AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Les poèmes de Marie Quilichini





Dans l'ombre d'une grande Guerre , 14/18 souviens toi ..!

Envoyer

Quand grondaient  les canons
D'autres avancèrent pendant que d'autres mouraient  au front .
C'était la grande guerre
Et quand l'apocalypse c'est  fait Maitre ,
De l’œuvre des hommes , dans les tranchées de l'enfer .
A tant de mutineries , que nulle prière
Pouvaient  adoucir dans le froid de l'hiver ...

Quand grondaient  les canons
L'écho sonnait   la mort ,
La douleur pour linceul , témoin d'un triste sort
Ils étaient  là par milliers étendus sur le sol
Mortellement touchés , sous ce poids , nos cœurs encore  en frissonnent
Massacre et cruauté l'homme c'est fait indigne
D'être fils de l'humanité  et l'assassin de tant de victimes .

Quand grondaient  les canons
O ! ciel toi qui veillait  sur l'ombre des tranchées
Baïonnette au canon et de  la boue sous leurs  pas
Hommage à ces  soldats , enfants de la patrie
Témoins de cette guerre et d'espoirs maudits
Renaissez de vos cendres en ce saint centenaire
Et restez à jamais les ombres de cette grande guerre


Noël en rêve‏

Envoyer
Prendre le temps qu'il faut
Pour pouvoir croire en ce qui est vrai
Rêver d'un renouveau
Puisse  l'humain ressentir un sentiment de Paix .
Mais l'espérance n'est qu'une mutilée
Devant un rêve de NOËL et aux espoirs inspirés .
Mais quand NOËL frappe aux portes
Il rappelle aussi qu'il fait si froid dehors
Et qu'en ce jour ,c'est aussi l'hiver ...
Et qu'en hiver c 'est aussi le froid qui tue
Dans la froidure de la neige
Dehors des humains ont la larme mise à nue.
La nuit se fait reine de nombreux Martyrs
Et rêver d'un renouveau
C'est faire  que NOËL devienne un jour si beau
Et non le sommet du calvaire
Qui mène dans le froid , l'humain vers un bien triste "hautel".
Alors je rêve d'une étoile merveilleuse
Qui dans cette Univers nous rendra  à la gloire suprême
Que dans   sa flamboyance , elle rende au ciel son intime beauté
Éclairant les voiles de la pauvreté
Sans perdre trop de temps , car celui-ci leur est compté .
Pour que NOËL se fasse grandeur en une nuit sur la toute puissance
Et non le témoin de pleurs ,d'humains dans le froid agonisant
 NOËL en rêve , cela m'autorise toujours  à croire
A une autre vérité  que celle  de la pauvreté et  de la mort  sur un trottoir .

Ode à cette Mère

Envoyer
Le temps passe et roi est devenu l'ailleurs
Laissant à l'Orphelin, la peine au coeur
La compassion s'inflige la plainte de l'hommage
Pour une épreuve à supporter
Et cela dans  à tout les âges .
Mais la mort se fait Maitresse, aussi de la vie
Qui dans le chagrin, une bonne âme vous soutien
Et qui dans cette Paix soit aussi son jardin
Où seules mes pensées
Prennent la forme d'un bouquet de Roses
Et de Jasmin,
Pour qu'en ce jour de fête
Soit encore le sien
Dans son éternité et même si elle n'est plus là
A partager encore, nos rires, nos peines, nos joies ...
Que l'ont soit jeune ou pas , une mère reste celle
Qui dans le temps nous berça
L'absence nous le rappelle .
Et dans notre chagrin, l'indélébile trace
En nous  fait sont chemin pour y trouver sa  place.
Aujourd'hui c'est sa fête
Comme celle de toutes les Mères ..
Qu'elle soit là ou pas , mais l'épreuve du temps
O ..combien me rappelle 
Qu'elle est dans l'ailleurs, sous le tracé du Soleil.
Bien tant de mystères  y reposent avec elle
Ou même la lune pleure
A devoir veiller sur celle, qui repose la-bas ..!
Dans cette immensité  de pierres plus ou moins brutes
Et sous les branches de l'Acacia
Et de l'abondance de ses fleurs
Elle c'est souvent tue et me laisse aujourd'hui avec mes pleurs .
L'étoile est aussi là , au rendez vous ne manque pas ..!
Elle rend  à l'espoir le savoir , à l'attente la connaissance
De sa lumière te baigne , de son ombre veille
Et quand je scrute le ciel à présent
j'y contemple l'éternel,
J'y perçois l'Iris et ses pétales , à l'allure de l'Arc en Ciel
Qui apporte à ce jour de  fête, au coeur et à l'âme
Une alchimie parfaite à une nouvelle page
Merci à toi maman pour ce jour de fête ...

