AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2014


The Incredible Saga of OSS Col. Peter J. Ortiz in World War II

Envoyer

http://www.defensemedianetwork.com/

By - July 20, 2014

Capt Ortiz Navy Cross

One U.S. Marine assigned to covert activities in Europe with the Office of Strategic Services (OSS) was Capt. Peter J. Ortiz, who was twice decorated with the Navy Cross. Here he receives his first Navy Cross from Adm. Harold R. Stark in London, U.K. Photo courtesy of Dick Camp

Approximately 80 officers and 200 enlisted men from the Marine Corps served in the Office of Strategic Services (OSS) during World War II. In that group was one of the most decorated Marines in World War II and the most decorated member of the OSS, Col. Pierre “Peter” Julien Ortiz, U.S. Marine Corps Reserve, whose military career actually began in the French Foreign Legion. Tall, handsome, urbane, and sophisticated, Ortiz spoke 10 languages and was fluent in several, including French and Arabic. His decorations include two Navy Crosses, the Legion of Merit with Valor device, two Purple Hearts, the Ouissam Alaouite, five Croix de Guerre, the Croix du Combattants, the Médaille des Blesses, the Médaille des Evadés, the Médaille Colonial, Chevalier of the Légion d’honneur, and Order of the British Empire, among others. His exploits during the war combined aspects of Errol Flynn, Chesty Puller, and James Bond.

Ortiz was born in New York City in 1913 to an American mother and a French-Spanish father who was prominent in the French publishing industry. After a childhood spent in Southern California, his father sent Peter and his older sister, Inez, to French boarding schools to complete their education. Despite achieving good grades, Ortiz was bored with college, and in 1932, at age 19 and craving adventure, he enlisted in the French Foreign Legion. He found the adventure he sought in the Moroccan Rif, where he earned his first two Croix de Guerre fighting Rif Berbers.

Discharged in 1937 with the rank of sergeant, he returned to Southern California, where he worked in Hollywood as a technical adviser on war films. With the outbreak of World War II in 1939, Ortiz re-enlisted in the Legion and was commissioned a lieutenant. Wounded and captured by the Germans during the Battle of France in 1940, he successfully escaped after about a year-and-a-half as a POW, and eventually made his way back to the United States. Ortiz offered his services to the U.S. Army Air Corps, who promised him a commission. But impatient over the delays in processing his paperwork, on June 22, 1942, he enlisted in the Marines.

Operation Union II team Ortiz

The Operation Union II team the day after the jump into occupied France, Aug. 2, 1944. From left: Sgt. John Bodnar, Maj. Peter J. Ortiz, Sgt. Robert LaSalle, Sgt. Fred Brunner, Capt. Frank Coolidge, and Sgt. Jack Risler. All except Coolidge were Marines. Photo courtesy of Laura Lacey

His presence in formation for the first time at Parris Island became a learning moment for everyone present when the drill instructor (DI) balefully noticed the decorations on recruit Ortiz’s chest. Two weeks after the DI had vocally satisfied his curiosity regarding the identity and provenance of said decorations, the Parris Island commander was writing to the commandant of the Marine Corps requesting confirmation of Ortiz’s service in the French Foreign Legion, noting Ortiz was a “unique new recruit” with “knowledge of military matters … far beyond that of a normal recruit” and recommended that Ortiz receive a commission. On Aug. 16, Ortiz was commissioned a second lieutenant in the Marine Corps, retroactive from July 24, 1942.

With the outbreak of World War II in 1939, Ortiz re-enlisted in the Legion and was commissioned a lieutenant. Wounded and captured by the Germans during the Battle of France in 1940, he successfully escaped after about a year-and-a-half as a POW, and eventually made his way back to the United States.

Initially, he was assigned as an assistant training officer at Camp Lejeune. Two months later, Ortiz was sent to the New River Parachute Training School. Having previously completed parachutist training in the Legion and with 154 jumps under his belt, Ortiz took his re-education with good humor, later saying, “The Legion had its way and the Marine Corps had the right way; I never minded jumping. Airplane travel always made me sick, so I was happy to jump out.”

In the wake of the successful Allied landings in French Northwest Africa in Operation Torch, because of his language skills and Légionnaire’s experience in the region, Ortiz received a promotion to captain and assignment to the OSS. On Jan. 13, 1943, he arrived in Morocco officially as assistant naval attaché and Marine Corps observer, Algiers. But that was just a cover. His real assignment was that of a member of an OSS team working with Britain’s Special Operations Executive (SOE) along the Tunisian border in Operation Brandon.

