AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size


COMLE

Éditorial...

                   Lettre...

                                 Dossier de presse...


La fraternité d’armes, c’est la partie humaine du combattant… sa partie profonde.

Publié le 10/05/2017 à 08:18 | DRP

Que représente la fraternité d'armes ? Inscrite dans le code d'honneur du légionnaire, qu'est-ce que cela lui impose ?

 

Que représente la fraternité d’armes ?

 

La fraternité d’armes est un état d’esprit qui sous-tend naturellement toutes les relations d’hommes appelés à vivre intensément le service des armes, avec « la mort comme hypothèse de travail », pour reprendre l’expression du colonel Goya. Ce n’est ni une qualité, ni un dogme, ni une matière que l’on instruit, c’est plutôt  une condition essentielle du principe de l’esprit de corps. Vous direz alors : « Mais qu’est-ce que l’esprit de corps ? ». C’est justement l’ensemble des valeurs qui forgent l’âme des combattants légionnaires : la discipline, le culte de la mission, l’amour du travail bien fait, le respect, la solidarité, la fraternité, l’honneur et la fidélité. L’adhésion profonde à ces valeurs  rend possible la cohésion de ces hommes aux origines diverses, pour constituer une troupe moderne, efficace et au fort potentiel d’adaptation. L’esprit de corps se distingue aussi par la confiance tissée entre les légionnaires et leurs chefs, gage de fidélité de ces étrangers au service de la France. La fraternité d’armes, c’est la partie humaine du combattant… sa partie profonde.

Mais la fraternité d’armes peut également s’entendre comme fraternité entre formations. Elle répond à la même exigence que la fraternité d’armes entre deux légionnaires : un socle commun de valeurs. Cette fraternité d’armes n’est pas une nouveauté pour la Légion qui a toujours livré bataille aux côtés d’autres unités. A  Narvik, en 1940, elle s’est engagée aux côtés des chasseurs et des troupes alpines, avec l’appui de la marine.  En Indochine, en 1950, elle était avec des parachutistes coloniaux, des Tabors et des tirailleurs. En 1990, dans le Golfe, elle s’est lancée à l’assaut sous commandement américain, protégée par une couverture de l’armée de l’Air, avec des artilleurs, des marsouins et des équipages de l’aviation légère de l’armée de Terre. Plus récemment, comme par exemple en ex-Yougoslavie, en Afghanistan ou au Mali, les engagements se sont tous inscrits dans une triple logique : interarmes, interarmées et interalliée. Avec les autres armes, nous partageons certes des souvenirs, mais nous partageons surtout le même sang, comme des frères.

 

Au sein de la Légion étrangère, cette notion fait partie du code d’honneur, qu’est-ce que cela implique pour chaque légionnaire, et pour ses chefs ?

 

Le code d’honneur est la formalisation de ce dont nous venons de parler. Dans les années 80, ayant constaté qu’une partie des jeunes légionnaires manquait parfois de repères, mais aussi parce qu’il fallait nous assurer que chacun, venant de cultures différentes, se retrouve dans des principes communs, le Commandement  de la Légion étrangère a décidé de  rédiger un recueil de principes destinés à guider son action au quotidien, tant au plan personnel que dans le domaine professionnel. Il sert de guide et de référence à tout légionnaire. Il est également utile au chef  dans sa compréhension du  légionnaire et lui permettra d’enrichir son style personnel de commandement.

Plus précisément, le code d’honneur, structuré autour de sept articles, souligne en des mots simples, détachés des modes, et compréhensibles par chacun, quelle que soit sa culture, les valeurs de volontariat, de fraternité d’armes, de respect, de dignité, de rigueur, de solidarité et de sacrifice. Tout cela s’impose au légionnaire, et tout cela forme l’âme du légionnaire. Tout cela définit la fraternité d’armes.

Par le Lieutenant-colonel Bourban Jean-Philippe

Droit Légion étrangère 2017©BRN


Ici passa la Légion !

Le mot du général COM.LE - Képi blanc N° 799

 

Rien ne dit mieux l'œuvre de bâtisseur de la Légion étrangère que cette phrase du général Pélissier « Les routes carrossables, les barrages, les ponts, les canaux d’irrigation qui ont changé la face du pays vous sont dus et c’est à vous que le colon reconnaissant saura reporter le mérite de ces grandes œuvres si dignes des légions romaines. A Sidi Bel Abbès, vous avez fait d’un camp une ville florissante, d’une solitude un canton fertile, image de la France. »

"Ici passa la Légion !" Ainsi pourrait être résumée l’œuvre gigantesque de bâtisseur entreprise par la Légion étrangère au cours des deux derniers siècles, plus particulièrement en Afrique du Nord.

En 1858, après la construction de la route Sétif-Bougie taillée à flanc de montagne, un légionnaire tailleur de pierre avait commencé à sculpter sur la paroi de la falaise une énorme grenade à sept flammes. Des pressions furent exercées pour détruire, au besoin à coup de canon, ce magnifique travail. L’œuvre fut interrompue, mais non détruite. Cette grenade est sans doute la première des nombreuses signatures, qui dans tant de contrées, encore aujourd’hui, scellent l’œuvre du légionnaire bâtisseur qui clame à tous, par la qualité de son travail : « Ici passa la Légion ».

 

« Nous avons marché l’épée dans une main, la pelle dans l’autre »

 

« Nous avons marché l’épée dans une main, la pelle dans l’autre », disait le Maréchal Bugeaud, montrant ainsi à quel point étaient liées dans l’armée d’Afrique, comme dans les Légions romaines, la force qui conquiert, plus d’ailleurs par démonstration que par utilisation, la pelle qui bâtit, et la charrue qui féconde.

