’œuvre de leurs chefs et, spécialement, les chefs de corps et services.
Le service de l'artillerie et des travaux, auquel incombait la tâche la plus lourde, a su surmonter les plus sérieuses difficultés. Grâce à la bonne direction du service de santé, les résultats les meilleurs ont été obtenus au point de vue sanitaire. Les services administratifs ont bien rempli la mission qui leur incombait. Le Général en chef est assuré que tous resteront animés du même esprit, et qu'à son prochain séjour, dans quelques mois, il constatera de nouveaux et décisifs résultats.

ORDRE GÉNÉRAL 325


Le Général commandant en chef le Corps d’occupation et Gouverneur Général P.I., de Madagascar porte à la connaissance des troupes du Corps d'occupation que, par décret en date du 20 avril 1900, le conseil de guerre de Tamatave, créé par décret du 27 février 1899, est supprimé et qu'il est établi à Diego Suarez un conseil de guerre permanent.

La composition du conseil de guerre de Diego-Suarez sera la suivante:
MM. Cussac, lieutenant-colonel de la légion étrangère, président,
Gillet, chef de bataillon d'infanterie de marine,
Cherny, capitaine d'artillerie de marine,
Guinard, lieutenant de la légion étrangère,
Randon, adjudant d'artillerie de marine,
juges
Cresp, capitaine de la légion étrangère,
commissaire-rapporteur,
Richard, adjudant de la légion étrangère,
greffier.

Les membres de ce conseil prendront leurs fonctions à compter du 1er juillet 1900.
Fait à Tananarive,le 28 Juin 1900. PENNEQUIN.

EXTRAITS

Par arrêtés du 19 juin,
Le sergent Buèche, de la légion étrangère, détaché au service topographique, ayant obtenu un congé jusqu'à sa libération du service militaire, est nommé géomètre de 3e classe du service topographique de Madagascar. Cet agent aura droit à une solde fixe de 4.000 francs (solde d'Europe, 2.000 francs) et aux allocations et indemnités fixées par l'arrêté du 30 mars 1899.
L'ancienneté de cet agent ne sera comptée qu'à partir de sa libération définitive du service militaire.

EXTRAITS

Par arrêté du 7 juin (Etat-Major),
M. le lieutenant Bidal, du bataillon étranger est nommé, chancelier et commandant du district de Vangaindrano, à compter du 1er juin en remplacement de M. le capitaine Geoffroy, rapatriable.

NOMINATION

dans l'ordre de l’Étoile d'Anjouan

Le Ministre des Colonies informe par cablogramme N° 103, du 29 mai 1900, le Général commandant en chef du corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, qu'il a favorablement accueilli ses propositions pour l'ordre de l’Étoile d'Anjouan, faites à l'occasion du 1er janvier 1900, et qu'elles ont été ratifiées par décision présidentielle du 15 mai 1900.
Sont nommés :
Au grade de Chevalier :
Dubroca Joseph, lieutenant au bataillon étranger.
Met Charles, lieutenant au bataillon étranger.
Eberlé Eugène, clairon au bataillon étranger.
Berger, soldat de 1re classe au bataillon étranger.
Comte François, adjudant au bataillon étranger.
Baldauff Emile-Eugène, caporal de la légion, territoire de l'ouest.
Boerner Georges-Honoré, caporal de la légion, services de l'arrière.
Fait à Tananarive, le 6 Juin 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P. I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

EXTRAITS

Par arrêté du 14 mai (Etat-Major),

M. le capitaine Lamarque, de la 3e compagnie du bataillon étranger, est nommé au commandement du cercle de Tulear, à compter du 1er juin 1900, en remplacement de M. le chef de bataillon Toquenné, rapatriable.

EXTRAITS

Par arrêté du 12 avril,

Julien, lieutenant à la 4e compagnie de légion;
Met, lieutenant à la 4e compagnie de légion;
sont nommés, respectivement, au commandement des secteurs autonomes de Ranomafana, Behara.

CABLOGUAMMES DE PARIS

(Agence Havas)
Paris, 28 avril, 6 h. 40 soir.
Le paquebot Vasconia a quitté Marseillé, à destination de Tamatave, avec des munitions et du matériel de guerre. Il prendra à Tunis un bataillon de légion.

Échos et Nouvelles


Le canal de Suez a été le théâtre d'un incident. Sur l'Urugay, paquebot affrété par le gouvernement français, pour transporter des troupes et du matériel de guerre à Madagascar, se trouvait un détachement de la Légion étrangère.

Une soixantaine d'hommes profitèrent du passage dans le canal pour se laisser glisser la nuit le long des bordages des navires et rejoindre la berge. Mais les autorités Égyptiennes, prévenues de l'évasion, les firent arrêter par les gardes-côtes, avant qu'ils aient eu le temps de gagner l'intérieur de l’Égypte. Seulement ces hommes, dont 38 Allemands, 5 Italiens, 2 Autrichiens, 2 Belges et le reste de diverses nationalités, se réclamèrent de leurs consulats respectifs auxquels ils furent remis.
« Ce n'est pas la première fois, ajoute le Sémaphore de Marseille, à qui nous empruntons ces renseignements, que de pareils faits se produisent en raison de la facilité qu'offre, pour une évasion, ce passage dans le canal, une surveillance très active devrait être faite, surtout quand il s'agit de troupes contenant des éléments aussi disparates, réunis autour d'un drapeau qui n'est pas le leur, par le faible lien d'un engagement volontaire.»
CHRONIQUE LOCALE
Pour Madagascar

Une dépêche officielle du Ministère de la Guerre parvenue hier à Oran fait connaître que l'embarquement des effectifs du 2e Étranger devant se rendre à Madagascar aura lieu le 12 courant à bord du Britannia.
Ce paquebot arrivera de Marseille dans ce port le 10 courant; il embarquera 1,000 hommes, 20 officiers, 45 sous-officiers, 170 tonnes d'orge et 21 tonnes de matériel de guerre.

Départ de troupes !


Il est encore question d'un prochain départ de cinq ou six cents hommes du 1er Étranger, pour compléter l'effectif des deux bataillons de ce régiment détaché actuellement en Tunisie.

On ne peut que déplorer cette nouvelle mesure qui va nous priver du peu de troupes qui reste dans notre garnison.