In War Report of the OSS, the official history of OSS operations in World War II, Kermit Roosevelt wrote, “Participation in this British operation constituted the first OSS experience in sabotage and combat intelligence teams in front areas and behind enemy lines. That the jobs actually done by the handful of OSS men who joined in the SOE Tunisian campaign were not typical of future activity was due as much to the exigencies of the battle situation as to the misunderstanding of their function by the British and American Army officers whom they served.” In other words, instead of collecting intelligence and conducting sabotage, the teams were sent on reconnaissance missions and ordered to find and kill Germans.

In February, Ortiz was in Gafsa when the Battle of Kasserine Pass was launched. During the action Ortiz literally found himself traveling all across the battlefield. He witnessed the panicked flight of American soldiers during the opening hours of the German offensive, briefly fought with an armored reconnaissance unit from the British Derbyshire Yeomanry, then linked up and fought with elements of the American 1st Armored Division. Upon crossing paths with an old Légionnaire friend who was now a captain, Ortiz attached himself to his friend’s unit and fought a desperate action near Pichon.


Un ultime rempart contre l'oublie

Envoyer

Samedi 27 Décembre 2014

Ancien officier dans les parachutistes et la Légion étrangère, le général Bernard Jean met toujours un point d’honneur à venir saluer, à Sainte-Ménehould, ceux qui sont tombés pour la France.

Le général Jean, aux côtés de Michel Glasko, le président des anciens combattants, est toujours présent aux cérémonies commémoratives de Sainte-Ménehould, comme ici le 5 décembre lors de la journée d’hommage aux morts en Afrique du Nord.

J ’estime normal d’honorer la mémoire de ceux qui sont morts pour la France en exécutant des missions confiées par le pouvoir légal ». En quelques mots, Bernard Jean explique pourquoi il est présent, aux côtés des anciens combattants et des porte-drapeaux, à toutes les cérémonies commémoratives qui se tiennent à Sainte-Ménehould. « Georges Clemenceau disait  : Les morts ont un droit sur nous. Un de ces droits et de leur rendre hommage, car une nation a besoin de racines. Mais d’une façon générale, le devoir de mémoire qu’on proclame partout n’est pas toujours honoré. Cela vient peut-être du fait qu’il y a trop de manifestations ».

Qu’importe le nombre, le général Jean (83 ans) répond toujours présent. Comme il le fit pour son pays entre 1954, année de son entrée au 14 e  régiment de chasseur parachutistes et 1995. Rien ne prédestinait pourtant ce fils d’un agent du trésor à embrasser une telle carrière. « Je suis né en 1931 dans l’Aisne près de Soissons, commence par raconter Bernard Jean. Après avoir été en poste à Vertus puis Mourmelon-le-Grand, mon père est arrivé à Sainte-Ménehould en 1935. Enfant, j’étais scolarisé à Saint-Charles, puis à l’école communale de la rue Camille-Margaine. Ensuite j’étais au collège puis au lycée Chanzy ». Une jeunesse qui sera marquée par la Seconde Guerre mondiale, obligé qu’il est avec sa famille de fuir l’Argonne.

L’exode de 1939

« En 1939, nous sommes allés nous réfugier dans l’Aisne, se souvient le militaire à la retraite. Puis, devant l’avancée de l’armée allemande, nous sommes partis dans le Lot chez mes grands-parents paternels. Mon grand-père avait fait Verdun et il était stupéfait par l’ampleur de la défaite. Mon père avait été fait prisonnier en Normandie. Quand l’armistice a été signé en 1940, il a été libéré pour retourner travailler dans l’administration ». La famille rentre ainsi à Sainte-Ménehould.

Une période de sa vie qui va profondément marquer le jeune Bernard. « Comme beaucoup d’enfants de cette génération, j’ai vu la France battue. On se disait que si ça devait recommencer, il faudrait défendre le pays ». C’est donc par conviction qu’il prépare son entrée à Saint-Cyr au lycée Hoche de Versailles en 1950. Il fait ensuite partie de la promotion Maréchal De Lattre de Tassigny de la prestigieuse école militaire (1951-1953), puis intègre l’école d’infanterie de Saint-Maixent dont il sort en 1954.

« J’étais bien classé et j’avais pu choisir mon affectation, continue-t-il. J’ai intégré le 14 e  régiment de chasseurs parachutistes, un corps d’élite, dans l’optique d’aller en Indochine. Mais entre-temps, il y a eu la défaite de Diên Biên Phu. Je suis parti en Algérie en 1956. J’ai été pendant cinq ans chef de section, et puis le régiment a été dissous après le putsch des généraux en 1961 ». Après la tentative avortée du coup d’État en Algérie, deux cent vingt officiers sont relevés de leur commandement, cent quatorze sont traduits en justice et le groupement des commandos de l’air, ainsi que les trois régiments ayant pris part au putsch, sont dissous par ordre du général de Gaulle. « En avril, j’étais en stage à l’école d’État-major à Paris, précise Bernard Jean, ça m’a évité d’aller en taule. Mais j’ai quand même été exclu des paras pendant dix ans ».

