AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Aubagne : Édouard Philippe préside le 155e anniversaire de Camerone

Envoyer

https://www.laprovence.com/

Par Corinne Matias lundi 30/04/2018

 

La date marque la commémoration de la bataille de Camerone. Cet événement est le rendez-vous des institutions locales et nationales

Edouard Philippe a passé les troupes en revue avant de rendre hommage à la Légion et aux soldats engagés en ce moment sur les théâtres d’opération dans le monde.

Edouard Philippe a passé les troupes en revue avant de rendre hommage à la Légion et aux soldats engagés en ce moment sur les théâtres d’opération dans le monde. Photo Nicolas Vallauri

 

 

Barrages, chicanes, fouilles, chiens détecteurs de poudre et d’armes… il fallait montrer patte blanche ce matin pour accéder au quartier Viénot, à Aubagne, où se déroulait la cérémonie du 155e anniversaire de la bataille de Camerone.

Célébrée chaque année avec faste et dans la tradition pour rendre hommage aux légionnaires, cet événement reçoit régulièrement des ministres. L’an dernier, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, avait honoré de sa présence la cérémonie. Cette année, la situation du pays mobilisé contre le terrorisme, les hommes engagés sur différents théâtres d’opérations dans le monde ont donné à ce 155e anniversaire une importance encore plus particulière. Pour la première fois en effet, la cérémonie était présidée par le Premier ministre. Edouard Philippe était accompagné par Florence Parly, ministre des Armées et par le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état major de l’Armée de terre.

10 000 invités

De part et d’autre de la voie sacrée, 10 000 invités avaient pris place sur des gradins, parmi lesquels des anciens de la Légion. Les personnalités représentant les institutions ont remonté la voie sacrée, puis le colonel Guillaume Dujon a présenté les troupes au général Jean Maurin avant d’accueillir le Premier ministre. "Camerone, c’est l’un des plus hauts faits d’armes de notre histoire militaire", a-t-il souligné. En 1863, lors de la campagne du Mexique, 60 soldats dirigés par le capitaine Danjou ont fait le sacrifice de leur vie pour permettre le passage d’un convoi et renforcer le siège de la ville de Puebla. Un combat rappelé chaque année à Aubagne, dans les régiments étrangers en métropole et outre-mer, dans les unités engagées en opérations en Afrique et au Levant, et dans le monde entier. "Camerone, c’est le courage, la volonté de faire face, la fidélité à la parole donnée et l’esprit de sacrifice, a ajouté le Premier ministre. Ce combat dit aussi une part de ce que vous êtes aujourd’hui, 155 ans après, tant il est vrai qu’il constitue toujours le socle de la Légion étrangère."

Pour lui, le corps créé par Louis-Philippe en 1831, a réussi "l’alchimie parfaite de près de 150 nationalités, et forgé une troupe de combattants parmi les plus réputés au monde."
Edouard Philippe s’est ensuite incliné devant les drapeaux et étendards qui portent, a-t-il dit, "dans leurs plis le sacrifice des 40 000 légionnaires tombés pour la France, en servant la Légion, votre patrie."

Blessés et morts pour la France

C’est le moment le plus attendu de la cérémonie : des soldats portant la main du capitaine Danjou s’avancent jusqu’à la

C’est le moment le plus attendu de la cérémonie : des soldats portant la main du capitaine Danjou s’avancent jusqu’à la "boule", le monument aux morts de la Légion à AubagnePhoto Nicolas Vallauri

À la Légion, solidarité n’est pas un vain mot. Et ce sont ceux qui ont été blessés au combat et ceux qui ont secouru leurs frères d’armes blessés dans leur chair, qu’Aubagne honorait aussi ce matin. Ainsi, cette année, c’est un médecin, le colonel Jean-Louis Rondy, qui a porté la main du capitaine Danjou, moment le plus attendu de la cérémonie, entouré de médecin, infirmier, auxiliaire sanitaire, anciens prisonniers ou blessés. Ensemble, ils se sont avancés jusqu’à la "boule", le monument aux morts de la Légion à Aubagne.

"Cette main articulée en bois est un beau symbole : relique de Camerone, c’est aussi la main qui guide le plus jeune, qui secoue, qui empoigne le camarade blessé pour l’extraire du combat, qui soigne et qui accompagne sur le chemin souvent long et douloureux du rétablissement", a souligné Edouard Philippe qui a eu une pensée également pour les blessés, "touchés lors de l’attaque de leur poste à Tombouctou le 14 avril dernier. Je m’incline avec respect devant la mémoire des militaires morts pour la France cette année, qui sont allés au bout de leur mission, et spécialement le caporal Bogusz Pochylski et le sergent Anthony Paiba Valverde. Je pense aussi au colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, dont l’héroïsme a sans aucun doute à voir avec l’esprit de Camerone."