La Légion à Madagascar

On nous communique un télégramme annonçant que le bataillon du 1er Étranger qui a quitté notre ville le 22 mars dernier, est arrivé à Diego-Suarez, le 19 avril.
L'état sanitaire du bataillon est excellent, nos braves légionnaires n'ont point été trop éprouvés- par la longue traversée qu'ils viennent d'effectuer.

ORDRE GÉNÉRAL 314


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

M. le capitaine Détrie, commandant la 4e compagnie du bataillon de légion et le cercle-annexe de Fort-Dauphin :
«Par les sages et intelligentes mesures qu'il a su prendre, par l'habile direction qu'il a donnée aux opérations militaires, a obtenu des résultats remarquables dans la pacification de son cercle, notamment pour l'occupation de la région Androy, où nos troupes n'avaient pas pénétré jusqu'à ce jour ».

M. le lieutenant Met, de la 4e compagnie du bataillon de légion, commandant le secteur de Behara :
« Pour l'énergie, le courage et la décision dont il a fait preuve pendant plus de 18 mois, dans le commandement du secteur de Behara, et, en particulier, au cours des opérations qui ont eu pour but la réduction des groupements hostiles de la rive droite du Mandrare, les 4 avril, 18 juillet et 21 août 1899 ».

Le Général adresse en outre ses félicitations :

Aux légionnaires Dulex, N° Mle 22541, Amesoeder, N° Mle 23012 et Jullios, N° Mle 22224, de la 4e compagnie du bataillon de légion :
« Pour l'énergie et l'entrain dont ils ont fait preuve au cours des reconnaissances exécutées dans la vallée du Mandrare et pour le concours dévoué qu'ils n'ont cessé de prêter à leurs chefs de poste ».

Tananarive, le 13 Mars 1900. Le Général commandant en Chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.
CABLOGRAMMES DE PARIS
(Agence Havas )
Paris. 2 avril, 7 H. soir.
Oran. - L'Uruguay est parti à destination de Madagascar avec un bataillon de légion étrangère.

Départ des Légionnaires pour Madagascar.


Au moment de mettre sous presse nous recevons un télégramme d'Oran nous informant que le bataillon de la Légion, qui attendait depuis huit jours dans cette ville un ordre de départ, s'embarquera ce soir, sur l'Uruguay à destination de Diego Suarez.
I! est permis. — comme on l'a fait d'ailleurs à défaut de renseignements précis. — d'établir un rapprochement entre cet ordre de départ, et la nouvelle parvenue hier, du succès de la colonne militaire opérant vers Igli.
Quoiqu'il en soit, contentons-nous de renouveler à nos légionnaires nos souhaits de bonne santé, et bon retour.

NOMINATIONS

dans l'ordre de l’Étoile d'Aujouan
Au grade d'Officier :
Deleuze Jean-Joseph-Marie-Gérard, capitaine au bataillon étranger.
Au grade de Chevalier :
Badot Jules Joseph, lieutenant hors cadres, légion étrangère, 2e territoire militaire.
Huber Auguste, sergent au bataillon étranger.
Vaterlaus Jean, sergent au bataillon étranger.
Kummer Georges, sergent au bataillon étranger.
Barrat François-Emile, sergent de la légion étrangère, 2e territoire militaire.
Sureau Henri- Albert, caporal de la légion étrangère, 2e territoire militaire.
Crassous Jean-Jacques-Etienne, adjudant de la légion étrangère, cercle de Fort-Dauphin.
Fait à Tananarive, le 24 Mars 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P. I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

CHRONIQUE LOCALE


Le départ des légionnaires

Comme nous l'avions annoncé, le départ du bataillon de la Légion pour Madagascar a eu lieu jeudi dernier.
-Dès 8 1/2, après le salut au drapeau dans la cour du quartier, le bataillon quitte la caserne, précédé d'un escadron de spahis suivi par la musique de la Légion : viennent ensuite M. le Lieutenant-colonel Cussac, son état major, les compagnies partantes, les légionnaires restants en garnison, M. le Colonel Billet, l'état-major et le 2° Régiment de Spahis.
Sur tout le parcours que devait effectuer nos braves légionnaires, se trouvait massée la population, désireuse de manifester une fois de plus sa sympathie à l'égard des magnifiques régiments qui composent la garnison.
Sur les quais de la gare se trouvaient réunies les autorités civiles et militaires, de nombreux officiers, les membres de la presse, etc.
Les dames de France, ayant à leur tête leur dévouée présidente Mme Peret, ont distribué aux militaires partants des cigares et des cigarettes. De magnifiques bouquets ont été offerts aux officiers.

A 9 h. 1/4, le train spécial comprenant 36 voitures s'ébranlait au milieu des acclamations des assistants, tandis que la musique jouait la marche du régiment.
Après avoir fait séjour à Oran, le bataillon s'embarquera demain, dimanche, sur le transport Urugay, directement pour Madagascar.
Nos meilleurs vœux les accompagnent.

EXTRAITS

Par arrêtés du 10 mars,
M. Garot, sergent-major commissionné au bataillon étranger, qui a subi avec succès l'examen prévu par le décret du 31 janvier 1899, est nommé commis de 2e classe du corps des comptables.
Il est affecté, en cette qualité, au cercle-annexe de Fort-Dauphin.

CABLOGRAMES DE PARIS


(Agence Havas)

Paris, 12 mars, 7 h. 45 soir.
On a distribué aujourd'hui à la Chambre le rapport de M. Argeliès, rapporteur de la Commission des Colonies, autorisant Madagascar à emprunter soixante millions pour construire un chemin de fer de Tananarive à la côte orientale, et effectuer divers travaux publics.
Une batterie d'artillerie est partie de Nîmes à destination de Diego-Suarez. A Marseille, trois paquebots ont été affrétés pour transporter en avril à Diego-Suarez deux mille hommes de la légion étrangère; ainsi que du matériel.

NOUVELLES ET INFORMATIONS

Les numéros du Journal Officiel de la République Française arrivés par le dernier courrier signalent les affectations ci-après :
Sont placés : Au 2e régiment étranger : M. Laffon, lieutenant d'infanterie ;

Tableau d'avancement


Sont inscrits :

BATAILLON ÉTRANGER

Pour le grade de chef de bataillon :
MM Doury et Détrie, capitaines.

Pour le grade de capitaine :
MM. Colomba (d'office), Tillard, Joussot et Petit, lieutenants.