De la Légion étrangère

à la Champagne-Ardenne

Viendra ensuite le temps de la Légion étrangère pendant sept ans où il officiera comme chef de bataillon du 2 e  régiment étranger de parachutistes, puis en tant que commandant en second au 13 e  régiment de dragons parachutistes. « J’ai passé huit ans en Afrique, dont six années de guerre, précise encore le général. Entre 1983 et 1986, j’étais chef d’État-major à Verdun de la brigade logistique du 1 er  corps d’armée, puis colonel adjoint du général commandant la 4 e  brigade aéromobile de Nancy jusqu’en 1988. J’ai été rappelé entre 1991 et 1995 comme général commandant la 110 e  brigade de zone de Champagne-Ardenne ».

Ardent défenseur de l’armée française, il se dit convaincu de la nécessité de posséder « une défense solide du pays. Être conscient des menaces, ce n’est pas avoir peur, mais être capable de les affronter. Or, l’armée est actuellement inquiète sur sa capacité à défendre la France contre les menaces qui existent ». Une référence aux restructurations qui agitent l’armée française depuis plusieurs années. « On a parfois tendance à confondre les priorités et les urgences, conclut Bernard Jean. Les premières sont importantes pour le pays à long terme sur sa capacité à se défendre, alors que les autres répondent plus à des notions électoralistes ».

Bien au-delà de toutes ces considérations, il continuera à rendre hommage à ceux qui ont sacrifié leurs vies pour la France. À commencer par son instituteur. « Il a été tué près de Reims en 1940, il y a son nom inscrit sur le monument aux morts de Sainte-Ménehould ».

Stephen Thiebault


Noël à l’Amicale de la Légion

Envoyer

Publié le 27/12/2014

Les membres de l’Amicale de la Légion étrangère de Parentis ont confectionné une crèche autour du thème de la Grande Guerre.

La présentation de la crèche de Noël est l'occasion pour les membres de l'Amicale de la Légion Étrangère de Parentis de se retrouver autour de ses traditions et de partager une journée conviviale. « La crèche symbolise la famille. Dans toutes les sections de la Légion où qu'elles se trouvent dans le monde, et sur tous les terrains d'opération, nous faisons une crèche de Noël.

Sa confection, souvent à partir d'objets de récupération, donne lieu à une véritable émulation, les légionnaires rivalisant d'imagination », explique Laurent Coustaud, président de l'Amicale, fondée par Dusan Grulovic il y a plus de quarante ans. Une crèche un peu singulière puisque chaque année, en plus de la représentation de la « sainte famille », elle est décorée selon un thème choisi. Cette année, la Légion célèbre Noël avec le thème, « les étrangers au service de la liberté » pour rappeler que ce corps d'élite recrute depuis sa création des hommes venus du monde entier servir la France, ils épousent aussi ses traditions et parfois y laissent la vie.

Le centenaire de 14-18

L'autre thème retenu s'imposait tout naturellement avec les commémorations du centenaire de la Grande Guerre et il ne fallait pas s'étonner de trouver dans la crèche des mannequins portant des uniformes d'époque : un aumônier militaire, un fantassin et un légionnaire.

Deux des costumes étaient prêtés par Frédéric Donnesse, ancien parachutiste et sympathisant de l'Amicale, féru d'histoire militaire et passionné d'aéronautique qui collectionne également les documents sur le rôle tenu par les femmes dans l'armée. L'abbé Jean-Michel Dupouy a proposé un moment de recueillement autour de la lecture d'une parabole toute simple et chargée de symboles.

Laurent Coustaud s'applique depuis quelques années à redynamiser l'Amicale qui compte aujourd'hui près de 80 adhérents, dont une vingtaine d'anciens légionnaires et avait aussi invité un représentant des « Soldiers », un club constitué d'anciens militaires et de militaires d'active réunis autour de la passion commune des motos Harley-Davidson. Ils entretiennent le devoir de mémoire à l'égard de leurs camarades tombés au combat, aident les familles et collectent des fonds pour les enfants orphelins de la marine nationale.

Axel Frank


Nativité en Lauragais avec la Légion

Envoyer

Publié le 27/12/2014

La crèche qui a eu le 1er prix./Photo DDM L. K.

Cette année encore, les crèches de la Légion étrangère ont attiré beaucoup de monde. Fabriquées avec du matériel de récupération, elles sont l'œuvre de légionnaires volontaires. Chaque compagnie construit sa crèche. Celle qui a obtenu le 1er prix du jury est la compagnie de commandement et des services.

