AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size


COMLE

Éditorial...

                   Lettre...

                                 Dossier de presse...


« Légion immortelle »

Le 11 juin dernier, soit 76 ans jour pour jour après la victoire de Bir-Hakeim, dans la Cour d’honneur des Invalides, le président de la République élevait à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur le lieutenant Hubert Germain, Compagnon de la Libération, ancien des combats de la 13e DBLE à Bir-Hakeim, à El Alamein, en Tunisie, en Italie où il fut blessé, en Provence, en Franche-Comté, en Alsace et dans les Alpes. La magnifique photo de la couverture de ce Képi blanc fait plus que relater cet événement. Le lieutenant de Bir-Hakeim et celui d’aujourd’hui portent en leur regard le lien immortel qui unit la Légion étrangère et la France, et traduisent ainsi la fierté d’avoir dit un jour librement pour une cause juste : “j’y vais”

Près de cinquante années d’âge séparent ces deux lieutenants. Alors qu’il passait le concours de l’École navale, Hubert Germain rendit copie blanche et fi t le choix dès juin 1940, à 19 ans, de la passion plutôt que de la raison : “Mais enfin ?” disait le ramasseur de copies. Hubert Germain lui répondit : “Ça ne m’intéresse pas. Moi, je pars maintenant faire la guerre. Je vais essayer de rattraper d’une manière ou d’une autre les erreurs, les fautes graves que le commandement français, que le système politique français a fait subir, ses dommages.” Il franchit le pas et quelques jours plus tard, le général de Gaulle l’envoya se former dans une école d’officier, à l’issue de laquelle il rejoignit la 13, fasciné par la Légion qu’il avait côtoyée lorsqu’il était enfant au Tonkin. Brillant, il gagna rapidement l’estime de tous. Puis la reconnaissance vint au lendemain de la percée de Bir-Hakeim : “La nuit a été chaude” dit-il à un légionnaire qui lui répondit : “pas tant que ça !” Il renchérit : “Vous trouvez vraiment ?”, et le légionnaire conclut : “mon lieutenant, à la lueur des fusées éclairantes allemandes sur le champ de bataille, on voyait votre grande silhouette, y avait qu‘à vous suivre.”

La réunification de l’Allemagne et la chute du communisme dans les pays du pacte de Varsovie ouvrirent les frontières de l’Europe de l’Est à la fin des années 80 et au début des années 90. Venant d’un pays d’Europe centrale touché par ce séisme géopolitique, le lieutenant de la 13 que l’on voit sur la photo assister le lieutenant Germain, choisit également le parti de la passion en s’engageant dans la Légion étrangère, pour des motifs qui lui furent propres comme à chacun des légionnaires qui franchit ce pas : partir, libre, en âme et conscience, pour porter les armes pour la défense d’un pays qui n’est pas le sien, mais qui depuis toujours rayonne de par le monde comme la patrie de la liberté, et qui lui donne en échange une famille.

J’ai retrouvé ces deux lieutenants après la prise d’armes. De la conversation que j’ai eue avec le lieutenant Germain, je retiens ces deux phrases qu’il m’a dites avec une lucidité et une foi qui me marqueront toujours : “La Légion, c’est le début et la fin de ma vie d’adulte.” Puis : “Gardez bien la maison !” Autrement dit, l’acte de foi du lieutenant de Bir-Hakeim à la Légion d’aujourd’hui est : “La Légion est l’alpha et l’oméga de ma vie. Prenez soin d’elle.” Au caractère immortel de la Légion, est associée la mission de la faire vivre en lui gardant son âme. Non pas en figeant les choses, mais en agissant, en toute liberté, au gré des circonstances que nous ne maîtrisons pas, pour faire vivre fidèlement le prestigieux héritage légué par nos anciens. Car la Légion est une combinaison harmonieuse de stabilité et de qualités d’adaptation qui, seules, permettent d’évoluer, donc de durer.

C’est pour cela qu’il n’y a pas qu’une seule Légion figée dans son passé, et c’est aussi pour cela qu’il n’y a pas chez elle de transition brutale, de rupture avec les usages éprouvés et consacrés. C’est cet équilibre entre la tradition et le “En avant !” qui permet à la Légion de remplir avec succès les missions confiées. Car la Légion est aussi un pari gagné. C’est ce qu’écrivait le général Gaultier : “D’êtres plus indisciplinés que d’autres, puisqu’ils rompent avec le monde qu’ils ne peuvent plus supporter, elle fait la troupe la plus cohérente, la mieux tenue. Et sa discipline stricte mais volontairement acceptée par l’esprit et par le cœur, après les révoltes du début, est absolument consciente ; elle laisse à ses hommes dans la force de l’âge, de toutes origines, de tous niveaux, de toutes professions leur personnalité, le sens des responsabilités et le goût des initiatives !”

Pour que la maison soit bien gardée, soyons fi ers de l’héritage légué par nos anciens, et prêts à dire comme eux, More majorum : “En avant !” Alors, chacun se rappellera cette consigne du mémento du soldat de la Légion étrangère de 1937 : “dans ton uniforme de légionnaire, tu peux regarder tout le monde en face !”

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère

(Képi-blanc Magazine N°811)


« Camerone d’hier et de toujours ! »

“ J’ai assisté à de grandes batailles, et je suis encore dans l’étonnement. Oui, je m’étonne que de simples hommes puissent accomplir de telles œuvres. ”

 

Paroles ont été prononcées en chaire par le Père Lanusse en l’église de Saint-Augustin à Paris le 11 novembre 1890, lors de la messe dite à l’époque annuellement pour les militaires le jour de la Saint-Martin. Ayant connu les combats de Sébastopol, Malakoff, Magenta et Puebla, le Père Lanusse était, lors de ce prêche, aumônier de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Son sermon toucha à tel point un journaliste, M. Boyer d’Agen, que ce dernier lui rendit visite à Saint-Cyr, lui fi t témoigner de ses campagnes, et lui prit un manuscrit de 200 pages, écrit d’après les témoignages recueillis auprès du tambour Laï le 1er mai 1863 dans l’hacienda de Camerone. M. Boyer d’Agen fi t éditer ce manuscrit sous le titre “ les héros de Camaron ”. Le Père Lanusse dédicaça l’ouvrage avec le général Saussier, gouverneur militaire de Paris, et ancien commandant du poste isolé de Paso del Macho, situé à quelques kilomètres de Camerone. Malchanceux parce qu’il n’avait pas entendu le fracas du combat pour cause de vent contraire, le capitaine Saussier ne put porter secours aux hommes du capitaine Danjou, le 30 avril 1863. On trouve également écrit que le Père Lanusse, accompagné du colonel Jeanningros et du capitaine Saussier, s’agenouilla le 1er mai dans les décombres encore fumants de l’hacienda, et y bénit la main articulée du capitaine Danjou, par miracle retrouvée au milieu des débris incendiés de la bataille. Le dernier dimanche d’avril, le Père Lanusse ne manquait jamais d’évoquer les héros de Camerone devant les Saint-Cyriens. C’est pour cette raison que Jean des Vallières, lui-même ancien Saint-Cyrien puis offi cier de cavalerie, démissionnaire puis légionnaire, qualifia le Père Lanusse, aujourd’hui toujours adulé par les Saint-Cyriens, de premier historien de Camerone.