Légion d'honneur


Sont inscrits au tableau de concours pour le grade de chevalier de la Légion d'honneur :

MM. Dubois de la Villerabel, capitaine au bataillon étranger;

Médaille militaire


La médaille militaire a été conférée aux militaires du Corps d'occupation dont les noms suivent:

Bataillon étranger: MM. Comte, sergent-major; Barrat, Delerue, Kaller et Schmitz, sergents; Sureau et Teissier, caporaux; Thibault, Khun et Christ, soldats.

EXTRAITS

Par arrêtés du 28 janvier,
Le sergent Barrat, du bataillon étranger, mis à la disposition du Secrétaire Général, remplira les fonctions de garde principal de milice et sera affecté, en cette qualité, à la province de Farafangana.

ORDRE GÉNÉRAL 309


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

Le soldat de 1re classe Lobreaux, N° Mle 19602, de la 4e Cie de légion :
« S'est brillamment conduit pendant la reconnaissance dirigée le 21 août contre les villages Antandroy de Tsivoitra, a été blessé et est resté à son poste ».

Le Général adresse ses félicitations :

Au caporal Elwert, N° Mle 14804, aux soldats de 2e classe Bicand, N° Mle 23641,et Eppe, N° Mle 18745, de la 4e Cie de légion, au sergent Noumoukiè-Sangaré, N° Mle 11711 et au caporal Mamadou-Sô, N° Mle 226, de la 10e Cie du régiment colonial :
« Pour leur brillante conduite a l'enlèvement du plateau de Manombo, le 18 juillet 1899 ».

Au soldat de 2e classe Spindler, N° Mle 20352, de la 4e Cie de légion :
« Pour sa brillante conduite à l'embuscade du 16 août 1899, sur les bords du Mandrare».

Tananarive, le 3 Janvier 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

ORDRE GÉNÉRAL 308


Sur la proposition de M. le capitaine commandant le cercle-annexe de Fort-Dauphin et en vue de perpétuer à Madagascar, le nom des militaires morts pour la patrie, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances décide que les postes ci-après recevront les nouvelles dénominations suivantes :
Andrahomana
Poste Maka-Sidibé (Tirailleur de la 10e compagnie du régiment colonial, tué le 18 juillet 1899 à Manombo).
Andetra
Poste Cambis (Légionnaire de la 4e compagnie, tué le 27 avril 1898, au col de Bevava).
Manambolo
Poste Bachli (Légionnaire de la 4e compagnie, tué le 13 juillet 1898, auprès du poste de Manambolù).
Tananarive, le 2 Janvier 1900. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

 

Par décision 1054 (Etat-Major),

du 26 décembre,

La date de la suppression de la 6e compagnie du bataillon étranger, fixée provisoirement au 1er janvier 1900, est fixée au 21 novembre 1899.

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900... suite 3

Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 13/12/1899

 

ORDRE GÉNÉRAL 302

Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

Le caporal Collin, N° Mle 22575, de la 5e compagnie de légion :
« Chargé d'escorter un convoi attaqué par les rebelles le 6 juillet à Antokotoko, a fait preuve en le défendant de beaucoup de sang- froid et de courage et est arrivé à destination sans perdre une seule charge. S'est brillamment conduit au combat de Betona, le 8 juillet. »

Le soldat de 1re classe Berger, N° Mle16874, de la 5e compagnie de légion :
« Bien que blessé de trois coups de sagaie dès le début, est resté à son poste pendant toute la durée de l'action le 26 juin 1899, au combat de l'Ankaramena. »

Le soldat de 1re classe Muller, N° Mle 16758 de la 5e compagnie de légion :
« A montré beaucoup de bravoure le 26 juin 1899, dans le combat de l'Ankeramena, où il a été grièvement blessé d'un coup de sagaie au visage. »

Le soldat de 2e classe Messner, N° Mle 22283, de la 5e compagnie de légion :
« A montré la plus grande bravoure jusqu'au moment où il a été mortellement frappé au combat de l'Ankaramena, le 26 juin 1899. »

Le soldat de 2e classe Mertens, N° Mle 23593, de la 5e compagnie de légion :
« Bien que blessé au visage, s'est offert à déblayer les abords du retranchement et a effectué ce travail sous un jet continu de pierres et de sagaies, le 26 juin 1899, à l'Ankaramena. »

Le soldat de 2e classe Adoue, N° Mle 22222, de la 5e compagnie de légion :
« S'est brillamment conduit à l'attaque du repaire de l'Ankaramena, où il a été sérieusement blessé d'un coup de sagaie, le 26 juin 1899. »

Le Général adresse en outre ses félicitations :

Au sergent Régnier, N° Mle 13398, de la 5e compagnie de légion :
« Pour l'énergie et la bravoure qu'il a montrées et pour les efforts que, par son ascendant, il a su obtenir de ses hommes pendant toute la durée des opérations. »

Au sergent-fourrier Tester, N° Mle12120, de la 5e compagnie de légion :
« Pour le soin qu'il a apporté dans le service du ravitaillement qu'il a toujours parfaitement assuré, malgré les difficultés rencontrées. »

Aux caporaux Cottin, N° Mle 23111, Blinhant, N° Mle 22421, de la 5e compagnie de légion :
« Pour la bravoure et l'endurance qu'ils ont montrées pendant toute la durée des opérations dans le secteur d'Ikongo.»

Au soldat de 2e classe Vaith, N° Mle 21809, de la même compagnie :
« Pour sa conduite à l'affaire de l'Ankaramena, le 26 juin, où, bien que légèrement blessé, il a continué à combattre jusqu'à la fin. »

Aux soldats de 2e classe Stieber, N° Mle 17727, Schmid, N° Mle 22574, de la même compagnie :
« Pour leur bravoure à l'attaque de la position de Tsiamalea, le 24 juillet, où ils sont arrivés les premiers sur la position ennemie. »

Tananarive, le 27 Novembre 1899. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 14/10/1899

 

ORDRE GÉNÉRAL 298


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

M. le capitaine Delavau, commandant la 1re compagnie de légion:
« A été mortellement blessé, le 29 juin 1899, en se rendant, avec une faible escorte, en avant de la colonne qu'il commandait pour reconnaître les retranchements établis devant Ambararatra (Voningeza) ».

Le soldat de 1re classe Peano, N° Mle 17590, de la 3e compagnie de légion:
« Les 6 et 7 juillet, a traversé plusieurs fois le Mangoky à la nage, d'abord pour chercher un gué, puis pour tendre une corde entre les deux rives et a failli se noyer dans une de ses tentatives ».