Le général Gaultier écrivait : « les légionnaires ne sont pas des êtres parfaits, mais ils ont de solides vertus…  Trois de leurs vertus ou aptitudes surclassent les autres : par l’exercice de la première, ils font d’excellents infirmiers aussi bien pour la troupe que pour les populations voisines… La deuxième relève de leur activité combattante. Elle se manifeste aussi bien au feu que lors des trêves… Les légionnaires sont enfin des pionniers qui découvrent et aménagent des territoires, des bâtisseurs qui construisent villes et ouvrages d’art, et qui ont droit, comme tels, à l’hommage réservé à ceux qui créent. »

 

le Génie n’a cessé d’être présent à la Légion. Car le légionnaire est un soldat, un pionnier et un bâtisseur.

 

Depuis sa création en 1831, la Légion étrangère a ouvert des routes, s’est battue et a construit.

Même si l’accolement des mots Génie et Légion est relativement récent, puisqu’il n’est apparu qu’en 1949 avec la création en Afrique du nord de la 1ère compagnie de Génie-Légion, aussitôt dirigée sur Madagascar, le Génie n’a cessé d’être présent à la Légion. Car le légionnaire est un soldat, un pionnier et un bâtisseur.

A la création de la Légion étrangère en 1831, il est mentionné une « compagnie hors rang » qui comprenait un caporal et quatre sapeurs par bataillon.

En 1833, les légionnaires construisirent en deux mois la chaussée de Boufarik : « on vit sortir du fond des marais infects et souvent impraticables une chaussée élevée de deux mètres au-dessus du sol, bordée de fossés larges et profonds, de deux rangs de peupliers et de fontaines », rapporte le général Bernelle.

Le premier barrage voûté créé en France, retenant les eaux de ruissellement de la Sainte-Victoire, inauguré en 1854, est l’œuvre de l’ancien légionnaire Zola engagé en 1831, revenu à Marseille en 1833 comme ingénieur topographe, et père de l’écrivain.

En 1840, les sapeurs furent bien identifiés avec le tablier, la hache et les gants.

Plus tard, en 1851, le 2ème Etranger fut récompensé pour ses travaux archéologiques de découverte de plus de 40 villes, positions romaines, et postes fortifiés.

 

Vous avez fait d’une solitude un canton fertile, image de la France.

 

Aux légionnaires en partance pour la Crimée, le général Pélissier dira : « Les routes carrossables, les barrages, les ponts, les canaux d’irrigation qui ont changé la face du pays vous sont dus et c’est à vous que le colon reconnaissant saura reporter le mérite de ces grandes œuvres si dignes des légions romaines. A Sidi Bel Abbès, vous avez fait d’un camp une ville florissante, d’une solitude un canton fertile, image de la France. »

En Crimée, 100 légionnaires volontaires placés sous les ordres du sergent-major Valliez ouvrirent la voie aux zouaves en prenant d’assaut la citadelle de Malakoff : les légionnaires pionniers appliquèrent les échelles, les madriers et les ponts flottants sur les obstacles et les murs des bastions russes. Sortant de la tranchée qui fut amenée jusqu’à 25 m des positions de l’ennemi, ils franchirent cet espace battu par le feu, puis le fossé et pénétrèrent les premiers dans l’ouvrage.

Fin 1884, à Tuyen Quang, le sergent du génie Bobillot édifia pendant deux mois les défenses du poste avec les légionnaires. Les Chinois, à cent contre un, traqués jusque sous terre par les légionnaires, n’arrivaient pas à passer. L’assaut dura deux mois, et les Chinois renoncèrent. De nos héros légionnaires, naîtra sous la plume du capitaine de Borelli une des plus belles pages écrite sur la Légion : « A mes hommes qui sont morts ».

En 1920 et 1921, une compagnie de sapeurs pionniers fut créée dans chaque régiment étranger d’infanterie, afin de construire routes, ponts et tunnels. Celle du 3ème Etranger fut mise à l’honneur lors du Centenaire en 1931, en ouvrant la marche en tenue traditionnelle. Le colonel Gaultier, en 1946, rétablira cette tradition oubliée pendant la guerre.

Les pionniers ne participèrent pas à la campagne de la Libération. Quand éclata la guerre d’Indochine, la démobilisation avait privé l’arme du Génie d’une grande partie de ses cadres, et son recrutement se trouva fortement ralenti par les besoins en spécialistes pour la reconstruction civile. Par ailleurs, l’envoi du contingent en Indochine ne fut pas envisagé. Il fallut donc remplacer, et créer. La 40ème compagnie de camions bennes, mise sur pied à Nîmes en septembre 1945 embarqua pour l’Indochine dès janvier 1946. D’autres unités suivirent. En 1952, l’effectif légionnaire servant dans le Génie atteignait 2 400 hommes, mais l’appellation restait « Génie ».

En 1963, le 5ème Régiment mixte du Pacifique vit le jour. L’héritage du 5ème Etranger, la composition et les missions du nouveau corps marquèrent cette double appartenance à la Légion et au Génie. Le 61ème Bataillon mixte Génie-Légion, créé en 1969, fit les travaux du camp de Canjuers. A Djibouti et en Guyane, les compagnies de travaux ou d’équipement ouvrirent et construisirent de nombreuses routes et pistes. On constate ainsi que sur cette période le Génie Légion a été essentiellement tourné vers la mission de pionnier et de bâtisseur. Cent ans après Tuyen Quang, la « sape » s’imposa alors à nouveau à la Légion après l’expérience opérationnelle du Liban qui fit reprendre conscience du danger des mines. Le général Coullon, COMLE, proposa alors la création du 6ème Régiment étranger de génie.