À ces simples hommes qui accomplirent de telles oeuvres, le colonel Milan dira : “ on ne refuse rien à des hommes comme vous. ” Le caporal Berg était l’un d’eux et reste célèbre pour son compte rendu au général Jeanningros : “ la 3e du 1er est morte, mon colonel, mais elle en a assez fait pour que, en parlant d’elle, on puisse dire : “ elle n’avait que de bons soldats ” ”. Ces simples hommes nous ont laissé un legs et un signe d’espérance que traduisit si bien le chef de bataillon Regnault dans la conclusion de son rapport sur la bataille de Camerone : “ quand l’occasion s’en présentera, son Excellence trouvera dans toutes les compagnies du Régiment étranger la même solidité que dans la compagnie de Camerone. ” Ces trois dernières années, j’avais développé dans l’éditorial du KB Camerone chacune de ces citations. Cette année, je voudrais tout simplement tenter d’expliquer en quelques mots, qu’à la Légion, si de simples hommes peuvent accomplir de telles oeuvres, c’est que chaque légionnaire, quel que soit son grade, et grâce au rituel, sent intimement l’esprit de Camerone qu’il ne peut toujours exprimer clairement.

C’est ce qu’écrivait si bien Georges Manue, cinq fois cité, et qui par trois fois s’engagea à la Légion étrangère, en 1921 lors de la guerre du Rif, en 1939 au 11e REI où il fut blessé, prisonnier puis évadé, et en 1944 au RMLE : “ Quand tout est perdu pour le légionnaire au baroud, du fond de la mémoire jaillit l’impérieux souvenir, ancré là par tant de commémorations solennelles : Camerone. Il lui dicte son ultime détermination. ” C’est bien la solennité du rite annuel de Camerone, et la tradition si vivante de son esprit, qui permettent aux légionnaires de tous grades de refaire chaque année le serment de Camerone, à leur manière, et dans leur for intérieur. Et ce, dès le premier Camerone du légionnaire qui ne comprend pourtant pas tout ce qui est dit, mais qui sent que la famille légionnaire, du plus jeune jusqu’aux morts, se rassemble. Georges Manue le mentionnait dans l’article Camerone d’hier et de toujours paru dans un Képi blanc de 1952, lorsqu’il relatait son premier Camerone trente ans auparavant au Maroc :

“ L’adjudant avait un réel prestige sur la troupe, qu’il devait à un courage connu, à une rudesse équitable et à une endurance à la fatigue dont de plus jeunes s’émerveillaient. Il était fi er de l’honneur qui lui revenait : lire le condensé du combat de Camerone. Les légionnaires écoutaient de tout leur visage tendu. Beaucoup ne comprenaient pas ces phrases françaises, concises et martelées. Tous avaient l’obscure conscience qu’ils participaient à quelque chose de religieux où le sens des termes importait peu. Le capitaine parla ensuite, bref à souhait mais accessible. Le vent, souffl ant par rafales, emportait des mots familiers : Légion, camarades, courage, discipline, fi délité, mort. Autant de graines qui lèveraient le moment venu. Les rangs rompus, nous partîmes vers les guitounes. Le repas fut bon, le vin suffi sant. Et les hommes entre eux racontaient à leur manière l’épisode de Camerone, ajoutant un fi l de leur imagination au récit, déjà tout entre-tissé de légende… ”

Dans ces lignes de Georges Manue, tout est dit de l’esprit de Camerone par ailleurs si bien décrit ultérieurement lors des cérémonies du centenaire par le général Olié, qui citait en premier l’obéissance consentie sans réserve à un chef en qui l’on a pleine confi ance parce qu’il a conquis l’estime et l’attachement de tous. Cet adjudant, il y a presque cent ans, nous donnait la route à suivre : “ courage connu, rudesse équitable, et endurance à la fatigue dont de plus jeunes s’émerveillaient ”. Je souhaite pour ce Camerone 2018 que l’exemple de cet adjudant et de ses hommes nous aide, quels que soient notre grade et notre ancienneté, “ à accomplir de telles oeuvres ”.

Joyeux Camerone !

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère
(Képi-blanc Magazine N°809)


Le général de brigade Denis Mistral, futur COMLE

https://www.legion-etrangere.com/

Le général Denis Mistral prendra le commandement de la Légion étrangère à l'été 2018.

Le général de brigade Denis Mistral, futur COMLE

Né en 1966, à Marseille, le général Denis Mistral, est saint-cyrien de la promotion Tom Morel (87 – 90). Officier de cavalerie, il est marié, et a trois enfants. Officier de la Légion d’honneur, il a la croix de la valeur militaire avec cinq citations.

Du 1er août 1991 au 31 juillet 1993, il est affecté au 3e régiment de Cuirassiers à Chènevrières, comme chef de peloton AMX 30 B2. Il effectue une mission de six mois en ex-Yougoslavie, à la tête d’une section d’appelés du contingent.

Le 1er août 1993, il est affecté au 1er régiment étranger de cavalerie, à Orange, comme chef de peloton. Il effectue une mission de 5 mois à Sarajevo en tant qu’officier adjoint d’escadron. Du 26 juillet 1996 au 27 juillet 1998, il commande le 1er escadron du 1er régiment étranger de cavalerie. Durant ce temps de commandement, il effectue une mission de deux mois à Mayotte.

Du 1er août 1998 au 31 juillet 2002, il est affecté à l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA), comme adjoint en bataillon d’élèves, puis comme chef de cellule évaluation examens. Il est stagiaire du cours supérieur d’état-major de janvier à juin 2002.

Du 1er août 2002 au 31 juillet 2003, il suit la scolarité du Joint Services Command and Staff College à Shrivenham en Grande-Bretagne.

Du 1er août 2003 au 31 juillet 2005, il est nommé chef du bureau opérations et instruction du 1er régiment étranger de cavalerie. Il effectue deux missions en République de Côte d’Ivoire, comme chef de groupement tactique Corymbe, puis comme chef des opérations du groupement tactique interarmes n°2 basé à Man.

Du 1er août 2005 au 1er août 2007, il sert à l’état-major de l’armée de Terre, comme chef de section à l’état-major opérationnel Terre. Puis, il est rédacteur au bureau « plans » jusqu’en 2008, date à laquelle il prend la fonction d’assistant militaire au général Major Général de l’armée de Terre.

