AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2012

La Newsletter 12/52 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/52 de l'AALEME

Calvi : Noël légionnaire !

Rédigé par Charles Monti le Jeudi 27 Décembre 2012

Comme chaque année, la Légion étrangère a attiré une foule nombreuse à l’occasion de la visite de ses crèches de Noël. Les légionnaires du 2e REP de Calvi ont fait preuve, pour la circonstance, d’une imagination et d’une minutie renouvelées lors de ce « cru 2012».

Devant la crèche

Huit crèches gigantesques ont émerveillé petits et grands tout au long de l’après-midi le 25 décembre, notamment celle de la CEA (compagnie d’éclairage et d’appui) qui a remporté le concours décerné par un jury toujours plus exigeant. Ce dernier était composé du maire de Calvi et madame, du chef de corps, du commandant en second, des présidents de catégories et leurs épouses respectives, de Me Virginie Lucciani, de M et Me Tony Canioni, de M Gillot, de M. et Me Heer (président de l’amicale des anciens légionnaires parachutistes en Corse) et du père Roland-Gosselin.


Au-delà de cette manifestation, il est a noter la particularité du Noël à la Légion.
Véritable fête de famille pour ces hommes issus de près de 150 pays, la veillée constitue un moment privilégié où la convivialité prend le pas sur la rigueur du quotidien pour faire place à la fraternité familiale.
Après la messe, un véritable repas de gala est organisé par les compagnies, et les militaires du rang réalisent des sketches où ils dépeignent les travers de leurs cadres lors des activités de l’année écoulée.

Les 1 100 hommes passent donc ce moment au camp Raffalli avant que les mariés ne regagnent la maison tôt le matin du 25 décembre.


Enfin, les festivités s’articulent également autour d’un challenge de sport dont l’épreuve reine est le cross de masse.


Depuis le mois de septembre, ces trails sont ouverts aux compétiteurs civils, et récompensés par de nombreux lots désormais.
Les autres épreuves étaient cette année les jeux de force, le rugby, le volley-ball et le pentathlon militaire.



Nouveaux renforts français en RCA

Le mamouth

dimanche 30 décembre 2012

A bord du Transall R157 avec les légionnaires du 2e REI. Noter l'AT4CS côté gauche (photo EMA).

L'EMA envoie de nouveaux renforts en RCA. La compagnie motorisée armée par le 2e REI est arrivée du Gabon tôt ce matin, par Transall, avec un état-major tactique fourni par le 6e BIMa. De fait, c'est donc le chef de corps du 6e BIMa, le colonel Bruno Paravisini, qui prend en mains les opérations, tenues jusqu'à maintenant par le C2 du 8e RPIMa, qui commandait la compagnie de ce même régiment postée au titre de Boali à Bangui.
Le Gabon est donc vidé de ses moyens de combat, même s'il y reste les hélicoptères.En outre, deux Puma (soit 50% du potentiel sur place) sont venus directement du Tchad ce matin. Ces Puma peuvent permettre, le cas échéant, de produire de l'appui-feu, et d'extraire des ressortissants isolés. En 1997, en 2004, en 2011, de tels Puma ont eu un effet immédiat dans un contexte à peine différent, en Afrique.
C'est au Tchad que résident désormais les renforts les plus proches, autant en avions de transport  (Transall, Hercules) qu'en moyens terrestres, et à Djibouti (5e RIAOM). Ensuite, si les choses s'aggravant, il faudra recourir au Guépard 12 heures.... armé par deux compagnies du 2e REP.
On peut imaginer que par delà ces moyens terrestres, des moyens aériens ont également été placés en alerte, pour extraire les ressortissants français et étrangers. Une RESEVAC peut consommer une dizaine d'avions tactiques. Le besoin en avions stratégiques est moins flagrant, du fait de la proximité du Tchad.
En tout état de cause, les renforcements de la semaine démontrent que malgré les entailles successives, l'outil militaire français n'est pas rouillé. Pour opérer en RCA, en tout cas.

SCHLOTTIG


judoka émérite, Bel Abbès et suite de carrière Légion. Y. G.

aa

Maître Diégo FALCONE

 

grand maître de bridge, club légion de Mascara, blessé de guerre en Indochine. Y. G.

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Maître Roland SEIGNEURIE


un des rares légionnaires a avoir été maître d’armes, club légion de Bel Abbès, blessé de guerre en Indochine. Y. G.

Ένας Λαρισαίος «λεγεωνάριος» θυμάται…

21 Φεβρουαρίου 2011

Ένας Λαρισαίος «λεγεωνάριος» θυμάται…

Πολεμώντας με τη Λεγεώνα των Ξένων

Λεγεωνάριος

Σε Ινδοκίνα και Αλγερία με το κεπί και το πράσινο μπερέ

Λεγεωνάριος

Του Δημήτρη Βάλλα, φωτ. αρχείο Δ. Βάλλα

Τον συναντούσαμε σχεδόν κάθε μέρα στην κεντρική πλατεία που είτε κρύο, είτε ζέστη είχε, ήταν μόνιμα εκεί. Μόνιμα παρέα με άλλους της ηλικίας του στα παγκάκια, την ώρα που οι ιστορίες για τον Εμφύλιο και την Κατοχή, ήταν πάντα το αγαπημένο θέμα συζήτησης για όλους…

Ο ίδιος ποτέ δε μιλούσε. Άκουγε όμως πάντα με προσοχή όλες τις ιστορίες που συνήθως είχαν πολέμους, πολύ αίμα,  και κατέληγαν πάντα ηρωικά και γεμάτες από δόξα…

Στο κεφάλι του, επίσης μόνιμα, λές και ήταν…καρφωμένο, ένα πράσινο μπερέ που ποτέ δεν έβγαζε τουλάχιστον σε ανοιχτούς χώρους.

Τέλειωναν οι ιστορίες, χαμογελούσε και όταν πέρναγε η ώρα, γραμμή για το σπίτι μέχρι υο επόμενο ραντεβού για την άλλη μέρα στο ίδιο σημείο.

Όταν καλοκαίριασε, θυμάμαι, χωρίς να εγκαταλείψει το πράσινο μπερέ έβγαλε το βαρύ μάλλινο σακάκι και φόρεσε τα κοντομάνικα.

Ήταν τότε που πραγματικά γνώρισα τον «Λεωνίδα».

Λεγεωνάριος

Legio patria nostra

Αν και μιας κάποιας ηλικίας τα μπράτσα του δυνατά και μυώδη και η χειραψία μαζί του σχεδόν σου τσάκιζε τα δάχτυλα.

Όμως αυτό που ξεχώριζε ήταν άλλο: Και τα δύο χέρια γεμάτα τατουάζ κάτι σαν πίνακες ζωγραφικής, με εξωτικούς φοίνικες, ερήμους, παράξενους σταυρούς με βέλη και αραβικά ονόματα.

…Με κατάλαβε ότι τον παρατηρούσα, με κοίταξε με νόημα και μου σφύριξε σχεδόν ψιθυριστά στα λατινογαλλικά: “Legio patria nostra”.

«Η Λεγεώνα λοιπόν ήταν για πολλά χρόνια η πατρίδα μου.

Περίπου 12 χρόνια ήμουν στη Λεγεώνα των Ξένων…

Θα σου πω την ιστορία μου και θα ψάξω στο μπαούλο να σου βρω και παλιές φωτογραφίες , όμως δεν θέλω ονόματα… Για σένα θα είμαι ο «Λεωνίδας», όπως τότε με φωνάζανε στη Λεγεώνα.»

Τελικά την τήρησε την υπόσχεσή του.

Άργησε βέβαια πολύ, μέχρι που ξεπέρασε  το «τι νόημα έχουν τώρα όλα αυτά», έβγαλε το πράσινο μπερέ και εκεί στο καφενείο της γειτονιάς άρχισε η περιπέτεια…

Λεγεωνάριος

Από τα ορυχεία στη Λεγεώνα

Στα 17 μου χρόνια έφυγα λοιπόν από τη Λάρισα στο 1953 μετανάστης στο Βέλγιο.

Εκεί έπιασα δουλειά σε ένα ανθρακωρυχείο στην πόλη Κουρσέλ όπου και γνώρισα έναν Έλληνα από την Ελασσόνα με τον οποίο γίναμε φίλοι.

Σε κάποιο διάλειμμα από τη δουλειά κοιτούσαμε και οι δύο ένα ελληνικό περιοδικό τον «Θησαυρό» που είχε φωτογραφίες και έγραφε για τα κατορθώματα της Λεγεώνας των Ξένων.

Ενθουσιαστήκαμε λοιπόν, εγώ 17 χρονών και εκείνος 28, τα συμφωνήσαμε και μετά από λίγες ημέρες φεύγουμε από το ορυχείο και το Βέλγιο και περνάμε στη Γαλλία, στο Παρίσι.

Γαλλικά ξέραμε λίγα, έτσι πήγαμε στο πρώτο αστυνομικό τμήμα που βρήκαμε μπροστά μας και ζητήσαμε πληροφορίες για τη Λεγεώνα.

Μας έβαλαν λοιπόν σε ένα περιπολικό και μας πήγαν έξω ακριβώς από την πύλη του στρατοπέδου σε ένα προάστιο του Παρισιού.

Λεγεωνάριος

Περάσαμε την πύλη και βρήκαμε έναν Έλληνα λοχία της Λεγεώνας- Γ. Αποστολάκης λεγόταν, ήταν Κρητικός-και μας πήγε για κατάταξη.

Μας δέχτηκαν, υπογράψαμε και μας πήγαν στη Μασσαλία σε ένα στρατόπεδο νεοσυλλέκτων με άλλα 1.600 περίπου άτομα.

Σχεδόν αμέσως μετά μας βάζου σε ένα καράβι με προορισμό τη Σαιγκόν. Στο Βιετνάμ που ήταν γαλλική αποικία είχε ήδη αρχίσει η επανάσταση και γινόταν εκεί ομηρικές μάχες.

Το τελευταίο οχυρό των Γάλλων ήταν το Ντιεν Μπιεν Φου και η Λεγεώνα μαζί με τον τακτικό στρατό και τους αλεξιπτωτιστές είχαν αναλάβει την υπεράσπισή του.

Η πολιορκία κράτησε πολλούς μήνες και εκεί είχαμε αποκλειστεί με ανεφοδιασμό μόνο από τον αέρα.

Τελικά το οχυρό έπειτα από πολύνεκρες μάχες παραδόθηκε και συλληφθήκαμε όλοι αιχμάλωτοι.

Μόνο η Λεγεώνα είχε εκεί περίπου 6.000 νεκρούς.

Μας κράτησαν μερικούς μήνες μέχρι την υπογραφή της Συνθήκης και έπειτα ένας Βιετναμέζος στρατηγός, θυμάμαι τον έλεγαν Τζιά μας ειπε:

Λεγεωνάριος
«Σε λίγο θα είσαστε ελεύθεροι και οι Γάλλοι τα κτήνη, θα σας πάνε σε άλλη αποικία».

Πήρα θάρρος και του λέω στα γαλλικά «ου μον ζενεράλ» δηλαδή που στρατηγέ μου. Μου απάντησε ως εξής: «Νεαρέ στρατιώτη, θυμήσου τα λόγια μου ότι όπου και να σας πάνε και από εκεί θα σας διώξουν…»

…Πράγματι, είχε δίκιο γιατί τελικά έτσι έγινε.

Μας έβαλαν πάλι σε ένα καράβι και αποβιβαστήκαμε στο Οράν στη Αλγερία στα τέλη του 54.

Εντάχθηκα στο 13ο Σύνταγμα Ειδικών Δυνάμεων και άρχισε νέα εκπαίδευση στον ανταρτοπόλεμο για να καταστείλουμε το Απελευθερωτικό Κίνημα που είχε αρχίσει ένοπλη δράση από το 1950.

Αλγέρι, Τιαρέτ, Μπατνά, Μπουάμαμα, Κέντσιλα, Σαχάρα.

Σε ερήμους, πόλεις και χωριά για 8  χρόνια ήμουν μόνιμα σε πόλεμο.

Το 1962 με απόφαση του ΟΗΕ που δέχθηκε ο Ντε Γκωλ, οι Γάλλοι έφυγαν από την Αλγερία που κέρδισε την ανεξαρτησία της.

