AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size


La part du rêve

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 726

Les motivations des candidats à l’engagement que nous accueillons chaque semaine sont nombreuses et très variées : nécessité économique, refuge politique, fuite face à des situations familiales compliquées ou des échecs professionnels et scolaires, démêlés avec la justice... Mais il serait réducteur de considérer que ces motivations touchent toutes de près ou de loin à ce qu’on assimile un peu vite à la "gamelle". Car je constate qu’il y a toujours une part de rêve et d’idéal cachés au plus profond des âmes de ceux qui décident de rejoindre nos rangs. Emile Henriot, dans son livre "vers l’oasis", écrivait déjà en 1935 :
"La fidélité militaire tient lieu de patrie aux durs Heimatlos venus ici de tous les mondes chercher dans le service de la France un havre à leurs misères et donner une activité à leur fougue, du pain à leur faim,
des aventures à leurs rêves".

De quoi est fait ce rêve ?
Il concentre diverses aspirations que la pudeur empêche en général d’exprimer, mais qui ne manquent pas d’une certaine noblesse. On y trouve pêle-mêle le goût de l’aventure et des grands espaces, la recherche de l’exotisme, et parfois, une envie de gloire militaire et des ambitions d’héroïsme que peuvent avoir nourris la légende.
Ce rêve est aussi sous-tendu par la quête d’une vie meilleure, à la manière des colons du nouveau monde, parfois teintée d’un espoir de rédemption : nos légionnaires ne raisonnent jamais la seconde chance comme étant uniquement une solution sociale à leurs problèmes du moment.
Il y a aussi le souhait de l’excellence, celui qui consiste à vouloir appartenir à une élite, à une communauté aux fortes valeurs ; c’est le choix de la fi erté collective. On y trouve enfi n une part de défi personnel, de challenge : le légionnaire rêve de s’accomplir, de se prouver à lui-même qu'il est capable de grandes choses et d’efforts démesurés ; c’est le choix de la fi erté personnelle.

Faut-il entretenir ce rêve ?
Il est primordial pour le commandement de ne pas décevoir ces aspirations : il faut préserver pour chacun de nos légionnaires cette part d’idéal sans laquelle rien de vraiment grand ne peut se construire ensemble. Car la cohésion et l’esprit de corps se nourrissent de la somme des rêves et des idéaux de chacun d’entre eux. Il faut aussi se persuader que l’image que nous renvoyons de notre institution sera belle chaque fois qu’elle sera conforme à cet absolu que chacun porte au fond de lui. Il y a donc des attentes fortes à satisfaire ; elles créent une exigence pour le commandement. Elles tirent vers le haut le travail quotidien : désir de perfection, culte de la mission, recherche de la diffi culté… Nous nous tromperions lourdement
si nous pensions que les seuls désirs à contenter touchent aux conditions de vie, à la promotion sociale ou au confort. Il y a enfi n une formidable plus-value apportée par ces rêves : celle de la motivation, de l’envie et de la détermination qui poussent à se surpasser.

Il faut par ailleurs toujours penser à notre avenir : la Légion doit continuer à faire rêver, dans le monde entier, dans la perspective de son recrutement, afi n d’attirer à nous de jeunes hommes aux fortes aspirations.

Mais il nous faut en même temps être conscients que le fait de vouloir nourrir à tout prix le rêve de nos hommes peut comporter deux risques majeurs :

- celui d’une dérive "mythomane", d’une idéalisation totale qui conduirait à construire un monde irréel qui finirait par être déconnecté des contraintes quotidiennes et des réalités pratiques ;

- celui au contraire d’une déception devant la routine et la banalité d’une vie courante qui ne serait pas à la mesure des espoirs que nos légionnaires portent en eux. C’est donc un exercice tout en équilibre auquel il faut se livrer avec mesure pour préserver la part du rêve tout en accomplissant les tâches les plus élémentaires d’une vie de garnison où le drill, le service courant et les règlements peuvent rapidement prendre une part prépondérante.

Comment entretenir ce rêve ?
Il faut en premier lieu entretenir une part de secret et de mystère : la Légion est entourée d’une aura particulière liée principalement au profil des hommes qui la composent, mais aussi à son fonctionnement et à ses règles. Légende plus que réalité, cette conviction collective d’un "monde à part" est fortement
ancrée dans notre communauté. Il faut aussi continuer à offrir à nos hommes une vie hors
norme, plus exigeante, plus rude. Proposer des défis individuels et collectifs, ne jamais laisser la routine s'installer, rechercher la performance, s’entraîner avec rigueur constituent des impératifs qui ne sont pas simplement destinés à améliorer notre niveau opérationnel.

Il nous faut bien sûr pouvoir périodiquement être engagés dans des opérations difficiles dans lesquelles chacun trouvera la réalisation de ses ambitions de soldat et de sa vocation de combattant. Il est primordial pour cela de rester dignes de mériter ces engagements opérationnels les plus ardus et les plus valorisants grâce à notre préparation collective. Il faut également apporter à tous la considération qui fait que
chacun se sent dépositaire d’une part du patrimoine légionnaire. Il faut par-dessus tout continuer à savoir "créer de l'émotion" : faire vivre nos traditions, célébrer avec faste nos fêtes légionnaires, conserver notre goût pour les belles prises d’armes, témoigner notre reconnaissance à nos hommes en n'hésitant pas à leur parler de valeurs et de grandeur...
Il nous appartient à chacun de faire vivre la part de rêve qui apporte à notre communauté le supplément d’âme qui a fait sa réputation, qui soutient notre travail de chaque jour et qui sera le moteur de nos succès futurs.

Bonne lecture à tous,

Général de brigade Alain BOUQUIN


Le Conseil de la Légion étrangère

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 725
Les exigences de notre engagement d’étrangers au service de la France trouvent leur traduction concrète dans le code d’honneur du légionnaire et dans notre style de commandement. Elles fondent un esprit de corps unanimement reconnu dont nous pouvons être fiers.

