AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2016




Éloge funèbre du GDI Ghislain Gillet

Envoyer

prononcée par le GCA Rideau le 21 décembre 2016 à Taradeau.

« Mon Général,

C’est un bien lourd et triste privilège qui me revient aujourd’hui. Celui de vous rendre un dernier hommage et de vous dire adieu au nom de la communauté militaire et de la famille légionnaire auxquelles vous avez appartenu et n’avez cessé d’appartenir.

Au sortir de Saint-Cyr, en 1954, avec la promotion Union Française, brillamment classé, vous choisissez  l’Infanterie et les troupes  aéroportées. Votre première affectation vous conduit en Algérie où, quatre années durant, vous allez servir au sein du prestigieux 1er Régiment étranger de parachutistes.

Vous vous y révélez un chef de section remarquable particulièrement aimé et apprécié de vos légionnaires parachutistes.

Toujours à la pointe de l’action, possédant un sens inné du combat, vous menez personnellement plusieurs assauts sous un feu meurtrier. Vous êtes blessé au cours de l’un d’eux. Sept citations, dont deux à l’ordre de l’armée, et la croix de chevalier de la Légion d’Honneur viennent récompenser votre courage et votre brillante conduite au feu. Le jour où vous recevez la Légion d’Honneur, vous êtes le plus jeune officier de France à la porter.

Promu capitaine, vous allez instruire  deux années durant des officiers élèves de l’École d’application de l’infanterie à Saint-Maixent. Il est peu de dire que votre prestige, votre dynamisme et votre rayonnement font autorité auprès de stagiaires qui sont à l’aube d’une carrière d’officier.

Pour eux, vous êtes une référence.  La référence.

Pour vous, cette  mission passionnante accomplie, ce sera, en 1962, le retour à la Légion étrangère, aux confins sahariens cette fois-ci, comme capitaine commandant d’une compagnie portée du 4e Étranger.

Puis ce furent les temps de service et de responsabilités dans les états- majors et les unités, en Allemagne notamment,  entrecoupés de ce fameux  stage de deux années à l’École Supérieure de Guerre.

Désormais, breveté de l’enseignement militaire supérieur,  vous servez à nouveau en état-major, à Fribourg notamment.

En août 1978 ce sera  Djibouti. Vous y  prenez   le commandement de l’emblématique et mythique 13e Demi Brigade de Légion étrangère, cette phalange magnifique qui a été de tous les combats depuis Narvik et Bir-Hakeim. Pendant deux années,  vous faites preuve  de façon encore plus éclatante des qualités d’homme et de chef qui vous ont toujours été  reconnues.

L’aptitude opérationnelle de la 13e DBLE est alors au plus haut niveau. Les légionnaires sont fiers et heureux de servir sous les ordres  d’un chef prestigieux, un  soldat, très proche d’eux.  C’est avec le grade de Colonel, acquis depuis une année,  et la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur que vous quittez la Corne de l’Afrique en 1980.

Les postes de responsabilités vont alors se succéder, tant à Lyon comme chef d’État-major de la 14e Division d’infanterie, qu’à Baden comme Chef de poste de la DPSD du 2e Corps d’Armée ou comme Directeur adjoint de cette même direction à Paris. Vos adieux aux armes eurent  lieu en 1988, à  Tours, après avoir commandé la 13e Division Militaire.


Les témoins de cette cérémonie se souviennent combien nombreux étaient vos compagnons d’armes de tous grades, venus souvent de fort loin pour témoigner par leur présence  la considération, l’admiration,  le  profond respect  mais aussi  l’affection en lesquels ils vous tenaient.

Alors que vous partez aujourd’hui, mon Général, pour  votre dernier bivouac, nous sommes nombreux à dire adieu à un grand soldat, Commandeur de la Légion d’Honneur, Grand officier de l’Ordre National du Mérite, une fois blessé, sept fois cité dont deux palmes.

Un grand soldat, un chef qui avait fait sienne au quotidien la devise de notre Légion étrangère « Honneur et Fidélité » et celle de la 13e DBLE «  More Majorum » .On a coutume de dire « Le tombeau des Morts est le cœur des vivants »alors sachez, mon Général, que vous vivrez toujours  dans le cœur de vos compagnons d’armes qui  ne vous oublieront jamais.  Adieu, mon Général. »


EPIC OF THE FOREIGN LEGION

Envoyer

Deeds of heroism and bravery - 1920

 


World War II: A Tale of the French Foreign Legion

Envoyer

hn-260x70b

6/12/2006 • World War II

 

At first the intelligence officers at the headquarters of the French Foreign Legion in Sidi Bel Abbès, Algeria, were puzzled. The Legion had always had a large complement of Germans in its ranks, but now, in spite of the Nazis’ widespread campaign to discourage Germans from enlisting, even larger numbers were pouring in.

In the late 1930s, as more and more young Germans were joining that famous fighting force, the German press was violently attacking it, and the Nazi government demanded that recruiting be stopped. Books about the Legion were publicly burned in Germany, and the violence against Legion recruiting reached comic heights when Propaganda Minister Josef Goebbels’ department claimed that innocent young Germans were being hypnotized into joining. In 1938, a professional hypnotist named Albert Zagula was actually arrested in Karlsruhe and charged with the offense.

Still the Germans kept joining–until half the privates and 80 percent of the noncommissioned officers in the Legion were German. Eventually, it became evident that this influx had been orchestrated by German intelligence, the Abwehr, to destroy the Legion from within. The new German legionnaires came close to achieving the Abwehr‘s objective.

The French Foreign Legion had always attracted the dispossessed of every land, and in the 1930s there were plenty of refugees throughout Europe. First there were Spaniards, the losers in that country’s civil war; then there were the Jews and others fleeing Nazi persecution; later, Czechs and Poles were added to the list as the German army began its march across Europe. These recruits did not mix well with the new Germans in the Legion. The German noncommissioned officers terrorized the non-Germans under their charge. There were frequent fights and courts-martial. The officers could not trust their own noncommissioned officers. Morale in the Legion plummeted, and there was even some talk of disbanding the entire corps.

When war was declared in 1939, the situation was critical. To ease the problem, large numbers of German legionnaires were shipped off to desert outposts, and the ranks were filled with additional non-German refugees. But the French authorities still thought that there were too many Germans in the ranks, many possibly loyal Nazis, to risk sending the Legion to fight in Europe. Instead, four more foreign regiments were raised in France and trained by veteran Legion officers from North Africa. These legionnaires garrisoned the Maginot Line, the string of concrete fortresses that the French had built as their main defense against Germany. There, they remained inactive during the so-called ‘phony war, when neither the Allies nor the Germans took any serious offensive action.