De juillet 2009 à juillet 2011, il commande le 4e régiment étranger, à Castelnaudary.

Il quittera le régiment pour rejoindre la 61e session du CHEM et la 64e session de l’IHEDN, jusqu’en juin 2012.

De juillet 2012 à juin 2014, il occupe la fonction de secrétaire général de l’état-major au commandement de la Force Terrestre, à Lille. Il effectuera une mission, en tant que colonel adjoint de la brigade Serval, au Mali.

De juin 2014 à juillet 2015, il est engagé dans l’opération SERVAL, puis BARKHANE, comme représentant du COMANFOR pour le partenariat élargi.

En août 2015, il rejoint la division emploi des forces de l’état-major des armées, comme chef de bureau emploi 1.

Nommé général de brigade le 1er août 2017, il prend le commandement des éléments français au Sénégal (COMELEF).

En août 2018, il sera nommé général commandant la Légion étrangère.


L'esprit de sacrifice

https://www.legion-etrangere.com/

A l'occasion de Camerone, les lieutenants du 1er régiment Étranger se penchent sur la signification de "l'esprit de sacrifice".

Toute une histoire autour de l'esprit de sacrifice

 

Chaque année, dans les jours qui précédent la commémoration du combat de Camerone, nous nous réunissons pour faire une veillée. Ce moment ne doit pas être vu comme un énième instant de cohésion ou l’on se retrouve pour boire un coup et chanter des chants légions. C’est un moment privilégié pour réfléchir au sens de cette commémoration et pour échanger sur ce que représente pour chacun d’entre nous l’esprit de Camerone,  la notion d’esprit de sacrifice. Cet esprit de sacrifice qui a permis aux hommes du capitaine Danjou de remplir la mission qui leur avait été confié.

Face à une mort probable, les légionnaires de la troisième compagnie du régiment étranger ont prêté serment de fidélité. Et lorsque le capitaine Dannjou tombe au milieu d'eux, en exemple, il force l'admiration. Il est immédiatement remplacé par le sous-lieutenant Vilain qui tombera à son tour. L'héroïsme des légionnaires est édifiant jusqu'au dernier geste. Sous l'impulsion de leurs chefs, ils ont fait leur devoir avec une totale abnégation, dans l'acceptation du sacrifice.

Rappelons-nous l’origine de la commémoration du combat de Camerone. Ce n’est que le 30 avril 1906, soit 43 ans plus tard, que fut célébré pour la 1re fois l’anniversaire du combat de Camerone, au poste de Ta-Lung (Tonkin) tenu par 120 légionnaires commandés par le lieutenant François. Ayant appris que le drapeau du 1er Étranger avait reçu la croix de la Légion d’honneur, deux jours avant à Sidi-Bel-Abbès, le lieutenant François fit pavoiser le poste et décorer de feuillages le casernement et organisa une prise d’armes. Il passa lentement en revue le détachement pour marquer la solennité de ce jour extraordinaire. Connaissant l’histoire de son régiment, il parla à ses légionnaires avec des mots simples compris de tous pour exalter devant eux la signification de la décoration du drapeau. Ayant auparavant écouté avec attention les témoignages des anciens légionnaires ayant combattu au Mexique, de mémoire, il fit à son détachement le récit du combat de Camerone. Puis il demanda à ses légionnaires de ne jamais oublier l’exemple de leurs anciens, et de savoir, comme eux, quand il le faudra, mourir pour l’honneur du drapeau. Quand il eut terminé, il tira son sabre et fit présenter les armes au drapeau chevalier de la Légion d’honneur, comme s’il avait été là devant eux. La tradition se répandit et fût officialisée en 1936 à Sidi-Bel-Abbès avec la première présentation de la main du capitaine DANJOU. Elle fût codifiée telle que nous la connaissons aujourd’hui en 1947 par le colonel Gaultier.

Ce combat nous rappelle que la mission est sacrée. Il marque le début d’une longue et héroïque kyrielle de faits d’armes  qui ont forgés l’histoire de la Légion étrangère. L’héroïsme à la Légion n’a pas commencé et ne s’est pas terminé à Camerone. Pour mémoire :

 

23 mai 1832 : Premier fait d’arme. Premier sacrifice.

Dans les environs de Maison-Carrée, à l’Est d’Alger, une tribu rebelle s’agite une nouvelle fois. Une colonne, sous les ordres du commandant Salomon de Mussis, comprenant 27 légionnaires commandés par le lieutenant Châm et 25 chasseurs d’Afrique, patrouille dans la région. Le commandant pousse une reconnaissance avec les chasseurs et laisse les légionnaires au bivouac en réserve. Le commandant Salomon de Mussis et les 25 chasseurs d’Afrique sont attaqués par 75 cavaliers arabes. Le commandant décide de se replier mais lui et ses hommes sont rapidement submergés. Les voyant arriver, un légionnaire donne l’alerte. Le lieutenant CHÂM décide d’appuyer la retraite de ses frères d’arme. le petit détachement de légionnaire va défendre jusqu’à la mort sa position et permettre ainsi au chasseurs de rejoindre la garnison. Leurs cadavres sont retrouvés affreusement mutilés. Le lieutenant Châm est le premier officier de Légion mort au combat.

1884 TUYEN QANG

Fin novembre 1884, 12 000 combattants chinois (réguliers et Pavillons noirs), sont rassemblés à moins de 10 km de Tuyen Quang. La garnison de 598 hommes est composée majoritairement des 1re et 2e compagnie 1er bataillon du 1er Etranger (390 hommes dont 8 officiers), commandées par le capitaine Cattelin. Jusqu’à janvier 1885, les forces chinoises resserrent le siège. Les hostilités sérieuses débutent le 26 janvier. La ligne de défense des Tonkinois est attaquée ; le village annamite incendié ; les habitants se réfugient dans la citadelle. Un millier de Chinois se lancent à l’assaut. Les légionnaires du blockhaus, sous les ordres du sergent Lebon, repoussent plusieurs assauts. Le 28 janvier, les Chinois ne sont plus qu’à 100m de l’édifice. Pendant plus de 30 jours, ce sera un bombardement continu.

Le 2 mars la colonne de renfort, en tête de laquelle marchent les deux autres compagnies du 1er Bataillon (commandées par le capitaine Frauger)  accroche les Chinois à Hoa Moc, à 8 km de la citadelle. Le matin du 3, jour où la garnison est débloquée par les renforts, le légionnaire Thiébald Streibler (alsacien natif de Mertzwiller) reçoit la dernière balle mortelle, en s’interposant entre des Chinois retranchés dans l’ultime casemate tenue et le vicomte Emmanuel de Borelli, commandant la 1re compagnie. Ce dernier, dédia à Streibler ce superbe poème : "A mes hommes qui sont morts".