Une nativité en Lauragais

Un joli conte de Noël raconté en dessins joliment croqués au crayon. «Il a beaucoup neigé sur la Montagne Noire ce soir de Noël 1981. Le père Noël, arrêté par des branches barrant la route, ne peut porter les cadeaux à une famille bloquée par la neige qui habite dans un chalet isolé. Heureusement, il rencontrera trois bérets verts, eux aussi en panne avec leur véhicule, qui l'accompagneront. La famille est heureuse de leur arrivée car la maman vient d'accoucher. Le grand frère aura ses jouets et ils dégusteront ensemble un… bon cassoulet. On appellera le nouveau-né Jésus. Puis les légionnaires rejoindront leur caserne et le Père Noël son traîneau.» Voici le résumé de ce conte inventé par la compagnie. L'histoire terminée, le gros képi blanc qui trône au milieu de la pièce se soulève et dévoile une jolie crèche faite de figurines en terre cuite représentant les trois légionnaires (les Rois mages en quelque sorte), le nouveau-né et la maman. Une belle histoire qui a conquis le jury mais aussi les visiteurs.

Deux mois de travail

«Cette crèche a demandé deux mois de travail à temps plein explique un légionnaire. Tout est fait avec du matériel de récupération, bois, pommes de pin, carton, bouts de filets des tenues de camouflage… Le képi blanc pèse près de 50 kg. Il est fait de contreplaqué fin façonné. Ce qui nous a demandé le plus de temps est la sculpture des statuettes et le montage de l'éclairage.» Pour la montagne, ils se sont inspirés du mont Ventoux. La maisonnette est faite de bouts de bois et de carton. Ceux qui y ont participé sont de confessions différentes : un musulman, un orthodoxe…La CCS (compagnie de commandement et des services) est le nerf central du fonctionnement du régiment : mécanique, infirmerie, repas, vêtements, gestion des dossiers administratifs…

L. K.

LAUDUN A Notre Dame la Neuve Messe de la Nativité

Envoyer

Publié le 26/12/2014 

Les lumignons sont déposés par le Père Philippe Jullien Picasa
 La Crèche de Notre Dame La Neuve Picasa
Les choristes militaires et civils Picasa 
Au pied de l'autel Picasa 
Les servants de messe et la foule des fidèles Picasa 

La traditionnelle messe de la Nativité célébrée à partir de 18H ce mercredi  24 décembre à Notre dame la Neuve a connu une très grande affluence de fidèles, estimée à près d'un millier de personnes comme l'a annoncé le Père Philippe Jullien, à la fin de la célébration.

Il est vrai que cette cérémonie s'est déroulée avec la participation des familles des légionnaires du 1er REG, au premier rang duquel , on notait la présence du chef de corps, le Colonel Alexandre Coulet accompagné de nombreux officiers, sous officiers et légionnaires.

Il ne restait plus de places assises et le fond de l'église étaient envahis par des gens debout. La veillée de Noël a débuté  à 18H, par la projection de la Pastorale jouée par les enfants du catéchisme à l'église de L'Ardoise.

A 18H30, en procession, ce fut  l'arrivée de l'enfant Jésus porté à bout de bras par un légionnaire, accompagné du  Père Philippe Jullien  entouré des servants de messe et de nombreux enfants qui tenaient à la main des lumignons allumés.

Le cortège s'est rendu au pied de la crèche paroissiale où le santon de l'Enfant Jésus a été déposé par le célébrant. La cérémonie religieuse de cette messe de la Nativité a pu ensuite se dérouler.

Une cérémonie rehaussée  par la présence du chœur  des légionnaires et de la chorale paroissiale. Un moment religieux très fort, marqué par des chants liturgiques de noël, en français et en latin,  où se trouvaient  à l'unisson les voix graves et solennelles des choristes militaires et civils

Dans son homélie le Père Philippe Jullien s'est attardé avec son charisme particulier à évoquer  Noël  (jour des cadeaux)  où Dieu a fait le plus beau des cadeaux en donnant son Fils. Il a ensuite rendu un hommage particulier à la grande famille des Légionnaires du 1er REG qui ont toujours répondus présents pour participer à cette célébration.

A la fin de la cérémonie, après avoir remercié toutes les personnes qui se sont investies  pour la réussite de cette messe de la Nativité le Père Philippe Jullien  a invité les fidèles à participer à la journée portes ouvertes des chrèches de Noël, du Quartier Général Rollet de ce jeudi  25 décembre jour de Noël, à partir de 14H.
La cérémonie religieuse de cette messe des familles s'est achevée dans la grande tradition des veillées de Noël avec beaucoup de solennité et de recueillement. Les fidèles, civils et militaires, ont participé à cette célébration dans la joie d'un grand moment de solidarité et d'amitié partagée avec la grande famille des chrétiens.


Castelnaudary : la magie des crèches de la Légion

Envoyer

Le 26 décembre à 6h00 par P.O.