Sur le chemin de la Sagesse

Envoyer
Le chemin est ardu
Jonché de pierres et de Roses épineuses
Pour vaincre l'Avarice ,
Et connaitre la générosité ..
Refuser la luxure , savourer la chasteté ..
Fuir la paresse ,  qui pousse l'homme à l'indolence
Et n'être point pécheresse
Aux yeux de l'orgueil et de l'indifférence .
Que la douceur prenne place sur l'hôtel de la colère
Que la tempérance , m'exempte d'être gourmande .
Le chemin est ardu
Jonché de pierres et de Roses épineuses
Merci à lui de me permettre
D'y poser mes pas ,
Les yeux fixés sur l'horizon '
Sur une  métaphore ,
Loin des sillons de l'ignorance ,
Ou le respect de la parole donnée
Et de promesses mises à exécution ..
Dans le jour et de la tempérance .
Le chemin est ardu
Jonché de pierres et de roses épineuses
Cherchant un équilibre ,
Permettre à l'outil que je suis
D'avancer sur d'autres connaissances ..
De valeurs nouvelles
Et de vertus nombreuses
Pour que ma Liberté
Fuse alors  dans l'Egalité
Et que la vérité soit clé de la Franternité .
Le chemin est ardu
Jonché de pierres et de roses épineuses
Je deviens contenance avec mes différences
Qui font que mon être prend la forme d'un pilier 
A la condition humaine
Et de la connaissance ,
Nécessaire ciment à la volonté Amie
A la Liberté et l'égalité rythmée ...
Sans aucunes contraintes , juste avec l'Outil
Pour une subtile dialectique
Où densité devient ,  alors, matière symbolique .
Le chemin est ardu
Jonché de pierres et de roses épineuses
Cachant encore dans mon coeur
La Force et la Beauté
Qui avec  le temps , saura se dévoiler ..
Et rendre à la Rose rouge son sens et sa clarté
A ce chemin ardu ,  l'éclat de sa pierre
A ma promesse tenue , toute sa lumière
Et à la Flamboyance , son étoile dans l'univers

L'éphémère Temps

Envoyer
Le temps n'est qu'éphémère
Qui dur qu'un moment
Comme fine poussière il file avec le vent .
Le Ballet langoureux des ombres qui suivent
Sculpte des arabesques d'un passé fragile .
Le temps n'est qu'éphémère
Il n'est que connaissances,  entre  ombre et lumière
Où la parole devient alors ,  partie de son exil.
Vous qui scrutez si peu l'édifice de votre être
L'éternité   noble  soeur  dans  l'immensité
Ecoutant la longue plainte  des heures qui défilent 
Même dans le temps , qui reste dans le mystère
De la voix intérieur  où  l'infini s'y glisse
Où  bien d'autres cheminements
En nous se libèrent ,
Dans des espaces temps  à l'étrange éphémère .
Pendant que l'étoile flamboie ,
Sur des ombres mortes laissant passer la voûte
Dans l'univers soumis à l'esprit qui est notre
Dans une union intime entre silence et temps
Le néant git à l'agonie devant la connaissance
Pour laisser place à son tour ,   à  l 'attendue  Lumière ...

