AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Une bourse aux armes pour partager une passion mais pas le passé

Envoyer

La Voix du Nord

Par Cédric Gout | Publié le 05/03/2017

La région compte seulement trois amicales d’anciens légionnaires, dont celle de Phalempin. Ce dimanche matin, après le loto de la veille, l’association a organisé une bourse aux armes et objets militaires.

 

À l’entrée de salle des fêtes Jean-Baptiste Lebas, deux septuagénaires en uniforme et coiffés d’un béret rouge s’occupent de la billetterie. Pas besoin de plus pour sortir les 2€ d’entrée… Mais ces anciens parachutistes sont comme la plupart des exposants de cette bourse : souriants et passionnés par les objets militaires et tout ce qui touche à la Légion étrangère. Chaque année, la manifestation ainsi que le loto de la veille permet à l’amicale de venir en aide à ses membres lors des événements funestes de la vie. La bourse leur permet également de se retrouver entre passionnés.

Thierry Dauchy, le président de l’Amicale des anciens de la Légion étrangère, rappelle qu’il n’existe que trois amicales de ce type dans la région : à Lille, Valenciennes et Phalempin. «  Nous sommes 50 adhérents, onze anciens légionnaires et des anciens bérets rouges. C’est dans le sud de la France qu’on trouve le plus d’amicales parce que les régiments ont toujours été basés là-bas. » À la différence des associations d’anciens combattants comme l’UNC ou l’AFN, la Légion étrangère existe toujours et pourtant l’amicale phalempinoise compte peu de « jeunes ». «  En effet, c’est compliqué de faire venir les jeunes. Vous savez, quand on entre dans la Légion, c’est pour mettre de côté son passé. Les jeunes ont du mal à venir dans les associations d’anciens parce qu’ils n’ont pas envie de devoir plonger dans leur passé. »

Alors ce sont les anciens qui, via des associations comme l’amicale, cultivent les traditions de la Légion étrangère comme la Camerone, la fête de ce corps d’armée. Ou comme cette bourse aux objets militaires.

Ce dimanche matin, on trouvait de tout dans la salle des fêtes. De l’armement aux tenues, en passant par les insignes, les timbres, le vin du Puyloubier (vin de la Légion) ou des ouvrages, le collectionneur pouvait facilement repartir avec une trouvaille sous chaque bras.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui367
mod_vvisit_counterHier9729
mod_vvisit_counterCette semaine49679
mod_vvisit_counterSemaine dernière48896
mod_vvisit_counterCe mois98575
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098529168

Qui est en ligne ?

Nous avons 2088 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13489
Affiche le nombre de clics des articles : 18381569
You are here PRESSE XXI° 2017 Une bourse aux armes pour partager une passion mais pas le passé