Ce savoir-être légionnaire que nous entretenons avec soin repose sur quelques principes simples au premier rang desquels figure celui qui consiste à toujours considérer que l'homme, le légionnaire, est la réalité qui précède toute les autres dans notre communauté. Tout a donc toujours été mis en œuvre pour s’assurer de sa valeur militaire et de son aptitude à remplir les missions confiées, mais aussi de son moral et de son bien-être. Sans qu’il existe d’instances de concertation officielles comparables à celles mises en place dans le reste des armées, la Légion a toujours veillé à entretenir un dialogue étroit entre la hiérarchie et les hommes ; elle a su créer à sa manière des "espaces de concertation" adaptés aux besoins de l’institution et des individus qui la composent : le rapport, bien sûr, mais aussi la revue d’effectifs, la revue de la garde, les commissions participatives, ou, de manière moins formelle, les tables rondes, les clubs des unités élémentaires...

Il est souvent étonnant de constater que ces modes éprouvés de concertation interne font plutôt bon ménage avec notre discipline réputée hermétique à la discussion : ces deux piliers de notre fonctionnement ne sont donc pas aussi incompatibles qu’on pourrait le penser au premier abord... Ma longue expérience m’a d’ailleurs permis de constater que nos personnels de tous grades,
lorsqu’on leur donne l’occasion de s’exprimer, savent parfaitement trouver leur juste place et formuler avec mesure des idées souvent excellentes car toujours inspirées par le souci du bien commun.

Il reste que les militaires servant à titre étranger n’ont pas accès aux instances de concertation des armées, Conseil de la fonction militaire / terre et Conseil supérieur de la fonction militaire, la désignation des membres étant subordonnée à la condition de servir à titre français. Ils n’avaient donc pas jusqu’ici la possibilité de faire valoir leurs préoccupations, leurs envies ou leurs suggestions dans une structure de dialogue de niveau supérieur. C’est pourquoi, reprenant une idée ancienne, mais jugée trop en avance sur son temps, il est apparu nécessaire et judicieux de créer un Conseil de la Légion Étrangère. Le CLE a vu le jour le 5 juillet dernier, et ce nouvel acronyme fait désormais partie de notre vocabulaire.

C’est une instance consultative chargée à la fois de fournir aux autorités des éléments d’appréciation sur la situation de la Légion et de leur donner un avis sur les décisions en préparation dès lors qu’elles ont un impact sur les conditions particulières du service à titre étranger.

Le domaine d’attribution privilégié du CLE est bien sûr celui des règles de vie communes à la Légion étrangère ; il inclut tous les sujets ayant des répercussions directes sur les conditions de vie des cadres et légionnaires : recrutement, gestion, formation, service courant, protection et sécurité, solidarité, moral, traditions, patrimoine... C’est pourquoi toutes les catégories de personnels y sont représentées : officiers (chefs de corps de formations de la Légion), sous-officiers (représentés par leurs présidents) et militaires du rang (représentés par des présidents de caporaux chefs).

Le CLE a vocation à être à la fois un outil de cohésion pour la Légion et un outil de "cohérence de la Légion au sein des armées". Il doit nous permettre ensemble d’harmoniser nos pratiques, de simplifier nos procédures, d’examiner périodiquement la réalité et l’utilité de nos règles de vie. La présence du CEMAT est garante d’un regard extérieur à notre communauté, de la bonne adaptation des spécificités légionnaires aux besoins des armées et d’une parfaite contribution de la Légion aux objectifs de l’armée
de terre, dans la logique d’une saine intégration.

Le CLE doit donc pouvoir s’appuyer sur une participation active des personnels qui seront appelés à y siéger. On doit pouvoir y discuter librement de tous les sujets de vie courante. Il sera important de lui conserver son caractère consultatif, gage de la liberté d’expression : les propositions qui y seront débattues auront ensuite naturellement vocation à faire l’objet de décisions qui resteront
de la responsabilité du commandement.

Je souhaite que le CLE devienne une véritable force de proposition et que son action soit à même de nourrir notre réflexion collective sur l’avenir de notre institution. J’en attends beaucoup et je suis résolument optimiste : son rôle nous permettra ensemble de rendre encore plus efficace, encore plus humaine et encore plus solidaire notre communauté, dans le souci constant de sa contribution à la défense de notre pays.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


Afghanistan : leçons apprises et vertus légionnaires

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 724

L'été 2010 marquera pour la Légion étrangère le terme d'une année au cours de laquelle ses unités ont été engagées de manière significative sur le théâtre afghan. C'est le moment de dresser un premier bilan et de tirer quelques enseignements pour notre communauté.

On l'a dit à maintes reprises : ce théâtre se distingue des engagements que nos formations ont vécus au cours des vingt dernières années, en particulier en Afrique : les combats y sont plus fréquents et plus rudes, les pertes subies y sont plus sévères. La Légion renoue, d'une certaine manière, avec ce qu'elle avait connu en Algérie.

Le premier enseignement touche à la préparation opérationnelle. Elle doit être particulièrement soignée, dans la perspective d'opérations plus complexes au cours desquelles les fautes techniques ou tactiques se matérialiseront par des blessés et des morts. Notre entraînement doit être conduit avec toujours plus de réalisme, dans des conditions difficiles et en terrain exigeant, dans un environnement proche de celui des montagnes afghanes. Les déplacements dans un relief accidenté, le combat à pied, la manœuvre sous le feu et le tir "à tuer" doivent demeurer les fondamentaux de notre instruction.
Au-delà de ces capacités techniques et de ces savoir-faire tactiques à entretenir, l'excellence et l'exigence sont les attitudes légionnaires qui seules permettent de hisser notre niveau de préparation à hauteur des enjeux opérationnels qui nous attendent. Enfin, la maîtrise de soi demeure la marque des troupes solides et fiables. Elle consiste à savoir contrôler sa force en toutes circonstances pour être en mesure de ne l'utiliser que dans les cas extrêmes, lorsque le chef décide qu'il n'y a pas d'autre solution. Elle se traduit en particulier par une discipline de feu rigoureuse. Elle permet de ne jamais subir une situation, et de préserver sa liberté d'action. Cette maîtrise doit être à la fois individuelle et collective. Elle est inscrite dans la tradition légionnaire et a fait notre réputation au feu : il faut continuer à la cultiver avec soin car elle est garante de notre efficacité au combat.