 

 

Aujourd’hui, nos deux régiments étrangers de génie, créés en 1984 et en 1999, partagent avec leurs camarades des autres régiments les traditions du légionnaire, combattant, pionnier et bâtisseur. Par leurs savoir-faire spécifiques de sapeurs, ils font vivre l’héritage de leurs anciens de Malakoff et de Tuyen Quang.

Maniant le fusil, la pioche, la hache ou la truelle, que tous conservent l’amour du travail bien fait, et qu’ils signent leurs œuvres de grenades orgueilleuses sculptées dans la pierre !

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère (Képi-blanc Magazine N°799)


Dossier de presse Camerone 2017.


La même solidité que dans la compagnie de Camerone

Le mot du général COM.LE - Képi blanc N° 798

On doit trouver dans toutes les compagnies des régiments étrangers la même solidité que dans la compagnie de Camerone... Il s’agit d’une mission, d’un ordre, plus que d’actualité. Les compagnies nouvelles doivent se tenir plus que jamais prêtes à affronter, tant sur le territoire national qu’en opérations extérieures, l’ennemi actuel : imprévisible, déterminé, destructeur et maléfique.

Le journal de marche du régiment étranger rend compte ainsi du combat de Camerone : « Le 30 avril a lieu le combat de Camerone, un des plus beaux faits d’armes des guerres modernes, combat sous lequel 3 officiers et 62 soldats ont combattu, sans vouloir se rendre, jusqu’à complet anéantissement. Ces gens, de nationalités diverses, soutenus par le sentiment du devoir, se sont fait tuer pour illustrer le drapeau sous lequel ils servaient. » Puis, le journal de marche relate le rapport du 17 août 1863 du chef de bataillon Regnault, commandant provisoirement le régiment étranger, au général de Maussion, commandant la brigade de réserve. Ce rapport se conclut ainsi : « Je suis heureux, mon général, d’avoir à vous rendre un bon compte de la conduite de la 3ème compagnie du 1er bataillon, j’ai espoir que vous approuverez sa bravoure et son énergie comme elle le mérite. Veuillez je vous prie, mettre sous les yeux de son Excellence M. le Maréchal Forey les noms de tous les braves gens qui se sont distingués dans cette journée, et lui garantir que, quand l’occasion s’en présentera, son Excellence trouvera dans toutes les compagnies du régiment étranger la même solidité que dans la compagnie de Camerone. »

 

Il s’agit d’une mission, d’un ordre, plus que d’actualité

 

Ces deux dernières années, j’avais choisi comme thèmes pour l’éditorial de Camerone les citations célèbres « Elle n’avait que de bons soldats », et « On ne refuse rien à des hommes comme vous ! ». Cette année, je souhaite que la phrase de conclusion du rapport du chef de bataillon Regnault résonne et soit vivante dans chaque compagnie de chaque régiment de la Légion étrangère. « On trouvera dans toutes les compagnies du régiment étranger la même solidité que dans la compagnie de Camerone ». Il s’agit d’une mission, d’un ordre, plus que d’actualité. Car aujourd’hui, avec la création d’une unité supplémentaire au 2ème REI, au 2ème REP, aux 1er et 2ème REG et au 1er REC, et avec la renaissance de celles de la 13ème DBLE, les compagnies nouvelles, et toutes leurs sœurs qui ont mécaniquement été rajeunies, doivent se tenir plus que jamais prêtes à affronter, tant sur le territoire national qu’en opérations extérieures, l’ennemi actuel : imprévisible, déterminé, destructeur et maléfique. La jeunesse de nos compagnies actuelles n’est pas un fait nouveau. N’oublions pas qu’à Camerone, un tiers de la troisième compagnie avait entre trois et neuf mois de service. Mais les officiers, les sous-officiers et les gradés étaient expérimentés et aguerris, et l’amalgame entre anciens et jeunes, une réalité : le deuxième tiers de cette compagnie avait combattu en Crimée ou en Italie, et le troisième tiers avait entre un et quatre ans de services. Cet amalgame d’anciennetés, d’expériences, de nationalités, de caractères, et le commandement exemplaire du capitaine Danjou, qui appelait par leur nom tous les hommes qui venaient de lui être confiés, avaient forgé la solidité de cette compagnie, qui gagna sa plus belle victoire : le respect qu’elle imposa à l’ennemi.

Nous nous apprêtons à fêter Camerone. Qu’au-delà du traditionnel cérémonial annuel du 30 avril, cet ordre de « solidité » nous fasse réfléchir au sens profond de cette commémoration. Car du serment du capitaine Danjou, et de la solidité de sa compagnie, est né à Camerone l’esprit immuable de la Légion. Des Camerone, il y en eut d’autres dans l’histoire de la Légion. Il y en aura d’autres, et ce n’est qu’une question de temps : demain, dans 10 ans ou dans 50 ans, les compagnies, « solides », devront alors se souvenir des hommes du capitaine Danjou, et mettre leur honneur à mériter la confiance léguée par leurs anciens.