In spite of the general reluctance to send entire Legion units to France, the French authorities decided that something had to be done with those loyal elements of the Legion that were still marking time in North Africa and itching for a fight. In early 1940, the old Legion was given an active role. Volunteers were called for, and two battalions of 1,000 men each were assembled–one in Fez, Morocco, and the other in Sidi Bel Abbès. Volunteers for those units were carefully screened, and the only Germans left them were veteran Legionnaires of unquestioned loyalty. Those men were given new non-German names and false identity papers to protect them in case they were captured by the Germans.

The two battalions were joined into the 13th Demi-Brigade (13e Demi-Brigade de la Legion Etrangere) and put under the command of Lt. Col. Magrin-Vernerey, one of those military eccentrics who so often turned up in the Foreign Legion, a hard-bitten graduate of St. Cyr and a veteran of World War I. As a result of wounds received in World War I, he had physical disabilities that should long since have disqualified him from service. Severe head wounds had been crudely operated on and left him with a nasty temper, and surgery on a smashed limb had shortened one leg, causing a noticeable limp. But he was a fighter, and that was all the Legion wanted.

When the 13th Demi-Brigade arrived in France, the always-blasé legionnaires showed no surprise when they were issued a strange new type of uniform–and skis. Those veterans of the desert sands were being trained to fight in Arctic snows and outfitted as mountain troops with heavy parkas, boots and snow capes. They were bound for Finland, where the Allies were aiding the Finns in their fight against the invading Soviets, who were at that time in league with the Germans. But before the Legion left France, the Finns bowed to the overwhelming power of the Soviets and accepted the enemy’s terms. The war in Finland was over.

But there was another fight. Winston Churchill, then Britain’s first lord of the Admiralty, had urged the mining of the waters around neutral Norway, where the German navy was escorting convoys of iron ore shipped from neutral Sweden to supply the German war machine. At the same time, Adolf Hitler had decided that the Germans must seize Norway, not only to protect the ore shipments but as a naval base for surface raiders and U-boats. Soon fierce sea battles raged between the Royal Navy and the Kreigsmarine, and at sea the British had the upper hand.

Strong British land forces were also shipped to Norway, but the Germans invaded the country. By April 1940, the Germans had occupied all of the main Norwegian west coast ports–from Narvik in the north to Kristiansand in the south and around the tip of the peninsula to Oslo, the capital. British and Norwegian forces fought hard, but without success. The British were ordered to evacuate Norway.

The Allies had one more card to play. Although they had to abandon southern Norway, the Allies would attempt to wrest the northern port of Narvik from the Germans to prevent ore shipment. An amphibious assault was planned under the overall command of British Lt. Gen. Claude Auchinleck, with the protective guns of the Royal Navy and using mainly French and Polish troops. A key part of this force would be the 13th Demi-Brigade.

When his subordinates asked why the 13th Demi-Brigade was going to Norway, Magrin-Verneret’s oft-quoted reply was typical of the legionnaires’ ours-is-not-to-reason-why attitude. Why? My orders are to take Narvik. Why Narvik? For the iron ore, for the anchovies, for the Norwegians? I haven’t the faintest idea.

The 13th Demi-Brigade was part of a task force called the 1st Light Division, which was commanded by French General Marie Emile Béthouart. The force also included units of the French 27th Chasseurs Alpins and the Polish 1st Carpathian Demi-Brigade, a mountain corps made up of refugees from conquered Poland. There were also many Norwegian units in the area still able to fight.

The plan was to sail up the series of fjords that led to the port of Narvik under the protection of the Royal Navy, which still controlled the Norwegian Sea. The 13th Demi-Brigade was to strike directly at Narvik, with its flanks guarded by the French and Polish mountain troops and the Norwegians.

Opposing the legionnaires was the German garrison under General Edouard Dietl, reinforced by the 137th Gebirgsjager regiment, a veteran mountain unit hastily drilled as paratroopers and dropped into the snow-covered hills. These tough, well-trained mountain troops were as proud of their edelweiss insignia as the Legion was of its seven-flamed grenade. They would be hard to crack.

Before the 13th Demi-Brigade could attack Narvik itself, the nearby village of Bjerkvik had to be taken, for the high ground behind it dominated the strategic port. On May 13, the 13th Demi-Brigade was landed on the Bjerkvik beaches. At midnight, the big guns of the British battleship Resolution, the cruisers Effingham and Vindictive and five destroyers opened up on the German defenders. Shortly thereafter, the advance troops hit the beaches in infantry and tank landing craft. It was the first time in the war that such combined operations took place in the face of enemy fire.

The German reaction was severe. At first light, the Luftwaffe came out, bombing and strafing the ships and beaches. The Legion pushed on in the face of artillery and small-arms fire. Colonel Magrin-Verneret waded ashore, encouraging his legionnaires forward. For a while it was touch and go. Captain Dmitri Amilakvari, a 16-year Legion veteran who was to take a key hill, was held up by furious German fire. Then, shouting A moi la Legion! (the Legion’s traditional version of follow me) to his men, he charged up the slope. The Germans fell back before the savagery of the attack, and the hill was taken. Amilakvari pushed on to Elvenes where he met up with the Chasseurs Alpins on his flank. Bjerkvik, now a smoking ruin, and the surrounding mountains fell to the French.

Then the Legion turned its attention to Narvik itself. In a repeat of the Bjerkvik attack, the port was bombarded from the sea while Allied troops poured over the surrounding mountains. Once again the Luftwaffe appeared and bombed the attacking warships, but Royal Air Force Hawker Hurricane fighters arrived on the scene in the nick of time and cleared the sky of German aircraft. On May 28, the 13th Demi-Brigade marched into Narvik and found the town deserted. The Germans had fled.

For the next few days, the legionnaires pursued the retreating enemy through the snow-covered mountains toward the Swedish border in sub-zero temperatures. Their aim was to capture Dietl and what was left of his troops or force them over the border into Swedish internment. They were just 10 miles from Sweden when they were ordered to return to France. A few weeks earlier the Germans had begun their invasion of the Low Countries, and the phony war was over. All the troops and equipment in Norway were needed in the defense of France. The 13th Demi-Brigade embarked for Brest happy with its victory, the first Allied success of the war, but disgusted that it had not been permitted to finish the job.

Meanwhile, those hastily raised Foreign Legion regiments at the Maginot Line were getting a baptism of fire. Much has been written of the defeat of the French army in 1940, but little is heard of the heroism of many of its beleagured units. One of those heroic units was the 11th Foreign Legion Infantry (REI). The regiment was a cadre of tough legionnaires from North Africa and recent foreign volunteers enlisted in Europe, reinforced by a battalion of unwilling French draftees. The Frenchmen disliked being thrown in with the infamous Foreign Legion, and the result was not pleasant.

