AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2010


Az Idegenlégióba való jelentkezés feltételei

Envoyer

2010. március 12

Az Idegenlégióba csak Franciaországban lehet jelentkezni. A felvételi eljárás alatt a szállást és ételt ingyenesen biztosítják a jelöltek részére.

1

 

A toborzóirodákba való eljutást, utazást tehát mindenkinek egyénileg kell megoldania.

  • Jelentkezés és előzetes kiválasztás valamelyik Információs- vagy Sorozó Központban
  • Sorozás Aubagne-ban (Franciaország déli részén, közel Marseille-hez)
    - egészségügyi alkalmassági vizsgálat
    - pszichológiai alkalmassági vizsgálat
    - fizikai felmérés (Luc-leger "navette");
  • Amennyiben a sorozáson a jelölt a követelményeknek megfelel, aláírja az első 5 éves szerződést (ennyi a minimálisan vállalható szolgálati idő) az Idegenlégióval
  • Az első szerződés lejártakor, a légiós folytathatja pályafutását egymást követő (6 hónapos, 1, 2 vagy 3 éves) szerződésekkel.

Korhatár

Jelentkezés 17-40 évig (18 év alatti kiskorú személyeknek szülői engedélyre van szükségük, melyet a Francia Nagykövetség hitelesít). Családi helyzettől függetlenül a jelölt nőtlenként kerül felvételre.

Az adatok hitelesítéséhez be kell mutatni egy érvényes személyi okmányt (útlevelet, személy-igazolványt, és ha van jogosítványt).

Fontos követelmény, hogy a jelölt fizikai és egészségügyi állapota tegye lehetővé bármely hadszíntéren történő bevetését.

A felvétel és a kiképzés folyamata

A sorozás lefolyása

Stádium Eligazítás Tartam

S

O

R

O

Z

A

S

Valamely Sorozó Központban 1 nap
Eligazítás Bevonulás
Előszerződés ismertetése kezdete
Előzetes kiválogatás 1-töl 3 napig
Valamely Sorozó Központban (Paris - Aubagne)
Biztonsági és elkötelezettségi beszélgetés Orvosi vizsgálat Előszerződés ismertetésének a befejezése
Eloszerzodés
Sorozás 1-töl 10 napig
C.S.I. (Bevonulás Központ) Aubagne-ban
Pszichológiai teszt :
iskolai végzettségtől független logikai teszt
Orvosi vizsgàlat 2 Fizikai felmérés Biztonsági és elkötelezettségi beszélgetés 2
Pszichológiai teszt : személyi beszélgetés
Bizottság (sorozàs)
A szerződés aláírása minimum 5 évre. 7 nap
Bevonulás

A kiképzés lefolyása

Stàdium Kiképzés a 4. Idegen ezredbe Tartam

K

I

K

E

P

Z

E

S

Alapkiképzés
Harcászati ismeretek terepen történő elsajátítása, a Légió kultúrájába történő beillesztés, összekovácsolás.

4 hét
Képi Blanc (fehér kepi) gyaloglás 1 hét
Fegyverzettechnikai kiképzés (Terep és a 4. Idegen Ezred között ) 3 hét
Hegyi kiképzés (Pyrénées) 1 hét
Fegyverzettechnikai kiképzés (Terep és a 4. Idegen Ezred között ) 2 hét
Vizsga (alapfokú technikusi bizonyítvány) 1 hét
Raid marche (erőltetett menet az alapkiképzés végén) 1 hét
Jogositvány megszerzése (B - C) (több esély, ha hozta a magyar jogositványát) 1 hét
Visszatérés Aubagne-ba a beosztásba helyezésre.

1 hét

Beosztásba helyezés a 11 Idegen ezredbe.

Fizikai felmérés

1. Futás ritmikus zenére. Oda-vissza, 20 métres távolságon (minimum 7 szintet kell megcsinálni).

 

1 nivó = 20m x 6. Minél nagyobb a nivó annal gyorsabb a tempó.