Φύγαμε και εμείς και επιστρέψαμε στη Γαλλία στη πόλη Ομπαν.

…Ήταν και η αρχή του τέλους για τη Λεγεώνα καθώς αναμίχθηκε και σε κίνημα κατά του Ντε Γκωλ που όμως απέτυχε.

Ο Γάλλος πρόεδρος κυριολεκτικά «αποψίλωσε» τη Λεγεώνα των Ξένων που από 50.000 άνδρες έφθασε τότε στους 25.000…»

Λεγεωνάριος

Ο Λεωνίδας ξαναβάζει το πράσινο μπερέ και ετοιμάζεται να φύγει.

Θα μου πεί ακόμα πολλά, για τα παλιά ες-ες που είχε ενταχθεί στη Λεγεώνα και έκαναν τα χίλια όσα, για άπειρες περιπέτειες και για πολλά άλλα.

«Αλήθεια Λεωνίδα μήπως το μετάνιωσες τελικά;»

Ανόητη ερώτηση, το κατάλαβα μετά, αλλά ήταν πλέον αργά …

«Δημοσιογράφε, θα μου πει, Je Ne Regrette Rien (σ.σ δεν μετανιώνω για τίποτα στα γαλλικά)… και το όνομά μου είναι Γιάννης…»

Λεγεωνάριος

Η ΙΣΤΟΡΙΑ ΤΗΣ ΛΕΓΕΩΝΑΣ

Η Λεγεώνα των Ξένων (γαλλικά: Légion étrangère) είναι μισθοφορικό στρατιωτικό σώμα στην υπηρεσία της Γαλλίας. Ιδρύθηκε στις 10 Μαρτίου 1831, με διάταγμα του υπουργού των Στρατιωτικών Ζαν Σουλτ, του άλλοτε στρατάρχη του Βοναπάρτη. Στο διάταγμα αναφερόταν ότι η Λεγεώνα θα πολεμούσε έξω από το έδαφος της Γαλλίας. Αποτελείται από ξένους διαφόρων εθνικοτήτων· συνήθως στη Λεγεώνα κατατάσσονται άνθρωποι που, για διάφορους λόγους, διώκονται από τη χώρα τους. Χαρακτηριστικό γνώρισμα της Λεγεώνας είναι η σιδερένια και, πολλές φορές, απάνθρωπη πειθαρχία της.

Λεγεωνάριος

Η πρώτη πολεμική επιχείρηση της Λεγεώνας των Ξένων έγινε τον Απρίλιο του 1832 στην τοποθεσία Μεζόν Καρέ της Αλγερίας. Η Αλγερία έγινε για μεγάλο χρονικό διάστημα έδρα της Λεγεώνας. Το 1835 στάλθηκε στην Ισπανία για να πολεμήσει στο πλευρό της βασίλισσας Ισαβέλας εναντίον των Βάσκων οπαδών του διεκδικητή του θρόνου Ντον Κάρλος. Η Λεγεώνα τότε απέκτησε το έμβλημά της: «Ηοnneur et Fidelite» (Τιμή και Πίστη). Ο πόλεμος κράτησε μέχρι το 1839 και στη διάρκειά του η Λεγεώνα είχε μεγάλες απώλειες. Από τους 5.000 λεγεωνάριους, που είχαν ξεκινήσει, απέμειναν μόνο 500.

Λεγεωνάριος

Από το 1839 και μετά η Λεγεώνα των Ξένων αναδιοργανώθηκε και πήρε μέρος σε όλες τις υπερπόντιες επιχειρήσεις της Γαλλίας. Το 1854 – 56 πήρε μέρος στον πόλεμο της Κριμαίας. Το 1859 πολέμησε στη Ματζέντα της Ιταλίας εναντίον των Αυστριακών. Λίγα χρόνια αργότερα μεταφέρθηκε στο Μεξικό, για να στηρίξει το βασιλιά Μαξιμιλιανό, όπου διακρίθηκε στη μάχη του Καμερόνε (30 Απριλίου 1863). Το 1870 η Λεγεώνα πολέμησε στο πλευρό του τακτικού στρατού του Ναπολέοντα Γ΄ εναντίον των Πρώσων. Στα κατοπινά χρόνια πήρε μέρος στους νέους αποικιακούς πολέμους της Γαλλίας, ιδιαίτερα στην Ινδοκίνα.

Λεγεωνάριος

Μάχη στο Κονγκό το 1978. Στον Α΄ Παγκόσμιο πόλεμο πολέμησε στο πλευρό του γαλλικού στρατού. Με τη λήξη του μεταφέρθηκε στο Μαρόκο, για να αντιμετωπίσει την εξέγερση του Αμπντ Ελ Κριμ. Η έκρηξη του Β΄ Παγκόσμιου πολέμου προκάλεσε συρροή ξένων εθελοντών. Το 1941 η Λεγεώνα πολέμησε στη Συρία με τις δυνάμεις του Ντε Γκολ και το 1942 στις ερήμους της Λιβύης και της Αιγύπτου εναντίον του Ρόμελ. Πήρε μέρος στην απόβαση στην Προβηγκία τον Αύγουστο του 1944. Στο τέλος του Β΄ Παγκόσμιου πολέμου οι δυνάμεις της Λεγεώνας έφταναν τους 20.000 άντρες. Οι εθελοντές που κατατάχτηκαν εκείνη την εποχή προέρχονταν κυρίως από τη Γερμανία. Αρκετοί απ” αυτούς ανήκαν προηγούμενα στα Ες-Ες.

Λεγεωνάριος

Η Γαλλία χρησιμοποίησε τη Λεγεώνα των Ξένων εναντίον των λαών των αποικιών της, που εξεγέρθηκαν μετά το Β΄ Παγκόσμιο πόλεμο. Η Λεγεώνα πολέμησε εναντίον των ιθαγενών της Μαδαγασκάρης, της Ινδοκίνας, της Αλγερίας. Η αναγνώριση της ανεξαρτησίας της Αλγερίας (1962) σήμανε και το τέλος της δράσης της Λεγεώνας ως αποικιοκρατικού στρατού. Σήμερα η έδρα της Λεγεώνας βρίσκεται στην Ομπάν της Γαλλίας, στις εκβολές του Ροδανού. Ο κύριος όγκος των δυνάμεών της στρατοπεδεύει στην Κορσική. Μπορεί να καταταγεί στη Λεγεώνα οποιοσδήποτε, για περίοδο τουλάχιστον 5 χρόνων. Οι αξιωματικοί είναι συνήθως Γάλλοι.

ΠΗΓΗ: ΕΛΕΥΘΕΡΙΑ ΛΑΡΙΣΑΣ/KEIMENO: ΔΗΜΗΤΡΗΣ ΒΑΛΛΑΣ

Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος
Λεγεωνάριος

Le siège de tuyen-quan

Bel Abbès par Laure Diana.

Se désabonner


La Newsletter 12/51 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/51 de l'AALEME

Crèche singulière à l'Amicale de la Légion

Publié le 25/12/2012 par Axel Frank

La confection d'une crèche à l'occasion de Noël est une tradition au sein des unités de la Légion étrangère. (Photo A. F.)

La présentation de la crèche de Noël est l'occasion pour les membres de l'Amicale de la Légion étrangère de Parentis de se retrouver autour de ses traditions, le temps d'une journée conviviale, comme ce fut le cas le samedi 8 décembre. Le dévoilement de la crèche était précédé d'une cérémonie de recueillement autour d'une prière commune avec l'abbé Dupouy de Parentis.

La crèche symbolise la famille pour tous ces hommes venus d'horizons divers et sa confection représente pour chaque légionnaire un moment magique et privilégié. « Dans toutes les sections de la Légion, où qu'elles se trouvent dans le monde, et sur tous les terrains d'opération, on réalise une crèche de Noël », explique Laurent Coustaud, président de l'amicale fondée par Dusan Grulovic, il y a plus de quarante ans.

Une action pour les blessés

« Sa confection, souvent à partir d'objets de récupération, donne lieu à une véritable émulation, les légionnaires rivalisant d'imagination. »

Une crèche un peu singulière puisque chaque année, en plus de la représentation de la « sainte famille », elle est décorée selon un thème choisi. Le 8 décembre, un diaporama présentait des exemples de crèches réalisées par des légionnaires sous toutes les latitudes.

Une vieille moto prêtée par un ancien motard de la gendarmerie nationale était là pour rendre hommage à l'initiative de l'association Brother's in Arms - club de militaires et vétérans passionnés de Harley Davidson - qui recueille des dons en faveur des blessés de l'armée de terre. L'intégralité des sommes est reversée à la cellule d'aide à ces blessés, qui leur assure un accompagnement dans la durée ainsi qu'à leurs familles.

Tarbes. Légion étrangère : camaraderie sans modération

Publié le 21/12/2012

Les présences des généraux Jean-Claude Cardinal (venu spécialement de La Rochelle) et Raoul Forcin, actuel et ancien délégués de la Fédération des sociétés d'anciens de la Légion étrangère pour le grand Sud-Ouest, ainsi que de l'adjoint au maire Michel Forget ont attesté de l'importance tenue par la place de Tarbes aux yeux des militaires. Les salons de la brasserie Le Parisien étaient presque trop exigus tant ils étaient nombreux à assister à l'assemblée générale ordinaire de l'Amicale des anciens de la Légion étrangère des Hautes-Pyrénées. Une réunion (suivie du traditionnel repas de cohésion) pas si ordinaire puisqu'à cette occasion, le colonel Jean-Paul Huber (seize années de présidence) a manifesté son intention de «poser le sac». Aussitôt, les coudes se sont levés pour porter un toast à l'excellence de ses mandats successifs et à son nouveau statut de président d'honneur. Le chef d'escadron Gilbert Hensinger présidera, à l'avenir, aux destinées de cette très honorable société./Photo Rachel Barranco. La Dépêche du Midi.

Simon Murray : de la Légion à Glencore

jeudi 06 décembre 2012

A 19 ans, Simon Murray, fils d’une famille bourgeoise britannique, s’engage sur un coup de tête à la Légion étrangère française. Il y restera cinq ans. Et même s’il découvre que la Légion n’a rien à voir avec le film de Gary Cooper, «Beau geste», cela ne l’empêchera pas d’accomplir un parcours d’homme d’affaires exceptionnel, notamment en Asie !

Jeudi 22 novembre 2012 : la Commission européenne a approuvé la méga-fusion du géant du négoce des matières premières Glencore et du groupe minier Xstrata. Mais à condition que Glencore mette fin à ses contrats en Europe avec le numéro un mondial du zinc, le belge Nyrstar.

La raison de cette «sanction» à l’égard d’une entreprise belge ? La Commission s’inquiétait que cette fusion ait des conséquences sur le marché du zinc et ne favorise une hausse des prix de ce métal, très utilisé dans l’industrie. Toujours cette peur des monopoles ou des oligopoles de la part du commissaire à la Concurrence !

La nouvelle entité sera rebaptisée Glencore Xstrata. Avec une capitalisation boursière cumulée de 64 milliards d’euros, le nouveau groupe se classera au quatrième rang mondial du secteur, derrière l’anglo-australien BHP Billiton (137,5 milliards d’euros de capitalisation boursière), le brésilien Vale (71,6 milliards) et l’anglo-australien Rio Tinto (68,9 milliards).

Parisien d’honneur

Pourquoi en parler cette semaine ? Parce que c’est l’occasion d’évoquer le parcours exceptionnel de Simon Murray, le président du conseil d’administration de Glencore, l’un des artisans de cette fusion.

J’ai rencontré Simon Murray via une amie à Paris, dans son appartement de la rue Christine (quartier Saint-Germain). Un lieu décoré avec beaucoup de goût, sans ostentation et sans le côté «nouveau riche » propre parfois aux personnes qui ne doivent leur fortune qu’à leur volonté.

A l’inverse de tant d’autres hommes d’affaires, Simon Murray n’est entouré que de livres ou de tableaux lui rappelant les cinq ans qu’il a passés en Algérie. Non pas comme expatrié de luxe mais comme... légionnaire. Bref, une sorte de bagnard volontaire !

