AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Newsletter 13/03 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 13/03 de l'AALEME

Castelnaudary. Bernard Thévenet parrain de la Solidaire

Bernard Thévenet sur le stand de la Légion à l'occasion du passage du Tour de France, à Limoux/Photos DDM, archives. - Tous droits réservés. Copie interdite.

Le premier semestre s'annonce bien rempli pour le 4e régiment étranger. C'est déjà un nouveau commandant puisque le colonel Talbourdel quittera la ville en juillet. Ce sont aussi des hôtes de marque : Mgr Ravel, évêque aux armées, en février ; le chef d'état-major de l'armée de terre, le général cinq étoiles Ract Madoux, en mars ; le général de Saint-Chamas, commandant de la légion étrangère, en mars également, pour une inspection. Mais cette année 2013 aura pour le «4» en particulier et pour la Légion étrangère en général, puisque c'est le 150e anniversaire de Camerone. Le traditionnel cross aura lieu à Chalabre, ville natale du capitaine Danjou, qui s'est illustré avec sa compagnie face aux troupes mexicaines le 30 avril 1863. La commémoration aura lieu à Aubagne et la traditionnelle prise d'arme et kermesse qui, chaque année, ont lieu au quartier Danjou seront donc repoussées aux 4 et 5 mai. Les 150 ans de Camerone vaudront également aux légionnaires d'être en force le 14 juillet sur les Champs Élysées pour le traditionnel défilé.

Biathlon, triathlon et solidaire

Côté sports, Castelnaudary organisera, le 6 février prochain, dans son chalet de Formiguères, le biathlon des sous-officiers, annulé l'an dernier pour cause d'intempéries. Le régiment chaurien participera au triathlon le 27 juin à Orange, triathlon dont on peut, chauvinement, dire que le «4» l'avait remporté.

Quant à la Solidaire, le périple cycliste au profit des anciens de Puyloubier, elle aura lieu, cette année les 20, 21 et 22 juin au départ de Briançon pour une arrivée à Puyloubier. «Elle se terminera sur la raison d'être», relève le colonel Talbourdel. A noter que la Solidaire aura un prestigieux parrain : Bernard Thévenet, ancien grand coureur cycliste, qui remporta notamment par deux fois le Tour de France.

Gladys Kichkoff

Agen. Les anciens de la légion sont toujours sur le pont

Publié le 18/01/2013

Photo PB .B.S.
On n'arrête pas les anciens de la Légion étrangère et ce ne sont pas Jacques Léonard (à gauche) et Maurice Barlet (notre photo), respectivement président et porte-drapeau de l'Amicale lot-et-garonnaise, qui nous contrediront, lesquels organisent avec leurs amis leur prochaine assemblée générale le dimanche 27 janvier, à partir de 10 h 30, à la mairie de Pont-du-Casse. En suivant, le verre de l'amitié sera partagé à la salle des fêtes de la commune, autour de quelques tranches de boudin, comme il se doit. Pour le repas, il est nécessaire d'adresser un chèque de réservation de 28€ par personne et de s'inscrire avant le 24 janvier en téléphonant au 06 31 63 41 49.

Castelnaudary. Du cassoulet pour les anciens de Puyloubier

Publié le 19/01/2013


Pour la deuxième année consécutive, la ville a offert le repas «chaurien» aux pensionnaires de l'Institution des invalides de la Légion étrangère (IILE) à Puyloubier. Une mission commune de la mairie et du grand «4» à livré les «cassoles» mercredi 16 janvier et a mangé avec les pensionnaires. Reçu chaleureusement par le lieutenant-colonel Jouannic, commandant l'institution, l'IILE a actuellement 91 pensionnaires, le plus âgé à 93 ans, ils ont fortement apprécié ce geste de solidarité et ont souhaité une excellente année 2013 à tous les Chauriens. Cette mission démontre le lien étroit entretenu entre la ville et son régiment et bien plus. Le détachement a visité les ateliers reliure et céramique. C'est la deuxième fois que cela se fait, jamais deux…

La Dépêche du Midi

Castelnaudary. Brahim mallek s'engage

Publié le 17/01/2013

Castelnaudary. Brahim mallek s'engage - Tous droits réservés. Copie interdite.