 

 

 

2. Húzódzkodás (minimum 4)

 

Húzódzkodás - lenti helyzet

Húzódzkodás - lenti helyzet

Húzódzkodás - fenti helyzet

Húzódzkodás - fenti helyzet

3. Kötélmászás - 5 méteres kötélen

 

Függeszkedve

Függeszkedve

...vagy lábbal is segítve

...vagy lábbal is segítve

4. Felülés - minimum 40

 

Lenti helyzet

Lenti helyzet

Fenti helyzet

Fenti helyzet


Hol lehet jelentkezni a francia Idegenlégióba?

Csak Franciaországban lehet jelentkezni. A jelölt maga gondoskodik az utazási költségekről és az utiokmányokról.

PÁRIZS
FORT DE NOGENT
94120 FONTENAY SOUS BOIS
TEL : (33) 01 49 74 51 65

LILLE
Caserne Négrier, Rue Princesse
59 998 LILLE ARMEE
TEL : (33) 03 28 36 08 72

NANTES
PILE de NANTES
Quartier Mellinet BP 41315
44013 NANTES cedex 1
TEL : (33) 02 40 74 39 32

STRASBOURG
Quartier Lecourbe
1, rue d'Ostende
67 000 STRASBOURG
TEL : (33) 03 88 61 53 33

AUBAGNE
Quartier Viénot - Route departementale 2 - B.P. 11 354
13 784 AUBAGNE CEDEX
TEL : (33) 04 42 18 12 57

BORDEAUX
260, rue Pelleport
33800 BORDEAUX
TEL : (33) 05 56 92 99 64

LYON
PILE DE LYON
26 avenue LECLERC
Quartier général FRERE
69998 LYON ARMEES
TEL : 04.37.27.26.50
FAX : 04.37.27.35.48

MARSEILLE
69, corniche John Kennedy, De Vieux Port
Busz: 83 / Megálló: Caserne AUDEOUD ou CATALAN
Nyitva: 
* hétfőtől csütörtökig : 09h00 -12h00 / 13h00 - 17h00
* péntek : 09h00 -12h00 / 13h00 - 15h00
* Tel.: 06 72 14 77 78

NICE
PILE DE NICE
Caserne Filley, 02 rue Sincaire
06 300 NICE
TEL : (33) 04 93 80 59 06

PERPIGNAN
Caserne Joffre, rue Jean Vielledent, BP 917
66 020 PERPIGNAN
TEL : (33) 04 68 08 22 81

TOULOUSE
2 rue PERIGNON, BP 65028
31 000 TOULOUSE cedex
TEL : (33) 05 61 54 21 95
FAX : 05 61 54 21 95
Nyitva: nonstop


Colonel D. Mistral« Vivre ensemble ça s'apprend... » 30122010

Envoyer

Édition du jeudi 30 décembre 2010

La Légion est un corps d'armée unique au monde, composé essentiellement d'étrangers. Les officiers sont français, mais les sous-officiers et soldats viennent des quatre « coins » du globe. Dans un contexte civil, cela entraîne souvent du racisme, de la violence. Comment peut-il en être autrement au sein de l'armée ?
Le commandement contrôle le moindre débordement et ne tolère pas la moindre manifestation de racisme. Celui qui n'accepte pas cela est prié de quitter la Légion. Vivre ensemble ça s'apprend. Il peut arriver qu'il y ait des échecs, notre rôle est de détecter et de sanctionner. Le code d'honneur se dit en regardant le colonel dans les yeux. C'est un pacte qu'on accepte, un serment. Et ce serment dit :   « Chaque légionnaire est ton frère d'armes, quelle que soit sa nationalité, sa race, sa religion » (voir note). Toute la philosophie de la Légion est basée sur ce vivre ensemble..
 
Comment créer en si peu de temps - le temps de l'instruction - un sentiment de cohésion ?
La cohésion c'est la confiance, et elle ne se crée pas sur un claquement de doigt. Beaucoup de légionnaires ont servi dans leur pays : ce sont des façons de commandement et de vivre ensemble très différentes. A nous de faire en sorte que les gens s'adaptent. Nous les faisons adhérer au code d'honneur et au règlement de l'armée de terre. Avec 50 nouveaux légionnaires toutes les deux semaines, les cas déviants sont statistiquement relativement rares.