 

1943 DJEBEL MANSOUR

Le 5 février 1943, la 2e compagnie du 1er bataillon du 1er régiment étranger est engagée dans le djebel Mansour. Elle résiste sur ses trois points d’appui. A un moment les légionnaires sont débordés sous le poids du nombre des Allemands. Comme à Camerone, les légionnaires tombent tous les uns après les autres  et la compagnie va être anéantie.

Grâce au sacrifice du sergent Khalen, fils du célèbre adjudant-chef, qui, bien que grièvement blessé, tient en respect l’ennemi qui forme à 30m un demi-cercle autour de lui, un adjudant-chef, dix légionnaires et quinze blessés dont le commandant d’unité réussissent a  évacuer la position envahie. Quand il est tué d’une balle dans la tête, le sergent Khalen a brûlé 8 000 cartouches et changé trois fois le canon de son arme.

 

1954 DIEN BIEN PHU

Le sacrifice de milliers d’hommes qui ne fait que retarder un peu plus l’inexorable. Pourtant, les légionnaires ne renoncent pas. Dans l’impossibilité d’être relevés, ils manifestent un courage, une combativité et une résistance inhumaine. Ils n’ont de cesse que de tenter des contre-attaques sur les collines désormais fermement tenues par « les Viets ». Ils n’ont aucune chance de réussir et pourtant ils montent à l’assaut avec une bravoure incroyable. A l’arme blanche, à la grenade, ils engagent les soldats Viêt Minh au corps à corps.

Dans les postes de secours qui ne sont plus que des mouroirs sanglants où l’on manque de tout, les chirurgiens opèrent sans moyens. Plus d’anesthésiants, plus de bandages, plus rien… Les officiers en appellent malgré tout à toutes les bonnes volontés pour continuer la résistance. Et beaucoup de blessés retournent au combat. Partout dans les positions, les actes d’héroïsme se multiplient. Des actions d’anonymes, légionnaires, sous-officiers ou officiers, qui se sacrifient jusqu’à leur dernier souffle. Ils ne se battent plus pour Dien Bien Phu. Ils se battent pour leur honneur.

Des centaines de légionnaires, sachant pertinemment que la situation à Dien Bien Phu est désespérée, se portent volontaire pour être largué auprès de leurs frères d’arme Ils n’ont jamais sauté en parachute. Ce sera leur premier et dernier saut, la plupart du temps la nuit, dans la fureur des explosions et des balles traçantes. Ils n’ont aucune illusion. Ils savent pertinemment qu’ils vont au sacrifice. Beaucoup n’atteindront même pas le sol vivant… D’autres atterrissent directement dans les lignes Viêt Minh. Depuis longtemps déjà, les positions Viêt Minh sont trop resserrées et une grande partie du ravitaillement français tombe dans les mains ennemies.

 

Nous pourrions passer la soirée à citer des exemples ou la légion s’est couverte de gloire. L’esprit de sacrifice n’est pas que dans les combats, il se vit au quotidien, lorsque, comme nous, le choix d’une vocation devient celui d’une vie.

 

Qu’est-ce que l’esprit de sacrifice ?

 

L’esprit de sacrifice pour un militaire conduit  très vite, sous l’expression « sacrifice suprême », au consentement à risquer et à perdre sa vie au combat. L’idée  supposé conduirait plutôt  à comprendre « offrir sa vie » ou « donner sa vie », ce qui redonne une dimension plus positive à la notion de sacrifice, même si les conséquences peuvent être tout aussi absolues et tragiques. L’esprit de sacrifice c’est avant tout la disposition à renoncer à ses propres intérêts au bénéfice d’autrui. C’est en quelque sorte le contraire de l’égoïsme. Cet état d’esprit pousse à faire passer ses propres sentiments et préférences après ceux des autres et de l’institution. Ils impliquent aussi un savoir être et une disponibilité personnelle pesant lourdement sur nos vies et celles de nos familles.

Ainsi, la notion d’esprit de sacrifice ne saurait se réduire au consentement, à la perspective de perdre sa vie au combat. Nous ne pouvons pas adopter ce métier des armes, et surtout y persévérer, simplement pour gagner notre vie. Nous nous devons, ultimement, d’être habités par la volonté d’œuvrer pour l’autre  et d’y consacrer nos forces. Cela implique une forte conviction, un engagement résolu, une solidarité sans faille.

L'esprit de sacrifice se retrouve dans le code d'honneur du légionnaire. Il offre des repères et inspire toute la pédagogie interne à la légion étrangère. Aujourd'hui comme hier, cet esprit nous aide à atteindre des résultats incontestables quel que soit la mission et doit nous guider dans notre quotidien.

 

Par le lieutenant Philippe Soille

Camerone 2018


Edouard Philippe à Aubagne : Camerone présidé pour la première fois par un Premier Ministre

Edouard Philippe, Premier ministre - accompagné de Florence Parly, ministre des Armées, et du général d’Armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre - présidera la cérémonie du 155e anniversaire de la bataille de Camerone, demain lundi 30 avril 2018, à Aubagne.

Le combat de Camerone est le combat emblématique de la Légion étrangère ; celui qui démontre toutes ses valeurs, dont le sacrifice ultime. En 1906, en Indochine, un chef de poste créa la tradition de cette commémoration. Depuis 1936, l'anniversaire du combat du 30 avril 1863 est célébré de manière solennelle partout où se trouvent des légionnaires. A la Maison Mère d'Aubagne, le commandement de la Légion étrangère organise tous les ans une cérémonie grandiose de commémoration avec près de 5.000 invités. Presque 10 000 personnes viennent ensuite profiter des deux jours de kermesse.

Un Premier Ministre à Aubagne pour Camerone :  une première

Edouard Philippe, Premier ministre, présidera la cérémonie de la bataille de Camerone, lundi 30 avril 2018, à Aubagne. Il sera accompagné de Florence Parly, ministre des Armées, et du général d’Armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre. Pour ce 155ème anniversaire, la Légion étrangère honorera spécialement les blessés au combat, ceux qui les secourent et ceux qui les soignent.

Sous la IVème et sous la Vème République, aucun Premier ministre n'a présidé à Aubagne une cérémonie de Camerone. Edouard Philippe rend là un "bel hommage à la Légion étrangère", comme le souligne le général Jean Maurin qui fêtera son dernier Camerone à la tête de la Légion (2014, 2018) avant de quitter le service le 26 juillet 2018.


Cette année, le service communication de la Légion étrangère transmettra sur le compte Facebook de la Légion, en direct et à 360°, l'ensemble de la cérémonie, à partir de 9h30.