A 72 ans, cet homme d’affaires à la réussite exceptionnelle (lire l’encadré p. 102) —qui a également accompli l’exploit, sans être Chinois, de devenir le bras droit de Li Ka-shing, l’un des hommes d’affaires les plus puissants de Chine— garde un enthousiasme juvénile. Il faut dire qu’il ne fait pas son âge et qu’avec son délicieux accent britannique, il garde un charme indéniable notamment auprès de la gent féminine : il n’y avait qu’à voir comment la jeune serveuse du restaurant l’a couvé du... regard pendant notre lunch !

Super MBA en Algérie

La Légion ? Simon Murray en parle avec plaisir. Elle l’a formé, déformé, structuré. Et clairement, il ne fait aucun doute que s’il ne devait choisir qu’une période de sa vie à raconter à ses trois enfants et six petits-enfants, ce serait sans aucun doute celle passée en Algérie, bien avant tous ses exploits dans le business en Asie du Sud-Est.

La raison ? Il ne l’exprime pas comme cela, mais la Légion a été pour lui un super MBA de la vie, une sorte de Harvard triple A. Il suffit de relire son livre publié en 1978 en français (Légionnaire, aux éditions Pocket) et traduit au total en sept langues dont le chinois, le japonais et le russe, pour s’en rendre compte. Sans oublier un film réalisé en 2001 (Simon : An English Legionnaire) qui, à défaut d’avoir été un blockbuster, est disponible sur YouTube !

Et de fait, lorsqu’on a survécu à la Légion, on peut à peu près tout faire. Des doutes ? Au sortir de la Légion, du moins si vous avez pu survivre à cette vie de bagnard, vous êtes en principe capable comme l’écrit Simon Murray «de construire un pont pour franchir un cours d’eau ; de survivre plusieurs jours dans la nature en ne comptant que sur la cueillette et sur la chasse ; d’éclisser une jambe cassée ; de porter un blessé au fond d’un précipice de 30 mètres de profondeur ; de ne dormir que trois heures par nuit en moyenne pendant cinq semaines ; de parcourir huit kilomètres avec le paquetage complet en 45 minutes ; de grimper en haut d’une corde de 10 mètres sans l’aide des jambes ; de chanter une nuit entière ; de défiler avec une précision qui ferait pâlir d’envie les grenadiers de Buckingham Palace ; et bien sûr de marcher des heures et des heures, à en dégoûter un mulet». Autant dire que ce genre de formation forge le corps et trempe le caractère pour l’avenir. Notamment dans le monde des affaires.

Vaincre la peur

La Légion étrangère distingue rapidement les peureux des autres. Ceux qui, malgré leurs heures de préparation, n’osent pas prendre la décision finale. C’est ce que Simon Murray a vécu comme parachutiste à la Légion. Lors de son premier saut en compagnie de 10 autres soldats, un légionnaire n’a pas osé sauter. La honte pour ce dernier. Voici ce qu’il en dit dans son livre : «De retour au camp, un sergent que je ne connaissais pas vient nous faire un petit laïus sur la lâcheté ; il nous dit d’attraper le salopard qui a déshonoré la Légion et de lui foutre une branlée dans notre chambrée. Pourquoi ? Pour prouver aux autres —ou à nous-mêmes— que les légionnaires sont des durs qui ne tolèrent pas la moindre concession à la peur ? Mais nous savons tous qu’un jour ou l’autre, elle nous rendra visite. Cela n’a rien d’humiliant d’avoir peur. Certains la maîtrisent, d’autres non. Nous disposons d’une fraction de seconde pour réagir, et de notre décision peut naître un fardeau que nous porterons le restant de nos jours. C’est le cas de ce type. Personne ne l’a touché, Dieu merci, mais il est condamné pour l’éternité.»

Il faut dire à la décharge de ce légionnaire qui n’a pas osé sauter, c’est qu’à la Légion étrangère, les sauts ne s’effectuaient en général pas au-dessus de plaines bien plates, mais plutôt au-dessus de zones boisées... Voici ce qu’écrit Simon Murray : «Aujourd’hui, on nous a largués sur la forêt de M’sila. C’est une expérience inoubliable que de sauter en parachute au-dessus des arbres. Au début, on a l’impression de tomber sur un tapis très épais. Mais quand on se rapproche, la vision devient cauchemardesque. Et il n’y a pas grand-chose à faire pour éviter les obstacles, car on se balance comme un pendule tout en étant poussé horizontalement par le vent. Il faut se contenter de se protéger les c... avec la main et de prier que les dieux soient cléments.»

Cette expérience militaire extrême ne se résume pas à une suite d’épreuves physiques et morales très fortes (il faut lire le passage sur la «pelote», le nom donné à la punition Made in Légion ou les passages sur certaines embuscades où il ne doit sa survie qu’à certains réflexes et à la... chance !). Simon Murray en a aussi profité pour affûter sa vision géopolitique des choses. Prenons ses remarques du 15 janvier 1961 : «Une section de SAS a travaillé avec nous pendant une journée. Une unité remarquable formée de soldats arabes sous l’uniforme français. Il fallait voir avec quel sérieux ils fouillaient les buissons et retournaient le moindre centimètre carré de terrain. Ce sont d’excellents soldats. Que Dieu ait pitié d’eux si jamais la France abandonne l’Algérie et qu’ils décident de rester ! Ils devront sans doute aller vivre en France où les attendent les boulots les plus ingrats. Je ne les envie pas car les Français ne sont guère réputés pour leur gratitude !». Bel exercice de prospective de la part de Simon Murray car, hélas, ces «harkis» ne sont toujours pas intégrés en France ! Même regard lucide sur les propos du général De Gaulle qui avait compris que la guerre d’Algérie plombait les comptes de la France, et que l’indépendance était inéluctable.

Retour en Algérie, 47 ans après

C’est le 4 janvier 1965 que le futur président du conseil d’administration de Glencore quitte l’Algérie. «J’ai quitté l’Algérie ce matin à bord d’un appareil militaire, écrit-il. Jadis je m’étais promis de ne jamais y remettre les pieds, mais au fond, j’espère bien y revenir un jour.» Et c’est ce qu’il a fait, avec l’aide de Mina El Kouais, de l’agence Secrets & Paradise. En septembre 2012 avec trois amis d’aventure, avec lesquels il avait déjà gravi les montagnes du Liban ou le Kilimandjaro.

«Mon dernier séjour en Algérie fut le plus beau voyage de ma vie», ne cesse-t-il de répéter. Il y a revu les lieux, villages et montagnes de ses exploits entre 19 et 24 ans, «un âge où les jeunes d’aujourd’hui vont à l’université, l’âge de la formation», précise-t-il. A l’écouter en parler aujourd’hui, ce qui semblait le ravir le plus, c’est son excellente mémoire. «J’ai retrouvé des chemins que même les Algériens du coin ne connaissent pas, au point que lors de ce séjour, nous avons été interpellés par un gendarme qui croyait que nous étions là pour chercher des installations militaires. Je lui ai expliqué que j’étais venu ici avant qu’il ne soit né», raconte-t-il au milieu d’un fou rire. Son dernier séjour dans les Aurès lui permettra même de prendre la pose photo avec le fils de celui qui est considéré comme un héros national puisqu’il a tiré la première balle de... l’indépendance ! Décidément, Simon Murray ne fait rien comme les autres.

PROPOS RECUEILLIS PAR AMID FALJAOUI À PARIS

De « Hacheraucourt » à Mururoa

Publié le samedi 01 décembre 2012

Au cimetière du village de Toges dont il est le maire-adjoint, comme dans de nombreuses communes ardennaises,

Roland Canivenq, délégué départemental du Souvenir Français, veille à l'entretien des sépultures des « Morts pour la France »

Les tombes restaurées sont celles de deux Togeards tués durant la Grande Guerre : Jules Deroche et Paul Bigot.

Photo Karen KUBENA

AÎNÉ d'une modeste famille de sept enfants dont le père est ouvrier d'usine, Roland Canivenq vit une enfance heureuse à Haraucourt, village ardennais délicatement arrosé par l'Ennemanne.
Les gens du coin le nomment « Hacheraucourt », afin de ne pas le confondre avec la proche commune de Raucourt. Reçu, en 1955, à l'examen d'entrée en 6e, Roland aurait obtenu son brevet au collège de Vouziers si son fort caractère ne s'y était pas heurté à celui encore plus fort de son professeur de Sciences Naturelles.
De guerre lasse, du haut de ses quatorze ans, il déclare : « J'arrête l'école ! » Le Pater Familias l'engueule, s'apaise, bougonne, le toise, le fixe, lâche : « Au boulot, gamin ! »
Le lendemain, le voici apprenti à l'usine Alexandre-et-Anselme d'Haraucourt où son père travaille. Durant trois années, il s'investit dans la préparation du C.A.P. d'ajusteur-outilleur de précision, suit des cours deux soirs par semaine et le samedi après-midi.
Hébergé chez ses parents, il se donne à fond dans le club de tennis de table, joue du trombone à coulisse dans l'Harmonie municipale. Son idole est le footballeur sedanais Christian Perrin dit Kiki, ex-écolier, lui aussi, d'Haraucourt.
« J'étais au stade Albeau, me confie-t-il, quand en 1960, lors d'un match contre Troyes, l'arrière Djebold a cassé la jambe de notre Kiki. Toute ma vie, j'entendrai le bruit de l'épouvantable cassure : un vrai coup de fusil ».
Titulaire du C.A.P., Roland Canivenq est embauché à la Manufacture Ardennaise de Levrézy. A l'âge de dix-huit ans, il signe un engagement de trois ans dans l'armée de Terre, obtient d'être affecté au service chargé d'assurer la maintenance de tous les matériels.
Tombé amoureux fou de Michelle, une jolie jeune fille d'Angecourt, village proche de d'Haraucourt et de Raucourt, il n'a nullement l'intention de passer plus de trois ans sous les drapeaux.
Ceinture noire
Au lieu de l'en dissuader, Michelle qu'il a épousée et avec qui il aura trois enfants, l'encourage à poursuivre au-delà de la durée de son engagement initial, dans ce qu'elle sait être pour son mari, beaucoup plus qu'un métier.
Décidé à se consacrer ardemment à ce qu'il estime être une mission, travailleur acharné, brûlant plus d'une lampe lors des nuits de veille où il potasse les cours de ses instructeurs et ceux du Centre National de Téléenseignement, d'affectation en affectation, Roland Canivenq monte en grade.
Reçu au concours d'officiers techniciens, sachant qu'une fois promu capitaine, il aura son bâton de maréchal, il se lance dans la préparation d'un autre concours. Impitoyable sélection : un seul capitaine est recruté dans chaque arme. Le jeune déserteur du Collège de Vouziers, en sera !
Partout où il est affecté, le soldat Canivenq œuvre intensément dans la vie associative de la ville de garnison, s'active chez les donneurs de sang, s'intègre à un orchestre, devient visiteur de prison… Force de la nature, alors qu'il est lieutenant à La Fère, il s'inscrit dans le club de judo, y excelle, devient ceinture noire à l'âge de trente ans. Deux fois, il sera champion de France militaire de judo.
En juin 1986, après vingt-quatre heures d'avion, il atterrit sur l'atoll de Mururoa. Rien d'autre comme horizon que la barrière de corail et l'immensité du Pacifique. Nulle femme.
Que des militaires ou des techniciens du centre d'essais nucléaires. Afin de leur permettre de tenir dans l'éprouvante solitude et platitude d'un îlot minuscule étouffé par une chaleur épouvantablement humide, toutes les six semaines, ils ont droit à « une semaine d'aération », à Tahiti.
Nommé responsable informatique de la gestion du matériel et des pièces détachées utilisés sur l'atoll, le capitaine ardennais prend le commandement d'une compagnie de légionnaires chargée d'assurer la protection du site et aussi, véritable travail de bagnard, d'ériger un mur côté mer, afin de contenir le raz-de-marée que risquent de provoquer les explosions nucléaires souterraines. « J'étais à Muro quand j'ai appris la mort de mon père, me confie Roland Canivenq. Impossible de me rendre dans les Ardennes. Eh bien, ces légionnaires que l'on prétend être des brutes, ils se sont relayés pour m'aider à surmonter l'épreuve ».
Enseigner
Élevé au grade de lieutenant-colonel, il achève sa carrière militaire dans ses chères Ardennes, comme adjoint au délégué militaire départemental.
Il en débute alors une autre, civile, mais tout autant active, dans le petit village de Toges, proche de Vouziers où en 1973, il se retire dans la maison de son grand-père.
Premier adjoint du maire des Togeards, secrétaire durant dix ans de la Société départementale d'Entraide de la Légion d'honneur, il veille chaque année à organiser dans une commune ardennaise la commémoration de Camerone, haut fait d'armes mexicain de la Légion Étrangère.
Lui qui n'a jamais fait la guerre, il s'investit corps et âme dans le culte des Morts pour la France.
Délégué départemental du Souvenir Français qui dans les Ardennes compte plus de mille adhérents, il veille scrupuleusement à l'entretien des tombes des soldats, en dresse l'inventaire.
Après une minutieuse enquête, il déclare à un maire de la Pointe de Givet qu'il est inutile de continuer à aller se recueillir sur le « carré militaire » du cimetière de sa commune puisqu'il y a longtemps que les corps furent transportés dans la nécropole de Floing.
Inlassablement, il enseigne le devoir de mémoire à des écoliers des Ardennes qu'il groupe parfois devant le monument aux morts de leur commune.
Il est l'auteur d'un mémento du protocole pour les cérémonies patriotiques et d'un livre intitulé Les Ardennes et la Légion d'honneur
Alors que je m'étonnais d'un tel engagement, il a eu ces mots : « Je n'ai qu'une passion : apporter quelque chose aux autres ».
Qu'en pensent les chênes de nos forêts ?