La cohésion vient aussi du sentiment d'appartenance à un corps d'élite, sentiment qui attire encore et toujours des jeunes gens du monde entier dans nos rangs.

La cohésion, elle vient par l'effort. C'est tout le sens de nos challenges sportifs, en particulier en fin d'année. Celui qui court vite reviendra encourager ceux qui courent moins vite. C'est ce qu'on apprend à « la ferme ». Au combat, la vie de l'un dépend de la vie de l'autre. Si on ne prépare pas cet état d'esprit ici...

C'est tout le problème de l'Education nationale aussi, sauf qu'elle ne dispose pas des mêmes « moyens de persuasion » que l'environnement militaire.

Je dis toujours, avec le sourire, que les enseignants doivent nous envier. L'instruction chez nous, c'est évidemment... contraindre, parce que ce n'est pas gagné d'avance. Mais c'est une contrainte librement acceptée qui permet l'épanouissement personnel.

« Chaque légionnaire est ton frère d'armes quelle que soit sa nationalité, sa race ou sa religion. Tu lui manifestes toujours la solidarité étroite qui doit unir les membres d'une même famille ». Second commandement du code d'honneur du légionnaire.   Colonel D. Mistral Le Colonel Mistral commande le 4e R. E. depuis juillet 2009.

Quartier D'Anjou, une école du français et du respect 30122010

Envoyer

Édition du jeudi 30 décembre 2010

« Quelle - heure - est-il - s'il-te-plaît ? »
Celui qui pose la question montre du doigt une grosse horloge attachée au poignet. Le ton est quelque peu martial, celui d'un enfant qui récite d'une voix forte, mais celui à qui il s'adresse est un adulte, un légionnaire. Il y a quelques semaines de cela, il ne savait prononcer la moindre syllabe de la langue de Molière. La méthode peut faire sourire, mais elle serait particulièrement efficace à en croire le Colonel Mistral, commandant le 4e R.E : c'est la « méthode Képi Blanc », une méthode   « que nous envie l'Education nationale » dit le Colonel avec le sourire. Elle repose sur une relation que ne peuvent pas avoir des enfants en âge d'apprendre et leurs enseignants. Une relation basée sur la hiérarchie (l'enseignant, ce jour-là, est un chef de section, d'origine slovaque) mais surtout sur l'esprit de « famille » inculqué aux nouveaux arrivants d'origines aussi diverses que le Népal, la Chine, la Finlande, le Portugal... Quelques élèves ont la main posée sur un dictionnaire (français-roumain, français-népalais) que l'on imagine ramené dans les maigres bagages avant de signer pour l'instruction à Castelnaudary, car les dictionnaires les plus exotiques sont introuvables en France.
 
« Il-est-20-heures-20 ».
En quatre mois, les nouveaux venus acquièrent une centaine de mots. En quittant l'instruction, ils auront atteint le niveau 2, soit 400 mots. Assez pour communiquer entre eux et pour... comprendre les ordres. Dans les régiments où ils seront ensuite affectés, l'enseignement du français continuera jusqu'à 600 à 800 mots, puis 2 000 mots (niveau 4), selon la spécialité (un brancardier secouriste apprendra d'autres termes qu'un transmetteur). La méthode déclinée en fiches est basée sur la démonstration, ce qui lui confère ce côté désuet (la grosse montre !).

Pour apprendre le français à la Légion, il n'y a pas que les trois cours par semaine, il y a aussi la vie commune, l'omniprésence du français, que ce soit à la caserne ou en ville, et l'accompagnement permanent d'un instructeur, la plupart du temps un francophone, tuteur de deux ou trois étrangers, qu'on appelle le « binôme ». Sa note à l'examen de français dépendra d'ailleurs de celle de son élève, à lui donc de faire progresser au mieux son camarade.
 
« Un rond rouge posé sur une table jaune ».
  « Il faut penser que ce n'est pas facile pour tout le monde. Pour un Chinois, dire : 'C'est un rond rouge posé sur une table jaune', c'est un exploit », raconte le colonel Mistral qui a fait   « l'école de guerre en Grande- Bretagne » et   « sait ce que c'est que d'être perdu », ne fût-ce qu'au fin fond de l'Oxfordshire.