Camerone dans les régiments de la Légion

Au Fort-de-Nogent, le Groupement de recrutement de la Légion étrangère (GRLE) fêtera exceptionnellement Camerone le 1er mai. En effet, le lieutenant-colonel Yann Doutey recevra des mains du chef d’état-major de l’armée de Terre, à Aubagne ce 30 avril), le drapeau du 11ème REI, dont il aura désormais la garde. Créé dans l’urgence en  novembre 1939, il est intégré, au mois d’avril suivant, à la 6ème division d’infanterie nord-africaine (DINA) où il est chargé d’interdire l’avance allemande. Le 18 juin 1940, le poste de commandement du régiment est installé dans le bureau de poste de Saint-Germain-sur-Meuse (Meuse). L’encerclement est imminent. Il est 20h30. Le régiment a ordre de tenir la position jusqu’à 22h. Afin d’éviter que le drapeau ne tombe dans les mains des Allemands, le commandant prend la décision de le brûler. Le lieutenant-colonel Yann Doutey recevra donc, ce 30 avril, un nouveau drapeau qui sera présenté le lendemain, à Nogent.

A Calvi, le 2ème REP commémorera également le 40ème anniversaire de l’opération Bonite (mai 1978),au cours de laquelle les légionnaires parachutistes ont sauté sur Kolwezi pour délivrer des otages européens retenus dans cette ville minière par des rebelles katangais. Cette commémoration se fera le 30 avril du fait de la future projection du régiment sur l'opération Barkhane.

Les régiments Légion de la 6ème BLB, actuellement en opérations sur tous les territoires (CHAMMAL, BARKHANE, SABRE, etc.), feront un "petit" Camerone intimiste.


« Soldats, savants, serviteurs »

En échos au thème qu'elle a choisi pour l'année 2018 " tu n'abondonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés ", la Légion étrangère souhaite honorer pour la cérémonie de Camerone à Aubagne ceux qui au combat, hier comme aujourd'hui, ont été blessés, et ceux qui ont secouru et soigné leurs frères d'armes meurtris dans leur chair, répondant ainsi au cri du coeur du dernier carré des légionnaires de Camerone qui, chaque année le 30 avril résonne en nous sur nos places d'armes comme un commandement : " nous nous rendons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ".

La garde de la main du capitaine Danjou

J’ai désigné le médecin-colonel (er) Rondy comme porteur de la main du capitaine Danjou. Dans l’histoire des commémorations de Camerone, ce sera la deuxième fois que cet honneur revient à un médecin, 44 ans après le médecinaspirant Sebileau. Soldat au Régiment de marche du Tchad pendant la campagne de France et d’Allemagne en 1944 et 1945, médecin-lieutenant au 1er BEP pendant toute la bataille de Dien-Bien-Phu, prisonnier du Vietminh, blessé à trois reprises, le médecin-colonel (er) Rondy a consacré sa vie aux autres, y compris à la retraite où depuis de nombreuses années il aide ses camarades dans leurs démarches administratives relatives aux pensions, à la réforme, à l’invalidité.

Il sera entouré de deux maréchaux de la Légion : l’adjudantchef (er) Ruiz, qui connut la captivité en Indochine, et l’adjudant-chef (er) Ende, qui fut blessé à plusieurs reprises en Algérie. Derrière eux, marcheront l’adjudant-chef (er) Lemonon, infi rmier confi rmé par de nombreuses opérations extérieures, le caporal-chef Jerabek, jeune auxiliaire sanitaire médaillé militaire, et l’ex légionnaire de 1re classe Hoareau, grièvement brulé lors de l’opération intérieure Harpie en Guyane en 2013.

Cette garde de la main du capitaine Danjou est là pour nous rappeler la solidité du lien étroit qui unit les équipes médicales et les blessés.

 

des soldats et des savants

Médecins, infirmiers et auxiliaires sanitaires sont, comme le disait le duc d’Orléans, brillant général de l’armée d’Afrique, “des soldats et des savants”.

Soldats, ils le sont comme leurs frères d’armes avec lesquels ils supportent fatigues, souffrances et dangers de la guerre. À la Légion, le dévouement engendre le dévouement. Au cours des guerres que la Légion a connues, et aujourd’hui en opération extérieure, ce même dévouement les anime : 21 médecins sont morts pour la France dans les rangs de la Légion, et l’avant-dernier des offi ciers dont le nom est inscrit sur les murs de la crypte à Aubagne était médecin au 2e REP.

Quant aux infirmiers et auxiliaires sanitaires tués au combat, on ne saurait les dénombrer. Savants, ils le sont par le courage au service du savoir et de l’esprit de recherche et d’observation. Les progrès du soutien médical opérationnel sont en effet souvent obtenus par l’esprit d’innovation des équipes médicales régimentaires. J’ai consacré un éditorial aux blessés (Honneur et respect au courage malheureux, KB 781). Je souhaite que ce Camerone soit pour eux la marque de notre gratitude pour leur sacrifice, et qu’il représente un signe tangible d’espérance.

Le hasard fait que dans ce même numéro de KB sont annoncés les noms du porteur de la main du capitaine Danjou et de ses accompagnateurs, et est relaté le départ du Père Lallemand. À cette garde de serviteurs composée d’un médecin, d’un infirmier, d’un auxiliaire sanitaire, d’anciens prisonniers ou blessés, répond en écho notre fidèle aumônier, soldat et serviteur qui aime à dire : “celui qui veut être le plus grand, qu’il se fasse serviteur des autres”. Padre, cette garde vous a entendu !

 

Monsieur Légionnaire vous dit : “Merci !”

Je souhaite terminer cet éditorial en rendant hommage aux médecins de Légion, en citant le docteur Bonnette qui écrivait au lendemain du centenaire de création de la Légion étrangère, non sans une pointe d’humour :

“le médecin de Légion doit réunir, à un bon savoir professionnel, des qualités physiques et morales bien trempées. Il doit avoir une certaine habitude de la troupe et des notions assez étendues sur les maladies exotiques… qu’il sera un jour appelé à traiter et à combattre…

Soumis au déplacement de ces bataillons d’assaut, il est désirable qu’il soit célibataire, robuste, dans la force de l’âge, expérimenté, dévoué, d’une riante intrépidité à la française qui lui fasse mépriser le danger et secourir les blessés sous les balles de l’ennemi… Il doit être vigoureux, d’aspect agréable, de tenue correcte, montant bien à cheval, d’un abord franc et courtois, les interrogeant avec calme, ne proférant jamais une parole malsonnante, ne faisant jamais un geste déplacé, sachant excuser certaines fatigues, certains embarras gastriques…

La sévérité doit être réservée aux meneurs, aux simulateurs, qui, s’ils ne sont pas évincés dès le début, exploitent leurs ruses et empoisonnent le service médical. La bonté n’exclut pas la fermeté… Pour apprécier les légionnaires, il faut les connaître, vivre au milieu d’eux, les voir à l'œuvre et les aimer.”