 

Fidèles jusqu’au bout, simplement, sans calcul

 

Cette année, le thème « Volontaire » nous amène à rendre un hommage particulier à ceux qui, à l’autre bout du monde, ont cru en la France, l’ont servie à la Légion, souvent au début par faim, mais qui lui sont restés fidèles jusqu’au bout, simplement, sans calcul, sans jamais trahir, souvent au péril de leur vie, et par reconnaissance pour ce que notre pays leur avait apporté. Le sergent-chef (ER) Phong Nguyen Van est l’un d’entre eux. Il est l’un des derniers témoins vivants de ces hommes qui ont tout donné pour la France en rejoignant les rangs de la Légion étrangère au combat, en Indochine. Nul doute qu’en remontant la Voie sacrée, les milliers de supplétifs vietnamiens fidèles à la France, tués ou massacrés par le VietMinh communiste l’accompagneront. Il sera entouré des pionniers et d’un carré de 11 légionnaires venant de chacune des formations de la Légion d’aujourd’hui. Ce carré, la garde actuelle du capitaine Danjou, marque la pérennité de la Légion étrangère entre ses morts, ses anciens et ses jeunes.

Que chaque compagnie prenne exemple sur le capitaine Danjou et sur tous ces volontaires. Que chaque compagnie médite ces paroles de Charles Péguy : « Soyez opiniâtres, ayez la vaillance claire, un courage de belle tenue. Soyez tout ensemble fanatiques et mesurés, forcenés et pleinement sensés. Ayez de la bonne humeur. N’acceptez pas de consentir à l’injustice ni de prendre votre parti de rien. »

Que chaque compagnie se remémore Camerone par ces paroles que citait il y a 60 ans  le colonel Lennuyeux, alors commandant de la Légion étrangère: « Cent ans de gloire et de fidélité vous lèguent ces vertus. Légionnaires, elles sont vôtres. Contre ceux qui en font fi ou les voudraient détruire, dressez-vous, unis : faites Camerone. Camerone n’est pas seulement la fête du courage. C’est la fête des nobles armes, c’est, au combat, la fête des Seigneurs ! »

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère (Képi-blanc Magazine N°798)


Que dire de plus à un jeune lieutenant en 2017 ?

Publié le 28/03/2017

« Je demande à avoir l’honneur de servir la Légion étrangère». Voici, au moment du « grand amphi », la formule rituelle, la promesse de grandeur, que prononce le jeune Lieutenant lorsqu’il termine sa formation en École d’Arme et choisit sa première affectation.

« Je demande à avoir l’honneur de servir la Légion étrangère»

« Je demande à avoir l’honneur de servir la Légion étrangère». Voici, au moment du « grand amphi », la formule rituelle, la promesse de grandeur, que prononce le jeune Lieutenant lorsqu’il termine sa formation en Ecole d’Arme et choisit sa première affectation. Debout, face à ses cadres, le regard haut, il articule cette phrase qu’il s’est répété si souvent depuis son entrée en formation. Tout est dans la formulation « servir la Légion » et non pas « servir au xième régiment»… Le choix des mots est intentionnellement exigeant. Est sous-entendu qu’il faudra de la disponibilité, de la bienveillance, du courage bien sûr, mais aussi de l’ardeur. Il est fier de ne pas avoir renoncé à se frotter au difficile. Tout ça,le lieutenant le sait d’instinct. Il n’empêche, quelques questions restent en suspend…

L’officier qui entre à la Légion entend d’abord résonner le chant « l’amour du chef, l’obéissance, sont de plus pure tradition ». Il prend alors conscience que la confiance lui est donnée d’emblée, quelle que soit son origine. Saint-Cyrien, EMIA, OAEA, monté par le rang, le légionnaire ne regarde pas ce détail, il va à l’essentiel, il cherche le cœur et l’âme de son chef ! Car c’est bien cela qui est demandé, le reste est acquis dans les écoles de formation de l’armée de Terre : les cadres d’ordres, la formation à l’exercice de l’autorité, la tactique et l’éthique. La psychologie du légionnaire, ses motivations, ses qualités, son cafard, son statut, le lieutenant aura le temps de les distinguer dans son régiment. Entre ces deux temps, le légionnaire, lui, cherche immédiatement l’épaisseur de l’homme chez son lieutenant.

C’est donc bien l’homme qui fait l’ « officier de Légion ». L’homme et sa capacité à aimer ses légionnaires, à toujours trouver du temps pour chacun d’eux, à exiger, à être juste, à montrer l’exemple, à commander. L’homme avec son caractère trempé, ses failles, son engagement et ses valeurs. Ces valeurs doivent être celles dans lesquelles le légionnaire a également forgé son identité. Des valeurs de famille : fraternité, don de soi, esprit sacré de la mission, rusticité. Le lieutenant, ce n’est pas celui qui court le plus vite. C’est celui qui amène sa section complète au meilleur niveau d’endurance. Le Lieutenant, ce n’est pas celui qui tire le mieux, il y a des tireurs d’élite pour ça. C’est celui qui guide le feu, qui cadence la mitraille. Le lieutenant, ce n’est pas un chef de certitudes. C’est un homme de résilience, qui se relève, qui va de l’avant. Le lieutenant, ce n’est pas celui qui boit le plus ou qui parle le plus fort. C’est celui qui est là le soir de Noël, qui sort en ville et qui chante avec ses Légionnaires, qui trinque « à la santé de nos morts », qui reste digne dans ces moments. Le Lieutenant a le même âge que le légionnaire, le même idéal, les mêmes valeurs. Mais il a, en plus, choisi de porter la responsabilité de tout cela au plus haut niveau d’exigence.

L’attitude, c’est ce qui tient l’âme !