Pour les passages de niveau, les tests écrits et oraux tiennent compte des spécificités de chaque langue.   « Les Arabes ne savent, par exemple, pas employer le verbe avoir, car il n'existe pas dans leur langue, l'idée de possession est exprimée autrement » explique encore le colonel.
 
« Tiens, voilà du Boudin ».
Les chants si connus des légionnaires participent à cet apprentissage à marche forcée de la langue : chanter permet d'apprendre le français, de s'accorder avec les autres, de créer des liens par la langue. La langue française comme ciment de la Légion, c'est l'application à la lettre de « l'esprit de la République ». Et ça marche tellement bien, qu'élus, enseignants, militaires étrangers etc... viennent au 4e R.E. pour voir fonctionner cette forme de miracle. 
Reportage : J. Yager Photos : D. Rumeau

Cohésion, racisme, identité sans tabous 30122010

Envoyer

Édition du jeudi 30 décembre 2010

A la demande de la rédaction, le patron du 4e R. E., régiment chargé de l'instruction des futurs légionnaires, a réuni des hommes d'origines extrêmement diverses pour débattre du « vivre ensemble » (voir ci-dessus son interview) du racisme, de l'identité.

  « S'il y a conflit parmi nous, ce n'est pas une question de nationalité. Je peux préférer un Sénégalais pour son côté travailleur, carré » explique le sergent Oustiagov, russe orthodoxe de Sibérie, en parlant du Sergent Bassène, Sénégalais, musulman, comme lui en formation santé.   « J'étais le seul francophone quand je me suis présenté au recrutement. Il y avait un Tchèque, un Roumain, un Algérien. Le seul racisme que je rencontre c'est dans le civil, dans le métro...» répond le Sénégalais.   « On juge les gens d'après leurs actes » estime encore le Caporal-Chef Jung, Allemand, protestant.   « Il y a moins d'hypocrisie ici qu'ailleurs vous savez », explique ce chiffreur-transmetteur en ajoutant :   « La Légion c'est un endroit où les gens qui se tapent sur la tête peuvent se retrouver ». A voir les différents intervenants débattre, on ne peut que constater que le brassage fonctionne.


Un pari qui fait l'originalité de ce corps de l'armée française, intégrant ses soldats par la langue et la philosophie interne de la Légion : « Legio Patria Nostra ».

Servir la France tout en ayant des origines étrangères peut toutefois mener à des cas de consciences, comme le rapporte le caporal Milinkovic, Serbe, orthodoxe :   « En 94 ou 95, j'ai été désigné pour aller en Yougoslavie, ça me travaillait un peu. Je connaissais Sarajevo, j'avais de la famille sur le front. Je me suis demandé si je serais en mesure de contrôler mes émotions et de ne pas trahir mes camarades. Le Chef de Corps a montré de la compréhension ». Pour éviter de tels cas de consciences, la Légion s'est imposé une règle unique elle aussi : elle ne peut pas obliger un légionnaire à aller dans un pays dont il est originaire.

Comment le 4° R.E. réussit le brassage multiethnique 30122010

Envoyer

Édition du jeudi 30 décembre 2010


Troupe d'élite par excellence, reconnue dans le monde entier, la Légion étrangère, créée en 1831 continue d'attirer de nombreux étrangers en France. Ils viennent aujourd'hui de pays aussi lointain que la Chine, mais aussi des pays du Maghreb, des pays de l'Est européen, d'Amérique du Sud...

Sur le site internet de la Légion, les recruteurs continuent de jouer sur l'image mythique véhiculée, principalement par le cinéma et la littérature :   « Une nouvelle chance pour une nouvelle vie quelles que soient votre origine, votre religion, votre nationalité, quels que soient vos diplômes et niveau scolaire, quelle que soit votre situation familiale ou professionnelle » et   « l'aventure au quotidien ». Ce sont ces deux motivations que les légionnaires que nous avons rencontrés ont avancées pour expliquer leur engagement dans un corps qui leur est a priori « étranger ». Les motivations de l'engagé d'aujourd'hui sont peut-être moins romantiques qu'elles ont pu l'être par le passé. Les prétendants étrangers au képi blanc, et pour certains, à la nationalité française, rêvent peut-être simplement d'une existence meilleure (financièrement) en occident. Pour cela, ils sont prêts à mettre leur vie en danger.

