AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Denain: Louis Destrebecq reçoit la médaille d’or de l’Assemblée nationale

Envoyer

Publié le 07/06/2013

Qui, dans l’arrondissement valenciennois et le Denaisis, ne connaît pas Louis Destrebecq? Figure incontournable et pilier de toutes les manifestations associatives patriotiques, il est «la» référence du monde combattant. La médaille d’or de l’Assemblée nationale, qui lui a été remise la semaine dernière par la députée-maire, Anne-Lise Dufour, vient couronner soixante-cinq ans d’investissement, de travail de mémoire, de défense et de dévouement à ses «frères d’arme».

« Un homme d’exception », a dit de lui Véronique Lehut, en charge des fêtes et des cérémonies, et « un fidèle ami » selon Christian Montagne, le premier adjoint, s’adressant à un parterre d’élus, de personnalités civiles et militaires et de nombreux représentants d’associations combattantes.

Né le 9 décembre 1926 à Haveluy, Louis Destrebecq a fait preuve tout au long de sa vie de deux grandes qualités : la générosité et le goût de l’aventure, sans oublier l’amour de la patrie qui le poussera, dès 1945, à s’engager dans la Légion étrangère. Il complétera sa formation militaire en Algérie avant de gagner l’Indochine en janvier 1946.

Malgré une première blessure au dos, il participe aux combats dans un contexte particulier où se mêlent la peur des Vietminhs, la fatigue, la chaleur, la faim et la soif. « Nous étions de soldats de la boue », écrit-il dans les Mémoires d’un gars du Nord. En mars 1946, il est grièvement blessé et sauvé d’une mort certaine par ses camarades. Transporté à l’hôpital de Saigon, il y subira quatorze opérations avant de rentrer à Paris pour continuer à se faire soigner.

« Gardien des sacrifices de vos frères d’arme »

En novembre 1947, il repart en Algérie. Il sera démobilisé quatre mois plus tard. Puis c’est le retour à la vie civile avec son entrée chez Cail et le début de son implication dans le monde associatif.

Avant de remettre sa médaille à Louis Destrebecq, la députée-maire a salué la force de son engagement, le parcours du combattant et l’ardent défenseur du devoir de mémoire et du souvenir. « Vous faites partie de ces hommes auxquels on doit le respect. Vous êtes le gardien des sacrifices de vos frères d’arme et n’avez de cesse de transmettre aux jeunes générations. » Visiblement ému et très sensible à l’hommage de toute l’assistance, le président du Cartel des anciens combattants et victimes de guerre a chaleureusement remercié son épouse, Jeanette, sa famille, et surtout ses compagnons pour qui la solidarité et la fraternité militaire ne sont pas de vains mots mais une réalité tangible.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1031
mod_vvisit_counterHier9218
mod_vvisit_counterCette semaine35363
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois96507
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098297240

Qui est en ligne ?

Nous avons 1762 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 17985516
You are here PRESSE XXI° 2013 Denain: Louis Destrebecq reçoit la médaille d’or de l’Assemblée nationale