Le lieutenant n’est pas seul, il y a les autres officiers. Il y a les compagnons d’armes, les camarades de promo, les aînés et les chefs. Derrière une attitude parfois rigide, des règles d’ancienne politesse, il y a là un type particulier d’officier de Légion. Leurs regards ne proposent aucun itinéraire de fuite mais incitent à affronter ses doutes et à les dépasser. Leurs traits sont creusés aux nuits de veille au grand air. Leur langage sans enluminure est celui des gens de guerre, ils parlent comme on donne des ordres : clair, précis, complet, direct et franc. Ils maintiennent  le voussoiement comme une marque de respect autant qu’une marque de fabrique. L’attitude, c’est ce qui tient l’âme ! Et c'est l’âme des officiers qui a reçu la bonté que l’attitude ne montre pas. Et cette bonté, cette générosité, l’officier de Légion les donne sans compter à ses légionnaires, à ses camarades officiers, à ses frères d’armes.

Alors certains esprits chagrins demanderont : « et la popote des lieutenants, celle dont on parle dès l’école de formation, dès Coëtquidan ?». La popote ! Rien de folklorique, c’est un concentré de traditions distillé au moment du repas, selon un rituel bien établi. Il faut connaître l’origine et la provenance des souvenirs accrochés aux murs, se positionner par rapport à ses anciens, apprendre vite pour être rapidement à l’aise dans l’histoire du régiment et dans ses relations entre officiers. Le temps de la popote est le temps consacré à la formation du lieutenant dans le domaine des traditions de la Légion (chant, histoire, anecdote) et du régiment (opérations, anciens, etc.). Des rumeurs ont traîné sur cette popote, lui collant une aussi mauvaise réputation qu’une certaine presse aime à colporter sur la Légion. Persiflage de mauvaises personnes, assurément ! Au « mess des officiers » aujourd’hui, si on se saoule, c’est d’histoire de conquêtes ou de rapports d’opérations, qui ramènent au même désir de grandeur et de valeur.

Ne laisser rien supposer qui ne soit pas vous !

Que dire de plus à un jeune lieutenant en 2017 ? Aujourd'hui comme hier, la Légion étrangère réclame engagement et enthousiasme, un regard franc, des convictions, et des os bien accrochés. Aujourd’hui encore, tout est possible si vous le voulez ! Si vous demandez à avoir l’honneur de servir la Légion étrangère, il faudra simplement tout donner ! Faites-le avec un esprit libre et ouvert, selon votre caractère, mais toujours avec abnégation. Ne laisser rien supposer qui ne soit pas vous ! Alors vos légionnaires vous le rendront au centuple. Et dans vos régiments vous trouverez, à vos côtés, des frères d’armes avec qui vous irez fréquenter le monde en ébullition et qui vous donneront en échange une Patrie dont ne connaissiez même pas les frontières.

Par le Lieutenant-colonel Jean-Philippe Bourban
rayonnement & patrimoine
commandement de la Légion étrangère


Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité

Ce premier article du code d’honneur du légionnaire est l’alpha du credo des képis blancs. Déjà en 1937, le mémento du soldat de la Légion étrangère, commençait en ces termes : « Légionnaire, tu es venu volontairement à nous. De ton gré, tu t’es engagé à servir avec Honneur et Fidélité… Comme tes anciens, tu serviras de toutes les forces de ton âme et, s’il le faut, jusqu’à l’ultime sacrifice, cette Légion devenue ta nouvelle Patrie, et tu conserveras toujours en ton cœur cette devise : « Legio Patria Nostra ». »

Le thème « Volontaire » de cette année 2017 rend hommage à tous ceux qui ont choisi de rejoindre les rangs de la Légion étrangère pour défendre la France. Képis blancs d’hier ou d’aujourd’hui, ou bien supplétifs vietnamiens ou encore harkis combattant dans les rangs de la Légion, leur seule volonté a été d’être à la hauteur de l’héritage légué par nos héros de Camerone, en restant fidèles souvent jusqu’au sacrifice ultime : « dans un monde et une époque de petite foi, ce legs donne la certitude grave, exaltante, durable, d’agir et de servir un idéal d’honneur et de fidélité qui nous dépasse » écrivait le général Olié.

 

Volontaire et libre.

A l’origine de cet idéal, il y a d’abord le volontariat, expression pleine et tangible de la liberté individuelle. Pourquoi s’engage-t-on à la Légion étrangère ? « A cette question, il y a presque autant de réponses qu’il y a de candidats, car le cœur et la volonté des hommes sont mus par des pulsions les plus variées », répondait humblement le général Gaultier, qui précisait par ailleurs : « Le légionnaire anonyme ! C’est celui qui certain matin éclatant de soleil ou certain soir déjà envahi par la nuit a débarqué du train à Marseille, lourd d’un passé qui ne regarde que lui et qui ne sera scruté, avec toute la discrétion requise, que pour évincer les brebis galeuses indignes de l’honneur de porter le képi blanc et germes de contamination. Encore hésitant, il est attiré par le havre où il pourra oublier ses misères, guérir de ses blessures, se racheter de ses fautes, fuir la géhenne d’une existence trop veule ou mal engagée ou décevante ou trop avare de ses faveurs, contracter des amitiés et vivre avec elles et avec honneur dans l’exaltation d’aventures avouables. »

Cet acte de volontariat est donc intrinsèquement libre. Pierre Mac Orlan écrivait en 1935, dans « Légionnaire » : « les légionnaires sont libres autant qu’un homme peut l’être. Ils paient leur impôt à un seul guichet. Dans quelques années, ce ne sera plus le chômage qui enverra des hommes à la Légion, mais le besoin de reconquérir une liberté de pensée, asservie par une discipline sociale autrement rude que la discipline militaire de la Légion. »

 

Volontaire, discipliné, et déterminé.