Une nouvelle vie qui passe par Castelnaudary. Quelles que soient les motivations profondes des légionnaires, ce pari-là semble souder « Les hommes irréguliers » (titre d'un livre d'Étienne de Montety paru en 2006) aux origines et aux histoires si diverses. Un autre lien est la langue, et l'absence apparente de racisme. Les différences s'effacent, dans les efforts multipliés visant à créer de la cohésion au sein d'un corps aussi disparate.

Ensemble sous le drapeau français : le sergent Oustiougov, venu de Sibérie, et le Sergent Bassène, originaire du Sénégal.

Retour en images sur... les crèches des légionnaires. 28122010

Envoyer

Publié le mardi 28 décembre 2010

Pour ceux qui auraient manqué l'événement, voyage autour de la Nativité

Chaque année, le moment est attendu avec impatience: les légionnaires du 1er Régiment étranger de cavalerie ne dévoilent leurs merveilleuses crèches que dans l'après-midi du 24 décembre. Il ne faut alors surtout pas rater le créneau...

Familles et visiteurs sont venus nombreux, admiratifs devant les créations des légionnaires et la qualité de leur accueil. Dès le passage du portail du 1er REC, un plan est distribué avec un programme détaillé. L'accueil est chaleureux et tous les légionnaires se mettent en quatre pour renseigner les visiteurs et leur éviter de se perdre dans les dédales du quartier Labouche. Avec le mistral glacial, personne ne traîne dans la cour et les nombreux curieux rejoignent les bâtiments dans lesquels les légionnaires ont confectionné plus d'une dizaine de crèches. 
 

Les légionnaires du 4e escadron devant leur crèche "Noël comme au pays".

Là où étaient exposés les objets symboliques de leur premier Noël respectif, provenant donc du monde entier. Photos F.P.

De pays d'origine en missions à travers la planète, elles sont réparties dans quatre bâtiments différents et situées au rez-de-chaussée ou perchées quelquefois au second, ou même au troisième étage. Cette visite s'apparente ainsi à un mélange de jeu de piste et de course sportive... C'est dans de petites pièces réquisitionnées pour l'occasion, que l'on découvre les crèches, préparées depuis des semaines et réalisées avec soin, minutie et originalité.

C'est qu'il ne s'agit pas d'admirer béatement une crèche statique, les légionnaires ont réalisé à chaque fois leur création autour d'un thème et ils les présentent dans le noir, avec son et... lumière. Du vrai travail de pro! Ainsi, le 1er escadron montre une crèche en Corse, là où ils sont allés lutter contre les feux de forêt, une autre dans un camion, pendant une observation de nuit. Quant au 4e escadron, il a choisi "Noël comme au pays", où vingt-cinq légionnaires représentant dix-sept nationalités ont apporté des objets liés au souvenir de leur premier Noël, et aussi "Souvenirs qui passent" une vidéo sur leur mission en Afghanistan. L'EAS (Escadron d'administration et de soutien) et l'ECL (Escadron de commandement et de logistique)  ne sont pas en reste avec "Noël en Indochine" ou "Dernier Noël d'un Légionnaire" ou bien encore "Quelque part dans les Alpes et Cybercrèche 2023"... Au fil du parcours, chants de Noël, et un message clair: "Dans l'année, les deux moments forts des Légionnaires sont Camerone et Noël. À chaque fois ils se retrouvent ensemble et forment ainsi une seule et même famille."


Франция режет Иностранный легион 28122010

Envoyer

28.12.2010

По его словам, 13 полубригады Иностранного Легиона. На сегодня это единственное подразделение легионеров (не считая миротворцев в Югославии и Афганистане), расквартированная за пределами Франции в Джибути.

В своем эмоциональном обращении к личному составу он высказал опасения, что вверенная ему часть будет расформирована. Дело в том, что Париж продолжает сокращать свои вооруженные силы, и этой участи не избежал даже знаменитый Иностранный легион, хотя считается, что именно легионеры являются наиболее боеспособными французскими солдатами.