Docteurs, infirmiers, auxiliaires sanitaires, blessés, Padre ! Monsieur Légionnaire vous dit : “Merci !”

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère
(Képi-blanc Magazine N°808)


Les képis blancs déployés dans les opérations

La montée en puissance des effectifs de la Légion étrangère est quasiment achevée et la Légion étrangère vient d’entrer dans un cycle de projection en opération extérieure. Les képis-blancs seront donc présents cette année dans la plupart des opérations : ils sont prêts !

 

« D’autres s’installent, vous m’avez dit de marcher ». Ces paroles du capitaine Bourgin, commandant de compagnie au 2e REP tué au combat le 1er mars 1959 au douar Ouillen en Algérie, sont extraites de sa célèbre prière retrouvée sur lui à sa mort. Hier comme aujourd’hui, elles illustrent parfaitement la vie du légionnaire, dont la tâche quotidienne est faite d’entrainements, de gardes, d’opérations, d’attentes, de formations, au rythme des activités de son régiment.

 

 

La montée en puissance des effectifs de la Légion étrangère est quasiment achevée

 

Après trois années marquées par la montée en puissance des compagnies supplémentaires et de la 13e DBLE, dans un contexte de forte participation à l’opération Sentinelle, les unités de Légion étrangère stationnées en métropole, dans leur majorité, vont marcher de par le monde en retrouvant les projections et opérations extérieures.

La montée en puissance des effectifs de la Légion étrangère est quasiment achevée à l’heure où sont écrites ces lignes. En effet, la 5e compagnie de la 13e DBLE se met actuellement sur pied et réalise pour ses jeunes légionnaires ses formations d’infanterie internes. Cette compagnie, dernière-née de la montée en puissance, sera pleinement opérationnelle cet été, soit 30 mois après l’arrivée du harpon de la 13 au Larzac, en janvier 2016. C’est l’ultime étape de la manœuvre de montée en puissance qui a fait gagner à la Légion en 3 ans environ 2000 hommes, et qui a bénéficié aux régiments opérationnels de métropole, grâce à l’appui de tous, animés par le culte du caractère sacré de la mission. Pour autant, cette montée en puissance, réalisée pour les effectifs, ne sera pleinement achevée que lorsque tous les spécialistes et gradés nécessaires à ce nouveau format seront formés. C’est désormais l’enjeu de l’année 2018, qui voit l’effort soutenu de formation du 4e RE se reporter des compagnies d’engagés volontaires vers la compagnie d’instruction des cadres et la compagnie d’instruction des spécialistes.

 

La Légion étrangère vient d’entrer dans un cycle de projection en opération extérieure

 

La Légion étrangère vient d’entrer dans un cycle de projection en opération extérieure, à travers ses régiments appartenant à la 6e BLB et la 11e BP. Ce cycle a été inauguré par deux escadrons du 1er REC et une compagnie du 1er REG, rentrés récemment en France de l’opération Barkhane et de Djibouti. C’est heureux, car la Légion a été, est et restera une troupe combattante, composée d’étrangers, au service de la France, qui n’attendent qu’une chose : partir au baroud. Le processus actuel de projection de l’armée de terre, conjugué à la réduction conjoncturelle des opérations extérieures, ne permettra malheureusement pas à tous nos régiments d’être déployés en unités constituées. Le nombre des zones de déploiement, l’éclatement et l’articulation des unités sur le terrain exigeront donc subsidiarité, exemplarité, intelligence de situation et initiative à tous les échelons.

Cette reprise du cycle des opérations extérieures, tant attendue, est la bienvenue ! Les régiments s’y préparent avec rigueur et détermination, tout en poursuivant l’opération Sentinelle sur le territoire national, et en maintenant l’effort sur les formations internes ou à Castelnaudary, qui sont le garant des succès de demain. Ce rythme d’activités est très exigeant pour les régiments, mais c’est le prix que doit payer une troupe de métier comme la Légion étrangère, pour remplir More majorum toutes les missions qu’exige la France, sur son sol ou à l’étranger.

 

 

Ils sont prêts

L’état-major tactique du 1er REC et un escadron vont partir en opération au Liban. D’autres unités ou pelotons du Royal Etranger s’apprêtent à partir en Côte d’Ivoire, à Barkhane, en Nouvelle-Calédonie. Le 2e REP relèvera en juin la 13e DBLE actuellement en opération au Sahel avec son PC, les 1ère et 2e compagnies et une compagnie VBCI du 2e Etranger. En Irak, le PC du 1er REG participe à l’opération Chammal. Ce régiment envoie des unités et détachements à Barkhane, en Nouvelle-Calédonie, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Liban. Le 2e REI fournit également actuellement la compagnie d’infanterie du DLEM, un détachement en Irak, et s’apprête à projeter une unité en Martinique et des détachements au Burkina-Faso et aux Emirats arabes unis.

Vous aurez dans les prochains numéros de Képi blanc des nouvelles de ce kaléidoscope des unités en opération extérieure.

Sur le volet des opérations intérieures, le 3e Etranger voit s’accroître sa participation aux opérations Harpie et Titan : une compagnie tournante supplémentaire devrait le rejoindre prochainement pour un mandat. La participation du DLEM aux missions de lutte contre l’immigration clandestine est également croissante. Et en métropole, le 2e REG, rentré du cycle de projection en opérations fin 2017, renchaine sur un cycle Sentinelle.

Les képis blancs seront donc présents cette année dans la plupart des opérations menées aujourd’hui par l’armée de terre. Souhaitons-leur un plein succès dans leurs missions. Ils sont prêts, car comme leurs anciens, ils se sont entrainés avec rigueur pour être à la hauteur de l’héritage légué. Car tant dans le cadre de la montée en puissance et de la formation que dans celui de la projection : « La mission est sacrée, tu l’exécutes jusqu’au bout, et s’il le faut, en opérations, au péril de ta vie. »

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère

(Képi-blanc Magazine N°807)


Au revoir Padre !

 

Au revoir Padre ! "60 ans au service de la France, 55 ans au service de l'Eglise ! 23 ans au service de la Légion ! Soldat et prêtre"... le Père Lallemand, est fait Légionnaire d'honneur avant de nous faire ses adieux empreints d'humilité.

