AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Poèmes de Marc Bermoz alias Marc Barellon


A toi, Georges...

mort à vingt ans, le 16 décembre 1951 dans un camp de prisonnier du Viet-Minh de la Haute Région (TONKIN)

Oh Georges, mon ami, camarade, mon frère.
Garderai-je toujours gravé dans ma mémoire
Le souvenir amère du baiser fraternel, qu'un matin
Mes lèvres ont déposé sur tes paupières mortes.

La vie et ses souffrances nous avaient réunis
Apportant chaque jour, ses peines, ses espérances.
Ensembles, le quotidien devenait supportable.
Chaque épreuve fortifiait notre amitié.
Chaque jour, nous retrouvait vers le ruisseau chantant
Pour chasser de nos âmes, les cauchemars, les tourments.
Et nous tentions en vain d'arracher de nos corps
La vermine et les poux qui dévoraient nos chairs
Jouant avec la brise sur nos corps frémissants
Le soleil éclaboussait ta chevelure dorée.
Mon coeur se réchauffait en écoutant ta joie.
Tes mains sur mes plaies, allégeaient mes souffrances.
Quand la nuit enveloppait nos squelettes étranges
Blottis l'un contre l'autre, près du feu, nous rêvions
Nos lèvres murmuraient nos souvenirs d'enfants
Confiant de retrouver nos rêves d'adolescents.
Je me souviens encore de ces heures troublantes,
De ces regards complices et de ces longs silences
Je me souviens toujours où des heures durant
Tu parlais de ton père, de ta soeur, de ta mère.
Nous doutions parfois d'un avenir meilleur.
Notre ardeur, notre foi avaient été brisées.
Dans cette dure bataille, nous avions tout perdu
Et nous ragions aussi, d'être si délaissés.
Les jours s'en sont allés, aussi notre jeunesse.
Nos forces s'amenuisaient, aussi nos espérances.
Un matin, tu as cessé de venir au ruisseau,
Déjà dans le bleu de tes yeux, se reflétait la mort.
A l'aube d'un matin, je t'ai pris dans mes bras
Sans plainte, sans reproche, tu t'es mis à prier
Depuis longtemps déjà les ayant oubliées
Mes lèvres ont répété les prières murmurées.
Quand sur ton front glacé, j'ai déposé ma main
Tes yeux déjà voilés imploraient mon soutien.
Je rageais d'impuissance à vaincre ton destin
Et j'ai fermé les yeux pour cacher mon chagrin.
Dans l'ombre, j'ai senti ta main qui me cherchait
N'entendant plus ton coeur, le mien battait si fort,
Quand soudain dans mes bras, je t'ai senti plus lourd.
Pour toi, le jour s'était levé pour la dernière fois.
En te fermant les yeux, j'ai baisé tes paupières
Laissant avec ma peine éclater ma douleur.
Deux larmes ont coulé sur ta poitrine éteinte
impuissant que j'étais à retenir ta vie.
Désespéré, seul, je suis allé vers la rivière
Crier mon désespoir comme un enfant abandonné
J'ai pleuré, Georges, comme on pleure un frère mort
J'ai pleuré sur la vie et sur notre amitié.
Alors, je t'ai revu, les yeux remplis de larmes
Le jour où tu reçus dans tes bras charitables
Mon pauvre corps meurtri, écorché par la haine
Que tes mains ont soigné et rendu à la vie.
Oh Dieu, Pourquoi as tu permis cette injustice ?
Il avait à vingt ans, à peine connu la vie
Le jour qu'il me prit dans ses bras, il savait
Toutes les représailles qu'il encourait demain.
Aujourd'hui, je vais seul, perdu au gré du vent
Je vais seul, le cœur meurtri et pour longtemps.
Je n'entends plus ta voix, ni ta joie derrière moi,
Pour trouver ta présence, je vais seul au petit bois.
Jamais plus, je ne pourrai oublier ton sourire
Il m'apportait la force, le courage de vivre.
Un jour, peut-être, dans la paix retrouvée
Mon cœur s'apaisera comme tu l'avais souhaité.