Des figurines naïves et splendides. PHOTO/© D.R

Avec des objets de récupérations, les militaires ont fait preuve d'une grande créativité.

Comment un simple reportage peut-il se transformer en conte de Noël ? La magie de cette nuit qui opère depuis … 2014 années ? A moins qu'il s'agisse de la magie de cette armée si particulière, la Légion Etrangère ? Toujours est-il qu'un correspondant de presse, encore au carrefour de l'athéisme, de l'agnosticisme et de la libre-pensée, malgré un âge certain, s'est laissé émouvoir, et le mot est faible, par les crèches réalisées au Quatrième Régiment Etranger de Castelnaudary.


Certes, le caractère religieux était là, mais ce n'est pas tant la naissance de l'enfant Jésus, qui dégageait l'émotion ressentie par notre mécréant, mais les magnifiques histoires de nuits de Noël passées aux quatre coins de la planète, dans des circonstances parfois terribles. En ce jour de Noël, le public pouvait entrer dans le quartier D'Anjou pour y admirer les crèches. L'appareil photo en bandoulière, nous avons donc suivi le sens de la visite effectuée par les civils, les "pékins" en jargon militaire.

Les six compagnies qui composent le régiment, étaient en compétition, un jury étant chargé de désigner la meilleure d'entre elles. Pour cette tradition, née en opération extérieure (aujourd'hui appelée Opex), les légionnaires ne disposent de … rien. Seulement des trésors d'imagination, de l'astuce et de la débrouillardise, comme s'ils se trouvaient perdus dans un coin de campagne à l'autre bout du monde. Bouts de ficelle, chiffons, papiers, et tout ce qui peut traîner sur le site d'un cantonnement.

Des compositions, qui non contentes de parvenir à nous émouvoir, sont de véritables œuvres d'art éphémères, confectionnées par des hommes capables de prodiges. Une bien belle tradition, tout comme la fameuse veillée de Noël avec les cadres. Sous-officiers, officiers du régiment sans exception, passent le réveillon avec leurs hommes, car la Légion est avant tout une grande famille, et surtout, la seule, pour un grand nombre de ses personnels qui avaient tout perdu avant de découvrir cette nouvelle famille.

Noël, fête chrétienne au départ, est devenu aujourd'hui une fête culturelle et familiale. Certes, le christianisme est toujours bien présent et le millier (largement dépassé) de militaires du 4e Régiment Etranger, fort de ses 110 nationalités, reste fidèle à la tradition. "Sans distinction de race, de nationalité ou de religion", une phrase qui revient toujours dans la bouche de ceux qui servent dans la Légion étrangère.

Mécréant, athée, agnostique, libre-penseur, peut être, mais insensible certainement pas. Vos scènes de la Nativité, messieurs les légionnaires, m'ont donné par moment la chair de poule. Peu importe laquelle de ces crèches a gagné, toutes ont contribué à faire passer le message de paix et d'amitié, même auprès des moins réceptifs. Une belle leçon.


La C. C. S. vainqueur

Bien évidemment les six crèches et leurs histoires étaient magnifiques. Il fallait un vainqueur et c'est la C.C.S qui a été (à juste titre) désignée. Un magnifique conte de Noël que l'on doit au talent et à l'imagination de l'Adjudant Cappello. Un décor saisissant réalisé par les hommes de la CCS, et enfin le talent de conteuse d'un officier féminin, du "4", en l'occurrence le dentiste du régiment. Un couple, son bébé qui naît dans la nuit du 24/12 et trois légionnaires qui marchaient dans la tempête de neige, une bien belle histoire. Bravo à la C.C.S.


Noël à la Légion étrangère

Envoyer

Publié le 25/12/2014

L'une des crèches visible aujourd'hui à la légion étrangère de Castelnaudary/Photo DDM, Gladys Kichkoff

C'est une tradition et un moment fort pour la Légion étrangère. Six crèches (une par compagnie) sont ouvertes au public aujourd'hui de 14 heures à 18 heures au quartier D'Anjou.