Le second enseignement concerne notre préparation individuelle, notre système de formation et, plus largement, notre gestion des ressources humaines. La capacité opérationnelle de nos unités repose en effet aussi sur la valeur individuelle de chacun de ses cadres, combattants et spécialistes déployés en opérations.
La sélection de nos candidats au recrutement et la formation initiale doivent continuer à être conduites en vue de la constitution d'une formation combattante. Elles doivent donc privilégier la solidité, la rusticité, l'équilibre psychologique, la stabilité émotionnelle et l'endurance.
L'acquisition de savoir-faire individuels et les stages doivent rester une priorité du commandement dans le but de disposer de légionnaires polyvalents, aptes à la fois à des emplois de combattants et de spécialistes. Le domaine "santé" doit continuer à faire l'objet d'un effort tout particulier, la rapidité et la qualité des premiers soins apportés à un blessé étant souvent déterminantes.La formation des cadres doit plus que jamais être axée sur les responsabilités en situation opérationnelle, avec tout ce que cela sous-tend : intelligence de situation, adaptabilité, capacité d'initiative, aptitude à la prise de décision, formulation d'ordres clairs et acquisition d'un référentiel éthique solide.

Le dernier enseignement à tirer a trait au soutien en métropole et en garnison. Il relève de la solidarité légionnaire, en se souvenant toujours que nous avons affaire à des hommes déracinés qui devront être accompagnés en cas de détresse. Notre code d'honneur le dit : "nous n'abandonnons pas nos morts et nos blessés". La mission d'accueil et de suivi des blessés soignés dans les hôpitaux parisiens confiée à notre Groupement de recrutement (GRLE) est primordiale. L'aide matérielle susceptible d'être apportée par le Foyer d'entraide de la Légion étrangère aux légionnaires et à leurs familles doit être systématiquement envisagée. L'Institution
des invalides de Puyloubier est en mesure d'accueillir ceux qui ont besoin de se reconstruire physiquement, puis moralement, après des épreuves.
Les bases arrière de nos régiments ont un rôle déterminant à jouer pour entourer et rassurer les familles, elles aussi étrangères, car les structures d'accueil du corps constituent bien souvent le seul point de contact auquel elles peuvent se raccrocher.
Au-delà d'une simple action sociale, c'est un réflexe de cohésion et de solidarité au sein de la communauté légionnaire qui doit continuer à opérer et ainsi dépasser les égoïsmes de notre temps.

Ces trois enseignements sont à considérer comme des objectifs essentiels car ils conditionnent, en amont et en aval des engagements, l'efficacité opérationnelle de notre système d'hommes.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


LES SUITES DE NARVIK : UNE RÉFLEXIXION SUR LE SENS DU DEVOIR

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 723

Nous sommes le 21 juin 1940. La 13e Demi-brigade de Légion étrangère rentre de Narvik où elle vient de remporter en Norvège un beau mais inutile succès au sein du Corps expéditionnaire français en Scandinavie. Après une rapide escale en Bretagne, elle accoste en Angleterre. Elle se voit proposer un choix difficile : celui de rejoindre les toutes jeunes Forces françaises libres. Elle va, à l'initiative de ses officiers et dans la grande majorité de ses cadres et légionnaires, répondre positivement à cet appel, dans la logique de résistance voulue par le général de Gaulle et initiée à peine trois jours plus tôt.

Ce oui "franc et massif" va faire d'elle la première unité constituée des FFL. Ses débuts ne seront pas simples : scission avec ceux (une minorité) qui ont choisi de rentrer en Afrique du Nord, cruelles interrogations après la tragédie de Mers El Kébir, désastreuse expédition de Dakar, douloureux combats de Syrie au cours desquels il faudra affronter des camarades légionnaires... Il y aura surtout à faire face au dur sentiment d'une forme de rupture avec le pays, pas encore prêt à soutenir la France libre...

Mais la 13e DBLE marquera de belle manière, quelques mois plus tard, grâce à son brillant fait d'armes de Bir Hakeim, le grand retour de la France dans la guerre. Ce sont finalement des étrangers au service de la France qui ont été en mesure de donner l'élan initial des combats pour la libération du sol national, puis de remporter le premier succès significatif sur le long chemin qui mènera à la victoire.

Nous commémorons cette année le soixante-dixième anniversaire de cet événement fondateur : celui du choix délibéré d'une légitimité incertaine et audacieuse à laquelle l'histoire donnera tout son sens.

Quelles leçons tirer de cet épisode pour la Légion d'aujourd'hui ? Quel jugement porter sur ce cas d'espèce aux interprétations diverses, que de nos jours encore les uns retiennent comme une situation flagrante de désobéissance et d'entrée dans l'illégalité, et où les autres, les plus nombreux, sont tentés de voir le choix de l'honneur et de l'espoir ?

On peut évidemment le justifier de manière simpliste : la Légion étrangère, monolithique et fidèle à son esprit de troupe combattante, a toujours mis son orgueil collectif à faire des choses difficiles ; la 13e DBLE a fait spontanément, naturellement, par réflexe, le choix de la cohésion dans la difficulté. Mais se contenter de cette explication serait une forme de pirouette pour échapper à une analyse plus en profondeur...

A la Légion, l'exigence de cohésion est existentielle ; elle repose en grande partie sur son encadrement. Ce sont bien les officiers de la 13 qui ont entraîné leurs hommes dans le choix de la France libre. Le placement de la Légion étrangère sous commandement français constitue de ce point de vue une garantie très forte : dans tous les cas, c'est à des officiers français que revient la charge d'indiquer à leurs hommes la voie de la sagesse, du devoir et de l'honneur.

C'est une triple responsabilité fondamentale :

  • vis-à-vis de nos légionnaires qui ont fait le choix de la France et qui nous font confiance pour ne jamais les mettre en situation de trahir ce choix, en les conduisant toujours là où est le service de la France ;
  • vis-à-vis des autorités de notre pays qui nous ont confié un rôle exorbitant, celui de fournir la garantie de l'obéissance de soldats étrangers ;
  • vis-à-vis de la Légion dont on doit toujours chercher à préserver l'unité et la cohérence qui font sa force principale.