In training during the phony war period there was much drunkenness, fighting and courts-martial, but when the German panzers broke through in May, the dissension among the 11th REI’s elements disappeared. While other French regiments were caught up in the panic, turned tail and ran before the overwhelming terror of the German tanks and Junkers Ju-87 Stuka dive bombers, the 11th REI stood firm. During two weeks of hard fighting, they held off their attackers while other French units retreated around them. Finally, almost totally surrounded, they were forced to fall back. Colonel Jean-Baptiste Robert burned the regimental standard and buried its tassel, which was later dug up and returned to the Legion. There were only 450 men of the original 3,000 left to return to North Africa with the 11th REI after the armistice.

The 97th Foreign Legion Divisional Reconnaissance Group (GERD 97) also attained glory during the 1940 debacle. It was probably the only all-veteran North African outfit of the Legion regiments in France. GERD 97 had been organized from the 1st Foreign Legion Cavalry Regiment, the Legion horse cavalry outfit that had been raised in Africa in the 1920s from the remnants of White Russian General Baron Pyotr Wrangel’s cavalry, which had been all but destroyed in the civil war against the Bolsheviks. Mechanized and outfitted with obsolete armored cars, GERD 97 carried out reconnaissance missions, but its scouting days came to an end when it ran into the powerful German Mark III tanks. In typical Legion style, GERD 97 threw itself against those monsters without hesitation, fighting rear-guard actions to cover the retreating French. GERD 97 managed to survive until June 9, when a final, suicidal charge against the panzers left all the Legion vehicles burning. There were no known survivors.

The 13th Demi-Brigade returned to France from Norway, sailing into the harbor at Brest on June 13, almost at the same time the Germans were marching into Paris. Colonel Magrin-Verneret was ordered to form a line as part of the proposed last-ditch Breton Redoubt, but it was no use. The Germans had broken through.

While on a forward reconnaissance mission to determine what could be done to delay the enemy, Magrin-Verneret and some of his officers became separated from the main body of the 13th Demi-Brigade, and when they returned to Brest they could not find any trace of the unit. The reconnaissance party assumed that the main body had been over-run, and the colonel determined that he and his companions should try to get to England, where the British planned to fight on. Every boat seemed to have been taken over by fleeing British and French troops, but the Legion officers finally found a launch that took them to Southampton. Miraculously, most of the 13th Demi-Brigade had already found a way to get there.

On June 18 General Charles de Gaulle, now himself a refugee in England, announced: France has lost a battle, but France has not lost the war! Magrin-Verneret immediately offered the services of the 13th Demi-Brigade to the new Free French movement, and soon they were in training at Trentham Park Camp near Stoke-on-Trent.

On June 25, the French­German­Italian armistice was signed. The men of the 13th Demi-Brigade were given a choice: fight on with de Gaulle, or return to North Africa, which was now under the control of Marshal Henri Philippe Petain’s newly formed Vichy government. The 1st Battalion, strongly influenced by Captain Amilakvari, elected to stay with de Gaulle. The 2nd Battalion went back to Morocco and was disbanded.

The French Foreign Legion, like the rest of the French empire, was now sharply divided. The 13th Demi-Brigade had given its allegiance to the Free French, while the rest of the Legion, scattered throughout North Africa, Syria and Indochina, remained under the thumb of the Vichy government, which meant being under the sharp watch of the German Armistice Commission.

The Germans demanded that the men they had planted in the Legion be returned to the Reich, and the Legion was not sorry to see them go. But the commission had other, not so welcome demands. They had lists of refugee Jews, Germans, Poles, Czechs, Italians and others who they wanted back, to send to concentration camps.

There were many men in the French army in North Africa, particularly in the Legion, who had no sympathy for the Vichy government and hated the Germans. Besides, the Legion had a reputation for taking care of its own. Its intelligence system usually discovered the Armistice Commission’s visits well in advance and knew the names of the legionnaires on the lists. The wanted legionnaires were given with new names, new papers and new identity discs. When the Germans came too close, the refugees would be transferred to far-off Saharan outposts where the commission seldom took the trouble to visit.

Part of the armistice agreement required that French forces surrender all but the most basic weapons. The Legion defied this order and buried or otherwise secreted in remote areas much of its more useful materiel. Many of the Legion’s officers and men in North Africa would have liked to join de Gaulle’s forces, but outright desertion did not appeal to them and surrounding mountains and desert prevented them from reaching the Free French in any great numbers. The Legion units in North Africa simply had to bide their time.

The two elements of the Legion even took on a different appearance. The main body in North Africa still wore the French army prewar uniform–a baggy tunic and breeches with ancient roll puttees–while the Free French wore British-style battle dress or tropical shorts, plus occasional odds and ends left over from the Norwegian campaign. Both Vichy and Free French Legionnaires wore the traditional white kepi of the Legion and displayed its grenade insignia.

The Vichy Legion in North Africa was not only constantly harassed by the Armistice Commission but was short of weapons, gasoline and sometimes even food and tobacco. Legion strength fell to less than 10,000 men, and the Germans continually urged the Vichy authorities to disband it altogether. Morale was at rock bottom, and the rate of desertions and suicides was rising. The 13th Demi-Brigade, on the other hand, was refitted, and new members were added to its ranks.

The 13th Demi-Brigade’s first adventure with de Gaulle was a failure. A battalion under Dmitri Amilakvari, now a lieutenant colonel, left Britain on June 28 bound for Dakar, the principal port of French West Africa. It was part of a large convoy escorted by British and French warships, and the battalion was on the same headquarters ship as de Gaulle himself.

The French general’s plan was to talk this important colony into supporting the Free French cause and becoming the base for all future operations. But de Gaulle had miscalculated. The governor general of the colony, Pierre Boisson, was loyal to the Vichy government, and a brief but violent naval engagement ensued. Not wanting to risk his ground troops, of which the Legion battalion was a major part, de Gaulle decided not to try an amphibious assault on the heavily fortified port. Bitterly disappointed, he ordered the convoy to sail down the African coast to Douala in the Cameroons, which was already on the Free French side.

For months, the 13th Demi-Brigade marked time in the Cameroons while the Allied authorities decided where to send it next. Then in December, the two battalions– reunited under Colonel Magrin-Verneret, now called Colonel Monclar–left on a long sea journey around the Cape of Good Hope, up the east coast of Africa and into the Red Sea. On January 14, the Legionnaires disembarked at Port Sudan, then British territory. A rail trip took them into the desert where they were to prepare to serve as an adjunct to the main British force in an attack on Italian Eritrea. Just south of the Sudan, Eritrea was mostly stark desert. Lieutenant John F. Halsey, an American newly commissioned in the Legion, described the days of training that followed. Sand and heat nagged and plagued us. The air was hot and dry and the sun was merciless. It burned and scorched necks and the exposed skin between the bottoms of shorts and the tops of socks. It glared on desert sand, on the rocky shale bare of vegetation, on the hills. There was no shade.

