AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Drian exprime sa «fierté» aux soldats français au Mali

Envoyer

le 07/03/2013 par David Baché

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'entretient avec des soldats français de
l'opération «Serval», jeudi dans la vallée de l'Amettetaï, au cœur du massif montagneux
des Iforas.Crédits photo : ARNAUD ROINE/AFP

Le ministre de la Défense a effectué une tournée dans le nord du pays, où les djihadistes opposent une âpre résistance.

Envoyé spécial à Gao

Tessalit, puis Gao. Les deux premières étapes du voyage de Jean-Yves Le Drian au Mali n'ont pas été choisies au hasard: le ministre français de la Défense a tenu jeudi à rencontrer les troupes engagées dans les combats les plus violents avant de se rendre à Bamako, pour des rendez-vous plus politiques. Après un rapide passage dans la vallée de l'Amettetaï, aux portes de l'Adrar des Iforas, Jean-Yves Le Drian est venu s'adresser aux militaires français basés à Gao.

Rassemblés sous une grande tente installée au milieu du camp militaire qui jouxte l'aéroport de Gao, les soldats écoutent leur ministre. «Mon premier sentiment, attaque d'emblée Jean-Yves le Drian, c'est un sentiment de fierté.» Un mot attendu, inévitable, mais apprécié de tous les soldats qui écoutent en silence. Le ministre loue ensuite «la qualité professionnelle, le courage, le sang-froid et le don de soi » des soldats. Le don de soi, «jusqu'au don de votre vie », rappelle le ministre, après la mort du brigadier-chef Pingaud, qui, la veille encore, était parmi eux.

Le ministre a salué la mémoire des quatre soldats français morts depuis le début de l'intervention au Mali, et a rappelé à des combattants éprouvés la raison de leur présence: «Il s'agit de répondre à l'appel d'un pays ami et d'assurer notre propre sécurité », deux missions «qui vont de paire », affirme Jean-Yves le Drian, pour qui «la détermination et les stocks d'armes» des djihadistes montrent qu'«il y avait la volonté de faire de cet endroit un sanctuaire terroriste». Il conclut son intervention en assurant que «quand on sonde les Français, on s'aperçoit qu'ils ont une autre image de leurs forces armées. Vous y êtes pour quelque chose, et vous pouvez en être fiers .»

Après avoir chanté La Marseillaise et avant de déjeuner en compagnie du ministre, le lieutenant Jean-Baptiste, de la troisième compagnie de commandement et de transmission, exprime sa satisfaction : «Ça nous rend fier, c'est une reconnaissance pour le travail qu'on fait ici au jour le jour, dit-il dans un grand sourire sincère. Ça justifie notre présence et ça nous permet de voir que nos chefs sont avec nous. Ce n'est pas facile tous les jours, mais on sent tout le soutien qui vient de la France.» Le lieutenant ajoute avoir «une pensée particulière » pour le brigadier-chef Pingaud. «Il est de la même unité que moi… Ça nous a tous marqués quand on a appris son décès.»

«On a tendance à le croire!»

«Ça fait plaisir qu'un ministre se déplace pour nous voir, poursuit le commandant Stéphanie, médecin chef du bataillon logistique. C'est très flatteur d'être reconnu et d'entendre sa fierté pour l'armée française.» Au Mali depuis le 25 janvier et à Gao depuis le 14 février, elle apprécie le symbole : «Depuis qu'on est arrivés, on n'a pas arrêté de faire des missions, et c'est bien qu'il vienne nous dire tout cela en face.» Pour elle, les mots du ministre étaient peut-être inévitables, mais ils sont bons à entendre: «C'est notre chef, on a tendance à le croire ! Et lorsqu'il parle de la reconnaissance du peuple français, ça nous touche.»

Par ailleurs, on a appris jeudi qu'un djihadiste français qui avait été arrêté au Mali en novembre a été expulsé mardi vers la France. Ibrahim Aziz Ouattara, qui a aussi la nationalité malienne, est soupçonné d'avoir cherché à rejoindre des groupes djihadistes. Selon Libération, un deuxième djihadiste français aurait été fat prisonnier cette semaine dans la vallée de l'Amettetaï.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'entretient avec des soldats français de l'opération «Serval », jeudi dans la vallée de l'Amettetaï, au cœur du massif montagneux des Iforas.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4019
mod_vvisit_counterHier9218
mod_vvisit_counterCette semaine38351
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois99495
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098300228

Qui est en ligne ?

Nous avons 2962 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 17991685
You are here PRESSE XXI° 2013 Le Drian exprime sa «fierté» aux soldats français au Mali