Espérance

Envoyer
Avant même que  le jour ce lève
Je veux pouvoir croire en toi espérance ..!
Je pense à ceux , à celles
Qui  vivent dans le feu de la tourmente
Les yeux pleins de tristesse
La faim au ventre
A l'âme les larmes
Au cœur l'espérance ..
Je voudrais bien y croire
En ce pansement Universelle
Qui soignerai toutes les plaies
Surtout celle de la misère .
Et que pour eux une étoile vienne
Éclairer leur chemin et apporter en eux la Paix .
Entre le désespoir et la douleur de leurs angoisses
Les hommes naissent ils vraiment égaux
Devant l'égalité promise
Devant le tristesse qui reste aux aboies
Ils courent après leurs rêves
Pour que cesse enfin cette misère .
Les hommes sont ils égaux
Face à l'injustice qui pointe leur l'innocence
Qui pointe aussi leurs chagrins
Et leurs larmes amères
Comme un bien triste constat semblable à une pénitence
Que la vie leur inflige comme un acte notifié
A l'image d'une  lourde sentence .

Liberté, Egalité, Fraternité

Envoyer

Il faut toujours y croire en cette fraternité
Et non en ceux qu'on du pognon à l'inégalité
Ou des millions d'euros partent sous nos yeux en fumée
Pendant que des hommes perdent leur dignité
Enchainés à leur chaine où la plus dure à porter
Est celle de l'indifférence
Ils vieillissent sous tes lois en nausées à outrance.
Regarde tes frères et clame leur innocence...
Car les pauvres aux yeux des riches resteront toujours ces pauvres .
Et pour simple pénitence
Leurs yeux se tourneront vers elle qui met si bien ses mots en prose
Et la démocratie qui proclame la Liberté...
De deux sœurs ennemies qui se disent être l’Égalité.
Qu'on prenne cette devise au nom de la République
Qu'on fasse d'elle un règne Laïque
Et que l'on nous laisse aussi , signaler
Les faux fuyants d'une formule , dirons nous démocratique.
Vos frères sont là , mais aux yeux de certains , ne se ressemblent pas
Is n'ont point oublié leur seule devise, pure de Fraternité
Qui reste pour eux le souvenir du sang versé
De ceux, qui pour une liberté furent aussi tués.
Car ils savent qu'ils étaient les hommes d'hier
Fraternité disaient on  "Égalité' se fait souvent
En l'écho d'un mauvais son "
Entre les pauvres et les riches il n'y a même plus de pont
Que la Liberté soit
Que 'l’Égalité règne
Que la Fraternité soit reine


Dieu créa la Femme

Envoyer
Femme , la toute puissance te créa libre ..
Elle n'est pas que femme objet
Mais aussi de douceur , tendresse à aimer avec respect
Cette fête aujourd'hui , je désire leurs offrir..
La dédier à toutes ses femmes battues , violées et humiliées
Le Ciel créa la femme la faisant la plus puissante des flammes
Elles sont faites avec une âme , des envies et des refus
Non pour les battre et leur faire verser des larmes ..
A en hurler qu'elles n'en peuvent plus .
Vous êtes libre mesdames , dans votre corps et votre cœur
Même de prendre conscience que vous n'êtes pas de petites choses
Pour vivre de l'autre que ses changements d'humeur
Quand il ose ..!D
La femme est l'égale de l'homme
Elle sait donner la vie , que cela ne vous étonne .!
Alors que de ce réveiller le corps douloureux et meurtri
Des coups de la nuit
Elle lui tends encore l'oreille , espérant autre chose que des cries
Elle n'est qu'une femme ,pleurant  devant l'intolérance de sa vie
N'attendant que de courage ,pour seule défense  devant des mots ravageurs
Qu'il ne la batte plus , à la laisser pour morte en lui brisant le cœur
Cette fête aujourd'hui , je désire la fêter
La dédier à toutes ses femmes battues , violées et humiliées .
Femme au cœur plein d'amour
Où la vie n'a qu'un sens mais pas celui de la violence
Apprenez à vous battre pour un avenir meilleur
Pour un monde d'égalité
Où le respect restera à jamais le seul vainqueur
De causes universelles au nom d'une Liberté ..!

Saint Valentin

Envoyer

Camerone 150 ans d'histoire‏

Envoyer

Page 1 sur 8

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  8 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2193
mod_vvisit_counterHier2045
mod_vvisit_counterCette semaine4238
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois30706
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095797445

Qui est en ligne ?

Nous avons 599 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13225
Affiche le nombre de clics des articles : 13342293
You are here POEMES Marie Quilichini