That was how it appeared to a new officer, but to many of the Legion veterans, it seemed like old times. Halsey noted that his men broke into cliques and gathered in circles on the sand at various halts, stretching out, apparently unmindful of the sun and sand. They bore up under the training easily. Had Halsey been with the Legion longer, perhaps he would not have been so surprised.

The Eritrean campaign turned out to be a triumph for the 13th Demi-Brigade, but not an easy one. The first Italians they met–in the mountains around Keren–were tough, determined Alpini who resisted the legionnaires with skill and courage. It took several days of hard fighting before the Italians broke and surrendered in large numbers. The Legion seized nearly 1,000 prisoners.

After the battle at Keren, the Legion was off to Massawa, the chief Red Sea port of Eritrea and the last principal city in the country to hold out against the Allies. The outskirts of Massawa were protected by a series of fortifications, dominated by Fort Victor Emanuele. After British artillery heavily bombarded the fort, the 13th Demi-Brigade was ordered to take it. First, the legionnaires had to clean out–with bayonet and grenade–Italian machine-gun emplacements in the surrounding hills. Then they scaled the walls of the fort. When the legionnaires gained the fort the defenders, who up to that point had resisted fiercely, lost heart and surrendered. On the afternoon of April 10, 1941, Colonel Monclar and two truckloads of legionnaires entered Massawa. Eritrea was now wholly in Allied hands.

After the French army was routed in the Battle of France, the Allies had been somewhat skeptical of the abilities of some French military units. After Keren and Massawa, that attitude changed, and when the situation in Syria became serious, the British did not hesitate to seek the aid of French troops. Syria and Lebanon, the lands known as the Levant, had been under French mandate since World War I. The British had tried to avoid any armed conflict with the Vichy forces that controlled the region. Those forces had variously been estimated at between 35,000 and 80,000 strong, all under the command of General Henri Dentz. Among those forces was the 6th REI, the tough, desert-hardened Foreign Legion regiment that had garrisoned Syria for many years.

The Levant was of extreme strategic importance. German Field Marshal Erwin Rommel was threatening Egypt from the west, and if German forces penetrated the Levant, the Suez Canal and the Middle East, with its vital oil, would be menaced. The Germans were demanding the use of ports and airfields in Syria and Lebanon, and the Vichy French were complying. The Allies could not tolerate this. On Sunday, June 8, 1941, a hastily assembled Allied force of about four divisions crossed the Palestine and Jordan borders into Syria. The polyglot army, including British, Australian and Indian troops and a Jewish contingent from Palestine, was later joined by the Free French.

The French complement was itself a colorful mixture. Centered around the 13th Demi-Brigade, it was composed of French Marine infantry, Senegalese Tirailleurs, North African spahis and a cavalry unit of Cherkesses. The latter were refugee Circassian Muslims who in past years had fled from czarist persecution and settled in Syria. Led by Frenchmen, they had deserted the Vichy authorities en masse, crossed into Jordan and joined the Free French forces. Dressed in colorful Cossacklike uniforms, they were expert horsemen and fierce fighters.

As he had at Dakar, de Gaulle hoped that the Vichy regime in Syria would turn its coat and join the Free French, but it was not to be. Dentz obeyed his orders from Vichy France and resisted the invasion. The battle for Syria was sad for all the French forces, but particularly so for the soldiers of the Foreign Legion. Not only was it Frenchman against Frenchman, but in the case of the 13th Demi-Brigade, it was the Free French Legion against the Vichy Legion. For a military unit whose motto was Legio Nostra Patria, the Legion is our country, it was a family fight.

The Free French Legionnaires crossed into Syria from Palestine in the only transport that could be scraped together, a bunch of rickety civilian trucks, cars and buses that kept breaking down at various inopportune moments. The 13th Demi-Brigade, along with elements of the 7th Australian Division, was given the objective of taking Damascus. The march was similar in many ways to the Eritrean experience. Suffocating heat, blowing sand, burning sun, shortages of water all made the march sheer hell–the Legion was in its element.

After several days in the desert, the 13th Demi-Brigade reached the hilly country near Damascus, where the fighting began in earnest. The Legion had no air support and no anti-aircraft artillery, and Vichy French planes took a heavy toll. The Legion was bereft of any effective anti-tank weapons, and it appeared they would be overrun by the Vichy tanks, but at the last moment Free French World War I-vintage 75mm artillery came to the rescue, firing point-blank and destroying the tanks.

Furious infantry fighting erupted all along the line as the Legion slowly advanced toward Damascus. On the outskirts of the city, the 13th Demi-Brigade met its brother legionnaires of the Vichy 6th REI face to face. The 13th Demi-Brigade hesitated–were the other legionnaires friends or enemies? They stared at each other for what seemed to be a very long time. Finally, the 13th sent out a patrol. As it approached the Vichy outpost, the Vichys turned out a guard who smartly presented arms–then took the patrol prisoner!

It was a typically Legionlike gesture, a demonstration of respect from one legionnaire to another. It was also the signal to begin the fight, and attack was followed by counterattack, bayonet charge by grenade assault. In the end, the Vichyites were overpowered, and the 6th REI fell back. On July 21, the 13th Demi-Brigade, battered, bloody and exhausted, marched into Damascus in triumph.

There was more heavy fighting before all the Vichy forces in the Levant capitulated. An armistice, signed on July 14, gave the Vichy troops the opportunity to join the Free French. About 1,000 survivors of the 6th Regiment came over to the 13th Demi-Brigade, enough to form a third battalion. The dead of both sides were buried together. That battle was the end of the division in the Legion that had begun with the Nazi infiltration just before the war. The Syrian affair was the last time the Legion was at war with itself.

Legion units made a token resistance to the American invasion of North Africa in November 1942, but they soon turned about and marched against the Germans in Tunisia. By that time, the 13th Demi-Brigade had joined the British Eighth Army to defeat the Axis forces and chase Rommel out of Egypt and across North Africa.

Rearmed and equipped by the U.S. Army, Legion units fought the Germans in Tunisia, Italy and France. By war’s end, the triumphant notes of the Boudin, the Legion’s marching song, could be heard from the banks of the Danube to the French Alps.