Напомним, что 13-я полубригада Иностранного легиона является одним из самых знаменитых его подразделений. Она была создана в январе 1940 г. для оказания помощи Финляндии, сражавшейся против СССР. Однако пока легионеры добрались к месту назначения, финны прекратили сопротивление.

Однако только что созданному подразделению не пришлось сидеть без дела: Германия начала операцию по захвату Норвегии и 13-я полубригада приняла активное участие в Битве при Нарвике и в кампании 1940 г. на территории самой Франции.

Именно она стала первой французской частью, примкнувшей к генералу де Голлю и эвакуировавшейся в Великобританию. Примечательно, что все остальные подразделения Легиона остались на службе вишистов, ставших союзниками Гитлера.

В том же 1940 г. 13-я полубригада приняла участие в очищении от вишистов африканских колоний Франции. Примечательно, что вскоре во главе ее был назначен подполковник Дмитрий Зедгинидзе-Амилахвари, рожденный в Российской империи грузинский князь. Благодаря его личной находчивости и отваге легионеры сыграли ключевую роль в разгроме итальянских войск в Эритрее весной 1941 г.

Сразу после этого 13-я полубригада участвовала в разгроме вишистских войск в Сирии и Ливане, где ее главными противниками оказались свои же собратья-легионеры. Впрочем, благодаря все тому же Амилахвари, большой междоусобицы удалось избежать. Командующий 13-й полубригады распорядился, чтобы оркестр сыграл легионный марш и находившиеся на службе вишистов легионеры перешли на сторону тех, кто сражался за де Голля.

Это подразделение также сыграло большую роль в разгроме войск "Оси" в Северной Африке в 1942 — 43 гг. и особенно отличилось в Битве при Эль-Аламейне, во время которой пал её командир, Дмитрий Амилахвари. В его честь благодарные французы назвали один из захваченных им итальянских фортов в Джибути.

Далее были освобождение Италии, Франции и разгром нацистов в самой Германии. Эти подвиги стоили легионерам тысяч погибших. Не случайно, что именно 13-я полубригада считается одним из самых прославленных подразделений французской армии. В частности, она стала единственной частью Иностранного Легиона, заслужившей высшую награду Франции за Вторую мировую войну — Орден Освобождения.

Но не успела завершиться Вторая мировая война, как началась война в Индокитае, в которой легионерам 13-й полубригады пришлось познать не только радость побед, но и до дна испить горькую чашу неудач.

Среди ключевых событий Первой Индокитайской войны, в которых принимало участие это подразделение, следует назвать сражение за На-Сан в 1952 г., одно из немногих сражений, выигранных французами за всю кампанию. Примечательно, что именно 13-я полубригада сыграла ключевую роль в отражении штурма этой базы лучшими вьетнамскими подразделениями.

Но, как известно, военное счастье переменчиво. В ходе Битвы за Дьен-Бьен-Фу в 1954 г. 13-я полубригада была наголову разгромлена, а ее остатки попали в плен, а знамена достались вьетнамцам в качестве трофеев.

Впрочем, её легионерам удалось спасти своё знамя. Эта история кажется невероятной: по легенде, одному из них, находясь в плену, будучи раненым, удалось проникнуть на командный пункт вьетнамцев и выкрасть его. После этого он обмотал полотнище вокруг своего тела и хранил его до тех пор, пока Хо Ши Мин не освободил раненых французов. Так спасенное знамя вернулось в расположение Легиона.

Воссозданное подразделение участвовало в Алжирской войне 1954 — 62 гг., после которой 13-я полубригада постоянно находилась в Джибути, ставшей базой для проведения французских операций по всей тропической Африке — от Чада до Конго и от Кот д'Ивуара до Сомали.

Это позволяло Парижу, казалось бы, оставившему львиную долю своих колоний, в том числе и африканских, сохранять контроль над значительной частью Черного континента. Причем это был не столько вопрос престижа Франции как одной из "больших держав", сколько вопрос выживания. К примеру, практически весь уран она получала именно из Африки (Нигер, Чад, ЦАР).

Бесперебойное и стабильное получение которого обеспечивали профранцузские элиты, которые, при необходимости, поддерживали силы быстрого реагирования из Джибути, к которым относятся и легионеры.