Avec Camerone le 30 avril, Noël c'est l'autre fête de la Légion étrangère. La première s'ouvre sur le monde extérieur, celle-ci est interne, intime, c'est la fête de la famille Légion, fêtée depuis la nuit des temps, depuis, en fait, que la Légion existe. Ce soir-là, officiers et sous-officiers, et plus généralement tous les cadres, recréent la chaleur d'un foyer. Tous partagent la veillée avec leurs hommes et non leur épouse ou compagne, et leurs enfants. «Le plus ancien témoignage sur cette tradition est oral et date de 1912, à Fès au Maroc, avec des veillées articulées autour des crèches vivantes et, à minuit, des officiers qui allaient partager un verre avec leurs hommes», rapporte le commandant François Hervé-Bazin, officier supérieur adjoint en charge de la communication au 4e régiment étranger de Castelnaudary. Rien n'a changé. Le soir de Noël, le repas est amélioré, chaque légionnaire reçoit un cadeau. Le colonel Lobel, chef de corps, et ses adjoints ainsi que les présidents de catégorie rendent visite à tous, compagnie après compagnie, et commencent par ceux qui ne sont pas de la fête mais soit de garde ou d'intervention ou malades consignés à l'infirmerie. «Que pouvons-nous offrir de plus beau à nos légionnaires que cette veillée de Noël, que pouvons-nous leur offrir de mieux, nous, officiers français, que le sacrifice librement consenti de cette plus belle soirée de l'année à ces étrangers venus librement servir avec honneur et fidélité un pays qui n'est pas le leur» ? Il parle de la magie de Noël, de ce soir où ces légionnaires qui n'ont pas l'habitude de s'épancher sur leur passé auront envie de se confier, de demander une aide particulière. «Ce soir-là, il n'y a pas de barrière».

La crèche, l'autre tradition de la légion, celle à laquelle sacrifie tout légionnaire, où qu'il soit dans le monde, en garnison comme en opération, avec quatre bouts de bois, un peu de ficelle mais beaucoup d'imagination et de débrouillardise. «Souvent marquée par les souvenirs d'enfance de chaque légionnaire qui y fait vivre ses coutumes locales et y met un peu de sa culture. C'est ce qui fait la richesse de ces crèches». Loin des débats sur la laïcité qui agitent la société civile, elle est ici symbole de cohésion, de fraternité, loin des clivages de religions, de races, la crèche ici ne divise pas, au contraire, elle rapproche. Réalisée après la journée d'instruction, «à reculons au début, avec passion ensuite. Au départ, c'est compliqué de leur faire faire une crèche, ils ne comprennent pas et puis ils se prennent au jeu». C'est à qui fera la plus belle, la plus symbolique, la plus artistique, la plus, la plus… Il faut séduire le jury pour le concours du 24, une autre tradition. On raconte qu'en 1962, à la maison mère alors à Sidi-Bel-Abes, le colonel Vaillant, au prestigieux passé de légionnaire, en avait visité trente-trois, le soir de Noël.

Aujourd'hui, au «4», il y a six crèches à voir, une par compagnie, qui seront ouvertes au public l'après-midi du 25 décembre, de 14 heures à 18 heures. Une visite qui voit affluer au quartier Danjou des centaines de visiteurs et briller les yeux de tous, petits et grands.

Gladys Kichkoff

A Nîmes, le légionnaire modèle cachait son secret

Envoyer

Publié le 24/12/2014 

 

Cet Américain (contre le mur à droite), protégeant le général Kolodziej (assis devant) était déserteur. MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

Lawrence Franks, garde du corps du général Kolodziej, qui commandait l'opération Serval au Mali, est écroué pour 4 ans.

En 1988, il était sorti parmi les meilleurs de West Point, l'une des plus prestigieuses écoles militaires américaines. En 2013, à cause de ses aptitudes exceptionnelles, il est devenu le garde du corps du général français Laurent Kolodziej, qui commandait au Mali l'opération Serval menée contre les terroristes d'Aqmi. Le 15 décembre, il a écopé de quatre ans ferme Pourtant, Lawrence Franks, 28 ans, est désormais derrière les barreaux, et pour de longs mois : le 15 décembre, il a écopé de quatre ans ferme, devant la cour martiale de Fort Drum, dans l'État de New York. Motif ? Désertion. Pourtant, ce n'est pas par lâcheté que le GI a joué la fille...

Pourtant, Lawrence Franks, 28 ans, est désormais derrière les barreaux, et pour de longs mois : le 15 décembre, il a écopé de quatre ans ferme, devant la cour martiale de Fort Drum, dans l'État de New York. Motif ? Désertion. Pourtant, ce n'est pas par lâcheté que le GI a joué la fille de l'air. Mais pour échapper à une mort qu'il jugeait inéluctable, et à laquelle, jure-t-il, seule la Légion pouvait lui permettre d'échapper.

Des idées noires, des pulsions suicidaires

Derrière cet étonnant parcours se cache un brillant adolescent américain, fils d'un neurochirurgien de Damascus, dans l'Oregon, et qui collectionne tous les succès : il est capitaine de son équipe de football, premier de sa classe au lycée, et fait un parcours brillant à West Point, comme son propre frère, pilote dans la Marine, et qui fut engagé en Irak. Mais le garçon a ses failles, que tout le monde ignore. Des idées noires, des pulsions suicidaires, qui le taraudent d'autant plus qu'il est profondément chrétien, et considère le suicide comme un péché. Pour tenir, il s'assomme à force d'exercices physiques. "Certains détestent avoir froid, être trempés. Moi, ça me faisait du bien, c'était comme une drogue."