Conte de Noël

Envoyer

La Plume et le Képi

Publié le 8 décembre 2016 par Veilleurs

Noël dans les Tranchées par Louis Perez Y Cid

Noël dans les Tranchées par Louis Perez Y Cid

« Noël dans les tranchées »

 

« Hier  on a fait, au-delà de notre tranchée, l’attaque la plus fulgurante que nous puissions imaginer. Cela s’est fait de nuit, par surprise, dans des conditions de hardiesse  incroyables; les armes des groupes ennemis que nous pensions irréductibles leurs sont tombées des mains. Trouvé terré au fond d’une tranchée, un des chefs a été amené captif. C’était la fin de l’opération, les hommes le sentaient, nous pouvions rejoindre nos tranchées. Une autre compagnie de Légion passait triomphale à nos côtés, nous leur crions: « Salut les copains », deux cents bouches répondaient, d’une seule voix: “bonjour camarades”, tout vibrait autour de nous, nous avions conscience de vivre des heures inoubliables. En retournant vers nos tranchées, l’éclatement d’un obus foudroya un légionnaire en plein élan, son grand corps tournoya sur lui-même avant de retomber dans les profondeurs de la terre. Il nous fallait rester vigilants en espérant ne pas être les prochaines victimes de ces bombardements aveugles.

L’état du terrain ne nous permettait pas de courir nous mettre aux abris, une sorte de nonchalance fataliste s’emparait de nous ; notre prisonnier lui, se laissait guider et ne disait mot. Nous étions la veille de Noël, on voyait au loin de gros nuages se dessiner menaçants et la blanche descente des flocons commença. En une nuit, toute la plaine fut ensevelie. Plus aucun bruit ne traversait la campagne immobile. Seuls des corbeaux, par bandes, décrivaient de longues guirlandes noires dans le ciel immaculé, cherchant leur pitance, s’abattant tous ensemble sur les champs livides et piquant la neige de leurs grands becs.

L’ambiance dans notre tranchée-refuge était marquée par le comportement incontrôlable de notre prisonnier  qui commença par planter sur nous des yeux fixes, hagards, pour ensuite lever les bras, les tordre et se convulser de la tête aux pieds, rouler par terre en poussant des cris horribles. Toute la nuit, il se débattit en spasmes épouvantables, secoué de tremblements. Nous étions impuissants à le tenir, au point de devoir le lier. Il hurlait sans repos s’exprimant en français d’une voix infatigable. Le pauvre homme était devenu fou et aucun choix ne se présentait à nous que celui de devoir le supporter jusqu’à ce que l’ordre soit donné de le rapatrier vers l’arrière.

Malgré ce fond sonore perturbant, la vie continuait, une étrange et insolite trêve semblait s’être installée, nous étions le jour de Noël, les canons se taisaient et aucun obus ne venait perturber la pâle désolation des champs de bataille.

Quelques légionnaires s’employèrent, tradition oblige, à confectionner une crèche avec les moyens disponibles et les nombreux débris qui jonchaient le sol.

Hans, ainsi se prénommait notre prisonnier, en contemplant la crèche était encore secoué de terribles tremblements, criait toujours, mais d’une voix moins déchirante. On eût dit qu’il ne pouvait baisser les yeux, qu’il était rivé, fasciné, son corps raidi semblait s’amollir. Soudain, il s’était tu  et avec un calme impressionnant, inattendu et bienvenu, il s’adressa à nous en ces termes: « Frères soldats, je vous demande humblement pardon pour mes exubérances involontaires, je ne savais me contrôler, j’ai heureusement la chance de connaître votre langue et de pouvoir ainsi vous exprimer ma reconnaissance de m’avoir laissé la vie sauve. J’ai bien cru devenir fou de terreur, de véritables diables sont tombés sur nous et  je pense que l’enfer doit  ressembler à ce déferlement de violence qui a fait disparaître, dans des conditions cruelles et atroces, mes frères d’armes, mes chers et pauvres compagnons. Ma raison a vacillé dans une sorte de démence, ma souffrance était bien au-delà de ce que je ne pouvais supporter. C’est la vue de votre crèche qui me fait revenir de l’enfer dans lequel je m’étais muré. Elle  me projette miraculeusement dans le monde magique de mon enfance où je me revois entouré de mes frères et sœurs sous les regards bienveillants de mes parents. Jamais je ne pourrai oublier cette magnifique représentation que vous avez faite de cet enfant nu, sans défense, emmailloté dans une mangeoire misérable; cette scène insolite en ces lieux restera, pour moi, une révélation et me fait comprendre combien nous sommes semblables. J’avais entendu parler de la réputation de la Légion et je ne donnais pas cher de ma peau au cas où je me retrouverais entre vos mains. Je ne pouvais m’imaginer que vous étiez aussi et surtout des hommes de chair, d’os et de sang avec votre propre sensibilité. Votre crèche est révélatrice de votre humanité, elle redonne un sens à ma vie et un puissant besoin de vivre avec l’espoir de voir naître un monde de paix où la guerre n’aurait plus de raison d’être et où ne s’affronteraient plus les hommes de bonne volonté. N’est-il point vrai que si l’on ne peut rendre les choses heureuses, on peut les rendre moins malheureuses…

Gardez fidèlement cette magnifique tradition encore longtemps, que des hommes comme vous, en ces temps de guerre, puissent prendre le temps de venir s’incliner devant ce nouveau-né est réconfortant et tout à votre honneur.

Joyeux Noël kameraden ».

 

Christian Morisot.


Le lieutenant Louis Rivet du 1er régiment étranger

Envoyer

La Grande guerre du XXe siècle. 1916/06.

Le lieutenant Louis Rivet du 1er régiment étranger,

religieux profès de la Compagnie de Jésus,
professeur de droit canonique
à l'Université grégorienne à Rome.


(† 9 mai 1915.)


Le R. P. Louis Rivet, de la Compagnie de Jésus, professeur de droit canonique à la célèbre Université grégorienne de Rome, consulteur de la Congrégation des Évêques et Réguliers, auteur d'un important traité sur les Institutions du droit privé ecclésiastique, dont la second volume parut quelques jours avant la guerre, lieutenant au ier régiment étranger (division marocaine), a été tué à l'assaut de la Targette, le 9 mai 1915.

Né à Lyon le 3 mai 1871, Louis Rivet fit ses études dans cette ville, à l'externat Saint-Joseph. Ses condisciples se rappellent un brillant élève, assez heureux pour enlever à quinze ans le diplôme de bachelier avec la mention « très bien ». Un an de préparation à l'école de la rue des Postes, à Paris, lui ouvrit les portes de Saint-Cyr. Sorti quatorzième, avec la liberté de choisir son arme, Rivet voulut servir au 308 bataillon de chasseurs à pied, à Grenoble.