Le légionnaire s’engage à servir, en acceptant les règles de la Légion. « Ici, c’est comme çà ! » pourrait-on résumer. Cette discipline stricte mais librement consentie fait la force de la Légion. Elle répond à la fois aux exigences du combat et aux nécessités de la vie en communauté de la famille légionnaire. C’est d’abord en cette unité des cœurs que croit le légionnaire. Déjà en 1937, le mémento du soldat de la Légion étrangère rappelait cette vérité : « la force de la Légion réside avant tout dans la confiance absolue et réciproque qui lie les légionnaires et leurs chefs... Ces chefs sont tes compagnons de souffrance et de danger… »

La détermination est le triomphe du « malgré », comme le dit clairement le général Olié : « rien de grand ne s’accomplit que « malgré », malgré les obstacles dont le plus sévère est l’égoïste instinct de conservation. Tout le courage du soldat est fondé sur le triomphe de ce « malgré ». »

 

Volontaire, honnête et fidèle au service éternel de la France.

Citant un légionnaire, M. Messmer disait : « Beaucoup des hommes qui, au cours des âges, au cours des générations, sont venus à la Légion étrangère, y sont venus pour la liberté. Et en même temps, ils y sont venus par volonté de servir la France. » Dans le livre d’or de la Légion, une personnalité écrivait d’ailleurs : « la France trouve ici son laboratoire d’humanité où scintillent les diversités du monde agrégées sur l’unité des cœurs ».

Le caractère intemporel de la Légion est cité dans le 1er couplet du Boudin, « Au Tonkin, la Légion immortelle… ». Le Maréchal Juin traduisait cette immortalité en ces mots : « Et le temps passera, ces hommes anonymes sous le képi blanc continueront de défiler et de se battre comme ils l’ont toujours fait, relevés par d’autres hommes au même képi blanc, ayant toujours dans les yeux le reflet de cette foi intérieure qui ennoblit la Légion. »

 

Un béret blanc, et onze képis blancs, volontaires !

A l’heure où l’opprobre est à nouveau jeté sur l’histoire de la colonisation française, il me parait essentiel de rendre hommage à ceux qui, à l’autre bout du monde, ont cru en la France, l’ont servie souvent au début par faim, mais qui lui sont restés fidèles jusqu’au bout, simplement, sans calcul, sans jamais trahir, souvent au péril de leur vie, et par reconnaissance pour ce qu’elle leur avait apporté. Le sergent-chef  (ER) N’Guyen Van Phong est l’un d’entre eux. Il est l’un des derniers témoins vivants de ces hommes qui ont tout donné pour la France en rejoignant les rangs de la Légion étrangère au combat. Nul doute qu’en remontant la Voie sacrée, les milliers de supplétifs vietnamiens fidèles à la France, tués ou massacrés par le VietMinh communiste l’accompagneront.

Il sera entouré des pionniers et d’un carré de 11 légionnaires venant de chacune des formations de la Légion d’aujourd’hui. Cela marque la continuité de la Légion étrangère entre ses morts, ses anciens et ses jeunes, car comme l’écrivait  le chef de bataillon de Saint-Marc dans « Toute une vie » : « Le jeune engagé est porté par les ombres de ceux qui l’ont précédé. C’est dans cette invisible compagnie qu’il puise la force d’avancer la nuit. »

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère

 


Le 1REC, régiment moderne ancré dans la tradition des cavaliers étrangers au service de la France

Le mot du général COM.LE - Képi blanc N° 797

 

Le 1er REC est aujourd’hui le plus ancien régiment à l’ordre de bataille de l’armée de terre à n’avoir jamais connu, depuis sa création, ni dissolution, ni changement de nom ou discontinuité physique du jour au lendemain.

Par Saint-Antoine et par Saint-Georges !

Dans l’histoire de la Légion étrangère, tradition et modernité se mêlent dans une quête commune de l’excellence. Que ce soit lorsqu’elle adopta les compagnies montées, la cavalerie, la motorisation de ses unités, les parachutistes ou plus récemment le génie, la Légion voulut toujours atteindre le meilleur, en alliant à la tradition bien ancrée des cultes de la mission et de la fidélité à la parole donnée hérités de nos héros de Camerone, le sens de l’innovation nourri par ses réelles capacités d’adaptation aux contraintes et aux événements. Cette confrontation entre tradition et modernité ne s’est certes pas toujours faite sans heurt, mais elle a toujours été couronnée de succès. Le dossier consacré au 1er Régiment étranger de cavalerie, dans le magazine de la Légion Képi Blanc, m’amène à prendre en exemple l’histoire des légionnaires cavaliers pour illustrer ce succès du mariage légionnaire entre tradition et modernité.

90 ans après sa création, la Légion fête sa première Saint-Georges à Sousse le 23 avril 1921, mettant ainsi à l’honneur les jeunes escadrons « Emonet » et « Rapp » du 1er Régiment étranger d’infanterie, nés en septembre 1920 à Saïda. Les escadrons « Airaud » et « Landriau » sont créés à leur tour à Gafsa et Zarzis en 1921. Ces quatre escadrons formés par le 1er Régiment étranger d’infanterie, et destinés à la Tunisie, deviennent le 1er octobre 1922 (décret du 20 juin 1922) le 1er Régiment étranger de cavalerie. Ce ne sont pas les premiers cavaliers de la Légion. Au Mexique, il y avait un escadron au Régiment étranger. Puis, d’autres unités à cheval furent créées, avant d’opter principalement, dans les compagnies montées, pour le mulet qui mangeait moins et marchait plus longtemps et plus chargé dans le désert.