Lorsqu'en 2009, il est affecté comme lieutenant à la tête d'un peloton militaire médical, sa déprime s'accroît. Certes, il doit partir en Afghanistan. Mais il a encore un an à attendre avant de connaître le feu. Un soir de mars, son pistolet en main, il lutte contre une envie folle de se brûler la cervelle. Alors il saute le pas, prend un vol pour Zurich, et deux jours plus tard, pousse la porte d'un bureau de recrutement de la Légion à Paris. "Pour la première fois depuis des années, je ne pensais plus à me tuer. J'avais besoin d'une vie éreintante, et ne pouvais la trouver qu'à la Légion." Et il n'est pas déçu. La formation, à la dure, à Castelnaudary.
À la Légion, on l'a rebaptisé Christopher Flaherty

L'engagement pour cinq ans, à la compagnie d'éclairage et d'appui du 2e REI de Nîmes, comme simple deuxième classe, lui qui est sorti lieutenant de West Point. Les opérations extérieures, en Centrafrique, à Djibouti. À la Légion, où on l'a rebaptisé Christopher Flaherty, on le remarque vite pour ses qualités physiques et son sang-froid en première ligne. Il est déclaré apte à suivre la très exigeante formation de garde du corps, dispensée au Centre commando de Mont-Louis (Pyrénées-Orientales) que reçoivent aussi les agents de la DGSE. "Ils y sont entraînés à protéger une personnalité en cas d'embuscade en voiture, à pied".

Cette personnalité, ce sera le général Laurent Kolodziej, qui est chargé de mener l'opération Serval. Lawrence Franks va veiller sur lui pendant plusieurs mois, jour et nuit. "Pour ces missions, il faut des gars extrêmement discrets, et sur qui on peut compter, raconte un officier nîmois. C'est un job qui prend énormément de temps, les gars sont toujours sur la brèche, et quand le général dort, il leur faut préparer le déplacement suivant."

"J'allais enfin rentrer à la maison, et assumer ce que j'avais fait"

En mars dernier, le légionnaire Flaherty, au bout de cinq ans de service, est redevenu le GI Franks. Sur une base en Allemagne, il s'est rendu à l'armée américaine, qui le recherchait toujours pour désertion. "Ça a été le plus beau moment de ma vie", a-t-il raconté au New York Times. "J'allais enfin rentrer à la maison, et assumer ce que j'avais fait."

Le général Kolodziej a tenu à témoigner, en visioconférence, lors du procès de son aide de camp. "C'est un gentleman né. Si j'avais dix hommes comme lui dans mon équipe, je serais le plus heureux des généraux." Des propos qui n'ont pas attendri la cour martiale. Mais Lawrence Franks n'a pas perdu tout espoir de retourner sous l'uniforme américain. À sa sortie de prison, dans quatre ans.

Noël La Légion étrangère invite les Mahorais à découvrir ses traditionnelles crèches de Noël

Envoyer

Publié le Mercredi 24 décembre 2014

C’est une des nombreuses traditions de la légion étrangère. Ses hommes réalisent chaque année des crèches vivantes de Noël. Ils invitent les Mahorais à les découvrir ce mercredi après-midi au DLEM à Dzaoudzi.

L'entrée du DLEM à Dzaoudzi

L’entrée du DLEM à Dzaoudzi

La «famille légionnaire» à ses rituels et ses fêtes. Comme «Cameron» fêtée par la légion étrangère partout dans le monde, les célébrations de Noël sont traditionnellement un moment important dans ses cantonnements ou ses zones de missions.

Comme de nombreuses fêtes d’origine religieuse, «Noël est avant tout une fête culturelle, à l’occasion de laquelle tous les légionnaires se retrouvent, sans distinction de religion», souligne le Détachement de la légion étrangère de Mayotte (DLEM) de Dzaoudzi.

«En outre, par ses racines, Noël est aussi la fête de l’espérance. Elle correspond donc à ce qu’est venu chercher un légionnaire en s’engageant dans les rangs de la Légion étrangère. A l’occasion de
Noël, la Légion étrangère se substitue aux familles d’origine des légionnaires, déficientes ou absentes. Il s’agit de leur permettre de retrouver la chaleur d’une nouvelle famille et de tenter de leur faire oublier le poids de leur solitude ou le vide de certaines absences affectives», indique le Chef de bataillon Jean-Michel Guimard, officier supérieur adjoint du DLEM.