Mais déjà un autre idéal avait séduit son âme très élevée. Son grand-père, Auguste Rivet, avocat à Lyon, décédé en 1890, dont la vie avait été exclusivement consacrée aux œuvres, avait fondé bien , des années auparavant l’œuvre des Douze 'Apôtres pour promouvoir les vocations sacerdotales. Son exemple et ses entretiens jetèrent, sans doute, de bonne heure des germes dans l'âme ardente de son petit-fils. En 1893, le lieutenant rendait le double galon d'argent pour prendre la robe du religieux. Dans sa vie nouvelle, il n'oublia pas; son cœur resta fidèlement attaché à ses chasseurs: « Nous passons avant la cavalerie », disait-il en souriant, mais non sans un certain enthousiasme.

Il était prêtre, professeur de droit canon à Rome, quand éclata la guerre. Il rentra en France le premier jour de la mobilisation et, sa classe n'étant pas encore mobilisée, il sollicita un poste d'aumônier militaire. Cette demande fut refusée. Son âme sacerdotale répugnait à l'effusion du sang; une fois encore, il demanda à servir comme aumônier en première ligne, au poste le plus exposé. Un nouveau refus calma les scrupules de sa conscience. C'est comme lieutenant à la tête d'une section de la légion étrangère qu'il devait donner sa vie à la France.

Le 31 octobre, il partait pour le front. Il n'avait aucun doute; son sacrifice était fait; il ne pensa plus qu'à s'immoler tout entier en excellant comme religieux et comme soldat.

Cette double préoccupation se trahit dans les notes intimes, écrites dans des termes dont il croyait se réserver le secret sur un carnet retrouvé sur son corps, écorné par des balles. Elle paraît également dans ses lettres, généralement très brèves, qu'il écrit pour donner des nouvelles à ses parents ou à sa famille religieuse. De nombreux témoignages l'ont montré payant toujours de sa personne dans les endroits les plus dangereux. En Champagne, il va sous le feu relever des blessés ou donner la sépulture à des morts. Son influence s'exerce par des conversions: le jour de Pâques, il recevra l'abjuration d'un luthérien; un autre jour, il baptisera un juif. Comme il parle couramment l'anglais, l'allemand, l'italien, il a une sphère d'influence exceptionnelle à la légion.

L'heure du sacrifice approchait. Le 21 avril, à la veille de quitter la Champagne pour l'Artois, il écrit à la prieure du Carmel français à Rome: « Pour le succès de nos armes et la régénération tant désirée de notre cher pays, les sacrifices obscurs et les morts ignorées servent autant et quelquefois plus que les actions d'éclat et les traits héroïques que nous lisons avec admiration chaque jour. » Et il faisait cet aveu: « J'ai eu le bonheur de célébrer chaque jour, sauf un, depuis la mobilisation. Priez Notre-Seigneur que cela continue ainsi. » Son carnet prouve qu'il réussit, en effet, à réaliser cet ardent désir jusqu'au matin de sa mort. Le sergent qui, parti avec lui de Lyon le 31 octobre, se trouvait encore à côté de lui au moment de sa mort, racontait avec émotion l'impression causée à ces légionnaires, sortis des milieux les plus différents, par cet officier qui, pour dire sa messe, tantôt restait à jeun jusqu'à plus de midi, tantôt devait renoncer au repos de la nuit, et qui, dans toutes les marches, portait lui-même une chapelle dans son sac. Un légionnaire espagnol écrivait ainsi les impressions que lui avait laissées le P. Rivet deux jours avant sa mort :

C'était le 7 mai 1915, et je ne m'attendais pas à être évacué le lendemain. Je voulais être prêt pour l'attaque. Malgré ma faiblesse, j'étais s0rti du cantonnement au bois, pour m'en aller à l'église d'Aiguières (Pas-de-Calais), une église vieille, petite; église de campagne. Le P. Rivet était en train d'adresser la parole aux soldats. Dans la nef, légionnaires et artilleurs, nous nous pressions. Après le Salut, le P. Rivet annonça qu'on allait commencer les confessions. A ce moment, un jeune homme s'avança vers l'autel, causa avec le curé et le P. Rivet et reçut après le Viatique. Je ne connaissais pas le légionnaire qui communia ce soir. Bientôt, le P. Rivet est au confessionnal; j'y passe, mêlé à la foule des légionnaires. Beaucoup prient les larmes aux yeux. Quand je sors de la confession, je suis plus encouragé. Le P. Rivet avait une gentillesse et un savoir-faire avec douceur qui vous captivaient. De cette confession et de ce confesseur, je me souviendrai toute ma vie. Quelle douceur, quelle admirable manière de comprendre la vie humaine ! Il avait toujours la bonté dans la figure et la charité aux lèvres. Il était un cœur admirable.« Il était un officier modèle. Il est mort comme un vaillant soldat.

Il semble, d'ailleurs, qu'il avait le pressentiment de sa mort depuis quelques semaines. Le 24 avril, en prévenant son ancien, supérieur de son départ pour l'Artois, il ajoutait :

..... L'heure est aux grandes choses et aux efforts virils: je me recommande plus instamment que jamais à vos prières, afin que je fasse mon devoir pleinement et contribue un peu au bien de ceux parmi lesquels je me trouve. Et s'il plaît au bon Dieu que mon nom allonge bientôt la liste de ceux qui, de chez nous, ont donné leur vie pour la France, vous voudrez bien contribuer à consoler généreusement ceux qui s'affligeront de mon départ.


Le 6 mai, il envoie au même religieux comme une sorte de testament spirituel :

6 mai 1915. - Je crois que les événements vont se précipiter pour noua en particulier: c'est dire qu'il faut s'attendre à tout. J'espère que le Sacré Cœur me donnera, pour les grandes circonstances, force, courage et confiance. Les prières constamment dites pour nous nous en sont le garant. Voici, d'ailleurs, le premier vendredi du mois, puis l'anniversaire de Jeanne d'Arc (8 mai, apparition de Saint-Michel). Quant à moi, s'il plaît à Dieu de me demander le sacrifice suprême, comme c'est au moins probable, il me reste à le remercier des grâces reçues durant quarante-quatre ans de vie et vingt-deux et demi de religion. Je lui demande pardon de mes infidélités, mettant toute ma confiance en les mérites de Jésus-Christ et l'intercession de Marie Immaculée. Je remercie aussi de tout cœur la S. J. [ ia Compagnie de Jésus] de m'avoir reçu, entouré de tant de soin. comblé de tant de bienfaits. J'espère en la grâce de la vocation pour mon heure suprême et en l'aide de ses suffrages après.