Ce sont là des idées fortes qui doivent nous pousser à exercer notre réflexion : dans les décisions que nous aurons un jour à prendre, nous serons responsables devant la nation, non seulement de nos choix personnels, mais aussi, le plus souvent, des directions vers lesquelles nous entraînerons nos cadres et légionnaires.

Il y a ensuite une réflexion permanente à conduire sur les notions de légitimité et de légalité :

  • la première relève du sentiment, d'une conscience aiguë de son devoir, de la perception que l'on peut avoir de l'intérêt supérieur de la nation ; c'est une notion relative et le plus souvent personnelle, et c'est ce qui fait sa difficulté ; elle est marquée par l'environnement, par la passion, par l'incertitude, par l'empreinte de son propre destin ;
  • la seconde est une notion objective ; elle trouve son fondement dans la loi et dans les règlements ; elle est en théorie simple à identifier ; elle relève de la raison. Inscrire son engagement personnel dans une perspective de légitimité est une question d'honneur ; le respect de la légalité est davantage une affaire de discipline.

En général, légitimité et légalité vont de pair ; mais dans certains cas elles peuvent diverger. Et notre état de soldat nous impose de nous préparer à ces circonstances exceptionnelles.

La culture générale, la connaissance de l'histoire, la réflexion personnelle sont les outils qui doivent permettre à chacun de se préparer à donner une réponse individuelle claire, justifiée (à défaut d'être toujours juste), prise en connaissance de cause, à ces questions de devoir toujours délicates à appréhender avec sérénité et recul. Elles sont les clefs d'un bon discernement et d'un engagement que l'on ne doit jamais prendre "par défaut".

Nos valeurs légionnaires, l'honneur et la fidélité, sont des "garde-fous" précieux. Il convient, face à nos choix d'hommes, de toujours se poser la question de savoir où est notre honneur et en quoi consiste notre fidélité. Que signifie pour moi la loyauté ? Est-elle due à ma patrie d'accueil, à son gouvernement en place, à mes chefs, à mes camarades, à mes traditions ou à l'idée que je me fais de mon devoir ? A tout cela en même temps, bien sûr. Sauf que les événements peuvent rendre incompatibles ces différentes formes de mon exigence de fidélité.

Il reste enfin une vertu fondamentale à entretenir, celle de l'humilité. Il est une question à laquelle je ne serai jamais capable de répondre avec certitude : quel aurait été mon choix personnel en 1940 ? Avec le recul que me procure le temps, je peux donner une réponse raisonnable ; mais je ne saurai jamais si cette réponse aurait été la même "à chaud", pris dans l'engrenage des événements et des passions contradictoires...

L'histoire nous invite à quelques réflexions :

  • D'abord les circonstances ne sont jamais comparables : en 1940, le sort de la France entière était en jeu, dans un contexte mondial ; le pouvoir politique était vacillant, contestable, balloté... et sous le contrôle d'un occupant ; la réponse à l'appel du 18 juin était sous-tendue par un formidable élan d'espoir.
  • Il faut ensuite se garder de porter des jugements hâtifs ; ce n'est qu'a posteriori que l'histoire donne raison aux événements et aux hommes en démontrant que telle décision était porteuse d'avenir alors qu'une autre était une entreprise vouée à l'échec et à l'opprobre publique. Ceux qui ont été confrontés à des choix de conscience en temps de guerre ne pouvaient avoir une vision claire et totalement raisonnée de ce dans quoi ils engageaient leur honneur et leur vie.
  • Plus largement, l'histoire de notre pays, celle de la Légion, doivent être assumées sans faire de "tri sélectif". En tant que légionnaires, nous sommes les héritiers des victoires et des défaites de notre communauté, de ses bons et de ses mauvais choix quel qu'en soit le sens. C'est précisément en assumant cet héritage, ce passé commun, dans leur totalité, que nous sommes en mesure d'en tirer les enseignements les plus constructifs. Souvenons-nous que l'année 2011 marquera l'anniversaire d'un autre choix douloureux pour la Légion étrangère en Algérie... Une décision marquée elle aussi par le sceaux d'une légitimité revendiquée, bien que tout aussi difficile à cerner.

Porter témoignage des ces événements passés, réfléchir à leurs conséquences, se recentrer sur nos valeurs légionnaires pour éclairer notre route, sont des attitudes à adopter en toute humilité dans la perspective de nos choix à venir, avec toujours comme fil directeur le service de notre pays. D'autres 18 juin nous attendent peut-être : il faudra nous tenir prêts à leur donner ensemble la réponse la plus appropriée à la défense de la France.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


Rigueur et initiative

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 722

Nous avons en grande partie bâti notre réputation opérationnelle sur notre discipline et notre rigueur dans la conduite de nos missions. Aujourd'hui encore, ce sont la maîtrise de soi, le sang-froid et la discipline de feu qui sont à la source de la réussite de nos unités engagées en Afghanistan et de la reconnaissance qui leur est témoignée.

Pourtant, cette discipline que nous avons érigée en vertu et que nous assumons sans crainte ne se suffit pas à elle-même. Nous savons bien qu'elle ne doit en aucun cas se transformer en une rigidité formelle susceptible de limiter la prise d'initiative et la souplesse. L'image stéréotypée d'une troupe solide et fiable, mais "lourde", que nous prêtent volontiers certains, doit nous rappeler que la rigueur de notre discipline est loin de constituer notre seule force, et qu'il nous faut aussi cultiver l'esprit d'initiative tel qu'il s'est imposé dans nos rangs, sans discontinuité, tout au long de notre histoire. Elle nous permet également, au passage, d'apprécier ce que valent certaines idées reçues...

Il est vrai que les deux notions de rigueur et d'initiative peuvent sembler mal conciliables, surtout dans un cadre opérationnel:

  • la rigueur c'est une planification stricte, des ordres précis, une exécution méthodique, un contrôle renforcé, des comptes-rendus fidèles ;
  • à l'inverse, l'initiative c'est l'adaptation, la liberté d'action, les marges de manœuvre que l'on peut prendre, la plénitude de la responsabilité.

