AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Paul Bellat

La maison de retraite du Légionnaire

Poème écrit à l'occasion de son inauguration, le 7 avril 1957.

 

Maison du Légionnaire, havre de grâce

 

 Après qu'il eut longtemps marché dans la poussière sous la pluie et le vent,
 Après qu'il eut traîné dans boue des rizières fourbu, brûlé, râlant,
 Après qu'il eut écrit sa part de la légende en des lettres de sang,
 Après qu'il eut cent fois de sa vie fait offrande aux dieux des combattants,
 Après qu'il eut forgé de sa main des victoires qu'on raconte aux enfants,
 Après qu'il fut entré vivant dans nos mémoires avec son képi blanc,
 Il tomba sur la route …. Il avait tout donné, il lui restait la vie,
 Quelques décorations aux vieux rubans fanés et sa peine infinie…

 

 

Les Héros qui sont morts restent présents encore dans le coeur des vivants,
La patrie se souvient. Le Pays les honore et s'incline en pleurant,
De grands discours sont dits. Des couronnes s'entassent au pied des monuments,
La gloire les accueille et leur fait une place parmi les conquérants,
Mais ceux qui n'ont pas eu cette faveur insigne de mourir au combat,
Qui condamnés à vivre veulent se montrer dignes de leur nom de soldat,
Ceux qui n'ayant plus rien que de faim qui gronde au creux de l'estomac,
Ceux qui ne veulent pas mendier à la ronde, ceux qui ne veulent pas,
Etre des déclassés, des rebuts, des épaves vivant en parias,
Voulant bien être humbles, mais non pas être esclaves,
Devront-ils ici bas mourir sans un soutien, sans amis, sans adieux,
Mourir tristes et las sans qu'une main clémente vienne fermer leurs yeux,
Au moments du trépas ?
Non ! ... Comme le naufragé vers le Havre de grâce, ils s'en iront confiants,
Tout au bout du chemin illuminant l'espace le Havre les attend,
Leurs muscles fatigués par le rude voyage auront l'apaisement…

 

Repose-toi, guerrier. Dépose ton bagage inutile à présent,
Respire chaque fleur, dis bonjour au nuage qui flâne au firmament,
Ferme les yeux mi-clos. Savoure ton breuvage et mange ton pain blanc,
Toi qui as tout donné, il est bon qu'en échange il te soit tout rendu,
Et que sur ton sommeil, veillant sur toi les anges du ciel soient descendus,
Ta journée est finie … Ta tâche bien remplie. Merci. Tu es chez toi :
Entre. C'est la Légion qui au soir de ta vie t'ouvre tout grand les bras !

 

Paul Bellat


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui852
mod_vvisit_counterHier3150
mod_vvisit_counterCette semaine13223
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois39691
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095806430

Qui est en ligne ?

Nous avons 744 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13231
Affiche le nombre de clics des articles : 13375262
You are here POEMES Paul Bellat