60 ans au service de la France, 55 ans au service de l’Eglise, 23 ans au service de la Légion

 

C’est dans cette salle d’honneur du musée de la Légion étrangère, que sont accueillis chaque semaine selon un rite immuable les jeunes engagés volontaires en partance pour Castelnaudary, quatre mois plus tard ces mêmes engagés devenus légionnaires lorsqu’ils sont affectés dans leur régiment, et ces mêmes légionnaires aguerris par cinq à quarante années de service lorsqu’ils disent Au revoir à la Légion à quelques heures de leur retour à la vie civile. C’est donc dans cette même salle d’honneur que nous avons choisi de vous dire Au revoir, Padre, notre Padre. Vous ne vouliez pas faire de bruit en nous quittant, mais nous ne voulions pas que vous partiez dans l’indifférence. Dans la sobriété de cette salle d’honneur qui lui donne toute sa solennité, nous tenons à vous exprimer toute notre reconnaissance pour ce que vous nous avez apporté. Nous, c’est la maison mère de la Légion étrangère bien sûr, mais ce sont aussi toutes ces têtes qui vous sont familières et qui représentent les régiments, les anciens, les familles et les amis qui vous sont si chers. Ces têtes présentes autour de vous, mais aussi tous ces visages des légionnaires qui sont passés par cette salle d’honneur.

60 ans au service de la France, 55 ans au service de l’Eglise, 23 ans au service de la Légion. Soldat et prêtre. Padre, vous êtes un homme de courage et un homme de foi, qui avez mis en pratique chaque jour cette citation du curé d’Ars, qu’aimait tant rappeler le Père Hirlemann, au point qu’il la fit graver dans l’église de Puyloubier : “on n’a rien fait tant qu’on n’a pas tout donné.”

Il est difficile de dissocier chez vous le soldat du prêtre, tant dans votre vie les vertus de l’un se sont nourries de celles de l’autre. C’est d’ailleurs ce qu’écrivit si bien l’un de vos chefs de corps, recevant un jour la redoutable mission de vous noter, et qui trouva cette phrase salvatrice, mais sonnant ô combien juste : « la sainteté est entrée dans la Légion. »

 

Il est difficile de dissocier chez vous le soldat du prêtre

 

Soldat, vous l’avez été, d’abord par le service des armes puisque comme chef de commando de chasse en Algérie, vous avez été cité à deux reprises. Soldat, vous le resterez comme aumônier militaire, en ayant troqué votre arme pour votre service quotidien des plus humbles, par votre présence rassurante et par le gain de deux autres citations. A cette bravoure du soldat, vous avez joint à maintes reprises le courage de l’engagement, physique et moral. En accueillant sur le port de Marseille sous la huée des dockers, une quarantaine de harkis et leurs familles, de la section de l’un de vos frères qu’il réussit, malgré tous les barrages, à envoyer en France, et donc, à sauver de l’assassinat par le FLN. Cela vous valut, par la pleutrerie d’un préfet et d’un évêque, d’être ordonné avec six mois de retard, non pas traditionnellement dans la cathédrale du diocèse comme vos amis séminaristes, mais en catimini dans votre village du Poitou.

Une des grandes vertus du soldat est la patience. Vous avez dû attendre six ans de sacerdoce pour rejoindre l’aumônerie militaire, que vous désiriez tant, car cette affection pour ces harkis, pour nos soldats et pour l’Algérie où l’un de vos frères y est mort pour la France, était alors punie.

En septembre 1970, vous accédez à l’aumônerie militaire, auprès des chasseurs alpins de Chambéry et de Bourg Saint-Maurice. Puis en 1972, ce sont les parachutistes du 3e RPIMa et en 1975 la Corse, principalement au sein de nos deux régiments de Légion qui y sont stationnés à Calvi, Corte et Bonifacio. Vous enchainez les missions, les exercices et les opérations en Corse, en Guyane, à Kolwezi, à Djibouti, et aux Comores. Mais ce que retiendront d’abord les légionnaires, c’est votre présence quotidienne auprès d’eux, à l’ordinaire quand vous servez la soupe, lors des marches et des manœuvres où vous donnez d’abord aux autres la nourriture que vous portez, lors des 8000 TAP, lors des 1er sauts des jeunes légionnaires. Vous êtes celui « qui ne parle pas comme les autres » disent les légionnaires. C’est vrai, l’aumônier ne donne pas d’ordre, mais vous êtes là, dans l’épreuve, dans la difficulté ou dans la solitude de ces légionnaires qui vous adoptent déjà comme l’un des leurs.

En 1981, vous quittez une première fois la Légion pour Pau et son 1er RCP que vous accompagnerez dans la douleur et dans l’épreuve du lâche attentat de Drakkar en octobre 1983 au Liban, alors que vous venez d’être nommé aumônier du groupement aéroporté à Albi, auprès du 3e RPIMa de Carcassonne. Puis c’est le Tchad, la Nouvelle-Calédonie, et la République centrafricaine. Vous quittez l’uniforme en 1986 et retournez au Tchad, pour 10 ans au service des chrétiens de l’armée tchadienne. Vous y côtoyez la misère, et le dénuement vous renforce dans votre foi au service des plus petits.

 

La sainteté est entrée dans la Légion

 

Montpellier, Castelnaudary, Aubagne, et aujourd’hui nos anciens de Puyloubier et d’Auriol. Le grand soldat bien connu de tous est aussi le saint prêtre qui déjeunait à l’ordinaire chaque dimanche avec les tous jeunes engagés volontaires en partance pour Castelnaudary, qui marchait avec eux pour qu’ils gagnent leur képi blanc, qui accompagnait les jeunes officiers en formation, qui aujourd’hui toujours conseille et réconforte ceux qui le souhaitent, qui visite les blessés, les malades et les anciens, qui marie, baptise, pardonne, enterre et absout.

Padre, vous aimez à dire « autre celui qui sème, autre celui qui récolte ». Soyez persuadé qu’en ces 60 années au service de notre pays, ce que vous avez semé auprès des plus humbles a déjà porté du fruit. La communauté légionnaire vous en remercie. Elle vous souhaite une bonne retraite partagée entre votre famille dans le Poitou et vos frères moines de Ganagobie. Elle souhaite vous exprimer sa reconnaissance d’une manière toute particulière : vous élever à l’honorariat. Vous ne rejoignez pas le millier de légionnaires de 1ère classe d’honneur, ni la centaine de caporaux d’honneur, mais la dizaine de légionnaires d’honneur que compte dans son histoire la Légion étrangère, car comme le dit l’Écriture « celui qui veut être le plus grand, qu’il se fasse serviteur des autres ». Vous avez été le serviteur de Monsieur légionnaire. Il vous dit merci, légionnaire Lallemand.

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère

Discours du 15 février 2018, à Aubagne


Tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés...

Le dernier article du Code d’honneur du légionnaire est le thème choisi par la Légion étrangère pour l’année 2018. Par ce choix, en ce centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, la Légion veut se souvenir de ses morts, soutenir ses blessés, et être digne de l’héritage légué.

Tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés...

2018 Souvenons-nous de nos morts.

 

“Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.” Le maréchal Foch nous incite à nous rappeler le sacrifice de nos Poilus.