Brahim Mallek est né à Tunis. Son pays, il l'a quitté à l'âge de 22 ans pour s'engager dans la Légion étrangère. Il y restera vingt-cinq ans, pour une longue et belle carrière. Aujourd'hui retraité, il est très engagé dans le monde associatif de notre ville où il a créé Jasmin et Castellum novum. Il partage désormais son temps entre son pays d'adoption et celui de sa naissance, et pour faire «changer les choses dans sa Tunisie natale, il a décidé de s'engager en politique et d'adhérer à l'UPL, l'Union patriotique libre. Le parti a été créé par Slim Riahi, «un homme d'affaires jeune, défenseur de la laïcité», candidat aux élections présidentielles tunisiennes du mois de mai prochain. «Cela fait deux ans que le régime de Ben Ali est tombé. L'euphorie du 14 janvier 2011 a laissé la place aux tensions sociales et politiques. Pour de nombreux Tunisiens rien n'a changé. Il faut, à la tête du pays, un homme neuf.», souligne M. Mallek pour expliquer son engagement. Pour l'heure, il a été chargé par M. Riahi d'organiser et de relayer sa candidature dans tous les bureaux de vote. Il a, par ailleurs, eu la promesse d'une visite du candidat qu'il soutient, en mai prochain. «Il viendra avec son chef de cabinet et deux députés», souligne-t-il.

La Dépêche du Midi

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

La mort d'Yves Debay, reporter de guerre

Secret défense

Vendredi 18 Janvier 201 Jean-Dominique Merchet

Il a été tué jeudi par un sniper à Alep en Syrie.

On apprend la mort d'Yves Debay, reporter de guerre et journaliste bien connu dans les milieux militaires. Selon des informations encore partielles, il aurait été tué jeudi à Alep (Syrie), non loin de l'hopital de la ville, par un tireur embusqué des forces loyalistes.
Yves Debay avait 58 ans et dirigeait le magazine Assault, qu'il avait créé en 2008, après de nombreuses années passées chez Raids.

La guerre était sa vie et il est mort à la guerre. C'est, n'en doutons pas, comme cela qu'il rêvait de finir... mais pas si vite. Yves Debay était un personnage haut en couleurs, adorable et complètement cinglé.
Né en 1954 au Congo belge, ce géant blond au visage poupin s'engage d'abord dans l'armée belge, mais la soif d'aventures le pousse à aller voir ailleurs, en rejoignant l'armée rhodésienne - l'armée du régime blanc qui combat la guerilla africaine d'inspiration marxiste. Cet engagement, à la fin des années 70, correspond à son amour de l'Afrique comme à ces idées politiques, proches de l'extrême-droite. Mais par dessus tout, il aime la guerre, les soldats, l'odeur de la poudre et le goût de la bière. Il ne changera jamais.
Au milieu des années 80, il se reconvertit dans le journalisme d'abord à la Gazette des Armes puis au magazine Raids pour lequel il couvre tous les conflits. Dès qu'un coup de feu éclate quelque part, il s'y précipite ! L'Afghanistan (des Soviétiques), la guerre du Golfe, les Balkans, le Caucase, le Liban, l'Irak et bien sûr toujours son Afrique bien aimée. Lorsque qu'il n'est pas "au front", il est de toutes les manoeuvres où il cotoie plus volontiers le caporal-chef que le général, avec une affection toute particulière pour la Légion. Sportif, il pratique le parachutisme, collectionnant les brevets du monde entier, et la plongée... mais aux Maldives !

Il était capable des choses les plus insensées, toujours dans un grand éclat de rire. Présenter un spectacle de marionnettes (Kermit le grenouille !) à des Moudjhadines afghans, prouver à un officier de Saddam Hussein (qui le détenait pour espionnage...) qu'il était français en imitant Louis de Funès dans Rabbi Jacob. Embrasser la terre de Grèce parce que son seul Dieu était Dionysos, le dieu de l'ivresse... Pratiquer le baise-main dans un surplus militaire. Faire de très mauvaises blagues sur la Fraternité Totenkopf, sans qu'on parvienne à lui en vouloir tant sa gentillesse et sa générosité étaient évidentes.

Yves Debay avait connu son heure de gloire médiatique lors de l'entrée des chars américains dans Bagdad en 2003. Il y était, évidemment, et avait raconté le déboulé blindé aux médias du monde entier. Mais il s'en moquait. Sa reconnaissance, ce vieux célibataire - qui n'a pour famille que sa seule mère -  la trouvait dans l'ambiance virile des popotes.

En 2008, il avait créé son propre magazine Assaut. S'il parvenait difficillement à joindre les deux bouts, cela lui permettait de partir couvrir les conflits - la seule chose qu'il aimait. Il s'est envolé pour la Syrie juste la veille du déclenchement des opérations françaises au Mali. Il y avait donc rendez vous non pas avec Dionysos, mais avec Arès, le Dieu de la Guerre. Que celui-ci prenne désormais soin de notre ami !

Conférence de garnison

Au pays des étapes 1892

Der Fremdenlegionär

Se désabonner


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1883
mod_vvisit_counterHier9763
mod_vvisit_counterCette semaine11646
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois135151
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098335884

Qui est en ligne ?

Nous avons 935 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18056800
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2013 La Newsletter 13/03 de l'AALEME