A sa création, ce jeune régiment possède peu de ces anciens, cadres et légionnaires, qui constituent le noyau des nouvelles unités des régiments étrangers d’infanterie et transmettent à la masse des nouveaux venus les traditions et l’expérience acquise au cours de la Grande Guerre et pendant les campagnes précédentes. Il est formé essentiellement de jeunes légionnaires, anciens cavaliers des armées étrangères, qui restent peu de temps à Sidi-Bel-Abbès, la maison mère : Russes rescapés de l’armée Wrangel bousculée par les Bolchéviques, Polonais et Baltes exilés par le nouveau partage de l’Europe, Autrichiens, Hongrois et Croates orphelins de leur Empire démantelé par le Traité de Versailles.

Il reçoit le meilleur des cadres de la cavalerie française, de métropole et d’Algérie, mais l’amalgame n’est pas simple. Le général Gaultier a connu, comme lieutenant au 3ème Etranger, cette période délicate. Il écrivit plus tard : « Quant aux officiers et à certain nombre de sous-officiers (on appelle ceux-ci les cadres blancs), ils ignorent tout (ou presque) de la Légion mais ils ont été bien choisis et leur qualité pallie cette carence, surtout dès qu’ils réalisent que toute manifestation de l’esprit cavalier (sous son mauvais aspect d’affichage de la conviction de sa supériorité) compromettait l’indispensable unité. D’ailleurs, la troupe et les sous-officiers formés au régiment, qui, malgré leur spécialisation, restent soumis à la règle générale de l’interchangeabilité entre les régiments de Légion, ne serait-ce qu’à cause des relèves de l’Extrême-Orient, prime accordée à l’ancienneté, empêchent tout déviationnisme excessif, toute sécession. Néanmoins, les conditions de l’encadrement, l’étiquette de cavalerie, nouvelle venue, l’autonomie et l’éloignement de son dépôt créé à Sousse marquent le 1er REC d’une certaine indépendance et le condamnent dans les premiers temps à ne pas être considéré comme étant tout-à-fait de la famille par les vieux corps d’infanterie, légitimes et solides gardiens de la tradition. Il semble que le commandement, à moins d’avoir péché par oubli, ait voulu lui aussi faire une distinction puisqu’il faudra attendre 1934 pour que l’inscription « Camerone 1863 » commune à tous les régiments de Légion soit inscrite sur l’étendard du 1er REC ».

Cependant, dès sa création, le jeune 1er REC a le souci de s’ancrer à la fois aux traditions des cavaliers étrangers au service de la France sous l’ancien régime, et à celles de la Légion étrangère. Le régiment du Roy, devenu en 1659 le Royal étranger de cavalerie, est l’ancêtre incontesté du 1er REC qui prend d’ailleurs sa devise « Nec pluribus impar ». Le lieutenant Jacques Weygand écrit dans son livre « Légionnaire » que le chef de corps du 1er REC accueillait les lieutenants nouvellement affectés à Sousse en les questionnant sur le combat de Camerone, et en les incitant vivement à connaître l’historique du 1er Etranger d’infanterie. Comme plus tard pour les parachutistes ou les sapeurs de la Légion, c’est avant tout le baptême du feu qui intronise la nouvelle confrérie de guerriers dans la tradition légionnaire. Trois ans après sa création, le 1er REC combat simultanément au Maroc et en Syrie. Les exploits de bravoure ne se comptent pas. Le 4ème escadron inflige aux Druses des pertes considérables et après six heures de combat les contraint à se replier en abandonnant sur le terrain plus de 200 morts et en laissant huit drapeaux. Dans le même temps, au Maroc, le 3ème escadron participe à toutes les opérations et compte dans ses rangs le premier tué du régiment, le brigadier Lubovitzscy. Les faits d’armes se poursuivent. Le REC se motorise partiellement et fait en 1932 un raid transsaharien de plus de 2500 kilomètres sur Bidon V (aujourd’hui Bordj El Moktar). Du jamais vu pour une unité de cavalerie légère. Le général Rollet dira du 1er REC : «  ce Régiment est un Monsieur ; ce Monsieur est un Seigneur. » Ses deux escadrons isolés au Maroc forment le noyau dur du 2ème REC créé en 1939. Il perd un tiers de ses hommes dans les combats pour la Libération de la France, et compte jusqu’à 18 escadrons en mai 1954.  Au début de la guerre d’Indochine, il envoie de nombreux renforts de cadres de qualité aux unités Légion d’infanterie ou parachutistes pour combler leurs pertes massives. En 1957 les deux REC passent chacun un escadron au 1er REP avec un réel souci des cadres et des hommes qu’ils sélectionnent.

L’histoire moderne du 1er REC est davantage connue ; je n’y reviens pas. C’est aujourd’hui le plus ancien régiment à l’ordre de bataille de l’armée de terre à n’avoir jamais connu, depuis sa création, ni dissolution, ni changement de nom ou discontinuité physique du jour au lendemain. L’ancrage dans la tradition allié au souci constant d’aller de l’avant pour toujours rechercher l’excellence lui a porté chance et succès. Que Saint-Antoine et Saint-Georges continuent à le soutenir dans la poursuite de sa chevauchée glorieuse !

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère (Képi-blanc Magazine N°797)


Larzac : première bougie

Le mot du général COM.LE - Képi blanc N° 796

 

L'installation de la 13 au Larzac a été un vrai défi. A ce stade, la réussite est totale, au prix d’un investissement personnel et collectif très fort.