Le soldat de 2e classe Thépaut, N° Mle 25189, de la 1re compagnie de légion:
« A été mortellemént blessé, le 29 juin, à l'attaque d'Ambararatra, à côté de son capitaine, auprès duquel il avait demandé une place de faveur au danger ».

Les soldats de 2e classe: Sonderegger, N° Mle 8756; Gros, N° Mle 21928; Kilian, N° Mle 21724, de la 1re compagnie du bataillon de légion :
« Sont allés ramasser sous le feu de l'ennemi le capitaine Delavau, mortellement blessé, le 29 juin 1899, à l'attaque d'Ambararatra (Voningeza) ».

Le Général adresse en outre ses félicitations :

A M. le lieutenant Dubroca, de la 1re compagnie de légion :
« Pour avoir conduit avec beaucoup d'audace l'assaut de la barricade et du village d'Ambararatra, le 29 juin 1899, après que le capitaine Delavau eut été mortellement blessé. »

A M. le lieutenant Arqué, de la 3e compagnie de légion :
« Pour la façon brillante avec laquelle il a conduit plusieurs fois l'avant-garde de la colonne pendant les opérations du Yoningeza, du 29 juin au 15 juillet 1899. »

A l'adjudant Martel, N° Mle 15061, de la 1re compagnie de légion :
« Pour l'entrain qu'il a montré à l'assaut de la barricade et du village d'Ambararatra (Voningeza), le29 juin 1899. »

Au sergent Legendre, N° Mle 21844, de la 1re compagnie de légion :
« Pour la bravoure dont il a fait preuve à l'assaut du village d'Ambararatra, le 29 juin 1899.»

Au soldat de 1re classe Pugin, N° Mle 14810, de la 1re compagnie de légion :
« Pourla bravoure qu'il a montrée à l'assaut de la barricade et du village d'Ambararatra, le 29 juin 1899 ».

En outre, le Général décide que les postes créés à Raffiay, a l'embouchure de l'Irevo, sur la rive Sud du Mangoky et sur la rive Nord de ce fleuve, à l'embouchure de la Marerano,
seront appelés :
Le 1er : Fort Delavau ; le 2e : Fort Thépaut.
Un exemplaire du présent ordre sera remis à chacun des militaires qui y sont dénommés ou envoyé à leur famille :
Tananarive, le 25 Septembre 1899. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 23/09/1899

 

ORDRE GÉNÉRAL 296


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation:

Le sergent Hirschberg, N° Mle 11753, de la 4e compagnie de légion :
« Etant chef du poste d'Esira, a fait preuve de beaucoup d'activité dans la surveillance de cette région, et, le 21 juin 1899, a réussi à reprendre le troupeau du poste qu'une bande de rebelles avait enlevé en plein jour, et a infligé des pertes sérieuses à cette bande ».

Le soldat de 2e classe de Witt, N° Mle 18280, de la 4e compagnie de légion :
« A fait preuve de beaucoup d'entrain et d'initiative dans différentes reconnaissances effectuées dans la région d'Esira, et, en particulier, le 21 juin 1899, contre une bande qui avait enlevé le troupeau du poste ».

Le Général adresse, en outre, ses félicitations :

Aux soldats de 1re classe Heitzler, N° Mle 22450, Daubies, N° Mle 17450, de la 4e compagnie de légion :
« Pour avoir fourni, au milieu de difficultés de toutes sortes, trois marches forcées d'une durée totale de 42 heures sur 60, au cours desquelles ils ont eu à donner la chasse aux avant-postes rebelles, du 15 au 18 juin, dans la région d'Ampariby ».

Aux soldats de 2e classe Mobiltz, N° Mle 23000, Desplats, N° Mle 24594, Carlier, N° Mle 20915, de la 4e compagnie de légion:
« Pour avoir secondé avec beaucoup d'entrain, le 21 juin 1899, le chef du poste d'Esira, dans la poursuite et la reprise du troupeau enlevé en plein jour par une centaine de rebelles ».

Tananarive, le 1er Septembre 1899. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général P.I. de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 09/09/1899

 

 

ORDRE GÉNÉRAL 293


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

M. le lieutenant Jullien, de la 4e compagnie de légion :
« Dans la colonne contre les Ranofotsy, le 7 janvier 1899, a franchi une rivière à la nage, à la tête de ses hommes, sous un feu violent exécuté à moins de 30 mètres, et a repoussé un ennemi bien placé et très supérieur en nombre ».

Le soldat de 2e classe Greiveldinger, N° Mle 9542, de la 4e compagnie de légion :
«Dans la colonne contre les Ranofotsy, a franchi une rivière à la nage sous un feu violent exécuté à moins de 30 mètres et a tué plusieurs rebelles qui tiraient sur lui, le 7 janvier 1899 ».

Le soldat de 2e classe Wicki, N° Mle 20493, de la 4e compagnie de légion :
« Etant chef de patrouille pendant la colonne contre les Ranofotsy, a fait subir des pertes sensibles à l'ennemi et a conquis une forte position avec de jeunes miliciens, parmi lesquels il a eu un tué et trois blessés ».

Le Général adresse en outre ses félicitations :

Au caporal Huard, N° MIe 23031, de la 4e compagnie de légion :
« Pour la vigueur et l'entrain qu'il a déployés pendant l'enlèvement du village fortifié de Manindra, le 4 avril 1899 ».

Au soldat de 1re classe Lobraux, N° Mle 19602, de la 4e compagnie de légion :
« Pour le courage dont il a fait preuve à 1attaque du village de Manindra, le 4 avril 1899.»

Fait à Majunga, le 19 Juillet 1899. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, PENNEQUIN.

Un R.M.L.E. à Madagascar dans les années 1900... suite 4

Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 15/11/1898


ORDRE GÉNÉRAL 257


Il cite à l'ordre du Corps d'occupation :

L'adjudant Kropfinger, N° Mle 21852, de la 3e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« S'est fait remarquer par l'entrain et l'énergie avec lesquels il a conduit l'avant-garde de la colonne qui a enlevé, le 18 juillet, la position fortifiée d'Ankiliabo».

Le caporal Vandenabeele, N° Mle 20733, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Et tombé mortellement frappé le 24 juillet 1898, en poursuivant avec ardeur et courage les rebelles Antatsimas qui venaient d'être défaits ».