Le 8 mai, le P. Rivet écrit à son correspondant d'Ore Place en Angleterre (la lettre a été envoyée par un ami à son destinataire) :

Quelle date ! Et comme on désirerait un succès en ce jour, samedi, fête de saint Michel, anniversaire de la bienheureuse Jeanne d'Arc! Le succès, nous l'attendons avec confiance de la miséricorde divine, mais quand ! Pour moi, je m'attends à marcher, et alors ?. A la garde de Dieu !  Nous sommes prêts, nous l'espérons; un bon nombre de nos soldats se sont mis en règle avec Dieu; ils désirent, eux aussi, échanger la vie monotone des tranchées avec les poignantes émotions du combat. Priez le bon Dieu de me donner pour ce moment le courage, l'habileté, et en même temps la possibilité de faire encore quelque bien aux combattants. Quelle belle chose que la communion en viatique à ceux qui vont partir ! C'est consolant et impressionnant. C'est d'ailleurs, pour beaucoup, le seul moyen de communier.

Adieu, cher ami, et si bientôt je suis sur la liste, pensez à moi au saint autel.

Dans les jours qui ont précédé l'attaque du 9 mai, on le vit, pour tout préparer, déployer des qualités guerrières de nature à surprendre autour de lui ceux qui le connaissaient mal; il allait faire de ses hommes des héros, coupables seulement d'être allés trop vite dans les lignes ennemies. La veille,à 10 heures du soir, il se confessa à l'aumônier divisionnaire, convaincu qu'il allait à la mort, sans rien perdre de ce calme et de cette force sereine qui faisaient la caractéristique de son âme. Une dernière fois, à l'aube, il célébra le Saint Sacrifice et dit à un ami en sortant: « C'est sans doute ma dernière messe. »

C'est, en effet, le 9 mai qu'il tomba, dans cette charge merveilleuse et peut-être sans précédent, où la légion étrangère avança de 7 kilomètres sous le feu de l'ennemi. Une relation minutieusement établie décrit ainsi ses derniers moments :

Le P. Louis Rivet est tombé glorieusement le dimanche 9 mai, à 10 h. 1/2 du matin. Il chargeait à la tête de sa compagnie, sur la redoute allemande appelée « les Ouvrages Blancs», devant la route d'Arras à Béthune, juste entre la Targette à droite et Carency à gauche. Sa compagnie était sortie de la tranchée à 10 heures juste, comme toute l'infanterie, après quatre heures d'un bombardement effroyable des tranchées allemandes.

A 10 heures, le tir des 75 s'allongea mathématiquement de 200 en 200 mètres, et l'infanterie débusqua des tranchées.

Le lieutenant Rivet enleva sa compagnie avec beaucoup d'entrain. Ils conquirent les Ouvrages Blancs, les dépassèrent, laissant aux escouades de « nettoyeurs de tranchées» le soin de faire les prisonniers et d'évacuer, à coups de grenades, les abris profonds où se terraient les Allemands; puis ils marchèrent sur la route d'Arras à Béthune, qui formait, à 5oo mètres derrière les Ouvrages Blancs, un ruban parallèle à leur ligne d'attaque et passe à la Targette, la dépassèrent aussi et, arrivés face au bois de la Folie, le lieutenant dit à ses hommes :
— Mes enfants, couchez-vous !

Lui resta debout, la jumelle à la main, examinant le terrain devant lui, pour découvrir les lignes sur lesquelles il allait repartir à l'attaque : à ce moment, une balle l'atteignit en plein front et l'étendit raide par terre. Ses hommes poursuivirent leur attaque, et quand ils repassèrent, ils trouvèrent le corps de leur lieutenant criblé de balles. Ce sont des balles perdues qui l'ont atteint après sa mort; c'est l'une d'entre elles qui A traversé son porte-cartes militaire,

D'autres récits précisent un détail émouvant: prêtre jusqu'au bout, il chargea en tête de tous, mais le sabre au fourreau et le revolver dans l'étui.

Un de ses confrères, M. À. Gaudon, infirmier, recueillant les souvenirs d'un légionnaire polonais, écrivait le 29 juin 1915 ;

Le lieutenant Rivet était renommé pour sa grande bravoure, marchait toujours en tête de ses hommes dans les assauts. En partant pour l'attaque où il devait être frappé, il a dit à ses hommes: « Mes enfants, il faut que, demain matin, je dise ma messe à Douai. »

Une lettre venue de l'état-major du généralissime Joffre fut lue aux très rares officiers survivants; on y remarquait ces paroles :

C'est la division marocaine qui, la première, a enfoncé la muraille Allemande. C'est à la légion étrangère qu'en revient l'honneur.

Dans cet honneur et dans cette gloire, on peut puiser a pleine mains pour auréoler la mémoire du Jésuite lieutenant.

Je ne suis guère pratiquant — écrivait un des rares officiers survivant. de la légion — et peut-être peu croyant; mais, si jamais il existe des saints, le P. Rivet en est un.

Ainsi, c'est un Jésuite expulsé de France qui est tombé l'un des premiers en tête d'une des colonnes d'assaut de « la grande division ». Il s'était avancé si loin que son corps resta plus de cinq mois sans sépulture: on ne pouvait l'approcher. Enfin, le 26 octobre 1915, un sergent brancardier, prêtre lui-même, M. l'abbé L., le relevait et recueillait le crucifix de religieux qui, depuis son noviciat, ne l'avait jamais quitté. Grâce au dévouement inlassable de M. l'abbé L., les restes du P. Rivet ont pu, après de nombreuses difficultés, être transportés dans le cimetière militaire d'Ecoivres, où ils reposent depuis le 11 mars 1916.

Le 4 septembre 1915, le lieutenant Rivet était cité à l'ordre de la division marocaine en ces termes très laconiques, par suite, sans doute, du glorieux trépas de la plupart des officiers qui l'avaient connu :

RIYET (LOUIS), lieutenant au 1er régiment étranger :

A fait preuve en toutes circonstances d'un dévouement calme et résolu; le 9 niai [1915"|, a été tué à la tête de sa section, qu'il portait à l'assaut de retranchements ennemis sous un feu violent d'artillerie et de mitrailleuses

La bataille de l’Artois du 9 mai au 22 juin 1915 avec l’attaque du 2e Régiment de marche du 1er Etranger


Eloge funèbre du LCL Pierre Legris

Envoyer

La Sentinelle égarée ?

Envoyer

Couvfs68


Béret Rouge N° 52 juin 1963

Envoyer

ORGANISATION SPATIALE DES SITES FUNERAIRES DANS LA VILLE D’ANTSIRANANA : CAS DES CIMETIERES MILITAIRES FRANÇAIS ET BRITANNIQUE

Envoyer

Lazare PONTICELLI : Un homme, une parole… de légionnaire. LIBRE OPINION de Serban ICLANZAN et Robert VICENTE.

Envoyer

Dernier légionnaire de la Grande Guerre, Lazare Ponticelli fut aussi le dernier poilu à nous avoir quittés, à l’âge de 110 ans. C’était le 12 mars 2008. Aujourd’hui et avec beaucoup de respect, il revient à un légionnaire devenu chef d’entreprise de parler de cet autre légionnaire fondateur d’entreprise, lui aussi.

