AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Fin des cessions - L'armée ne veut plus rien vendre

Envoyer

Publié le 07/10/2014 Par

L'armée a vendu ces dernières années 14 des 2 000 hectares qu'elle possède sur la ville et n'envisage pas d'autres cessions.

L'armée possède encore des terrains à rendre jaloux les promoteurs. Ici, celui de la Légion étrangère, à Malmousque (à gauche), et la caserne des Catalans (à droite).
L'armée possède encore des terrains à rendre jaloux les promoteurs. Ici, celui de la Légion étrangère, à Malmousque (à gauche), et la caserne des Catalans (à droite). © Ian Hanning/Réa

"Notre schéma directeur immobilier est pérenne." Pas de doute, c'est bien un militaire qui parle. En l'occurrence, le colonel Bertogli, commandant la base de défense de Marseille. Il veut dire que l'armée, qui a vendu ces dernières années 14 des 2 000 hectares qu'elle possède sur la ville, n'envisage pas d'autres cessions. Et tant pis si les promoteurs ont les yeux de Chimène pour les Bains militaires et le Centre des convalescents et des permissionnaires de la Légion étrangère, situés tous deux dans le quartier très prisé de Malmousque (au total, 2 hectares les pieds dans l'eau), voire le fort du commandant de la marine à Marseille, dans l'anse du Pharo, ou encore la caserne Audéoud (2,3 hectares) aux Catalans.

L'armée a vendu ces dernières années la caserne d'Aurelle et rendu à la ville le Haut-Fort Saint-Nicolas. La vente de la caserne du Muy est en cours. L'armée possède toujours le camp logistique de Sainte-Marthe (23 hectares), le quartier Rendu (19 hectares), où siège l'état-major de force n°3 (dont le commandant, le général Pontiès, dirige la force européenne pour la Centrafrique), le cercle de garnison au fort Saint-Nicolas et, les Marseillais le savent bien, l'hôpital militaire Laveran (27 bâtiments sur 5 hectares), car il est intégré à la carte hospitalière et, donc, ouvert aux civils. Ce qui est moins connu, c'est le sublime château Saint-Victor, avenue du Commandant-Rolland, résidence du gouverneur militaire de la ville. Last but not least, la Défense a, dans son patrimoine, le camp de Carpiagne, où les chars AMX10-RC du 1er Régiment étranger de cavalerie croisent les bergers et les moutons que l'armée a engagés pour débroussailler les 1 200 hectares de garrigue et de pinède en plein massif des Calanques.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3413
mod_vvisit_counterHier7017
mod_vvisit_counterCette semaine21471
mod_vvisit_counterSemaine dernière38452
mod_vvisit_counterCe mois21471
mod_vvisit_counterMois dernier216768
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099832196

Qui est en ligne ?

Nous avons 1138 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13608
Affiche le nombre de clics des articles : 20678313
You are here PRESSE XXI° 2014 Fin des cessions - L'armée ne veut plus rien vendre