Le caporal Lorentz, N° Mle 16201, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Pendant les opérations contre les Antatsimas, en août 1898, a montré beaucoup d'activité et d'énergie et a fait preuve, le 11 août, au passage d'un cours d'eau, du plus grand sang-froid et d'un courage remarquable en soutenant d'abord la première attaque des rebelles et en conduisant ensuite un mouvement tournant qui les mit en déroute ».

Le soldat de 1re, classe Friedrich, N° Mle 15191 de la 3e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Blessé le 23 juillet 1898 dans la marche sur Ankiliabo, pendant les opérations contre les rebelles du Bas-Mangoka, est demeuré à sa place et ne s'est fait panser qu'en arrivant au poste».

Le Général adresse en outre ses félicitations :

Au sergent-major Trétrop, N° Mle 18058, et au sergent-fourrier Bichler, N° Mle 13234, de la 3e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Pour le zèle dont ils ont fait preuve en assurant avec de faibles moyens, dans des circonstances difficiles, le ravitaillement des troupes en opérations dans le Bas-Mangoka ».

Au sergent Kummer, N° Mle 9516, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Pour le sang-froid, l'énergie et l'activité dont il a fait preuve en débarrassant, après avoir pris le commandement du poste d'Audetra, toute cette région des nombreuses bandes qui l'infestaient et en ramenant sous notre autorité les habitants de plusieurs villages ».

Aux caporaux Vanstraelen, N° Mle 17126, et Redonnet. N° Mle 22019, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère:
« Pour la vigueur et l'intelligence avec lesquels ils ont dirigé, en juillet 1898, une reconnaissance contre les villages rebelles de Betiassy et d'isera ».

Au caporal Colette, N° Mle 19326, au soldat de 1re classe Bauer, N° Mle 22050, et au soldat de 2e classe Schreiner, N° Mle 16602, de la 3e compagnie du bataillon de la légion étrangère:
« Pour leur courage et leur audace, le 18 jullet, à la prise d'Ankiliabo, pendant les opérations dans le Bas-Mangoka ».

Au canonnier Cuquemelle, N° Mle B 1065, de la 4e batterie du 2e régiment d'artillerie de marine (Groupe d'Afrique et des Anlilles), et au soldat de 2e classe Wirtz, N° Mle 23025, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Pour l'entrain et le sang-froid dont ils ont fait preuve pendant les opérations qui, en juillet 1898, dans le cercle de Fort-Dauphin, ont eu pour résultat la pacification de la région de Manantenina ».

Aux soldats de 2e classe Schreiber, N° Mle 23018, Caers N° Mle 21133, Ragot, N° Mle 20496, Favalelli, N° Mle 22983, Huart, N° Mle 23031, Roediger, N° Mle 23019, et Dulex, N° Mle 22541, de la 4e compagnie du bataillon de la légion étrangère :
« Pour l'endurance et l'entrain dont ils ont fait preuve, du 8 au 31 août, pendant les opérations contre les rebelles Antatsimas et pour leur sang-froid et leur courage pendant le combat du 11 août ».

Le Général décide, en outre, pour perpétuer à Madagascar le nom des militaires morts pour le service de la patrie qu'à compter de ce jour le poste d'Iampasika portera le nom de poste Désarmônien; le poste créé dans la plaine de Bevongo s'appellera poste Vandenaboele ; les postes d'Imandalavaet de Tanandava s'appelleront poste Eckert et poste Fasili-Abdallah. Un exemplaire du présent ordre sera remis à chacun des officiers et des hommes de troupe qui y sont dénommés ou envoyé à leur famille.

Fait à Tananarive, le 10 Novembre 1898. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.

ORDRE GÉNÉRAL 243


Le mois qui vient de s'écouler a été particulièrement pénible pour les troupes stationnes dans le cercle-annexe de Fort-Dauphin.
Des actes de rébellion, commis à la fois sur un grand nombre de points, ont nécessité la mise en action de tous les moyens dont disposait le commandant du cercle.
Les différentes opérations effectuées dans cette période ont eu pour effet, grâce à l'énergie déployée par tous, non seulement de ramener le calme dans les régions troublées, mais encore de provoquer de nombreuses soumissions.
A l'occasion des différentes actions de guerre dont le cercle-annexe de Fort-Dauphin vient d'être le théâtre, le Général commandant en chef du Corps d'occupation exprime sa satisfaction aux militaires européens qui y ont pris part.
Il adresse ses félicitations : Aux légionnaires Sottewoey, Wolf et Spindler, de la 4e compagnie du bataillon de légion étrangère :
« Pour l'énergie et la vigueur qu'ils n'ont cessé de montrer pendant toutes les opérations de mars et pour l'entrain avec lequel « ils ont enlevé la barricade et le repaire d'Ambodirosy ».
Fait à Tananarive,le 30 Mai1898. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI .

ORDRE GÉNÉRAL 241


Afin de perpétuer dans la Colonie la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats du Corps d'occupation de Madagascar morts glorieusement au cours des opérations qui ont eu lieu depuis le mois d'août 1897, dans les terriitoires de l'ouest et du sud de l'île, le Général
en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendancesdécide que leurs noms seront donnés aux postes dont la désignation suit :

Port Ambiky.
Port Renaut. — Adjudant de la légion étrangère, tué à la défense d'Ambiky le 5 octobre J 897.
Ampassimpolaka (cercle de Fort-Dauphin).
Poste Sangiardi. — Caporal du bataillon de la légion étrangère, tué le 7 mars 1898 à l'attaque du repaire fortifié d'Ambodirosi.

Le Général rappelle, en outre, qu'en vertu des prescriptions de l'ordre général 239 :

Le poste d'Ankazoabo a pris le nom de : Poste Flayelle. — Capitaine au bataillon de légion, tué le 12 mars 1898 à l'attaque du repaire de Vohinghezo.
Le poste de Soaserano a pris le nom de : Poste Montagnole.— Lieutenant au bataillon de légion, tué dans les mêmes circonstances.
Le poste de Vorondreo a pris le nom de : Poste Durlach. — Soldat au bataillon de légion, tué dans les mêmes circonstances.
Fait à Tananarive, le 2 Mai 1898. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.

DÉCISION 541 transférant à Majunga la portion centrale du bataillon étranger.

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, Considérant que toutes les unités du bataillon étranger sont stationnées dans le sud ou sur la zone côtière de l'ouest;
Considérant, par suite, qu'il y aurait intérêt, au point de vue des facilités du service et du commandement, à transférer à Majunga la portion centrale de ce bataillon;
Vu l'avis du chef des services administratifs;
Sous réserve de l'approbation des Ministres de la Guerre et des Colonies,

Décide:
ART.I. — La portion centrale du bataillon étranger sera transférée de Tananarive à Majunga à compter du 26 avril 1898.