Comme la majorité de ceux qui rejoignent la Légion étrangère, Lazare est venu avant tout pour ce qu’il appelait « le paradis » : la France. Il venait d’Italie, d’un horizon de misère où l’espérance était synonyme de fuite.

Son histoire est l’histoire d’un jeune homme par deux fois oublié et abandonné. La première fois, abandonné par les siens partis à la recherche d’une solution pour un meilleur avenir. Sans ses parents et sa fratrie, c’est un petit berger de 10 ans ne parlant pas un mot de français qui entreprend un long voyage à Paris. La faim et la misère seront du voyage  aussi, comme une fatalité. Cependant le jeune homme arrive avec un trésor fantastique transmis par son père : l’honnêteté et le travail. Ceux qui croisent son chemin lui reconnaîtront ces qualités, lui accorderont leur confiance et il commencera par s’en sortir.

C’est avec un certain Pierre Pécuri qu’il fondera une petite entreprise. Mais la guerre et l’économie de subsistance qui se met en place rendent vains tous leurs efforts. Pour ne pas mourir de faim, Lazare s’engage dans la Légion. Pierre Pécuri partira sur le front lui aussi. Avant de se séparer les deux jeunes gens partagent leur fortune qui se résumait à deux louis d’or. Lazare lui dira : « Tu vois, Pierre, celui-là mourra avec moi. Et si on en revient, on les aura pour racheter du matériel et recommencer notre travail ».  La vraie religion de Lazare Ponticelli sera pour toujours le travail.

Après avoir servi au front il sera abandonné une deuxième fois, cette fois-ci par la France et la Légion qui n’ont pas d’autre choix que de respecter les accords avec l’Italie qui prévoient que lui soient livrés tous les ressortissants italiens susceptibles de combattre dans l’armée de leur pays d’origine. C’est dans le froid des montagnes qu’il servira l’Italie face à l’Autriche. Il y découvrira la fraternité des combattants par-delà les tranchées, et la misère qui le poursuit encore et qui s’accommode si bien de cette guerre. Cependant le jeune survivant reviendra fort d’un trésor fantastique : l’honneur et la sagesse.

Deux fronts, deux pays. Deux ennemis. La même guerre, la même souffrance. L’enfant venant d’un triste néant et qui croyait en sa chance, découvre les abîmes de l’humanité et revient encore plus déterminé et assoiffé de vie. Lazare Ponticelli et deux de ses frères, Bonfils et Céleste – ce dernier lui aussi légionnaire – fonderont l’entreprise PONTICELLI Frères, entreprise de construction de cheminées d’usine devenue au fil des années un fleuron industriel. C’est Lazare qui fera tout pour qu’ils se retrouvent unis autour de ce projet. « Union – Travail – Sagesse », voici la devise de PONTICELLI Frères et elle enferme en elle ce dont il a toujours rêvé, ce qu’il a toujours cherché, mais aussi ce qu’il a trouvé dans ce parcours de survivant.

A l’approche du 11 novembre, Robert Vicente, mon aîné et mon camarade ancien légionnaire, m’a demandé de préparer quelques lignes pour « Ponticelli…un des nôtres ». Il avait pris soin de me glisser les mémoires de Lazare que j’ai découvertes et qui m’ont profondément bouleversé. Derrière le légionnaire, j’ai découvert un destin fait d’humilité et de détermination, un homme d’exception. Derrière Lazare Ponticelli j’ai revu nos camarades de la Légion, leurs histoires de vie, leurs destins et toujours cet honneur, cette fidélité, cette recherche du travail bien fait. Et enfin - comme une évidence - ce respectueux dévouement à la France et cet autre dévouement sincère à ses camarades, cette humanité qui n’est jamais aussi sublime que lorsqu’elle côtoie les souffrances et la mort.

Que Lazare ait pu refuser pendant longtemps les obsèques nationales est un fait bien connu.  Ce qui compte c’est ce qui justifiait ce refus : « Ce n’est pas juste d’attendre le dernier poilu. C’est un affront à tous les autres, morts sans avoir eu les honneurs qu’ils méritaient. On n’a rien fait pour eux. Ils se sont battus comme moi. Ils avaient droit à un geste de leur vivant…Même un petit geste aurait suffi ».

Lazare Ponticelli est de la trempe de celui qui n’abandonne jamais les siens, car il connaît le prix et la souffrance de tous les abandons. Avec ses frères, il a bâti une entreprise prospère qui fait vivre aujourd’hui des milliers de gens.  Du petit berger au « dernier poilu », la vie de Lazare n’a jamais été l’acceptation de la fatalité, mais une succession permanente de décisions courageuses, au nom de ses valeurs et de ses rêves.  Son entreprise et ses rêves ne sont pas à vendre et il a prévu que l’assentiment de tous ses petits-enfants soit nécessaire à une telle opération. Car la valeur de son entreprise est réelle, mais aussi et fortement symbolique. Elle vaut le louis d’or d’une promesse. Mais quand on a été un jour légionnaire on connaît et on comprend la valeur de la parole donnée et de la promesse…

L’image que je retiens de cet homme et celle de celui qui, accompagné à la frontière par deux gendarmes qui devaient s’assurer de son transfert à l’armée italienne, décide de s’y rendre dans sa tenue de légionnaire au service de la France. A ce moment Lazare n’avait plus rien en sus de son louis d’or dans la poche si ce n’est la conviction qu’il possédait un destin et que celui-ci le liait à jamais à la France. Cet homme a donné à la France plus qu’elle ne lui a jamais donné et pourtant il a vécu toujours avec le sentiment de lui être redevable. Servir et ne pas se servir, des mots que nous entendons tous et depuis toujours à la Légion…

Ces lignes se veulent un hommage à Lazare, à nos camarades de tous temps, aux « engagés gamelle » ayant donné de leur santé, leurs rêves et leur jeunesse, à tous ceux qui par peur d’abandon ou pour ne pas abandonner ont servi et serviront avec « honneur et fidélité » dans les rangs de la Légion étrangère.  On y rentre tous un louis d’or dans la poche : celui de nos rêves et celui d’une promesse.

Merci Lazare d’avoir tenu la tienne. Repose en paix aux  paradis…en France.

Serban ICLANZAN et Robert VICENTE

Tout simplement légionnaires


Page 1 sur 12

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2084
mod_vvisit_counterHier2793
mod_vvisit_counterCette semaine2084
mod_vvisit_counterSemaine dernière14480
mod_vvisit_counterCe mois20614
mod_vvisit_counterMois dernier113558
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095085044

Qui est en ligne ?

Nous avons 783 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 12447
Affiche le nombre de clics des articles : 11500023
You are here ARTICLES 2016