В случае же ухода оттуда французов и дальнейшего сокращения, а возможно, и ликвидации Иностранного легиона (уже сейчас он насчитывает менее восьми тысяч штыков), Франция лишается своего былого влияния.

Подобную опасность наглядно показали события 2008 г., когда в ее бывших владениях заметно подняли голову повстанцы, причем в Чаде, являющемся одним изважнейших для французов стран континента, они едва не скинули профранцузский режим.


Deux adjudants au pays des talibans 28122010

Envoyer

Publié le 27/12/2010

Les adjudants Ludovic Nicol et Xavier Baldini en compagnie du colonel Frédéric Saulnier. / Photo DDM, Jean-philippe Laulan

Les adjudants de gendarmerie Ludovic Nicol et Xavier Baldini qui œuvrent au quotidien dans le département de Tarn-et-Garonne ont participé à une mission en terre afghane de plusieurs mois. Ils racontent.

L'aveu est spontané. Et lorsqu'il émane d'un adjudant de gendarmerie, il prend encore plus d'intérêt. « Durant plusieurs jours, ma femme ne m'a pas reconnu, elle se demandait même si, à un moment ou à un autre, je reviendrai comme j'étais avant mon départ pour l'Afghanistan. Ce n'était pas évident pour elle, je le reconnais volontiers avec le recul des choses ». L'adjudant Ludovic Nicol, 46 ans, gradé au PSIG de Montauban, a passé six mois avec les militaires du 2e REP de Calvi en Afghanistan, à Tora.

« J'avais déjà participé à une première mission dans le cadre d'une Opex en Côte-d'Ivoire voici quelques années, mais ça n'avait rien à voir avec la dernière » prolonge le militaire. Qui avait pour principale mission en terre afghane « d'assurer tout ce qui touchait au domaine de la police générale et judiciaire de l'armée ».

Quelques instants de réflexion et Ludovic Nicol se replonge dans ses souvenirs pour en extirper les épisodes les plus marquants. « Avec un autre prévôt, renchérit-il, nous avons eu la chance d'intégrer toutes les missions du 2e REP. Avec cet autre collègue gendarme, nous avons été accueillis par le régiment comme si nous en faisions réellement partie. Nous patrouillions aux côtés des légionnaires. il y avait un esprit de corps extraordinaire que l'on rencontre très rarement ailleurs. J'ai aussi vu des paras prêts à donner leur vie pour leurs camarades. Ce sont des choses qui vous marquent à vie ». Parmi les anecdotes ramenées par l'adjudant Ludovic Nicol celle concernant un légionnaire qui semblait connaître l'Afghanistan comme sa poche. Interrogé par l'adjudant Nicol à ce sujet il lui indiqua « qu'il avait déjà fait la guerre là, en 1982, avec les troupes russes ».

Des moments pénibles

Mais Ludovic Nicol a également ramené des souvenirs qui ne s'estomperont probablement jamais de sa mémoire. « Nous avons quand même perdu quatre camarades et ça fait très mal au cœur. Quand on rentre chez nous, c'est très dur à supporter » lâche-t-il avec beaucoup d'amertume au fond de la voix. À ses côtés l'adjudant Xavier Baldini, 52 ans, opine du chef. Le conflit afghan, il le connaît bien pour être resté sept mois à Nishram au sein d'une cellule d'indentification criminelle. Il a œuvré tour à tour dans les rangs du 3e Rima de Vannes, du 6e Régiment de génie d'Angers et auprès du 13e Bataillon des chasseurs alpins de Chambéry. C'était sa troisième mission extérieure en tant que technicien en identification criminelle (TIC). Il avait passé huit mois en Thaïlande après les terribles ravages créés par le tsunami et une cinquantaine de jours au Bénin en tant qu'instructeur. Participant aux perquisitions et aux fouilles des campements talibans, l'adjudant Xavier Baldini accompagnait également les démineurs pour les reconnaissances d'axes. » Une fois l'engin explosif neutralisé par le génie, il effectuait photos, prélèvements et recherches d'empreintes d'ADN. « Nous faisions notre boulot , tout simplement».