à Nha-trang, le 20 février 1952


A vous... qui reposez sans tombe

Ce n'est pas une gloire que d'être prisonnier,
Mais non un déshonneur que de l'avoir été,
Surtout quand sans espoir,on se bat sans pitié,
Et que jusqu'au dernier on se fait massacrer.
Abandonnés de tous et pour tous bien perdus,
Sans cartouches et sans pain nous avons combattu,
Et c'est à bout de force et notre cœur meurtri
Qu'au détour du chemin nous fûmes tous pris.
Je suis venu ici pour m'échapper du monde,
Pour revoir mon passé et souffrir dans l'ombre
Pour calmer ma vengeance, ma colère qui gronde
Et qui pousse à l'abîme mon âme qui s'effondre.
Mais je n'ai pas le droit d'élever des reproches,
Moi qui ait tant prié quand la mort était proche.
C'est à vous mes amis,camarades d'outre-tombe,
Que je viens réchauffer mon courage qui sombre.
Écoutez donc tous,les paroles des martyrs,
Et sachez aujourd'hui,ce qu'ils ont pour mourir,
Sans plainte enduré,même sans défaillir,
Fidèles jusqu'au serment formulé de servir.
Les entrailles dévorées par la dysenterie,
Terrassés par la fièvre,peu à peu affaiblis,
Contre la maladie,ils luttaient toujours seuls,
La paille servait de drap et aussi de linceul.
"Et vous qui passerez un jour vers l'Inconnu,
Ne marchez pas si vite,mettez-vous tête nue.
En pensant à celui qui dort ici dans l'ombre,
Sachez que loin là-bas,beaucoup n'ont pas de tombes."

N'oublions pas

Ceux qui en combattant sont morts dans la rizière
Soit au cœur de la nuit, soit en pleine lumière,
Souvent sans le secours de la moindre prière
0u d'un regard ami : ne les oublions pas!
Ceux dont le dernier cri s'est perdu dans le ciel,
Ou en brousse inconnue, sur un rach au soleil,
Dans la montagne en pleurs, sous la pluie au réveil
Ou la forêt en feu : ne les oublions pas!
Tous les coloniaux, tirailleurs,légionnaires,
Partisans, commandos, femmes et auxiliaires,
Marins, aviateurs civils ou militaires,
Unis contre le mal : ne les oublions pas!
Gloire à ceux qui, du nord jusqu'à la Cochinchine
Ont lutté vaillamment et sans courber l'échine
Jusqu'à donner leur vie face à l'adversité,
Pour sauver l'idéal qui a nom : LIBERTÉ!
Ceux qui sont revenus fatigués et meurtris,
Invalides, blessés, troublés dans leur esprit,
Injustement vaincus, traités par le mépris
Dans leur propre pays : ne les oublions pas!
Les prisonniers des viets ou des japs despotiques,
Dans les camps de la mort, avilis, faméliques,
Malades abandonnés aux gardiens diaboliques,
Désespérés, perdus : ne les oublions pas!
Nos frères Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens,
Tombés à nos côtés pour n'avoir peur de rien,
Ceux qui ont tout perdu, leur Patrie, et leurs biens
Pour sortir de l'enfer : ne les oublions pas!
Gloire à ceux qui, du nord jusqu'à la Cochinchine
Ont lutté vaillamment et sans courber l'échine
Jusqu'à donner leur vie face à l'adversité,
Pour sauver l'idéal qui a nom : LIBERTÉ!
Alors....n'oublions pas les Anciens d'Indochine.

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui794
mod_vvisit_counterHier3150
mod_vvisit_counterCette semaine13165
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois39633
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095806372

Qui est en ligne ?

Nous avons 747 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13231
Affiche le nombre de clics des articles : 13375133
You are here POEMES Marc BARELLON