Pour autant, rigueur et initiative ne sont pas opposables ; il s'agit au contraire d'être en mesure de les combiner, en toutes circonstances. Au combat, notre histoire nous montre qu'on peut être à la fois une belle "machine de guerre", une mécanique "bien huilée", et une troupe agile et réactive. Une des clés du succès consiste précisément dans notre capacité à passer d'un style à l'autre en fonction de la situation et des impératifs de la mission.

Pour y parvenir, les notions de discipline intellectuelle, de subsidiarité et d'intelligence de situation sont fondamentales :

  • savoir accorder davantage d'importance à l'esprit des ordres reçus qu'à leur lettre ;
  • accepter de confronter les points de vue et de prendre en compte les bonnes idées de nos subordonnés, en amont de la prise de décision ;
  • compter sur leurs facultés de réflexion dans l'analyse des situations ;
  • tolérer en aval, dans la mise en œuvre, une certaine "flexibilité encadrée", chaque initiative devant faire l'objet d'un compte-rendu.

Nous savons depuis longtemps déjà qu'il faut promouvoir ces dispositions d'esprit, en se souvenant que le chef n'a pas le monopole de la réflexion et de l'ingéniosité.

Cette question est importante pour nous autres légionnaires : c'est celle de l'équilibre à préserver entre la discipline formelle ancrée dans notre culture et une certaine forme de liberté dans l'appréciation et dans l'exécution des ordres reçus telle que nous l'avons toujours pratiquée :

  • l'obstacle de la langue et l'extrême diversité de notre population nécessitent un contrôle accru pour éviter le risque d'une mauvaise interprétation, pour conserver l'ordre et la cohérence ; notre souci de perfection et notre goût du travail bien fait peuvent également nous conduire à privilégier une exécution strictement contrôlée, dans une logique de "drill" ;
  • mais la richesse de notre recrutement doit aussi nous inciter à permettre la prise d'initiative car nous disposons d'hommes expérimentés, intelligents et imaginatifs qui ont montré qu'ils étaient capables de trouver des solutions originales et de "varianter" quand les circonstances l'imposent ; les facultés d'adaptation de nos légionnaires ne sont plus à démontrer.

Sachons donc "tempérer" notre discipline légionnaire et continuer à cultiver notre aptitude à conjuguer la rigueur et l'initiative. C'est dès le temps de paix qu'il faut prendre l'habitude de mieux encourager la réflexion et la souplesse dans les tâches les plus basiques, jusqu'aux plus bas échelons de la hiérarchie ; car, dans la préparation et dans l'exécution des missions, il faut se souvenir que la fidélité plus que la seule rigueur doit être la règle. L'esprit d'initiative est une vertu de l'opportunité et du possible, une vertu de responsabilité, une vertu légionnaire.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


Agression inadmissible d’un jeune légionnaire

L’affaire de l’agression avec viol d’un jeune légionnaire par deux de ses pairs m’a profondément attristé. A divers titres.

Je voudrais d’abord assurer la victime de notre soutien. Nous lui fournirons toute l’aide dont il peut avoir besoin ; sa place dans nos rangs n’est pas remise en cause et il pourra, s’il le souhaite, poursuivre ses services parmi nous.

Je souhaite aussi insister sur le fait qu’il s’agit d’un règlement de compte entre jeunes légionnaires. L’intervention rapide de l’encadrement de contact a permis un traitement efficace, à la fois pour la santé de la victime et pour la conduite de l’enquête.

Je suis évidemment atterré que ce genre d’agression puisse se produire dans notre communauté. Nous souhaitons promouvoir un certain nombre de valeurs héritées de nos anciens : fraternité d’armes, solidarité, respect, camaraderie… Nous ne pouvons tolérer des actes violents qui vont totalement à l’encontre de ces valeurs de référence ; et nous pouvons encore moins les « couvrir ». Si de tels faits devaient se reproduire, ils seraient à nouveau dénoncés aux autorités judiciaires sans états d’âme. Et leurs auteurs seraient écartés sans indulgence, ainsi que tous ceux qui auraient pu fermer les yeux.

Ces actes illustrent, si besoin en était, l’extrême sensibilité de notre recrutement : nous engageons des candidats étrangers sur lesquels des informations fiables sont difficiles à obtenir et nous accordons une seconde chance à des hommes qui ont pu avoir des parcours compliqués avant de rejoindre nos rangs. Il est donc de notre devoir de mettre en œuvre un dispositif de sécurité et de protection performant pour nous prémunir. Car il faut toujours se souvenir que la seconde chance offerte peut déboucher sur une seconde « connerie », qui relève, dans le cas évoqué, de l’intolérable… Cette vigilance doit continuer à se traduire de manière tangible en termes de contrôle et de surveillance.

Je souhaite, pour conclure, m’inscrire en opposition totale avec quelques commentaires provocateurs que j’ai pu lire sur une prétendue « culture de la violence » qui serait la marque de la Légion et le fait du commandement. Cette accusation est particulièrement outrageante et s’apparente à de la diffamation. Peut-on penser que les comportements violents sont encouragés par le « système » légionnaire quand on sait les efforts mis en œuvre pour éradiquer les sévices et brimades, et pour promouvoir un style de commandement empreint d’humanité ? Peut-on décréter à partir d’une affaire, si sordide soit-elle, que la violence est la norme dans une institution (qui oserait écrire, suite à la condamnation d’un élu pour sévices à caractère sexuel, il y a quelques années, que la représentation nationale serait marquée par une culture de la violence) ? Peut-on laisser penser que l’encadrement fait preuve de passivité, voire de complaisance, et que seules les interventions racoleuses de quelques associations malintentionnées nous poussent à ne plus accepter l’inacceptable ? Peut-on croire que la responsabilité du chef est une notion relative, modulable en fonction de la pression médiatique ?

