AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L’attentat que le Mali redoutait

Envoyer

Publié le 08/03/2015

bamako Un Français, un Belge et trois Maliens ont été abattus dans un restaurant de la capitale malienne. Attaque terroriste revendiquée hier soir par le groupe djihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar

 

 

Hier, le quartier autour du bar-restaurant La Terrasse, repaire d’expatriés à Bamako ciblé par l’attaque terroriste, était bouclé. © photo HABIBOU KOUYATE/maxppp

«Tout le monde savait que ça allait péter ; on ignorait simplement quand et où. » La voix de Paul J., retraité français installé depuis six ans au Mali et dont la villa est à moins d'une centaine de mètres de La Terrasse, bar-restaurant frappé dans la nuit de vendredi à hier par un attentat d'une violence inouïe, tremble d'une sourde colère. « Un lâche attentat », a condamné François Hollande. Véritable institution à Bamako, La Terrasse ne reverra plus de si tôt le sourire en coin d'Alain, son patron libanais, aussi connu dans la capitale malienne que son chapeau trilby en cuir noir. Un Français, un Belge et deux Maliens ont été abattus comme des lapins dans son établissement par un commando d'au moins quatre hommes, armés de grenades et d'armes automatiques, arrivés dans deux véhicules allemands. Le bilan n'est pas encore définitif, six personnes...


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7898
mod_vvisit_counterHier9685
mod_vvisit_counterCette semaine44293
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois167798
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098368531

Qui est en ligne ?

Nous avons 1758 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18110667
You are here PRESSE XXI° 2015 L’attentat que le Mali redoutait