AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Emploi. Avend a quitté la Légion pour devenir coiffeur barbier à Saint-Brieuc

Envoyer

https://www.ouest-france.fr/

Avend Yassin, coiffeur barbier.

Avend Yassin, coiffeur barbier. | OUEST-FRANCE

Avend Yassin, d’origine irakienne, a grandi dans le quartier du Plateau, à Saint-Brieuc. À 27 ans, il est désormais à la tête de son propre salon de coiffure pour hommes. Après un itinéraire qui l’a mené à l’armée puis en usine.

Étonnant itinéraire que celui de Avend Yassin. Ce jeune homme de 27 ans a grandi à Saint-Brieuc, dans le quartier du Plateau. Sa famille est arrivée d’Irak au début des années 1990.  « J’habitais rue de Prague, raconte-t-il.  Je suis allé au lycée Chaptal, j’ai fait un BEP mécanique, en un an. Et puis je suis parti à l’Epide, à Lanrodec. Depuis tout petit, je voulais faire militaire. Je me suis rendu compte que je n’avais pas de temps à perdre avec la mécanique. »

Il passe son permis de conduire, ne reste pas longtemps à l’Epide. En deux mois, son projet est ficelé. La Marine nationale ne retient pas sa candidature. Il choisit la Légion étrangère. Deux jours à Nantes, une semaine à Paris, puis il est envoyé à Aubagne, fait partie de ceux qui sont sélectionnés et part pour quatre mois de classes à Castelnaudary. En tout, il passera deux ans à la Légion, entre l’âge de 18 ans et 20 ans.

« Je faisais peur »

Pourquoi en est-il parti ? À cause de la réaction de ses parents ! « Au bout de neuf mois, j’ai eu le droit de rentrer, en permission. J’avais pris 20 kg, à cause de l’exercice. On fait tellement d’efforts, on dort peu, ça fait prendre beaucoup de masse musculaire. Physiquement, je faisais peur. J’étais moins sociable, j’étais dans ma bulle de militaire. Mes parents n’aimaient pas ça. » Ils persuadent leur fils de ne pas continuer. Il lui reste quand même cinq mois à faire.

« C’est à la Légion que j’ai appris à coiffer. La coupe militaire, ce n’est pas compliqué : 3 mm partout. Petit à petit, j’ai commencé à couper les gradés, les chefs de section. C’est eux qui, au moment de ma reconversion, m’ont orienté vers une formation de coiffeur, dans un vrai salon de coiffure, à l’armée. »

Coiffure masculine

Il y a sept ans, Avend revient donc à Saint-Brieuc.  « J’ai fait des petits boulots dans des salons de coiffure. Ce n’était pas facile. J’étais très timide. Quand il y avait plein de monde autour de moi, j’étais impressionné. Je n’étais pas à l’aise sous le regard des clients. » Il s’en va travailler comme cariste, dans une usine. Tout se passe bien. Il continue à couper les cheveux des petits frères et des amis, à la maison. Puis son père lui suggère de revenir à la coiffure. Masculine, cette fois. Bingo.

Il part se former, avec l’aide de Pôle emploi, dans un salon pour hommes, apprend les nouvelles techniques, le traçage, les contours, les dessins que l’on fait sur les côtés. Il crée une société, avec ses parents, et parvient à racheter un fonds de commerce. Aujourd’hui, son salon, rue de la Gare, en face de la Banque de France est un lieu très vivant.

Ambiance super

Hier soir, c’était bourré de jeunes hommes, heureux d’être ensemble, qui plaisantent et se charrient. De la musique, une super ambiance.  « J’aime que les clients se sentent comme chez eux. Ils ressortent avec le sourire, ils sont beaux, bien dans leur peau. C’est bientôt les vacances de la Toussaint, ils ont envie de se faire beaux pour le week-end. »

Les prix sont accessibles. De 10 € à 15 €, maxi 20 € pour une coupe rasoir.  « J’ai une clientèle très large, depuis les enfants jusqu’aux personnes âgées. Le salon est accessible aux fauteuils roulants. Je rencontre tout le temps de nouvelles personnes, j’apprends à les connaître, j’aime beaucoup toutes ces rencontres. »

Salon Fashion Hair, 18, rue de la Gare, Saint-Brieuc.

Ce vendredi, de 9 h à 11 h 30, au centre social du Plateau, 1, rue Mathurin-Méheut, rencontre avec des professionnels qui ont réussi et qui en parlent. Organisée par la Cité des Métiers, avec de nombreux partenaires.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui311
mod_vvisit_counterHier2166
mod_vvisit_counterCette semaine7037
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois33505
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095800244

Qui est en ligne ?

Nous avons 1891 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13225
Affiche le nombre de clics des articles : 13351048
You are here PRESSE XXI° 2018 Emploi. Avend a quitté la Légion pour devenir coiffeur barbier à Saint-Brieuc