La vérité est tout autre : nous avons à faire face ponctuellement à des actes dégradants qui sont le fait de quelques individus qui, quoi que l’on fasse, et c’est la limite du système lié à la liberté individuelle accordée à chacun, ne veulent pas adhérer à nos valeurs ; nous traitons ces agissements avec toute la sévérité voulue, sans concession, et en toute transparence, dès lors que la gravité des gestes et des comportements exige de ne pas les cantonner au seul domaine disciplinaire.

Général de brigade Alain BOUQUIN

Camerone 2010 : frères d'armes

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 721

Pourquoi avoir choisi le thème "frères d'armes" pour commémorer le 147e anniversaire du combat de Camerone ?... Après tout, cette célébration est une fête spécifiquement légionnaire et le combat de Camerone lui-même fut celui d'une unité isolée du corps expéditionnaire français au Mexique. Je voudrais partager avec les lecteurs de Képi blanc les idées fortes qui m'ont conduit à ce choix de l'ouverture.

D'abord la fraternité d'armes n'est pas une nouveauté. La Légion a même très rarement combattu seule, livrée à elle-même, au cours de l'histoire de notre pays :

  • il y a soixante dix ans, à Narvik, elle s'est engagée aux côtés des chasseurs et des troupes alpines, avec l'appui de la marine ;
  • il y a soixante ans, à Cao Bang, elle était sur la Route coloniale n°4 avec des parachutistes coloniaux, des Tabors et des tirailleurs ;
  • il y a vingt ans, dans le Golfe, c'est sous commandement américain, protégée par une couverture de l'armée de l'Air, avec des artilleurs, des marsouins et des équipages de l'aviation légère de l'armée de Terre qu'elle s'est lancée à l'assaut des troupes irakiennes.

Les engagements récents, que ce soit en Afghanistan ou en ex-Yougoslavie, se sont tous inscrits dans une triple logique : interarmes, interarmées et interalliée. Les Camerone de demain seront des combats qui ne se livreront plus jamais seuls.

Il faut ensuite se rappeler que la fraternité d'armes relève d'un référentiel commun à l'ensemble des hommes et femmes qui portent les armes de la France. Elle est certes "fondatrice" pour nous légionnaires qui avons pour mission d'amalgamer des étrangers venus de tous les horizons pour servir un pays qui n'est pas le leur. Pour y arriver, nous puisons dans le souvenir de Camerone de nombreuses valeurs que nous avons depuis inscrites dans notre code d'honneur : fidélité à la parole donnée, culte de la mission, esprit de corps et de sacrifice, courage, discipline, respect de l'ennemi...

Mais il est juste de reconnaître que nous n'avons pas le monopole de ces valeurs : nous les partageons avec de nombreux frères d'armes. Et nous devons nous souvenir que la modestie fait, elle aussi, partie intégrante de notre savoir-être : nous pouvons être fiers de ce que nous sommes, rester attentifs à cultiver l'excellence, croire que nous sommes une troupe d'élite, sans pour autant nous ériger en donneurs de leçons, "laissant le soin aux autres de découvrir notre force", selon la formule consacrée. Camerone sera en 2010 l'occasion, outre le traditionnel hommage à nos anciens, de témoigner notre reconnaissance et notre amitié à nos camarades de combat de tous les continents et de toutes les époques, avec lesquels nous partageons bien davantage que des souvenirs ou des enseignements tirés.

Enfin, la fraternité d'armes est, pour l'avenir, un puissant gage de réussite opérationnelle, une piste essentielle pour une meilleure efficacité au combat. Au-delà des simples mots de cohérence, de cohésion, d'unité d'action ou de synergie, elle recouvre des notions tout aussi importantes de connaissance mutuelle, de respect et de solidarité. Elle se forge dès le temps de paix, dans une saine émulation, source de progrès et d'enrichissement, qui, sans effacer la concurrence, doit en priorité viser à un engagement coordonné, dans le souci constant de la sécurité et de la mission de chacun. En opérations, la fraternité d'armes se traduit en termes de missions : soutien, appui, recueil, diversion, renseignement, exploitation, complémentarité... La fraternité d'armes doit plus que jamais permettre au chef non d'additionner des forces, mais d'en démultiplier la puissance et ainsi donner tous ses effets à la complémentarité des moyens engagés.

C'est cette fraternité d'armes que nous voulons vivre et promouvoir : non seulement une tradition légionnaire cultivée avec soin pour ce qu'elle nous apporte en termes de cohésion, mais aussi le moteur indispensable à toute victoire militaire.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


La silhouette du légionnaire

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 720

Un de mes prédécesseurs avait fait de la "silhouette" un objectif majeur : il s'agissait d'éliminer de nos rangs ceux de nos légionnaires dont le profil physique avait perdu au fil du temps de sa souplesse et de sa virilité guerrières. Un tel combat visant à chasser les "petits gros" pourrait aujourd'hui passer pour une forme de discrimination… A-t-il pour autant perdu toute son actualité?

La forme physique du combattant demeure en effet un des fondamentaux de la capacité opérationnelle d'une troupe ; et la silhouette en constitue la manifestation la plus visible. Notre code d'honneur rappelle d'ailleurs très clairement cette règle de base : "tu as le souci constant de ta forme physique".

Un soldat bien entraîné doit pouvoir supporter les conditions du combat moderne : environnement climatique sévère, terrain accidenté, enchaînement rapide des actions de combat, poids de l'équipement individuel, dureté des engagements... Et il doit non seulement être apte physiquement à faire face à des conditions extrêmes, mais surtout rester en mesure de conserver ses facultés de volonté, de réflexion et de décision sans que la fatigue corporelle accumulée ne vienne altérer ses ressources mentales et psychologiques, selon le vieil adage de nos anciens : "mens sana in corpore sano".

Mais la silhouette a d'autres vertus. Une allure martiale a de tous temps été le propre des troupes professionnelles. Elle contribuait jadis à impressionner l'ennemi avant la bataille, à la manière des guerriers spartiates, des janissaires, des lansquenets ou des grognards de la garde impériale. Et c'est pourquoi elle était cultivée avec soin, jusque dans les moindres détails vestimentaires et dans la gestuelle collective.