En 1918, un an après avoir été décoré de la croix de la Légion d’honneur et reçu, pour la 1re fois, la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur, le Régiment de marche de la Légion étrangère, aux ordres du lieutenant-colonel Rollet, est décoré de la médaille militaire pour ces faits d’armes héroïques :

- le 26 avril, au Bois de Hangard, il brise la marche des Allemands sur Amiens. Perdant plus de 800 des siens il obtient sa 7e palme ;

- fin mai, il contient les assauts de l’ennemi sur ses positions de la Montagne de Paris ;

- le 12 juin, il anéantit les efforts d’une division allemande tout entière à Amblény et Saint-Bandry ;

- en juillet, à l’Est de la forêt de Villers-Cotterêts, en offensive et avec l’appui des chars Renault, il fait 450 prisonniers. Perdant 780 hommes, il obtient sa 8e palme ;

- le 14 septembre, après 12 jours d’une lutte épique qui lui permet d’ouvrir une large brèche dans l’un des secteurs les mieux organisés de la défense en profondeur allemande, il rompt la Ligne Hindenburg sur le plateau de Laffaux, capturant un régiment allemand entier, le célèbre Kronprinz Wilhelm. 275 légionnaires tombent au feu, 1 118 sont blessés. Le RMLE reçoit sa 9e palme à sa croix de guerre.

Il y a 75 ans, en 1943, les légionnaires combattent en Tunisie. Près de 400 légionnaires y meurent au combat pour la France.

1948 est l’année de la création des Bataillons étrangers de parachutistes. Le 1er mars 1948 à Dalat, la 13 perd pour la 2e fois son chef de corps au combat, le lieutenant-colonel Brunet de Sairigné. Le 25 juillet, la 2e compagnie du 3e étranger fait Camerone à Phu Tong Hoa face à 5 000 Vietminh.

Le 29 mai 1958, un autre Soleil meurt au combat : le lieutenant-colonel Jeanpierre, commandant le 1er REP, “le soldat type, le soldat pur, qui a vécu et est mort en légionnaire, avec valeur et discipline, dans l’honneur et la fidélité” dira de lui le général Gardy dans l’éloge funèbre.

20 ans plus tard, le 19 mai 1978, les légionnaires parachutistes sautent sur Kolwezi. Le sergent-chef Daniel, le caporal-chef Alliou, les caporaux Arnold et Harte, le légionnaire Clément y meurent pour la France. Vingt sont blessés.

Il y a 25 ans, en 1993, les légionnaires interviennent au sein de la FORPRONU et de l’APRONUC. Y meurent pour la France le légionnaire Benko, du 2e REP, le 12 février à Sarajevo, et le caporal-chef Curum, du 6e REG le 12 juin au Cambodge.

à tous ces morts des années anniversaires ou jubilaires, associons leurs 40 000 frères d’armes morts pour la France en servant la Légion étrangère. Souvenons-nous en particulier de ceux du 11e REI : 2 300 en quelques semaines de combat en mai juin 1940 ! En 2018, un honneur particulier leur sera rendu puisque, par décision du CEMAT, la garde du drapeau du 11e REI va être confiée au Groupement de recrutement de la Légion étrangère.

 

2018 Soutenons nos blessés.

 

Depuis toujours, la Légion étrangère prend soin de ses blessés. Dès ses débuts, en 1833, elle met en place en Algérie des centres de repos pour accueillir ses nombreux malades et blessés au cours des différentes batailles. En 1934, ému lorsqu’il débarque un jour à Marseille par l’errance d’anciens légionnaires médaillés, cités, blessés, le général Rollet crée la Maison du légionnaire d’Auriol. Dans le même temps, d’anciens légionnaires aident, de leur propre initiative, leurs camarades après leur réforme. En 1954, la Légion étrangère fonde le domaine du capitaine Danjou, à Puyloubier, et y installe l’Institution des invalides de la Légion étrangère pour l’accueil des nombreux blessés d’Indochine, puis d’Algérie.

En 2010, dans ce même esprit de solidarité et de gratitude, le général Alain Bouquin, commandant la Légion étrangère, instaure une journée des blessés afin d’imposer aux régiments de Légion, au-delà de leur rythme d’opérations et d’entraînements, un moment privilégié pour penser à ceux qui, venus de loin, portent dans leur chair les marques de leur courage, de leur loyauté et de leur détermination au service de notre pays. Est également créée la Commission de suivi des blessés de la Légion étrangère (CSBLE), qui met en place la structure d’un conseil de famille qui veille sur les siens.

Le parcours du légionnaire blessé s’inscrit pleinement dans celui de l’armée de Terre, voulu par le CEMAT. Il agit en étroite liaison avec le Service de santé des armées et les autres organismes compétents. La Légion étrangère apporte, en amont, mais aussi dans la longue durée, un appui complémentaire qui intègre la spécificité des militaires servant à titre étranger. La journée des blessés, voulue par le CEMAT à la date anniversaire de la bataille de Solférino, est dédiée à ceux qui ont été meurtris dans leur chair, pour le service de la France. Que cette journée du 23 juin leur donne courage et espérance.

 

2018 Tenons nos armes à la main.

 

Le code d’honneur du légionnaire oblige. Particulièrement ce dernier article des devoirs du légionnaire au combat, cité en titre, et qui s’achève d’ailleurs par “ni tes armes” !

L’année 2018 sera riche en déploiements extérieurs, tant attendus après trois ans d’opérations intérieures, de montée en puissance, et de préparation opérationnelle.

Aujourd’hui, les légionnaires ont à cœur d’être toujours prêts à dire ce que répondirent, en 1960 après le combat de Beni-Smir, leurs anciens de la 1re compagnie portée du 2e étranger aux pilotes d’hélicoptères admiratifs de la bravoure légionnaire : “ on a fait ce qu’on nous a appris dans ce cas-là, avec efficacité. Notre boulot, quoi, jusqu’au bout. On est légionnaires ! ”

 

Bonne année 2018 à tous !

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère

(Képi-blanc Magazine N°806)


Page 1 sur 15


Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 129

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/templates/ja_purity_ii/html/pagination.php on line 135

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui406
mod_vvisit_counterHier2259
mod_vvisit_counterCette semaine2665
mod_vvisit_counterSemaine dernière12892
mod_vvisit_counterCe mois26717
mod_vvisit_counterMois dernier69023
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095730064

Qui est en ligne ?

Nous avons 560 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques


Warning: Creating default object from empty value in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/modules/mod_stats/helper.php on line 77

Warning: Creating default object from empty value in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/modules/mod_stats/helper.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /home/httpd/a/a/l/aaleme/www.aaleme.fr/modules/mod_stats/helper.php on line 106
Membres : 17
Contenu : 12994
Affiche le nombre de clics des articles : 13131319
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Comle