Yanny HUREAUX

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

7 crèches qui racontent la Légion

25/12/2012

Noël, ce n'est jamais la même histoire au 4e RE où la tradition veut qu'un légionnaire, "loin des siens", bricole avec les moyens du bord une crèche pour marquer l'instant de fraternité que constitue pour les Chrétiens la nuit du 24 décembre. La religion n'est jamais mise en avant, ce qui l'est, c'est le destin de ces hommes qui ne sont pas toujours des enfants de chœur, mais comme ce Chinois racontant dans une émouvante mise en scène (dans un wagon SNCF !) son périple jusqu'à Castelnaudary, mettent du cœur à l'ouvrage pour intégrer leur "nouvelle famille", la Légion. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne manquent pas d'imagination. Un légionnaire roumain a par exemple taillé des santons plus vrais que nature dans du... polystyrène. La Compagnie de Commandement et de Service (CCS) assure d'entrée que "tout est issu de matériaux de récupération", avant de servir le vin chaud, et tout ce dévouement sert à raconter l'engagement du légionnaire, ses combats et ses moments de solitude. Hier, un jury de 18 personnes, militaires mais aussi civils (Patrick Maugard et André Taurines en faisaient partie) a visité chacune des sept crèches installées en quelques jours dans chacune des compagnies. Et comme à la Légion, "on ne peut pas s'empêcher de faire des classements" (dixit le chef de corps), il a bien fallu noter, à la fois le caractère religieux, l'esprit légion, l'imagination des légionnaires, le matériel utilisé, le texte lu, l'esprit inventif et le sens artistique. Aujourd'hui, le quartier d'Anjou est ouvert au public pour la visite des crèches de 15 h 30 à 19 h. Comptez 10 minutes par crèche. Le foyer sera également ouvert pour des achats souvenirs. Et du chocolat chaud est servi par les différentes compagnies aux visiteurs.À la Légion, Noël est une fête œcuménique mettant en avant l'esprit de famille.

J. Y.

Na San. Amère victoire

mardi 11 décembre 2012 Par François Pédron

Rappel des faits. Le 19 décembre 1946, insurrection du Viêt-minh à Hanoi. L’évacuation de Cao Bang, qui tourne au désastre le 3 octobre 1950, fait effet de péripétie à Paris mais de catastrophe en Indochine.

L’armée française est mise en déroute par les « irréguliers » du Viêt-minh, armés par la Chine et ayant récupéré l’arsenal Japonais laissé après leur départ en 1945. La situation est nouvelle. Si de Lattre a réussi à « pacifier » le Tonkin, Hanoi reste en état de siège virtuel et Giap porte son effort vers le Nord-Laos. Pour contenir Giap, Salan, général en chef, invente la tactique du hérisson qui sera testée à Na San : un aérodrome, protégé par des points d’appui armés, est le cœur d’une base tenue par 15 000 hommes qui seront ravitaillés jour et nuit. Giap ­attaque le 1er décembre 1952 et lance ses troupes par ­vagues de 18 000 hommes. Au bout de trois jours, il laissera 3 000 hommes sur le terrain alors que les Français ne déplorent qu’une ­cinquantaine de tués.

“Comment accrocher un ennemi insaisissable ?”

La victoire paraît totale. Des vagues ­d’avions ont « nourri » le camp commandé par le colonel Gilles. « L’idée du camp retranché aéroterrestre paraît ­résoudre le problème : comment accrocher un ennemi insaisissable qui se dérobe et le détruire ? écrit le général Gras. La victoire de Na San fut à l’origine d’une doctrine qui, en se figeant, porta les fruits amers de Diên Biên Phu. » Quelques jours plus tard, alors que l’ennemi fait retraite, notre photographe Jacques de Potier sera grièvement atteint d’une rafale de mitraillette en portant secours à un légion­naire blessé. Giap retiendra la leçon de Na San : dix-huit mois plus tard, son artillerie, devenue insaisissable, réduira en entonnoir l’aérodro­me de Diên Biên Phu. Les Français seront pris au piège.Point final

La Légion étrangère de 1831 à 1887

Der Legionär 1958 Freddy Quinn

Se désabonner


La Newsletter 12/50 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/50 de l'AALEME

Le bulletin 12/04 de l'AALEME est en ligne...

Concert de la Musique de la Légion Etrangère : Plus de huit cent personnes au Forum de Laudun-l'Ardoise

30/11/2012

 

Ce mercredi 28 novembre, la Musique de la Légion Étrangère (MLE) a donné son traditionnel concert de la sainte Barbe au Forum de Laudun-L’Ardoise. Comme les années précédentes les quelques mille places assises étaient largement occupées pour écouter ce concert musical de deux heures.

Il était dirigé par le lieutenant-colonel Emile Lardeux, chef de musique hors classe, avec l’adjudant chef Jean Philippe Dantin, adjoint au chef de musique et l’adjudant chef Jérôme Dumont, tambour major (C’est lui qui ouvre, tous les 14 juillet, à Paris, le défilé de la musique de la légion Etrangère).

Le chef de corps le Colonel Olivier Gombeau, entouré de son état major,  a adressé un mot de bienvenue à toute l’assistance. A ses côtés on notait la présence du général Christophe de Saint Chamas, commandant la Légion Etrangère, et de nombreuses autorités militaires, civiles et religieuses.

La première partie de ce concert a débuté par un morceau de musique militaire en référence au berceau de la maison mère de la Légion Etrangère en Algérie : « Sidi Bel Abbès ». Il était suivi de la partition de musique le Psaume 150 sur un arrangement de J. Naulais. Comme le précédent concert de 2011 avec la virtuosité du violoniste le caporal chef Dumbraya , cette année  le chef Youri Vassiliev, à la trompette a donné un aperçut de son immense talent dans l’interprétation de l’hymne de Fort Alamo (John Waine)  « De Guello » .

A la reprise ce fut dix nouvelles compositions musicales interprétées avec brio où tous les pupitres de l’ensemble orchestral ont été à l’honneur. Celui des tambours a reçu une particulière ovation. La musique chilienne de C.Solovera a été la nouveauté de ce concert. Si « Star Wars » de J.Williams a soulevé de nombreux applaudissements, tout comme la Polka de R.Roger  et la marche du 1er Régiment Etranger de Génie du quartier Général Rollet de Laudun-l’Ardoise, l’interprétation du célèbre « Boudin » a soulevé l’ovation du très nombreux public en conclusion de ce remarquable concert.

Les dons recueillis seront reversés au Foyer de la Légion Étrangère au profit des sinistrés de l’institution. (1.250 euros nous en reparlerons).

Photos du concert
Barbe 2670.JPG
Barbe 2669.JPG
Barbe 2673.JPG
Barbe 2674.JPG
Barbe 2676.JPG
Barbe 2683.JPG
Barbe 2742.JPG

Noël Solidaire.

Les vœux du Calabrais

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Ordre du mérite : un bleu éclatant sous les ors de la république

Publié le jeudi 29 novembre 2012

L'amiral François Flohic s'adresse aux décorés, en présence de la Préfète Marie Lajus

et du président de la section départementale de l'Ordre, Jean-Noël Bévérini.

Photo Michel Hugues

La traditionnelle cérémonie de remise des insignes et brevets de l'Ordre national du Mérite a réuni plus d'une centaine de récipiendaires et d'invités, au milieu de ce mois, dans les salons de la préfecture des Bouches-du-Rhône, à l'initiative du préfet Hugues Parant, président d'honneur de la section départementale de l'Ordre. Une assemblée doublement honorée par la présence de Marie Lajus, préfète pour l'Egalité des chances, qui a remis personnellement son brevet à chaque nouveau compagnon, et de l'amiral François Flohic, ancien aide de camp du général de Gaulle auquel on doit la création de cet ordre en 1963; le second le plus important de la République après celui de la Légion d'Honneur. Destiné à récompenser "des mérites distingués rendus à la Nation française", il est représenté par une étoile à six branches émaillée de bleu et compte trois grades (Chevalier, Officier, Commandeur) et deux dignités (Grand Officier et Grand Croix).

Grand Croix de l'Ordre, engagé à l'âge de 19 ans dans les Forces françaises libres (FFL) et ancien commandant du navire-école Jeanne d'Arc, l'amiral Flohic constitue d'ailleurs une véritable légende vivante, et c'est avec beaucoup de respect et d'attention que l'assistance a écouté son intervention. Une cérémonie qui a été l'occasion également pour la section des Bouches-du-Rhône de l'Ordre national du Mérite de présenter officiellement son nouvel hymne, sur une musique écrite par Jean-Philippe Dantin, chef de musique-adjoint de la Légion étrangère, récemment nommé Chevalier des Arts et Lettres, et un texte de Jean-Noël Bévérini, président de cette section très dynamique. La Légion était représentée par l'un de ses anciens commandants, le général Bernard Goupil, ancien gouverneur militaire de la cité phocéenne et aujourd'hui membre de l'Académie de Marseille.

Parmi les quelque 500 compagnons qui constituent la section des Bouches-du-Rhône, figurent de nombreuses personnalités marseillaises et provençales comme André Roux, le Pr Jean Chélini, Adrien Blès, Jean-Paul Passédat, Jacqueline Guglielmetti, le médecin général Raffier, Michel Fournier, André Védrines, Marguerite Martinelle, Guy Soulas, Philippe Garcia (actuel vice-président de la section départementale) ou encore Alain Pruvot. A la veille du cinquantenaire de la création de l'Ordre, cette cérémonie restera surtout comme une magnifique répétition générale des festivités qui marqueront 2013; année au cours de laquelle Marseille ambitionne de devenir non seulement la capitale européenne de la Culture mais aussi celle du civisme et de la solidarité.

Philippe GALLINI

Un véritable rêve pour ce membre de la légion étrangère

Publié le jeudi 29 novembre 2012

Ce sera l’un des événements sportifs phares de début 2013 : Montluçon accueillera deux championnats du monde de kick-boxing. Ce sera, notez bien, le 23 mars prochain, au centre Athanor. 13 combats au total sont programmés, sur le ring : 4 champions du monde et donc deux ceintures mondiales seront en jeu. Pourquoi une réunion de ce niveau, dans la Cité des Bords de Cher ? Cela tient beaucoup à Riadh Sahraoui Champion du monde l’an passé chez les moins de 77 kg, il remettra son titre en jeu face à un Espagnol, à la maison, puisqu’il vit à Montluçon. Un véritable rêve pour ce membre de la légion étrangère (cf journal audio du jour) Et Athanor aura une configuration de 2.400 places pour l’événement. Une pré-vente des billets, à tarif spécial, démarrera dans les prochains jours. A noter que les primes décernées à Riadh Sahraoui pour ce combat seront reversées intégralement à l’Institution des invalides de la légion étrangère.

Camerone, épisode de la guerre du Mexique

French Foreign Legion Franck Sinatra 1958

Se désabonner


La Newsletter 12/49 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/49 de l'AALEME

Le stage à l'école d'état-major de Tunis du capitaine Joffredo

Publié le 27/11/2012

Avec M. Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie.

- Tous droits réservés. Copie interdite.