ART.II. — Le commandant du bataillon et les officiers comptables se logeront et installeront leurs bureaux à leurs frais, à Majunga.

ART.III. — Les effets ou objets et les bagages destinés à Majunga seront transportes à Tamatave par les bourjanes de l'administration et embarqués sur l'un des paquebots de la compagnie des Messageries Maritimes. Le commandant du bataillon et le lieutenant-trésorier chargé de l'expédition des affaires prendront les dispositions de détail nécessaires, de concert avec le chef des services administratifs.

ART.IV. — Les dépenses que pourraient entrainer l'installation des magasins et atelier à Majunga seront supportées par le fonds commun de la masse de baraquement du bataillon étranger.

ART. V. — Le colonel commandant le 3e territoire et la place de Tananarive, le chef services administratifs, le commandant d'armes de Tamatave, le commandant du bataillon étranger sont chargés, chacun en ce qui les concerne, de l'exécution de la présente décision.

Fait à Tananarive, le 23 Avril 1898. GALLIENI.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 26/04/1898

Le dépôt du bataillon de légion étrangère en service à Madagascar est transféré, à la date du 25 avril, de Tananarive à Majunga.


Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 19/04/1898

 

NOMINATIONS


dans l'ordre de l'Etoile i'Aujouan


Le Ministre des Colonies informe, par lettre du 4 mars 1898, le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances qu'il a favorablement accueilli ses propositions pour l'ordre de l’Étoile d'Anjouan faites à l'occasion du 1er janvier 1898 et que, par décision du 27 février dernier, M. le Président de la République a ratifié cette décision.

En conséquence, sont nommés:

Au grade d'officier :

Cussac Pierre-François, chef de bataillon commandant la légion étrangère.

Flayelle Louis-Charles-Marie, capitaine à la légion étrangère.

Au gracie de Chevalier :

Prévot Jean, lieutenant à la légion étrangère.

Rose Léon-Hyacinthe, lieutenant à la légion étrangère.

Sautier Victor-Jean-Baptiste, caporal à la légion étrangère.

Thomas Adrien-Auguste, adjudant à la légion étrangère.

Broussouloux Gilbert-Henri, sergent-major à légion étrangère.

Delerue Abel-Jean-Baptiste, sergent à la légion étrangère.

Stevens Henri-Joseph-Marie, soldat de 1re classe à la légion étrangère.

Muller Pierre, caporal à la légion étrangère.

Neulat Amans, sergent-télégraphiste à la légion étrangère.

Fait à Tananarive,le 13 Avril 1898. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI


NÉCROLOGIE

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances a le regret de porter à la connaissance de la colonie la nouvelle de la mort de MM. le capitaine Flayelle et le lieutenant Montagnole, tués à l'ennemi le 12 mars 1898.

Né le 23 septembre 1858 à Saint-Nabord (Vosges), M.le capitaine Flayelle était entré à Saint-Cyr le 29 octobre 1878; il était affecté, à sa sortie de l'école, au 91e de ligne. Nommé lieutenant le 29 juillet 1885, il était classé au 21e régiment de la même arme.
Plein de vigueur, d'entrain et recherchant, dès le début de sa carrière, l'occasion de se distinguer et de faire campagne, il demandait et obtenait de servir en Algérie, où il était placé au 1er régiment de tirailleurs.
Promu capitaine le 2 octobre 1891, il était affecté au 131e régiment de ligne, à Orléans. Passé au 2e régiment de la légion étrangère, il fut promu chevalier de la Légion d'honneur le 11juillet 1896; l'année suivante, il était désigné pour servir a Madagascar. Parti de Marseille le 10 août 1896, en même temps que le Général Gallieni, il débarquait à Tamatave le 5 septembre suivant. Il faisait, à la tête de la 1re compagnie de légion, toute la campagne contre l'insurrection hova et prit une a large part à plusieurs opérations importantes. Il se distingua, en particulier, à la prise du village fortifié Nosibé ; à cette occasion, il méritait d'être cité à l'ordre du Corps d'occupation le 21 février 1897, pour : « Avoir montré une bravoure et un sang-froid dignes des plus grands éloges, le 6 février 1897, en dirigeant, sous un feu très vif, l'escalade d'une des portes du village forlilié de Nosibé, avoir ensuite très habilement dirigé la poursuite des rebelles dans la vallée de l'Ikopa et provoqué ainsi près de 3.000 soumissions en deux jours ».
Au mois d'octobre 1897, dès que la tentative de révolte des Sakalaves de la Tsiribihina fut conue à Tananarive, le capitaine Flayelle, envoyé dans le Ménabé, se portait en toute hâte au secours d'Ambiky, où il arrivait le 17 novembre Il méritait, à cette occasion, d'être cité de nouveau à l'ordre du Corps d'occupation pour: « Avoir fait preuve de beaucoup de bravoure et de sang-froid dans le commandement des deux compagnies de renfort qu'il a conduites, du 14 au 17 novembre 1897, de Bemena à Ambiky, à travers une région boisée infestée par des bandes rebelles. A constamment marché de sa personne avec la tête d'avant-garde ».
Quelques semaines plus tard, M. le capitaine Flayelle prenait le commandement des troupes de la province de Tulléar. Notre extension méthodique dans cette province ayant été, à diverses reprises, entravée par les incursions à main armée d'une bande réfugiée dans le massif boisé du Vohinghezo, il se mettait à sa poursuite. C'est au cours de cette opération, couronnée de succès, que M. le capitaine Flayelle, qui marchait avec son intrépidité accoutumée à la tête d'avant-garde, est tombé mortellement frappé sous le feu de l'ennemi, méritant d'être cité encore une fois à l'ordre du Corps d'occupation.
M. !e capitaine Flayelle était un officier du plus grand mérite; à ses remarquables qualités militaires, à une bravoure à toute épreuve, il joignait une instruction étendue, un esprit fin et lettré qui donnait le plus grand charme à ses relations. Ses chefs l'avaient en haute estime et il était aimé de ses hommes, qu'il traitait avec justice et bonté. On se rappelle qu'au mois de novembre 1896, il n'avait pas craint d'exposer sa vie pour sauver un de ses légionnaires sur le point de se noyer dans l'Ikopa; il avait été cité une première fois à l'ordre du Corps d'occupation pour ce bel acte de courage et de dévouement.
La mort de ce brillant et valeureux officier sera déplorée par tous ceux qui l'ont connu.