L'allure reste aujourd'hui partie intégrante de ce qui fait la fierté d'une troupe : tenue ajustée, buste droit, regard haut et ferme, visage impassible... Elle est l'image que le légionnaire souhaite renvoyer de lui-même et de l'unité dans laquelle il sert. Elle témoigne de sa résolution, de son énergie, de son engagement, de son courage sous le feu. Elle est un reflet de la jeunesse et des vertus qui s'y rattachent : audace, dépassement de soi, goût de l'effort. Elle est en ce sens une marque de fabrique de l'identité légionnaire.

L'allure est aussi consubstantielle d'une certaine élégance, qui ne se limite pas à la tenue, mais se conçoit dans un comportement fait de générosité et de don de soi. Elle est enfin garante d'une forme d'exigence individuelle qui fonde le comportement collectif, l'esprit de corps et le "calme des vieilles troupes".

Au-delà de la simple recherche d'un profil physique avantageux (qui ne doit en aucun cas conduire à des dérives inacceptables comme la consommation de produits dopants à des fins de "gonflette"), c'est donc celle d'un style spécifique qui doit être privilégiée. Ce style doit intégrer divers ingrédients : maîtrise de soi, rigueur dans l'attitude, performance sportive. Il doit permettre à la troupe de dégager une impression de force, de détermination et de confiance. Ce style doit aussi conduire à écarter tout ce qui est de nature à corrompre la forme physique, en particulier les pratiques addictives qui en diminuent le niveau (tabac, drogue et alcool). Il repose sur une préparation physique et sportive continue, régulièrement contrôlée et mesurée, mais aussi sur l'aguerrissement qui doit viser à préserver la robustesse et la rusticité.

C'est pourquoi il est fondamental, pour chacun d'entre nous, cadres et légionnaires, d'apporter un soin tout particulier à notre silhouette, au propre comme au figuré, afin de pouvoir continuer à dire, à la manière de Cyrano de Bergerac : "c'est moralement que j'ai mes élégances !"

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


A propos du reportage de M. RODRIGUEZ...

Suite à la diffusion du documentaire de M.RODRIGUEZ à qui nous avons ouvert nos portes durant quelques jours à Nîmes, Aubagne, Castelnaudary et Puyloubier, j’ai éprouvé le besoin de faire connaître mon point de vue sur ce reportage.
M.RODRIGUEZ a choisi, en dépit de ce qu’il nous avait laissé entendre, de faire un documentaire à charge sur la Légion étrangère. Il a choisi comme unique angle d’attaque celui des règles de vie de la Légion, sans en vérifier ni la véracité ni les raisons profondes. Il utilise des procédés classiques de désinformation : amalgame, mélange d’informations vraies et d’informations fausses, exagération, sous-entendus, généralisation de cas particuliers…

Il donne la parole de manière presque unilatérale à quelques légionnaires qui exposent les motifs qu’ils ont d’avoir mal vécu leur passage dans nos rangs mais qui omettent de signaler les affaires graves de discipline dans les quelles ils ont été impliqués et qui justifient souvent que leur parcours n’ait pas été à la hauteur de leurs souhaits.

C’est un aspect du documentaire auquel nous nous attendions au regard des informations qui avaient pu remonter jusqu’à moi. Néanmoins, il a été décidé d’apporter notre concours à son projet ne serait-ce que pour permettre à notre voix d’être entendue. Je déplore, non pas tant le ton parfois caustique du commentaire (car c’est la loi du genre) mais bien plutôt le degré d’inexactitude et le manque flagrant d’objectivité du documentaire qui fait preuve d’un parti pris évident. En dépit des preuves que nous lui avons fournies sur un certain nombre de sujets, nous ne sommes pas parvenus à le convaincre de notre bonne foi mais en avait-il seulement envie.

Nous ne sommes surtout pas parvenus à lui faire admettre ce que la « réalité sociale » de notre institution peut avoir de noble et de respectueux, sa richesse humaine… Il n’a vu que la rudesse des règles sans vouloir en rechercher et en mettre en valeur la justification profonde en termes d’intégration, de seconde chance offerte et de cohérence d’une communauté exceptionnelle qui n’a pu être bâtie que sur des pratiques de vie elles-mêmes exceptionnelles.


Pour mieux fixer les idées..

sur le certificat de bonne conduite…

Ce que j’ai été amené à lire ou à entendre ces derniers jours au sujet du certificat de bonne conduite m’amène à penser qu’il existe une certaine méconnaissance des dispositions en vigueur. C’est la raison pour laquelle j’ai estimé utile de mettre en ligne une rubrique sur notre site pour clarifier certains points.
Le certificat de bonne conduite sanctionne les services rendus par un légionnaire à la Nation. C’est une responsabilité du commandement de déterminer à la fin du contrat qui a bien servi ou qui s’est montré indigne de la deuxième chance qui lui a été offerte à la Légion.

  • Les personnels à qui le dit certificat est refusé ne sont pas « quelques centaines » faisant ainsi de la Légion étrangère « une machine à fabriquer du non-droit et des sans-papiers ». Ils représentent moins de 5% de ceux qui nous quittent au terme de leur service dans nos rangs ; un peu plus de soixante dix cas sur les trois dernières années.
  • Ceux qui ne l’obtiennent pas ne sont pas de bons garçons victimes d’un acharnement de l’institution. Ce sont des personnels qui n’ont pas eu une bonne conduite et ne peuvent prétendre au certificat du même nom. A titre illustratif, les légionnaires présentés en photographies dans un récent article paru dans « le Parisien » et « Aujourd’hui en France » cumulent à eux cinq : trois condamnations au pénal, trois affaires de brimades ou sévices, quatre cas d’insubordination, un vol, deux blessures par coups de couteaux, trois dossiers de faux-papiers et deux affaires de drogue, pour une moyenne individuelle dépassant les quatre vingt dix jours d’arrêts.
  • Le refus du certificat de bonne conduite n’a jamais constitué un outil de pression ou une incitation au rengagement. Il est absolument faux de parler de « chantage ». Il est d’ailleurs ridicule de croire que la Légion puisse avoir besoin d’utiliser ce genre de méthodes pour assurer ses effectifs.
  • Il est également faux de parler de mesure « discrétionnaire ». La procédure qui conduit à un refus de certificat de bonne conduite est strictement encadrée et contrôlée. Elle fait l’objet d’avis de toutes les autorités hiérarchiques concernées. Chaque cas défavorable est ensuite étudié par un conseil réunissant des personnels du même grade que celui du légionnaire étudié ; ce conseil rend un avis pris en compte par le général avant sa décision.
  • La non attribution du certificat de bonne conduite ne remet pas en cause complètement la délivrance d’un titre de séjour puisque les intéressés peuvent présenter une demande à titre normal comme n’importe quel étranger séjournant sur le territoire national ou résidant en France. Le certificat de bonne conduite est simplement une facilité offerte aux « bons » légionnaires leur permettant d’obtenir leur carte de résident selon une procédure simplifiée.
Général de brigade Alain BOUQUIN