On ne présente plus le capitaine Joffredo qui était jusqu'à cet été notre interlocuteur privilégié - et celui d'un grand nombre de Chauriens - au 4e RE . Le capitaine Joffredo est actuellement en stage à l'école d'état-major de l'armée tunisienne depuis le 27 août, un stage qui s'inscrit dans le cadre des accords militaires franco-tunisiens et il représente donc l'armée de terre française - et la Légion étrangère évidemment - dans cette 35e promotion. En plus d'une formation «classique», l'occasion de découvrir, un autre milieu d'officiers et une autre culture. «Il n'y a de richesses que d'hommes, disait Jean Bodin. Je suis en plein dedans», confie-t-il. Ils sont, comme lui, une dizaine d'officiers de «pays frères et amis», majoritairement issus de l'Afrique subsaharienne. Lorsque ses cours lui en laissent le temps, le capitaine découvre la Tunisie. «Petite merveille de pays aux côtes souvent paradisiaques !», commente-t-il avec une pensée pour les Chauriens déjà entrés dans l'hiver. «Ici, lorsque l'on passe en tenue hiver… on baisse les manches !»

Ce passionné de vélo, fondateur de la Solidaire, cette course au profit des anciens de la Légion étrangère, s'entraîne avec le club de Tunis. Il y a quelques jours, il pédalait sur les hauteurs du cap Bon, face à l'île de Zembra et le golfe de Tunis. Il y a pire. Il participe bien sûr également à toutes les cérémonies de l'ambassade de France. Ainsi, l'e 11 novembre, il était aux cérémonies commémoratives au cimetière militaire français de Gammarth, cimetière où sont enterrés bon nombre de légionnaires du 4e RE sous l'appellation de 1er REIM en mars 1943 lors de la bataille de Zaghouan, inscrite dans les plis du drapeau du régiment. «C'était un peu ma façon de participer à la fête du 92e anniversaire du régiment», rapporte-t-il.

La Dépêche du Midi

Camerone 2013. Le général Guignon porteur de la main

Ainsi va le monde !

mardi 20 novembre 2012 par Henri Weill

 

On connait les premiers contours du Camerone 2013, qui marquera le 150e anniversaire de la bataille. Thème retenu : Légionnaire, un nouveau départ, en référence à deux piliers du système légionnaire : la deuxième chance et l’intégration. Le porteur de la main du capitaine Danjou, sera le général d’armée (2S) Michel Guignon qui sera accompagné d’un caporal-chef d’active et de l'adjudant Berthold Vossler, à qui il doit la vie en Algérie. "Il y a tant de gens qui méritent de porter la main du capitaine Danjou. Mais remonter la Voie sacrée avec ce vieux compagnon de combat, c'est cela qui m'a décidé" explique le général Guignon. Qui a, notamment, commandé le 2e Régiment étranger de parachutistes (1980-82). Et a également été gouverneur militaire de Paris (1992-96).
Une section du 3e REI (Régiment étranger d'infanterie) participera à la commémoration au Mexique.

L’inauguration du nouveau musée de la Légion étrangère est également prévue le 30 avril prochain.

Le 1er REG fête sa patronne

24/11/2012

Comme chaque année, le 1er Régiment étranger de génie de Laudun l’Ardoise fête la Sainte Barbe, patronne des sapeurs. A cette occasion, un concert gratuit de la Musique de la Légion étrangère sera donné le mercredi 28 novembre au Forum de Laudun et une prise d’armes aura lieu le jeudi 29 au quartier général Rollet.

Concert gratuit de la Musique de la Légion étrangère:
La Musique de la Légion étrangère se produira gratuitement le mercredi 28 novembre à 20h30 au Forum de Laudun l’Ardoise. Les dons recueillis seront reversés au Foyer d’Entraide de la Légion étrangère (FELE) au profit des blessés de l’institution.

Une cérémonie ouverte au public au quartier général Rollet :
Rehaussée par la présence de la musique de la Légion étrangère et présidée par le général de Saint Chamas, commandant la Légion étrangère, la cérémonie ouverte au public aura lieu le jeudi 29 novembre au quartier général Rollet à partir de 10h00. Elle se déroulera de la manière suivante :
- Honneurs au drapeau,
- Accueil des autorités et revue des troupes,
- Lecture de l’ordre du jour,
- Remise de décorations,
- Lecture du récit du percement du tunnel de FOUM ZABEL,
- Défilé des troupes.
Remise de décrets de naturalisation

A l’issue du défilé, des élus locaux remettront leur décret de naturalisation à une quinzaine de légionnaires dans la salle d’honneur du régiment. Acte majeur dans la vie de ces derniers, cette remise du décret de naturalisation symbolise l’engagement solennel à la fois au sein de l’institution militaire, mais aussi et surtout de la société civile nationale.

Repas de Noël 2012 de l'AALESSE

aa

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Recherche photo du drapeau 2° REI quittant Bonifacio en 1983...

je suis dessus, un lien ou une photo directement‏.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

aa

Recherche anciens du REC et du REP présents le 14 juillet 1965 sur la Base Navale de Mers el Kebir.

Dans le cadre de mes recherches sur les dernières Bases et Unités en Algérie de 1964 à 1970, pourriez-vous présenter ces photos sur le site avec l'espoir que des anciens pourront reconnaître des militaires de l'époque. Ces photos ont été prises lors du défilé du 14 juillet 1965 sur la Base Navale de Mers el Kebir.
Sur la photo l'on voit deux EBR du 1er REC.
Le général de Division Barlier passe les troupes en revue, ce doit être un détachement du 2e REP, sur la gauche se trouve le Capitaine de Vaisseau Winter.
Les deux autres clichés montrent la Musique du 2e REP.
Musique du 2e REP le 14 juillet 1965
Musique du 2e REP le 11 novembre 1965.
D'avance merci pour votre aide.
Bernard Ballanger
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
aa

aa

aa

Cinq ans en Afrique: souvenirs militaires d'un belge au service de la France

Par Louis Lamborelle

 

Brief eines Fremdenlegionärs

aa

Se désabonner


La Newsletter 12/48 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/48 de l'AALEME

Le 2 décembre 2012 sur France 5

L'Echo de la FSALE N° 1

Vendredi, 16 Novembre 2012 08:09

Castelnaudary. J.-W. Zhang, Français par le sang versé

Vendredi, 16 Novembre 2012 09:15

Publié le 16/11/2012

Le caporal Zhang, à droiteavec le capitaine Chaumet, commandant la compagnie des spécialistes. ./Photo DDM, Gladys - Tous droits réservés. Copie interdite.

Ils sont 13 à peine à avoir obtenu ainsi la naturalisation française depuis le vote, à l'unanimité par les deux chambres, de la loi le 30 décembre 1999.

La mission est sacrée, tu l'exécutes jusqu'au bout et, s'il le faut, en opérations au péril de ta vie»… Le caporal Jia Wei Zhang n'a pas oublié ce jour d'août où il a coiffé le képi blanc et récité le code d'honneur, devenant ainsi légionnaire au service de la France. C'était au château près de la ferme de Bel Air. C'est, en effet, en Lauragais comme tout légionnaire que ce jeune militaire d'origine chinoise a fait ses classes. Octobre 2008, à l'issue de sa formation, il est affecté au régiment de génie de Saint-Christol et part, fin 2009, six mois en opération en Afghanistan. 5 mois et 28 jours… Le séjour tire à sa fin, plus que deux jours «à tirer». «Les paquetages sont déjà partis pour la France, nous n'avions gardé que le strict minimum avec nous», se souvient-t-il. Ce 9 mai, à 4 heures, il part avec d'autres soldats pour la toute dernière opération. Aux environs de midi, ils trouvent un IED, un engin explosif improvisé… Ils sont encore sur place quand un véhicule blindé explose sur un autre engin explosif. «Nous sommes arrivés de suite pour évacuer les blessés», raconte le caporal. C'est alors que les talibans, cachés jusque-là, leur tirent dessus. Le caporal Zhang sera blessé de deux balles dans le dos. Aussitôt évacué par hélicoptère vers l'hôpital international de Kaboul, il subira une première opération et puis une seconde en France, à l'hôpital Percy où il est rapatrié avec d'autres de ses camarades grièvement blessés comme lui. Il ne s'étend pas sur les moments de souffrance, explique seulement qu'il était sous morphine 24 heures/24. «Onze soldats français ont été blessés sur cette opération, j'ai eu de la chance», dit-il simplement. C'est à Percy aussi qu'on lui explique qu'il est en droit de demander la nationalité française avec la procédure dite «par le sang versé». Il l'a fait. Momentanément inapte pour la projection en opération extérieure, il est entretemps muté au 4e R.E.

Son décret de naturalisation lui a été remis par Jean-Pierre Bel, président du Sénat en personne, le 13 juillet dernier. «On choisit toujours un moment marquant pour la remise d'un tel décret. On ne le fait pas n'importe quand», explique l'officier du bureau de ressources humaines. Justement, la cérémonie qui a lieu au Sénat en est une puisque chaque année, la Légion étrangère y renouvelle sa fidélité à l'État. C'est là aussi que sont mis à l'honneur les cadres et les légionnaires qui se sont distingués, au cours de l'année, en opération. C'est donc dans le cadre prestigieux des jardins du Luxembourg qu'a eu lieu cette émouvante cérémonie qui a fait du caporal Zhang, un Français à part entière, dont les qualités le promettent à un avenir de sous-officier. «Il lui reste des étapes à franchir mais il a le potentiel», souligne son commandant de compagnie, le capitaine Chaumet. Il pourrait alors devenir chef secrétaire. Nous le lui souhaitons.


Procédure exceptionnelle

Dans la procédure classique, un légionnaire étranger peut demander sa naturalisation au bout de 3 années de service actif. Une autre procédure existe, dite par le sang versé depuis une loi votée le 30 décembre 1999, à l'unanimité par les deux chambres, reconnaissant l'attribution quasi automatique aux légionnaires blessés en opération. Cette procédure n'emprunte pas le canal habituel puisque la Légion envoie le dossier du légionnaire blessé directement au ministère de la défense lequel fait suivre la demande au Premier ministre.

Gladys Kichkoff

Artisanat malgache


 

Les bulletins d'EdS.

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

„Amicale des Français“ beging Jahrestag des Waffenstillstands vom 11. November 1918

logo

Esch-sur-Alzette / Luxemburger Wort / 14 novembre 2012

Fêtes, anniversaires et réunions

Mit dem Unterzeichnen des Waffenstillstands am 11. November 1918 endete der Erste Weltkrieg.

Auf Einladung der Escher „Amicale des Français et Anciens Combattants“ fanden sich am 10. November die luxemburgischen und französischen Autoritäten vor dem Totendenkmal der Place de la Résistance ein, um der Opfer eines unmenschlichen Krieges zu gedenken. An der schlichten Feier nahmen Bürgermeisterin Lydia Mutsch, die beigeordnete Konsulin Frankreichs Nadine Zambeaux sowie Pierre Girault als Vertreter des Gremiums gewählter Franzosen im Ausland teil.

Am Mahnmal hatten die Fahnenträger der „Amicale des Français“, der „Fédération nationale des combattants républicains“ und der „Légion Etrangère“ Aufstellung genommen, als die französischen und luxemburgischen Ehrengäste Blumen niederlegten und Jean-Paul Schmit die „Sonnerie aux Morts“ spielte. Amicale-Präsident Jean-Baptiste Gauvain bezeichnete die Gedenkfeier des 11. November als Pflichtaufgabe, damit die Erinnerung lebendig bleibe und uns die Kraft gebe, daraus Lehren für die Zukunft zu ziehen. (Text/FOTO: LUCIEN WOLFF)

Ne pas oublier de s’inscrire pour notre LOTO du 24/11/2012

Campagnes et travaux de la légion étrangère, depuis 1831, en Espagne et en Algérie

Par H. Delevingne

 

Le légionnaire - Paul Dalbret - 1911

Se désabonner


La Newsletter 12/47 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/47 de l'AALEME

L'hommage au major El Gharrafi, mort au combat

Le 12/11/2012

En mémoire du légionnaire El Gharrafi, ses deux enfants, Patrick Maugard et Guy Bondouy, maire de Saint-Martin-Lalande, ont déposé une gerbe au monument aux Morts.