Né le 31juillet 1869 a la Ravoire (Haute-Savoie), M. le lieutenant Montagnole entrait à Saint- Maixent le 1er mars 1891. Affecté, à sa sortie de l'école, au 1er régiment de légion étrangère, il faisait campagne au Soudan, du 23 février 1894 au 27 janvier 1895, et y faisait preuve de solides qualités militaires. Il était promu lieutenant le 1er avril 1895.
Désigné pour servir à Madagascar, il s'embarquait à Marseille le 10 octobre 1897 ; arrivé le 4 novembre à Tamatave, il montait à Tananarive avec un détachement qu'il conduisait peu après dans le sud, à Ihosy.
Tout dernièrement, il fut classé à la compagnie de M. le capitaine Flayelle et prit part, avec elle, à l'opération dirigée contre les rebelles du Vohinghezo.
Il marchait à la pointe de l'avant-garde, dont il avait le commandement, lorsqu'il tomba mortellement frappé à côté de son capitaine.
Le Corps d'occupation perd, en la personne de M. le lieutenant Montagnole, un officier de valeur et d'avenir, qui sera vivement regretté de ses chefs et de ses camarades.
Par décision en date du 7 avril 1898 :
M. le lieutenant Philip, de la 4e compagnie du bataillon étranger, est placé hors cadre et nommé adjoint à M. le capitaine commandant le cercle-annexe de Fort-Dauphin, à la date du 1er avril 1898.

Le Journal Officiel de Madagascar et Dépendances du 12/04/1898

ORDRE GÉNÉRAL 239


Notre extension méthodique dans la province de Tulléar et dans l'ouest du cercle des Baras ayant été, à diverses reprises, entravée par les incursions à main armée d'une bande réfugié dans le massif boisé du Yohinghezo, sis à l'est du confluent du Mangoka et du Malio. M. le capitaine Flayelle, commandant les troupes de la province de Tulléar, fut chargé de chasser cette bande de son repaire.

Il disposait, pour l'opération projetée :

D'un détachement de la 1re compagnie de légion, sous les ordres de M. le lieutenant Montagnole.
De quelques hommes de la 11e compagnie du 13e régiment d'infanterie de marine.

D'une pièce de la 6e batterie de montagne (Lieutenant Defer).
D'un détachement de la 6e compagnie du 1er malgache.

D'un détachement de la 8e compagnie du 2e malgache (sous-lieutenant Garenne).
D'un détachement de la milice de Tulléar (M. l'inspecteur Charles).
D'un détachement de la compagnie de Fianarantsoa (M. le garde Morel).

Ce groupe quitta le poste de Soaserana le 11 mars dans l'après-midi, passa le Malio et, après un repos de quelques heures, se remit en route à 11 heures du soir. Il se heurta, à 4h.45 du matin, à des escarpements boisés occupé par les rebelles, qui accueillirent la tête de colonne par un feu très nourri.
Aux premiers coups de feu, MM. le capitaine Flayelle et le lieutenant Montagnole qui marchaient à l'avant-garde, tombaient mortellement blessés.

M. le lieutenant Defer prenait alors le commandement et donnait ses ordres pour l'enlèvement de la position, qui fut aussitôt effectué, grâce à un mouvement tournant vigoureusement conduit par M. le sous-lieutenant Garenne et malgré les énormes difficultés du terrain et la résistance déployée par les rebelles abrités derrière les retranchements qu'ils avaient organisés et derrière lesquels ils laissèrent de nombreux cadavres.

Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances cite à l'ordre du Corps d'occupation :
M. le capitaine Flayelle, commandant la 1re compagnie du bataillon étranger et les troupes de la province de Tulléar :
« A été mortellement blessé, le 12 mars au matin, dans la forêt du Vohingheso, en marchant, avec sa bravoure habituelle, à la tête d'avant-garde ».
M. le lieutenant Montagnole, de la 1re compagnie du bataillon étranger :
« A fait preuve de beaucoup de bravoure, le 12 mars 1898, dans le commandement de la pointe d'avant-garde, jusqu'au moment où il est tombé mortellement blessé ».
Durlach, N° Mle20929, soldat de 2e classe à la même compagnie :
« A montré la plus grande bravoure à l'asssaut des retranchements où s'étaient embusqués les rebelles, assaut au cours duquel il a été mortellement blessé ».
Griseur, N° Mle 21921, soldat de 1re classe à la même compagnie, ordonnance de M. le capitaine Flayelle :
« Se trouvant en dehors de la ligne de feu, est allé sous les balles ramasser le corps de son capitaine mortellement frappé, est revenu ensuite chercher le corps du lieutenant Montagnole, puis est retourné au feu ».
Vonech, N° Mle 1481, soldat de 1re classe à le même compagnie :
« A fait preuve d'une grande bravoure dans l'assaut des retranchements du Vohinghezo, assaut au cours duquel il a été blessé à l’aine »,
Mangalli, N° Mle 18220, soldat de 2e classe à la même compagnie :
« S'est élancé avec impétuosité à l'assaut des retranchements du Vohinghezo et y est arrivé en même temps que l'officier qui commandait l'attaque ».
Laos, N° Mle16063, soldat de 2e classe à la même compagnie :
« Étant blessé au coude, est resté à sa place de combat jusqu'à la fin de l'action ».
Pugin, N°Mle14810, soldat de 2e classe à la même compagnie :
« Étant à la pointe d'avant-garde et se trouvant immédiatement derrière le lieutenant Montagnole, qui venait d'être blessé, a continué à tirer et a eu son fusil brisé par une balle ».
Schmider, N° Mle14921, soldat de 2e classe à la même compagnie :
« S'est conduit brillamment pendant l'attaque du Vohinghezo, au cours de laquelle il a été légèrement blessé ».
Le Général adresse en outre ses félicitations :
Au sergent rengagé Lelièvre, N° Mle 9394, de la 1re compagnie du bataillon étranger :
« Pour avoir fait preuve du plus grand sangfroid lorsque la tête de colonne fut assaillie par une grêle de balles et avoir rallié ses hommes sans précipitation ».
Au soldat de 2e classe Kieffer, N° Mle 20991, de la 1re compagnie du bataillon étranger :
« Pour avoir, bien que blessé au mollet, aidé à transporter, sous les balles, en arrière de la ligne de feu son capitaine mortellement blessé ».
Au soldat de 2e classe Satta, N° Mle 13604, de la 1re compagnie du bataillon étranger :
« Pour avoir aidé, avec beaucoup de sang-froid et de dévouement, l'infirmier Revel dans les soins donnés aux blessés ».