Paroles de légionnaires

Éditorial du COMLE du Képi blanc N° 719

C'est un gros livre relié cuir ; vert et rouge bien sûr. Il est à la Maison-mère, détenu par le président des sous-officiers de la Légion étrangère. Chaque fois qu'un de nos sous-officiers totalisant plus de vingt-cinq années de services quitte l'Institution, il le remplit avec soin pour laisser une dernière empreinte avant de rejoindre la vie civile. Imaginez : un quart de siècle dans les rangs de la Légion, on a forcément des choses à dire...

Sur la page de droite, deux photos :
- la première, en noir et blanc ; un vieux portrait des années soixante-dix ou quatre-vingts, avec la traditionnelle ardoise où figurent le nom et le matricule; portrait d'un jeune homme frêle aux yeux inquiets et rebelles qui trahissent à la fois des incertitudes ou des blessures, et la volonté de s'en sortir ;
- la seconde en couleur ; le même homme ; quelques rides en plus ; mais la tête haute, la poitrine bardée de décorations, le regard fier, posant avec assurance et prestance devant le monument aux morts de la Légion; le même homme, en plus solide, affichant ses convictions, ses valeurs, son énergie, sa foi en l'avenir.

Sur la page de gauche, quelques lignes ; des mots simples, des mots parfois profonds, des mots souvent naïfs,"des mots toujours forts ; ils sont écrits avec le cœur, sans complaisance ; ils expriment la reconnaissance, la fierté"du parcours effectué, l'attachement à la Légion... Mais laissons-les parler, ces "maréchaux de la Légion".

"Je suis rentré en gamin et je quitte en homme : je ne regrette rien."
"Je quitte la Légion comme j'y suis entré, avec beaucoup d'humilité et de reconnaissance pour la France, ma terre d'accueil ; merci à cet édifice remarquable qui m'a permis de devenir un homme, merci à la Légion qui m'a tendu la main et m'a donné une seconde chance ..."
"Notre Institution est et sera car elle possède à la base de son fondement, la plus redoutable des armes, "l'homme"! Il faut l'accepter, le comprendre, l'éduquer, l'intégrer, et surtout l'aimer, et il deviendra "le légionnaire", le meilleur soldat de la terre."
"C'est le rôle historique de notre pays que d'ouvrir les bras à tous ceux qui viennent lui demander asile pour assurer leur liberté ou sauvegarder leur conscience."
"Ces années ont été pour moi une véritable école de la vie ; j'y ai beaucoup appris sur les plans humain et professionnel ; je pars avec le sentiment de quitter une véritable famille."


"Honneur à vous, enfants de tous pays, vous qui êtes venus servir ce beau pays, la France, en faire votre seconde patrie et accepter ses us et coutumes, jusqu'au sacrifice s'il le fallait."
"Adieu, ma vieille Légion ; tu m'as beaucoup donné; moi aussi j'ai bien donné : la jeunesse de mes vingt ans, la force de mes trente ans, l'expérience de mes quarante ans et la sagesse de mes cinquante ans..."
"Je sais que tout à l'heure, lorsque je franchirai le portail pour la dernière fois, au même moment, un jeune gaillard la franchira dans l'autre sens, et comme moi, il t'aimera passionnément..."
"En errance et en désaccord avec la société, un jour de janvier 1969, j'ai frappé à la porte de la Légion, pour y vivre l'aventure... J'ai vécu et partagé une aventure humaine intense et incomparable durant toutes ces années dans ses rangs..."
"Je me suis présenté à la Légion avec un espoir, celui de ne plus me retrouver en France dans une situation irrégulière ; j'ai été accepté par cette institution prestigieuse et unique au monde ; je la remercie de m'avoir supporté pendant toutes ces années ; je la remercie de m'avoir permis de réussir une belle carrière, de fonder une famille, d'éduquer mes enfants et, par-dessus tout, d'être devenu un homme "complet"."


"De l'engagé volontaire anonyme en quête d'un idéal au sous-officier aguerri et fier de sa condition : un quart de siècle au service de la Légion étrangère."

Voilà ce que disent en partant les plus fidèles de nos serviteurs. Ils apportent là une réponse vibrante à ceux qui voudraient que la Légion cesse d'être "un monde à part", se refusant à comprendre que sa réussite vient pour une large part de sa singularité. Ils témoignent à leur manière de sa formidable capacité d'accueil, d'intégration et de promotion sociale. Ils montrent, si besoin était, que ceux qui nous quittent parfois amers et déçus ne constituent qu'une minorité infime. Ils expriment tout l'orgueil, toute la force et toute la détermination d'une famille légionnaire qui continue à croire à ses valeurs. Ils confirment enfin que la Légion, si elle demande beaucoup à ceux qui s'y engagent, reste en mesure de leur apporter dans la plupart des cas ce qu'ils étaient venus y chercher.

Bonne lecture à tous

Général de brigade Alain BOUQUIN


Page 17 sur 18

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5772
mod_vvisit_counterHier11625
mod_vvisit_counterCette semaine29294
mod_vvisit_counterSemaine dernière82091
mod_vvisit_counterCe mois53840
mod_vvisit_counterMois dernier294058
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910339920

Qui est en ligne ?

Nous avons 1169 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13629
Affiche le nombre de clics des articles : 21736408
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Comle