En mémoire du légionnaire El Gharrafi, ses deux enfants, Patrick Maugard et Guy Bondouy, maire de Saint-Martin-Lalande, ont déposé une gerbe au monument aux Morts. © Photos Rumeau

Le 29 décembre 2011, alors qu'il était affecté à une opération de soutien à l'armée nationale afghane, dans la vallée de Tagab, le major El Gharrafi trouvait la mort, victime d'un taliban infiltré qui avait retourné son arme contre les militaires français. A ses côtés, le sergent-chef Zingarelli succombait également à l'attaque.

L'hommage de la Légion

Un peu moins d'un an après ce drame, la Légion étrangère, le maire de Saint-Martin-Lalande (commune où résident son épouse et ses enfants) et le sous-préfet de Limoux, Sébastien Lanoye, ont rendu hommage à sa mémoire quelques heures avant les célébrations officielles de l'Armistice du 11-Novembre-1918. Devant une assistance recueillie, militaires, élus et représentant de l’État ont dévoilé une plaque commémorative fixée au monument aux Morts du village, juste à côté d'une autre dédiée à Harouche et Abdallah, deux soldats maghrébins tués en août 1944. "Cette inscription évitera une nouvelle mort, celle de l'oubli. Le major El Gharrafi a prouvé jusque dans la mort qu'il était de la trempe des 35 000 légionnaires tués depuis la création de la Légion étrangère", a commenté le colonel Frédéric Bonini, commandant du 2e régiment étranger du génie de Saint-Christol, auquel appartenait le major El Gharrafi depuis 1992. Car, en ce 11-Novembre, plus que la paix de 1918, c'est la mémoire des soldats tombés pour la France qui était honorée, à Saint-Martin-Lalande comme à Castelnaudary. "Leur vie pour la France"
Des hommes qui comme Mohamed El Gharrafi "ont donné leur vie pour la France", son pays d'adoption. "C'est une vigie qui doit nous interpeller et qui nous rappelle que la paix se défend parfois au prix de sa vie", a déclaré le colonel Bonini, dans un vibrant discours. Comme un symbole, pour clore cette émouvante cérémonie, des enfants du village ont déposé des bouquets de bleuets et une bougie au pied du monument aux Morts de Saint-Martin-Lalande, là où demeure le souvenir des soldats tombés pour la France.

Hommage aux Légionnaires ukrainiens de Peynier

Gilles, la Lituanie, la Lettonie, l'Ukraine, etc.....

lundi 12 novembre 2012
Voici ci-dessous quelques photos prises pendant les cérémonies évoquées dans mes posts précédents (http://gillesenlettonie.blogspot.fr/2012/11/hommage-aux-legionnaires-ukrainiens-de.html), cérémonies qui ont eu lieu le 2 Novembre à Peynier (Bouches-du-Rhône) en hommage aux volontaires ukrainiens engagés dans la Légion Etrangère en 1940.

de g. à dr. : MM Pinier et Siegel, de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires, le Général de Saint Chamas, commandant la Légion Etrangère, Mme Annick Bilobran , Présidente de l'ADVULE, M. Vozdigan, Condul d'Ukraine à Marseille.

Repas de Nöel de l'AALEME

Mercredi, 23 Novembre 2011 14:34

Le vendredi 14 décembre 2012 à 12H00 à l'€urotel à Pérols. (voir le plan ) Le Fenouillet - 34470 PEROLS Cedex Tél : 04 67 50 27 27 - Fax : 04 67 50 23 27

 

Apéritif : Kir pétillant, jus de fruit, feuilletés chauds, olives, cacahuètes.

Menu :

Foie gras des Landes et ses toasts.

Civet de biche.

Fromage.

Omelette norvégienne.

Vins et café compris.

 

Prix : 30.50€. Participation de l'AALEME pour ses membres à jour de leur cotisation : 5.50€. A régler auprès de notre trésorière, avant le jeudi 6 décembre 2012 : 25€.

Mme Simone Lemarié

9, rue Louis Blériot

34470 Pérols.

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Expositions sur la guerre, un travail de mémoire

Publié le 12/11/2012

Castelnaudary. Expositions sur la guerre, un travail de mémoire - Tous droits réservés. Copie interdite.

Comme tous les ans le comité de coordination des associations patriotiques présidé par M. Canalès organise une exposition à la galerie Paul-Sibra. Cette année trois volets : la Grande Guerre de 1914-1918, la bataille de Bir-Hakeim mai-juin 1942 et une exposition de photos sur la légion étrangère depuis son installation à Castelnaudary. Photos, cartes, frises, anecdotes, caricatures, dessins illustrent ces périodes douloureuses. Support très parlant pour les visiteurs et pour les scolaires et leurs professeurs.

Quelques héritages de la grande guerre: 1 100 000 orphelins à l'issue de la guerre ! Dès 1917, ils obtiennent le statut de pupilles de la nation. Création du journal «Le Canard enchaîné» pour contester contre la censure. Progrès de la médecine surtout en chirurgie faciale et dans la prévention des infections.

La légion étrangère s'est installée à Castelnaudary en 1976 à la caserne Lapasset. En 1984, elle rejoint les nouveaux locaux au Quartier Danjou.

La Dépêche du Midi

Cérémonies du 11 novembre : Devoir de mémoire dans le silence et le recueillement

12/11/2012

Les cérémonies commémoratives de l’anniversaire du 11 novembre se sont déroulées dans notre cité en présence des élus, des anciens combattants, des enfants  et des habitants de la commune.  En premier lieu c’est à l’Ardoise à partir de 10H que le premier dépôt de gerbes s’est déroulé, en présence du député maire Patrice Prat et du président de l’union des anciens combattants, Bernard Euvrard. Ce fut ensuite, à 11H45, le départ à partir du point Info de la rue de la république d’un cortège des officiels jusqu’au monument aux morts du cimetière communal.

Dans les deux cérémonies un détachement de la compagnie de commandement et de logistique, sous les ordres du sergent Gavrilovici, composait le piquet d’honneur.

Parmi les autorités civiles on notait la présence des adjoints et des élus du conseil municipal, majorité et opposition, des enseignants et des représentants des associations. Les autorités militaires étaient présentes avec le Chef de bataillon Collwette représentant le chef de corps du 1er REG qui était entouré  d’officiers, sous officiers, caporaux  et légionnaires ; l’adjudant Chef Chambelland  représentant le commandant de la brigade de gendarmerie ; les anciens combattants et son président Bernard Euvrard ; l’Amicale des Anciens  de la Légion Etrangère avec son président Manfred Holzhauser et son porte drapeaux ainsi que les portes drapeaux de la mairie et des anciens combattants.

Dans les deux cérémonies, le maire et le président des anciens combattants étaient entourés de nombreux enfants au moment du dépôt des gerbes. Le message du 11 novembre de Kader Arif a été lu par le maire alors que Bernard Euvrard donnait lecture de celui de l’Union Française (UFAC) . Le député maire Patrice Prat après avoir remercié tous les participants a invité l’assistance à participer au verre de l’amitié à la salle Félix Devaux

Les enfants étaient nombreux aussi bien à l’Ardoise qu’à Laudun, pour le dépôt de gerbes.
11 novembre 2012 2532.JPG
11 novembre 2012 2544.JPG
11 novembre 2012 2534.JPG
11 novembre 2012 2551.JPG

Histoire de l'ancienne légion étrangère, créée en 1831, licenciée en 1838.

Par J. Bernelle

Cliquer sur l'image pour lire en ligne ou télécharger au format PDF.

Storia dell'antica legione straniera creata nel 1831, licenziatal 1838.

Sidi Bel Abbès Henri Génès 1953

Se désabonner


La Newsletter 12/46 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/46 de l'AALEME

Je suis un piètre légionnaire

Jeudi 8 novembre 2012

Si, si amis miens, n’essayez pas de me défendre, je découvre meurtri que je fus un mauvais légionnaire.

Jugez-en : engagé dans les années 60 j’ai quitté l’Institution en 2002 après quelques années de service et quelques mois de stages et congés suivis et pris indûment.

Pendant cette période qu’ai-je fait ? Rassurez-vous, je ne vais pas vous livrer l’État Signalétique de mes Services, dérisoires au demeurant, et surtout  entachés de forfaiture, mais seulement vous tracer quelques grandes lignes.

Étranger de naissance, je n’articulais que quelques rares mots de français lors de mon engagement. Dans notre belle institution j’ai été fantassin, parachutiste, cavalier, sapeur travaux et sapeur combat, et même un peu artilleur avec mes tubes de 75 SR ;  j’ai été combattant et bureaucrate, élève et instructeur ; à neuf ans et demi de service j’étais adjudant ;  lieutenant je fus président de lieutenants, j’ai été porte-drapeau et porte-étendard, entretemps, j’ai conçu l’automatisation du paiement de la solde aux légionnaires, le général Coullon s’en souvient ; capitaine j’ai eu le privilège de me voir accorder deux temps de commandement ; j’ai traversé la hiérarchie avec quelque succès de légionnaire à lieutenant-colonel. Quelques missions extérieures, trop rares hélas, et séjours outre-mer ont émaillé le parcours.  Je fus  le 20e rédacteur en chef de Képi Blanc et le premier « titre étranger » à être titulaire de ce poste qui allait alors de pair avec la direction du service historique et celle des musées. A ce poste et par ailleurs,  j’ai fait publier une anthologie de la poésie légionnaire, à laquelle ont collaboré nombre de mes subordonnés, primée par l’Institut de France.

J’étais, jusqu’à maintenant, convaincu d’avoir assuré toutes mes fonctions, des plus humbles aux plus prestigieuses - à mon modeste niveau - avec honneur, fidélité et une certaine compétence reconnue par mes pairs et mes chefs, vertus auxquelles j’ajoutais un certain panache ; mes subordonnés m’ont semblé toujours «obéir d’amitié», ce qui me faisait être naïvement convaincu d’avoir servi honnête et fidèle - au diable la fausse modestie - dans la droite ligne de l’esprit Légion, cet esprit qui m’a servi de guide dans ce qu’il a de meilleur, et de garde-fou dans ce qui pourrait y avoir de moins bien. Quelques rubans sont venus colorer ma modeste poitrine, à tort évidemment.

Quant à l’esprit, mes convictions ont été mises à rude épreuve, une première fois, par l’action d’un personnage  qui s’est immiscé, insidieusement, mais tout de même aidé, sinon encouragé, dans le cercle restreint des officiers  où, civil, il n’avait rien à faire. Quelles que puissent avoir été ses qualités – et il en avait – sa présence sonnait faux et apparaissait  comme incongrue dans cet environnement, surtout lorsqu’il émettait des opinions et des jugements de valeur sur tel officier ou tel autre. Alerté par un ami, je l’ai, en quelque sorte,  chassé de ma mémoire. Dès lors, mon regard le traversait, transparent, vers un improbable horizon. Malgré ce manquement à l’esprit, la vie reprenait son cours agité ou paisible.

Mais depuis peu mes résistances sont tombées. Comme une citadelle de demi-certitudes tomberait, sous les coups de boutoir d’un pur parmi les purs, Vestale exécutant son sacerdoce, Hestia devrais-je dire. La pureté du feu  habite  ce moderne gardien du temple qui  émet des bulles quasi pontificales.

C’est ainsi que j’appris, au hasard de mes nombreuses lectures parmi lesquelles les bulles pontificales,  que tout officier,  sous-officier ou  militaire du rang qui ne serait pas abonné à  Képi Blanc et qui ne serait pas membre d’une amicale ne serait pas   un « vrai légionnaire », qu’il aurait employé le temps passé sous la grenade à sept flammes à se servir et non à servir la Légion, selon la formule consacrée. Une sorte de Jean-foutre, quoi!

J’encourage, bien évidemment, chacun à devenir membre d’une amicale, après une formalité simple, non rébarbative, et à s’abonner à notre magazine Képi Blanc. Je crains néanmoins  que la méthode employée de mise en accusation de la très grande majorité des anciens légionnaires, ne soit contreproductive.

Dieu merci je suis inscrit sur les rôles d’une amicale, mais ça date de peu, et honteux, je l’avoue ; Képi blanc, je le reçois d’office. Malgré ces deux conditions sine qua non, ignorées par moi dans leur impérieuse nécessité de désigner les bons légionnaires, de séparer l’avoine de l’ivraie, comme le président de la  République  sépare les soldats combattants des autres soldats ( ?), je ne sais plus où me mettre sauf à passer sous les ignominieuses fourches caudines.