Patrouille de France

Outre la remise de décorations, le ministre a procédé à deux décrets de naturalisation. "Face aux défis du monde, le Gouvernement est mobilisé pour une France forte et lucide, où la crédibilité militaire que vous incarnez est une pierre angulaire de notre défense et de notre sécurité."
Très applaudis sur les Champs Elysées à l’occasion du 14 Juillet, les pionniers l’ont été aussi ce matin en défilant sur la place d’arme, vêtus de leur tablier et portant la hache sur l’épaule. Un engagement et une fidélité au pays, salués aussi par la patrouille de France, qui a laissé dans son sillage un nuage bleu blanc rouge.

De nombreuses personnalités

Parmi les nombreuses personnalités invitées à la cérémonie : Martine Vassal, Renaud muselier, Guy Teissier, Bernard Deflesselles, Gérard Gazay, le préfet Pierre Dartout, le préfet de police Olivier De Mazieres, le sous préfet Serge Gouteyron, Marie Emmanuelle Assidon, préfète déléguée à l’égalité des chances, la directrice de la santé aux armées Mme Gygax, le général Chavancy, Demier, Margail, Leveque…

Edouard Philippe a passé les troupes en revue avant de rendre hommage à la Légion et aux soldats engagés en ce moment sur les théâtres d’opération dans le monde.
Le Premier ministre a décoré plusieurs soldats pour leur courage lors d’opérations. Il a aussi remis deux décrets de naturalisation.
C’est le moment le plus attendu de la cérémonie : des soldats portant la main du capitaine Danjou s’avancent jusqu’à la "boule", le monument aux morts de la Légion à Aubagne

D'où vient cette tradition ?

La cérémonie de commémoration de la bataille de Camerone fut instituée en 1906. Depuis, le 30 avril est devenu la fête traditionnelle de la Légion étrangère et ce jour-là, toutes les unités, où qu’elles soient, se regroupent pour assister à la lecture du récit de ce combat.

À Aubagne, cet événement est le rendez-vous des institutions locales et nationales, c’est aussi l’occasion pour la famille de la Légion de se réunir et de se présenter à la population. En effet, il suffisait de s’inscrire pour assister ce matin à la cérémonie. Quant à la kermesse, elle continue demain en accès libre.

Une occasion que ce couple de Pertuis n’a pas voulu rater. "Il y a 20 ans, j’étais chargé de la sono de secours pour la cérémonie, raconte Jean-Christophe. Aujourd’hui, j’ai voulu faire connaître ce moment et la Légion à ma femme et à mes deux petites filles." Agathe, la soixantaine, et sa nièce étaient au premier rang et n’ont rien raté non plus de la cérémonie. "C’est important de soutenir notre armée, surtout en ce moment." "J’ai du mal à comprendre comment des hommes peuvent s’engager pour un pays qui n’est pas le leur et lui rester aussi fidèle", ajoute sa nièce qu’on sentait émue.

"C’est un idéal de vie, ils ont le sens du sacrifice", explique le colonel Dujon, qui rappelle que les Légionnaires sont engagés en ce moment au Mali, au Liban et en Irak. Sans doute trouvent-ils à la Légion quelque chose d’important. "C’est comme une deuxième famille, affirme le caporal chef José-Luis. Je me suis très bien intégré." Après 24 ans de Légion, il s’occupe du musée. "Camerone fait partie de l’Histoire, cette cérémonie est très importante, c’est une très grande fierté d’avoir reçu le Premier ministre".

Son camarade, le caporal chef Damien, raconte "son amour pour la France, profond", au sein de la Légion qu’il a intégrée après être passé dans la Marine. "Cela fait 10 ans, et je ressens une immense solidarité. Je sais qu’en cas de difficultés, partout dans le monde un légionnaire sera là pour moi, et moi pour lui."



Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5430
mod_vvisit_counterHier17601
mod_vvisit_counterCette semaine5430
mod_vvisit_counterSemaine dernière70806
mod_vvisit_counterCe mois131287
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098561880

Qui est en ligne ?

Nous avons 2381 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13489
Affiche le nombre de clics des articles : 18450938
You are here PRESSE XXI° 2018 Aubagne : Édouard Philippe préside le 155e anniversaire de Camerone