Le Général décide, en outre, que les postes d'Ankazoabo, Soaserana, Vorondreoet Manera, porteront, à compter de ce jour, les noms de : poste Flayèlle, poste Montagnole, poste Durlàch, poste Ramanarany.

Un exemplaire du présent ordre sera. remis à chacun des officiers et hommes de troupe qui y sont dénommés ou envoyé à leur famille.

Tananarive,le 10 Avril 1898. Le Général commandanten chef du Corps d'occupation et GouverneurGénéral de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.

TERRITOIRES MILITAIRES


2e TERRITOIRE MILITAIRE

Cercle de Miarinarivo.
Des reconnaissances exécutées pendant le mois par M. le capitaine Deleuze dans la région de Maevatanana ont permis d'assurer la liaison entre les 2e et 4e territoires. Parti de Miarinarivo le 31 janvier, M. le capitaine Deleuze arrivait, le 10 février, à Makarainga, pour prendre le commandement du secteur; le 12 février, il ce quittait poste avec un détachement à destination d'Ankilahila, où il était le lendemain. Le 15 février, M.le capitaine Deleuze, accompagné du lieutenant Badot, partait d'Ankilahilapour Maevatanana et y arrivait le 26, établissant ainsi la jonction des deux territoires; toutefois, cette opération ne sera complètement terminée que lorsqu'il aura pu se relier avec le poste de Morafenobe, du cercle-annexe d'Ankavandra.
D'autre part, M. le chef de bataillon Cussac, commandant le cercle, a quitté Miarinarivo le 23 février ; le 26, il était à Tsiroanomandidy, d'où il repartait,le 28, pour Ankavandra.

ORDRE GÉNÉRAL 237

Pendant les mois de décembre 1897, de janvier et février 1898, les troupes du Corps d'occupation stationnées dans le sud et dans l'ouest de l'île ont eu, pour étendre notre occupation dans ces régions hostiles, à lutter contre un ennemi déterminé et enhardi par les difficultés que la saison des pluies apportait à la marche de nos détachements.
Malgré les conditions défavorables provenant du climat et du terrain, les garnisons de nos postes n'ont cessé de montrer une activité remarquable qui a compensé leur faiblesse numérique.
Les reconnaissances effectuées pendant cette période ont en pour résultat la soumission et le désarmement d'un certain nombre de tribus restées jusqu'ici rebelles.
En tous points où nos troupes se sont trouvées en contact avec les populations révoltées, elles ont su, dans des engagements journaliers, affirmer leur valeur et faire preuve, en toutes circonstances, de grandes qualités de bravoure, d'endurance et d'énergie.
A l'occasion des différentes actions de guerre dont les régions du Betsiriry, du Mangbky, d'Ihosy, d'Ivohibé, de Tamotamo et de Fort-Dauphin-ont été le théâtre, le Général exprime sa satisfaction aux militaires européens et indigènes qui y ont pris part.
Il cite a l'ordre du Corps d'occupation :
M. le sous-lieutenant Philip, de la 4e compagnie de légion étrangère :
« A parfaitement dirigé, du 30 janvier au 9 février 1898, une reconnaissance dans la région très difficile d'Ampikazo ; a infligé, par une série d'embuscades, dès pertes sensibles aux rebelles, pris un certain nombre d'armes et une grande partie de leurs approvisionnements ».
Le Général adresse en outre ses félicitations :
A M. le capitaine Brulard, de la légion étrangère, commandant le cercle-annexe de Fort-Dauphin :
« Pour l'infatigable activité avec laquelle il a procédé à l'organisation du cercle-annexe de Fort-Daupnin et les résultats obtenus dans la progression de notre occupation chez les tribus hostiles du pays antandroy ».
A M. le lieutenant Prévôt, de la 4e compagnie de légion étrangère :
« Pour la poursuite vigoureuse donnée aux rebelles le 16 janvier 1898, lors de l'attaque du poste de Behera, et dans laquelle neuf fusils et des munitions furent pris ».
Au sergent Petitjean, N° Mle 16849, aux caporaux Lôrentz, Redonnet, Sangiardi et aux légionnaires Vanheil, N° Mle 19336, et Schreiber, N° Mle 23016, de la 4e compagnie de légion étrangère :
« Pour leur brillante conduite dans les divers engagements auxquels ils ont pris part contre les tribus rebelles du pays Antandroy».
Fait à Tananarive,le 26 Mars 1898. Le Général commandant en chef du Corps d'occupation et Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, GALLIENI.
Deux cent cinquante volontaires seront incorporés, à partir du 1er avril, dans la 10e compagnie du 2e malgache (capitaine Grézel), de formation récente, et instruits par les cadres de cette compagnie, renforcés d'un certain nombre de légionnaires de la 2e compagnie du bataillon de la légion. Quand leur instruction sera terminée, ils seront répartis, dans les compagnies malgaches, proportionnellement aux besoins.

TERRITOIRES MILITAIRES


2e TERRITOIRE MILITAIRE

Mouvements de troupes.

Cercle de Miarinarivo.
Le 4 janvier, arrivée à Makarainga du détachement de M. le sous-lieutenant Arbogast, chargé de l'occupation d'Ankilahila, au nord de Makarainga.
Le 8 janvier, 20 légionnaires de la 2e Cie (lieutenant Badot) quittent Miarinarivo à destination d'Ankilahila(relève de la 3e Cie de tirailleurs algériens du détachementde Makarainga).
Le 11 janvier, un détachement de 11 légionnaires quitte Miarinarivo, pour Makarainga (même relève).
L'occupation du secteur de Ramainandro, par la 3e compagnie de légion (capitaine de Thuy), la relève des- détachements de la 2e compagnie de légion (lieutenant Lafon) dans ce secteur et à Betafo et la mise en route. des différentes fractions, à partir du 4 janvier, sur Miarinarivo, doivent être mentionnées.

Vous avez des Infos, des documents...

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2786
mod_vvisit_counterHier8460
mod_vvisit_counterCette semaine21009
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois144514
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098345247

Qui est en ligne ?

Nous avons 1282 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18069888
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2015 La Newsletter 15/11 de l'AALEME