Medaille-de-la-FSALE.PNG

Dans un autre domaine, mais qui reste, malgré tout, dans le même ordre d’idées, j’ai lu, par un « ricochet plagiaire », un intéressant texte émanant d’un certain Laurent Nice, sur le bénévolat. L’auteur y oppose le bénévole au yaka, son ennemi juré. J’approuve entièrement le propos, et force m’est de constater que, par exemple, certaines de nos amicales développent une activité intense sous l’action de leurs bénévoles présidents. Ces présidents sont dignes d’éloge car ils s’investissent corps et âme dans leur bénévolat, dans leur mission, avec beaucoup de réussite. Même si je regrette, ici ou là, que le mot légionnaire ne figure pas explicitement dans le nom de l’amicale, voire que l’intitulé puisse porter à confusion... ils doivent être félicités par chacun d’entre nous pour ce qu’ils font. Je loue leur dévouement et me réjouis, réellement, de voir le nombre d’importantes et heureuses initiatives à mettre à leur actif et dont les voyages à Camerone ne sont pas des moindres. Bien sûr, les amicales ayant un grand nombre de membres connaissent sans doute moins de difficultés – je pense à celle de Puyloubier-Aix-Ste Baume, je pense aussi à celle de Marseille, je pense à celle de Vaucluse – que les plus modestes qui drainent, par leur positionnement géographique, moins d’adhérents, plus éparpillés et, par là même, moins inclines à organiser ou pouvoir organiser de belles opérations. A côté des bonnes et belles initiatives il en est de moins heureuses, à mon sens, quand elles dépassent le périmètre d’action qui est imparti aux associations fédérées. N’a-t-on pas reproché, à juste titre, à Ségolène Royale, présidente d’une région française, d'avoir parlé en Afrique au nom de la France ?

Dans le cas de nos amicales, ne jetons la pierre à personne. Nul ne le mérite dès lors qu’il n’existe pas de « brevet d’administrateur d’amicale ». Tout se fonde sur le bénévolat animé par le bon sens acquis d’une solide expérience militaire et des principes qui en découlent, de l’éthique personnelle et de groupe, et de la valeur morale des individus. Mais on peut parfaitement appartenir à l’administration d’une association, d’une amicale, d’un groupement d’amicales, sans que le bénévolat soit total bien que les autres conditions soient réunies. Quelque rémunération qu’un administrateur reçoive dans nos associations militaires, elle ne sera jamais de nature à payer son travail réel. Elle servira au mieux, au remboursement de frais exposés, au pire, à augmenter la tranche d’impôts des concernés.

Et dans le fond, en toute honnêteté, ne devons-nous pas reconnaitre que toute action entreprise pour le bien de tiers, surtout bénévole, ne constitue pas pour son auteur le désir de se bien faire voir ? d’obtenir une prébende ? la reconnaissance d’autrui ? une décoration ? une place au paradis ? Que sais-je ?

Mais nous restons entre gens de bonne volonté et de bonne compagnie, ne voyons pas le mal là où il n'est pas!

Laurent Nice, l’auteur du texte en question qui est assez drôle, ne pose pas la question de la « récompense » du bénévole, ce qui n’est pas le cas du transmetteur de texte, par le « ricochet » dont je parlais, qui préconise lui, ni plus ni moins que la dissolution de l’association qui emploierait, hors la loi (!), un bénévole. Gare ! Saint Just n’est pas loin… tout comme la roche tarpéienne est proche du Capitole. Non, Laurent Nice se cantonne aux seules catégories d’individus : bénévole et «  yaka faucon » sauf, dans le texte original et dans sa dernière phrase où il met au jour une autre sorte de personnages, « mammifères bipèdes plus nombreux que les yaka et plus sournois » : les gros cons.

J’en suis sans doute, mais pas gros !

Antoine Marquet

Antoine

MEXIQUE Circuit « Spécial Camerone » du 27 avril au 5 mai 2013

Télécharger le programme

La date limite pour envoyer les réservations est le 28 NOVEMBRE 2012, avec le chèque à l'ordre de MONDE EN DIRECT ou le libellé de CB  de 30% du montant du voyage à mon domicile pour regroupement des réservations :

CES (h) Philippe de Parseval

19, rue Angélique Vérien

92200 NEUILLY.

Renseignements :

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

06 69 59 11 36

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Carte de Vœux de l'AALE de Puyloubier.

Comme vous avez pu le constater, tous les ans, afin d’apporter un plus à l’Amicale, nous proposons des cartes de vœux pour la fin d’année.
L’innovation en 2012 est que vous pouvez choisir entre 5 modèles. Pour faire ce choix il faut respecter la règle de trois.


A savoir : une planche comporte 3 cartes (format A 5). Les cartes sont numérotées (20cm x9,60cm)
Donc la commande doit être ou 6 ou 9 etc….
Nous avons fixé le prix de 12 cartes à Dix €, frais d’expédition joindre 2 Timbres (décision du bureau ..)Vous trouverez en pièce jointe, le formulaire de commande.
Livraison à partir de début Décembre.
A noter que tous les bénéfices seront intégralement reversés au Fond de solidarité de la caisse de l’Amicale.
Pour commander.
Exemple N° 2 12cartes = 10€




AALE PUYLOUBIER
Domain du Capitaine Danjou
13114 Puyloubier
Joindre le montant approprié à votre commande.
Nous acceptons les envois de 6 Cartes = 6€ .

Repas de Noël de l'AALE de Nîmes.

Se désabonner


La Newsletter 12/45 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/45 de l'AALEME

Combattants sans passé,

de Robert Markus, Légionnaire au service de la France

Par France Presse Infos

Légionnaire, Robert Markus décrit ouvertement ses expériences et pensées au cours de ses cinq premières années de service dans la légendaire Légion Étrangère.
Au cours de sa carrière détaillée qui l'a conduit dans diverses missions à travers le monde, il vous présente également certains segments de la riche histoire de cette Famille unique qui vit avec la devise « Legio Patria Nostra ».
Les aventures du Légionnaire dans « l'Armée de mauvaise réputation » ne vous laisseront pas indifférents ! Un début brutal qui mène bien des candidats à un surpassement de soi constant pour, au final, ne maintenir dans les rangs que des vrais combattants.
Robert MARKUS a rejoint la Légion Étrangère le 21 juillet 1993. En tant que jeune Légionnaire, il a été affecté au 2e REP, puis à la 13e DBLE, au 4e RE et au 2e REI.
En 1995, il est devenu caporal et sergent en 2001. Il a passé quinze ans à la Légion et participé à des missions au Tchad, en République centrafricaine, Bosnie, Gabon, Congo, Qatar et Kosovo.




Le mot de l’auteur

« Je vous demande une petite faveur : prenez une minute et parlez de mon livre à tous vos contacts sur les réseaux sociaux et par e-mail et demandez-leur en même temps de faire le même geste.
Je suis auto-éditeur et je m'occupe tout seul de la publicité. Faites circuler le mot au maximum. Je vous remercie avec un grand MERCI. Amitiés, Robert »

Loto de l'AALE de Puyloubier.

Emouvante cérémonie du 2 Novembre 2012 au "Carré Légion N° 48 "

Friday, 02 November 2012

Une émouvante cérémonie a eu lieu le 2 Novembre 2012 au carré Légion N° 48 (cimetière Saint Pierre de Marseille)

sous la présidence d’honneur du Général de division (2S) Bernard GOUPIL, ancien Commandant de la Légion étrangère (COM.LE) président du comité d’éthique de la F.S.A.L.E. et de l’AACLEM et membre d’honneur en présence de Monsieur Jacques VISCONTI représentant Monsieur Guy TEISSIER, député-maire du 9e et 10e arrondissement de Marseille. Le Capitaine de MENTHON, accompagné d’une délégation des Sous-officiers et Légionnaires représentait le Général Christophe de SAINT CHAMAS, commandant la Légion étrangère en présence du Colonel (er) André FRANZ du Maitre Principal (h) Philippe CHOVET, président de l’A.C.O.M.A.R. et de Monsieur Robert PILLOT, président des Anciens Combattants de moins de 20 ans.

Le piquet d'honneur et les porte-drapeaux prenaient place ainsi que les participants.

A 9 h 00 les consignes préalables étant données par le président de l’AACLEM, la cérémonie démarrait à 9 H 15 par le dépôt des urnes du Légionnaire Marcel LECLERCQ membre d'honneur de l'AACLEM.

Monsieur ALain LECLERQ remet l'urne de son père

Du Légionnaire Jean JATIVA ancien porte-drapeau de l'AACLE de Marseille, Monsieur Robert PILLOT accompagné de Monsieur Gaston ROZAT déposait la plaque de l’association des anciens combattants de moins de 20 ans.

Madame Germaine JATIVA accompagné de son fils, Gaston ROZAT et Robert PILLOT

Le Lieutenant-colonel (er) Constantin LIANOS et Monsieur Jacques VISCONTI déposaient ensuite la gerbe de l’AACLEM suivie de celle de la Légion étrangère par le Général GOUPIL et le Capitaine de MENTHON.


La sonnerie aux morts sous un soleil radieux a été jouée par le clairon de la Musique de la Légion étrangère et par Monsieur Michel-Eugène SOUMECHKO, fils de Légionnaire, ancien du conservatoire de Marseille.

Le piquet d’honneur du 1er Régiment étranger présentait les armes dans une tenue impeccable.


Le président remerciait tous les participants et en particulier les porte-drapeaux, les familles de Jean JATIVA et Marcel LECLERCQ leur demandant de garder le contact avec l’association et tous les membres de l’A.A.C.L.E.M. en donnant à ces derniers les informations pour les activités de Novembre et Décembre 2012.

Avant de partir les autorités saluaient les porte-drapeaux. 

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Harpicide

 

Premier épisode des aventures de Luc Mandoline.

Un polar « aventurier » dont l’action se déroule Guyane.

Un légionnaire s’est fait Tuer lors d’une mission Harpie. Le chef de corps du 3e RIE fait appel à Luc, ancien de ce régiment, afin de s’occuper du défunt, et surtout de faire la lumière sur cette affaire. Et pour cela Luc à carte blanche, ce qui n’est pas pour lui déplaire.

Nous voici plongé dans l’univers de l’orpaillage clandestin, de sa violence, des garimpeiros et de la prostitution. Un roman sans concession, violent et réaliste.

Michel Vigneron à mis toute la verve qui le caractérise dans l’écriture de cet opus de l’Embaumeur.

« Dans la forêt amazonienne, personne ne vous entend hurler »

Pourquoi ce livre ?

Il s’agit du premier d’une série L’embaumeur où chaque tome sera écrit par un auteur différent ! Je trouve le concept extrêmement sympa, ça permet de varier les plaisirs (tel auteur plus noir, tel auteur plus réaliste, untel plus porté sur l’humour) et déjà ça me parle. Ensuite, j’ai trouvé l’idée de mettre en scène un embaumeur original, peu commune, et ça va mettre du renouveau dans la catégorie polar ! En plus, la description de Luc fait qu’on s’attache déjà à lui avant de l’avoir rencontré ! Look :

Luc Mandoline est thanatopracteur. Embaumeur, si vous préférez. Son job consiste à préparer les défunts.
Luc ne voulait pas forcément faire ce métier-là. Longtemps, il a voulu être médecin légiste. Durant sa scolarité, il dévore les manuels, romans et biographies sur le sujet, mais son caractère bien trempé et son refus viscéral de l’autorité lui valurent l’exclusion de plusieurs établissements scolaires. Oubliée, donc, la fac de médecine. Et pour couronner le tout, ulcéré par ses renvois à répétition, son père le fait rentrer dans l’entreprise familiale, plus question de faire le con à l’école.