Jean-Philippe Laulan


« Une messe inoubliable » 26122010

Envoyer

Edition du dimanche 26 décembre 2010

« C’était le jour de Noël 1957. J’étais militaire au 14e RI, en Algérie. De retour d’une opération dans l’Oranais, nous avions été logés dans un bâtiment de la Légion Étrangère. Juste avant, nous avions abattu deux sangliers que nous avions emmenés avec nous. On s’est retrouvé en tenue de combat dans un hall où était abrité un petit avion de reconnaissance. Le prêtre du régiment a disposé une grande nappe blanche sur l’une des ailes de l’avion et s’est hissé sur un ballot de paille pour célébrer la messe de Noël. On s’est tous retrouvé ensuite autour d’un repas de Noël où nous avons évidemment mangé les deux sangliers ! Il n’y avait plus de différence entre les uns et les autres, plus de grades, juste une communion et énormément d’émotion. C’est l’un des plus beaux Noël de ma vie. »

René, de Verquigneules

Crèches du «4», la magie de Noël à la Légion étrangère 26122010

Envoyer

Publié le 26/12/2010

L'image de la solidarité des légionnaires. Une belle mise en scène, l'ancien et le nouveau réunis pour Noël./Photo DDM 

Combien de fois avons nous entendu cette phrase : «Sans distinction de race, de nationalité ou de religion», dans la bouche de ceux qui servent dans la Légion étrangère ? Très souvent, puisqu'il s'agit de l'un des leitmotiv de cette armée si particulière. C'est l'impression que nous avons eu en assistant aux spectacles organisés au «4», pour célébrer la Nativité. La Légion, c'est la fidélité, et plus particulièrement aux traditions. Noël en est une, et bien entendu les crèches. Chaque compagnie du régiment chaurien présentait la sienne. Six au total.

Six tableaux de crèches par les 6 compagnies du régiment

Un jury, composé du chef de corps et de son épouse, d'hommes d'Eglise, du maire de Castelnaudary, ainsi que d'anciens de la Légion, aussi bien que d'actifs, officiers, sous-officiers et hommes du rang, dont le plus jeune légionnaire du quartier d'Anjou. Chose incroyable, ces magnifiques crèches ont été réalisées avec du «matos de récup». La tradition c'est de respecter ce qui s'est fait au fil des ans, sur tous les théâtres opérationnels du monde, où était engagée la Légion. Fêter Noël, quoi qu'il arrive, même sous des grêles d'obus, et avec quatre bouts de ficelles, et quelques débris de bois ou de chiffons, réaliser des crèches, grâce à l'ingéniosité et à l'adresse des légionnaires. Les critères de sélection étaient précis. Il fallait bien «dégager» un vainqueur. Etaient donc pris en compte, le caractère religieux, le sens artistique, l'originalité, l'esprit Légion, le son et l'éclairage, et les textes, et c'est là, qu'une fois de plus, la magie a opéré. Un vieux mécréant qui visitait ces créches, était formel. «Ce n'est pas réellement la magie de Noël, mais plutôt la magie de la Légion». Certes, le caractère religieux était là, mais ce n'est pas la naissance de l'enfant Jésus, qui dégagait l' émotion ressentie par notre mécréant, mais les magnifiques histoires de nuits de Noël passées aux quatre coins de la planète, dans des circonstances parfois terribles, comme ces hommes trinquent avec un quart de rouge dans une tranchée, symbole d'un amour partagé. Bien au delà d'un amitié, c'est un lien familial qui se révèle le jour de Noël, entre ces hommes, dont beaucoup avaient tout perdu, avant de retrouver cette nouvelle famille. Mécréant, peut être, mais pas insensible, vos scènes de la Nativité m'ont donné par moment la chair de poule. Peu importe laquelle a gagné, toutes ont contribué à faire passer le message, même auprès des moins réceptifs. Une belle leçon.  


Page 1 sur 30

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui337
mod_vvisit_counterHier2166
mod_vvisit_counterCette semaine7063
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois33531
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095800270

Qui est en ligne ?

Nous avons 1975 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13225
Affiche le nombre de clics des articles : 13351154
You are here PRESSE XXI° 2010