Le quartier du DLEM sur Petite Terre (Crédits photo: DLEM)

Le quartier du DLEM sur Petite Terre (Crédits photo: DLEM)

Raconter un peu de la légion

A l’approche de Noël, les légionnaires inventent des crèches qui sont souvent la reproduction de scènes de vie ou d’intervention qui ont marqué l’histoire de la légion. La réalisation des crèches «doit laisser une grande place à l’imagination, mais elle doit aussi se fixer pour règle la recherche du bon goût et le respect des convictions de chacun. Mais, dans tous les cas, il s’agit d’une œuvre collective. Les crèches sont inspirées par les légionnaires, elles sont le fruit de leur habileté et elles leur appartiennent.»

A Mayotte, les crèches des légionnaires font généralement l’objet d’une compétition amicale où les meilleures créations sont primées. Le public peut également se faire son propre avis. Les Mahorais sont en effet cordialement invités, ce mercredi 24 décembre de 14h00 à 17h30 au Détachement de Légion étrangère de Mayotte sur le Rocher de Dzaoudzi à partager ce moment avec les soldats toujours prêts à expliquer leur mise en scène et au-delà, leur engagement personnel.
L’entrée est libre (prévoir une pièce d’identité) pour découvrir les six crèches qui seront exposées.

RR

Le Journal de Mayotte


Magné, son art de vivre et bientôt ses pastellistes

Envoyer

24/12/2014

Remise du tableau du peintre saintois Joël Achard chez Poujoulat : l'occasion de prendre date pour le festival 2015 dans le joli village de Magné.

Le 27e festival de peinture de Magné prend date. Il aura lieu les 18 et 19 juillet 2015 et fera entrer dans le jeu les pastellistes.

Prix Poujoulat 2014 du festival de peinture de Magné, le peintre saintois Joël Achard, qui navigue mieux qu'avec une pigouille sur une plate maraîchine, entre son impressionnisme, son art figuratif et ses touches fauves d'abstraction, ne tarit pas d'éloges pour l'événement estival. Magné, ses peintres dans la rue tout le week-end, entre pont-canal, eau verte et venelles, est une belle terre d'accueil, assure-t-il. « C'est le plus grand festival de peinture de France depuis que Saint-Malo a jeté l'éponge. Magné figure parmi les trois meilleurs lieux d'accueils qui réchauffent le cœur des peintres en France », a loué l'artiste lors de la remise officielle de sa toile dans les locaux niortais de Poujoulat, lundi. L'occasion pour Benoît Bodineau, responsable de la communication et de la promotion du groupe spécialisé en cheminées, de rappeler que les sports comme la voile notamment avec Bernard Stamm, ne sont pas les seuls vents porteurs choisis par Poujoulat, en terme de mécénat. « On a un engagement fort dans le sport, c'est vrai, mais c'est important aussi pour notre équilibre d'avoir des actions en faveur de la culture, de l'humanitaire et des relations humaines », a confié Benoît Bodineau.
Les relations humaines, on connaît à Magné. D'ailleurs, cela colle superbement au thème retenu pour le festival 2015 puisqu'il s'agira de « L'art de vivre ». L'affiche reprendra la fameuse œuvre de Joël Achard. Le triple lauréat de Magné verra d'ailleurs aussi se décliner son tableau sur les cartes de vœux de l'organisateur du festival, l'association Magné animation présidée depuis sa création en 1989 par Claude Audis.

Deux invités d'honneur artistes de la Marine

Après avoir accueilli 241 peintres de 40 départements pour sa 26e édition en juillet 2014, le festival de Magné vient donc de prendre date. Rendez-vous dans les rues du village pour voir les peintres réaliser leurs œuvres in situ pendant deux jours, les samedi 18 et dimanche 19 juillet 2015.
Pour cette 27e édition, les invités d'honneur dont les œuvres seront exposées dans la sympathique galerie du Four-Pontet ont déjà été choisis : la Lyonnaise Sylvie du Plessiss, sculpteur et céramiste, nommée en 2012 peintre officiel de la Marine ; et l'artiste né en Corée du Sud, ancien légionnaire aujourd'hui installé à Paris, également peintre officiel de la Marine, mais aussi de l'Armée, de l'Air et de l'Espace.
La grande nouveauté annoncée, c'est l'ouverture du festival aux pastellistes en 2015. Aux peintures à l'huile ou à l'acrylique, aux catégories enfants, aux coups de cœurs primés, s'ajoutera désormais le pastel. « La 27e édition se prépare dans la bonne humeur et nous avions la volonté d'apporter des touches innovantes à notre tableau », confie André Prunier, ex-responsable commercial chez Poujoulat, désormais chargé, auprès du président Audis, de veiller à la communication de festival magnésien.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sébastien Acker

Page 1 sur 43

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui229
mod_vvisit_counterHier2166
mod_vvisit_counterCette semaine6955
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois33423
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095800162

Qui est en ligne ?

Nous avons 1279 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13225
Affiche le nombre de clics des articles : 13350592
You are here PRESSE XXI° 2014