C’est là qu’il va passer son CAP de serrurier. Mais même avec son père, l’entente n’est pas au top. De coup de gueule en coup de gueule, Luc claque la porte et part s’engager la légion étrangère pendant huit années, faisant sienne la devise « NE PAS SUBIR « .
Huit années aussi sans voir Élisa, sa confidente, son amour platonique, huit années sans se voir mais pas une semaine sans s’écrire, tout comme avec il n’a jamais rompu le contact avec Alexandre et Max, ses potes de toujours.
C’est en se liant d’amitié avec un autre camarade légionnaire, Sullivan, qu’il découvre la thanatopraxie. Sullivan a prévu de se reconvertir dans le milieu du funéraire à sa sortie de la légion. Luc s’engage dans la même voie que son ami.
Ces huit années ont quelques peu calmé son côté rebelle. Il réussit à trouver un directeur de pompes funèbres qui l’accueille, et lui fait passer tous les diplômes de la profession. Mais une fois de plus, la trêve est de courte durée : il claque la porte et décide qu’il n’est pas fait pour être commandé. Seulement, monter sa propre entreprise, gérer son personnel, ça ne le tente pas non plus, alors que faire ?
S’il est une chose qu’il a retenue, c’est que ses collègues ont beaucoup de mal à prendre des vacances, car trouver un remplaçant n’est pas chose aisée. Or lui est totalement polyvalent dans le funéraire, il a tout fait, même conducteur de four… Il décide donc de remplacer les copains.
Il bosse quand il veut, et comme dans le bon vieux temps, il voit du pays.

Un paquet de Gauloises... en colère.


Le vin des Grognards de la Légion étrangère

Par Jean-Dominique Dalloz - Photos José Nicolas - 3 Novembre 2011.

Domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier, Institution des Invalides de la Légion étrangère mais aussi vignoble reconnu.
Au Domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier, les anciens de la Légion racontent leurs aventures.
Les anciens de la légion pratiquent nombre d'activité au domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier.

Sur les pentes de la montagne Sainte-Victoire, les pensionnaires de l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère veillent sur 40 hectares de vignes, dont ils tirent un vin connu aux quatre coins du monde.

Au pied de la Montagne Sainte-Victoire, le Domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier, est un lieu magnifique et un vignoble à tester !
Au moment des vendanges, les anciens de la légion accueillent petits et grands.
Domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier produit un vin qui se consomme (avec modération) dans le monde entier.

C’est une journée de septembre un peu particulière. Des légionnaires du régiment d’Aubagne arpentent les vignes chargées de raisin de ce coteau sud de la montagne Sainte-Victoire. Mais pour les grandes manœuvres du jour, point d’uniforme et encore moins d’armes. Ils sont venus en famille donner un coup de main aux pensionnaires de l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère, à l’occasion du premier jour des vendanges.
Installée depuis 1953 à Puyloubier, cette maison de retraite pour les « gueules cassées » de la Légion prodigue bien sûr les soins nécessaires aux pensionnaires, dont l’aîné vient de fêter ses 91 printemps. Mais l’Institution veille également à faire pratiquer aux anciens soldats des activités variées, selon leurs aptitudes. Ainsi, le travail de la vigne occupe une partie d’entre eux tout au long de l’année, avec en point d’orgue cette belle journée durant laquelle se mêlent les générations. Ici un « ancien » montre à une jeune recrue le maniement du sécateur, là un Légionnaire père de famille trie les grappes, son bébé confortablement installé dans un sac-kangourou, le nez dans le raisin… Au cœur de l’appellation Côtes de Provence, le vignoble de l’Institution bénéficie à la fois du climat propice à la conduite de la vigne, d’un ensoleillement exceptionnel et de la bienveillance de quelques-uns des 90 grognards retraités de la Légion. Au terme des vendanges, la vinification est faite à la cave coopérative de Puyloubier, qui propose une cuvée spéciale baptisée « Esprit de corps ». Un vin aux arômes tout en puissance, avec des notes épicées bien sûr... Au total, ce seront cette année encore près de 220.000 bouteilles qui seront produites, pour être ensuite commercialisées via le site internet de la boutique de la Légion étrangère.

Une bonne part est réservée pour les tables de tous les régiments de ce célèbre corps d’armée, en France comme à l’étranger.

Les étiquettes des vins du Domaine Capitaine d'Anjou sont une invitation au voyage.

Voici venue la fin de la journée. Dans les vignes, les hommes et leurs familles sont fourbus. Le soleil décline, inondant de ses derniers rayons la façade d’albâtre de la montagne Sainte Victoire. Contrairement à la chanson, cette fois, personne ne sent le sable chaud. Mais tous, anciens d’Indochine ou d’Algérie, jeunes légionnaires, femmes de militaires et enfants affichent de beaux et grands sourires.

Domaine Capitaine d'Anjou à Puyloubier, Institution des Invalides de la Légion étrangère Française.

Se désabonner


La Newsletter 12/44 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/44 de l'AALEME

Entretien des tombes militaires à Madagascar

Bonjour,

et merci pour la publication; le reportage sur les enfants du soleil mérite d’être connu, il trouvera sans le moindre doute un avis favorable.
Il fait encore frais à Tana, ce qui change de Diégo… Demain Nairobi, nuit sur place et ensuite l’enfer RDC qui attire tout de même.

Amitiés.
YG

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Pour les Anciens du Grand 3...

ou tout simplement les amoureux de la grande île...

Pourquoi soutenir Les Enfants du Soleil :

BREF HISTORIQUE

L'association des Enfants du Soleil a été créée en 1985 par Robert RICHARD, alors attaché militaire au Soudan. Elle s'est ensuite développée au Sénégal et au Tchad. Robert RICHARD finance son activité avec ses ressources personnelles, puis devant l'extension des besoins, fait appel à des donateurs membres de sa promotion de Saint-Cyr, et ensuite à d'autres.

En 1990, la préfecture des Yvelines accorde à l'association la qualité "d'Association de bienfaisance".

En 1992 Robert RICHARD apprend par la presse qu'à l'occasion d'un voyage de François MITTERAND à Madagascar, les autorités malgaches avaient fait ramasser par la police les enfants des rues et les avaient abandonnés sans soins dans des usines désaffectées dans la banlieue de Antananarivo. Robert RICHARD très affecté effectue un voyage éclair à Madagascar. Il constate que la misère dans ce pays est encore plus épouvantable que celle qu'il avait connue ailleurs. Le franc malgache était à un taux tel qu'à ressources égales en francs français il pouvait sauver beaucoup plus d'enfants dans cette île qu'au Sénégal et au Tchad. Il décide de transférer l'activité de l'Association dans ce pays et ouvre un centre à Antananarivo et un à Antsirabé. L'association du Sénégal est transférée à Raoul FOLLEREAU "Enfants" et celle du Tchad en difficulté est fermée.

Les ressources ne pouvant néanmoins suffire, la situation devient critique. C'est alors qu'atteint de la maladie de Parkinson, Robert RICHARD doit cesser son activité. A la fin de 1994, il est remplacé par un autre militaire de la même promotion, le Général Max BERTHIER.

Puis en 1995 arrive Pierre BOUTAUD, un ancien de la même promotion, confirmé dans l'aide humanitaire, qui, devant l'augmentation des effectifs et des difficultés financières rencontrées, doit trouver de nouveaux donateurs et restructurer les sites. Il instaure la formule des villages à Antsirabé puis à Fianarantsoa et enfin à Itaosy.

Le 1er janvier 2004, le Général François GAUBERT prend la présidence des "Enfants du Soleil".

Au 1er Janvier 2 009  , Roger THIVOYON, vice Président est devenu Président

Outre ce que nous dicte nôtre cœur ou, et nôtre conscience, une raison supplémentaire...

Entretien des tombes militaires... suite

Entretien des tombes militaires

Se désabonner


La Newsletter 12/43 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/43 de l'AALEME

Un SDF de 59 ans, ex-légionnaire, mort de froid dans la rue à Paris

28 octobre 2012

Des SDF dans une rue à Paris, le 27 octobre 2012 (Photo Kenzo Tribouillard. AFP)

Un bouquet de chrysanthèmes a été déposé dimanche sur le trottoir de la rue Kellner, à Paris (XVIIe). C'est là qu'est mort dans la nuit, probablement de froid, Bernard, un SDF de 59 ans, ancien légionnaire dont la santé s'était détériorée, se souviennent les habitants du quartier.

"C'est un coup de froid. Moi j'ai rien vu", reconnaît son dernier compagnon d'infortune, Florent, qui a passé la nuit à côté de lui devant le numéro 14, dans le renfoncement d'immeuble où ils s'étaient installés depuis au moins deux ans, sans se douter du drame qui se jouait.

Florent ne savait presque rien de lui, sauf qu'il avait perdu sa femme à un moment donné et que cette dernière fumait beaucoup. "Je sais pas d'où il venait, mais il était gentil. Des fois, il buvait un peu trop", dit le SDF, petit et mal rasé, enfonçant son bonnet sur sa tête.

Bernard ne voulait pas aller en centre d'hébergement, se souvient Jean-Luc, un fonctionnaire qui dit le connaître depuis 45 ans et venait le voir régulièrement dans ce quartier populaire du nord de Paris. "Je l'ai connu légionnaire. Un grand bonhomme comme ça, en galon, ça marque. Mais il a plongé dans l'alcool, comme d'autres", raconte-t-il.

C'est Jean-Pierre, un autre habitant du quartier, qui a découvert le décès: "Je suis passé ce matin, J'ai dit +bonjour+, personne n'a bougé. Je suis repassé plus tard. Là Florent a bougé, mais Bernard, il avait un visage bizarre, tout blanc. J'ai demandé à un monsieur d'appeler les pompiers".

Un colosse à barbe rousse

"Il m'avait raconté qu'il était né dans la rue, que sa mère avait accouché sur le trottoir, avenue de Saint-Ouen", non loin de là où il est décédé, explique Bill, jeune chauffeur de taxi habitant l'immeuble attenant.

Le SDF, reconnaissable à sa barbe, sa moustache et ses cheveux roux, était dans le quartier depuis "au moins douze ans", selon plusieurs témoignages.

Robin, qui habite l'immeuble voisin et voyait le SDF tous les jours, est atterré. "C'était quelqu'un de sympa. On est marqué, forcément", dit-il, soulignant que "des commerçants l'appelaient même Monsieur Bernard".

"C'était quelqu'un d'érudit, il avait la tête sur les épaules", affirme-t-il, même s'il "buvait son coup de rouge ou de rosé qu'il allait chercher au Franprix".

Les joueurs de pétanque se souviennent aussi de ce grand gaillard qu'ils fréquentaient peu: "Il était sans arrêt alcoolisé, mais il ne faisait pas d'esclandre", raconte l'un d'eux.

Bernard se confiait peu, mais tous connaissaient son passé de légionnaire. "On l'appelait +le légionnaire+", raconte Omar, qui se souvient qu'il s'installait "tous les jours sur son banc et écoutait sa radio. On lui apportait régulièrement des piles".

Ces dernier temps, "il fallait l'accompagner à son banc. Son état s'était dégradé. C'était un colosse avec une grosse voix, mais il avait perdu peut-être 20 kilos en deux mois. Il y a deux jours, il claquait des dents. Ma femme lui avait descendu une couverture", raconte Robin.

Au pied d'une poubelle, vêtements, couvertures et valises sont entassés. "Ce sont les affaires de Bernard", dit Florent, qui ne veut rien récupérer de ce qui reste de la vie de son compagnon de misère.

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Paiement des soldes : les femmes de militaires en ont plein le dos et elles le disent sur Facebook

Secret défense

Paiement des soldes : les femmes de militaires en ont plein le dos et elles le disent sur Facebook
Les difficultés de paiement des soldes, qui durent depuis bientôt un an, exaspèrent de plus en plus les militaires et leurs familles. Un groupe de cinq femmes vient ainsi de se constituer sur Facebook et elles affichent leur mécontentement d'une manière très originale (imitée des États-Unis). Ce "paquet de Gauloises" - c'est leur nom - regroupe des "conjoints de militaires qui combattent pour la France et qui ne sont pas payés".

Pour comprendre les problèmes du nouveau système Louvois, lire nos articles précédents : Pourquoi ça coince, les bugs continuent, ou "Le Drian : le système ne fonctionne pas".
Rédigé par Jean-Dominique Merchet le Vendredi 26 Octobre 2012

Se désabonner


Page 1 sur 6

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui121
mod_vvisit_counterHier3021
mod_vvisit_counterCette semaine24970
mod_vvisit_counterSemaine dernière30137
mod_vvisit_counterCe mois80555
mod_vvisit_counterMois dernier135147
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/094633328

Qui est en ligne ?

Nous avons 767 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 12155
Affiche le nombre de clics des articles : 10899700
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2012