Il y a quarante ans, lors d’une émission télévisée, le général d’armée Lagarde, chef d’état-major de l’armée de terre, répondait à une question concernant les critiques formulées à l’encontre de la Légion étrangère en ces termes :

« Il a toujours existé et il existe encore de par le monde des hommes qui sont à la recherche d’une Patrie, qui sont à la recherche d’une régénération personnelle, à la suite de difficultés sentimentales – pourquoi en sourire ?, - à la suite de difficultés politiques ou à la suite de difficultés personnelles secrètes, mystérieuses, et qui ont besoin de se replacer sur orbite. Ils choisissent pour voie préférentielle celle de l’austérité, celle de la sévérité, celle de la rigueur, celle du dévouement gratuit, la Légion. Récemment encore, les légionnaires avaient l’orgueil de dire qu’ils n’étaient sans doute pas Français par le sang reçu, mais qu’ils l’étaient par le sang versé. Alors, voilà à quoi sert la Légion… La loi interdit au gouvernement d’envoyer hors de France, en temps de paix, des soldats du contingent dans les situations de crise. Avec la Légion, la République dispose, pour ses intérêts propres ou, le cas échéant, pour des entreprises internationales auxquelles elle aurait donné sa caution, d’un instrument d’une valeur sans égale qui, au presse bouton, est capable de faire face à n’importe quelle mission, la guerre s’il le fallait, mais aussi des routes en Amazonie par exemple [...]. Voilà à quoi sert la Légion, mais elle sert aussi à donner à ceux qui n’en ont pas une Patrie, une famille, des amis, de l’espoir et une dernière chance. »


Le général Lagarde, marsouin, connaissait bien les légionnaires pour les avoir eus sous ses ordres au combat en Indochine à plusieurs reprises (unités de marche de la 13 en Cochinchine, 3ème compagnie du 3ème REI au Tonkin, 1er Escadron du 1er REC en Annam et Cochinchine).

En relisant cette entrevue, rapportée dans le Képi blanc de mai 1977, je pensais non plus aux routes construites en Guyane par la sueur des légionnaires et parfois par leur sang, mais à l’installation aujourd’hui de la 13 sur le plateau du Larzac : austérité, sévérité, rigueur et dévouement gratuit. Ces mots cités il y a 40 ans par le général Lagarde sont vécus depuis un an au quotidien par les légionnaires de la 13. Le camp du Larzac n’a jamais hébergé un régiment. Jusqu’à l’arrivée de la 13 il y a un an, c’était un camp destiné aux troupes de manœuvre, à l’hébergement, donc, rustique. La mission d’installation de la 13 au Larzac est un vrai défi : il s’agit en effet de résoudre l’équation de la construction de l’infrastructure moderne d’un régiment d’infanterie à 1200 hommes (chantier sur 6 années), soumise à la contrainte de la montée en puissance rapide des effectifs sur trois ans (2015-2018), et à celle du budget.

A ce stade, la réussite est totale. Aux qualités des légionnaires précitées, gages du succès de la montée en puissance des effectifs et de la formation de l’état-major régimentaire et des compagnies, s’ajoute la mobilisation totale de tous les acteurs de ce programme ambitieux et fédérateur. Je leur exprime à tous ma pleine reconnaissance pour le chemin parcouru, au prix d’un investissement personnel et collectif très fort : sous l’impulsion décisive de l’administration centrale dont en premier lieu l’état-major de l’armée de terre, ces acteurs sont le commandement de la zone Terre Sud-Ouest, l’ensemble des chaines zonales de commandement et de soutien, les unités des services d’infrastructure de la défense du Sud-Ouest, la base de défense de Toulouse, le groupement de soutien de la base de défense de Toulouse Castres, les organismes de l’Etat coordonnés par la préfecture de l’Aveyron et la sous-préfecture de Millau, sans oublier les nombreux acteurs des forces terrestres.

Le 1er bâtiment de compagnie (bâtiment modulaire durable) va être livré dans un mois. Deux autres suivront en août et décembre. Deux bâtiments pour cadres célibataires sont attendus au 1er trimestre 2018. L’hébergement (bâtiments en dur) devrait être terminé en 2020, et pour 2021 sont prévus le nouveau mess, la zone Scorpion, les équipements de sport et le reste… En attendant, les légionnaires de la 13 s’entrainent, se préparent, se forment, créent leurs groupes, leurs sections, leurs compagnies, et s’identifient à l’âme de la Phalange magnifique. Car il ne s’agit pas d’une agglomération d’hommes en quête d’une âme collective. Comme l’écrivait si justement le général Barail, rapporté dans le Livre d’or de la Légion étrangère de 1931, « Les corps dans l’armée ont une existence intellectuelle et morale, en quelque sorte indépendante des hommes qui les composent, et les mutations aussi nombreuses qu’on les suppose, sont impuissantes à modifier les traditions de leur berceau. Cela se conçoit du reste, puisque ces mutations sont individuelles et espacées, et puisque les nouveaux venus, fondus dans l’ensemble, prennent facilement le ton du régiment dont le fond reste immuable. »

More majorum !

Par le Général de division Jean Maurin, commandant la Légion étrangère (Képi-blanc Magazine N° 796)


Plaquette Légion étrangère - 2017


Page 1 sur 13

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3077
mod_vvisit_counterHier5065
mod_vvisit_counterCette semaine3077
mod_vvisit_counterSemaine dernière34565
mod_vvisit_counterCe mois120360
mod_vvisit_counterMois dernier136666
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/094398570

Qui est en ligne ?

Nous avons 968 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 12086
Affiche le nombre de clics des articles : 10564130
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Comle