AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Castelnaudary. Plus que des spécialistes, des légionnaires experts

Envoyer

Publié le 04/10/2011

 

Une compagnie de spécialistes qui forme des spécialistes.Photo DDM, Olivier Bouchard 

En quelques semaines, la compagnie d'instruction des spécialistes du « 4 » forme des transmetteurs, mécaniciens, auxiliaires sanitaires d'un sacré niveau.

La patrouille progresse quand elle est prise à partie par des insurgés… des tirs, des blessés, des « blastés », des cris, du sang. À la ferme de Bel Air à Puginier, la compagnie d'instruction des spécialistes (CIS), est en exercice pour toute une semaine. Transmetteurs, mécaniciens , les cuisiniers, même les secrétaires et les instructeurs du centre de conduite… Ils sont tous là, avec leurs stagiaires, cent cinquante hommes déployés sur le terrain pour cet exercice qui rassemble la compagnie deux fois par ans . C'est l'occasion pour chaque section de mettre en pratique ce qui est appris en salle au régiment, et pour tous les cadres, de « réviser » les gestes de métier de soldat, la manipulation des armes, le tir… Ici, on se met dans le contexte opérationnel, comme, entre autres, les missions en Afghanistan. Le «4», régiment du socle, forme à la 5e compagnie commandée par le capitaine Martinet, tous les spécialistes de la légion étrangère. Ici, en dix semaines à peine, on forme des dépanneurs radio, des soldats qui à l'issue du stage auront un niveau bac + 2. Pour un bon transmetteur, c'est dix-sept semaines. La spécificité légion, c'est la formation qui va du graphiste (prattique du morse) à informaticien. Un peu plus loin, des stagiaires préparent le concours d'infirmier d'État, d'autres leurs degrés de secouristes de 1er et 2e niveaux, avec pour la spécificité « combat », SC2, l'apprentissage de trachéotomie, pneumothorax, avec toujours le même souci d'excellence, résumée simplement par le sergent Chapelle : « Si je me trompe, il y a mort d'homme ». Sévère ? Oui mais pour la bonne cause avec pour ceux qui échouent, toujours une autre chance. « Les chefs de section me font un point chaque semaine. S'il n'y a pas la moyenne, on bloque le week-end et on repasse le lundi. C'est la base et cela vaut pour tous. On ne donne pas les stages », explique l'officier. Plus loin, l'antre des mécaniciens est une mine de surprises. Atelier après atelier, des maquettes de pièces, des moteurs patiemment montés sur des blocs sont autant d'outils pédagogiques que le sergent-chef Zavelcuta et ses hommes ont eux- même réalisés pour enseigner la mécanique. « Nous ne sommes pas des mécaniciens de salon. Il faut chercher la panne sous le feu et si pour ça il faut faire une pièce, ils la font ». Et oui, ils savent tout faire à l'image de ce chef qui a étudié le droit, est moniteur de tir, champion en sport de combat. Ici, on va plus loin, beaucoup plus loin que le niveau requis. Le spécialiste est polyvalent tout en excellant en tout.


Une méthode qui marche

La méthode qui permet en quelques semaines de dispenser à des légionnaires dont le français n'est pas la langue maternelle des formations équivalentes - et reconnues- à un niveau jusqu'à bac + 2 intéresse même l'Éducation nationale. « C'est la méthode démonstrative et du cas par cas », résume le capitaine Martinet. Dans toutes ces formations, les instructeurs s'appuient également beaucoup sur le « retex », en jargon militaire, retour d'expérience, qui permet d'adapter la formation aux besoins du terrain.


Le chiffre : 600

spécialistes > et 1 200 stagiaires. en conduite sont, chaque année, formés par la compagnie d'instruction des spécialistes au 4e RE.

« Individuellement , on est faible, collectivement on est fort».

Capitaine Martinet,

commandant la compagnie d'instruction des spécialistes


interview

Leur mission : le soutien

« Sans les transmetteurs, on est mort, de bons auxiliaires sanitaires, c'est 50 % du moral, tout comme les cuisiniers. Les mécanos seront là pour vous aider… » Pour le capitaine Martinet, pas de grandes ou de petites spécialités, toutes sont indispensables et exigent le même niveau d'excellence. « C'est un challenge permanent. Il faut d'abord savoir ce qu'ils viennent chercher chez nous et le leur donner, Il n'y a pas que la mission qui nous passionne, il y a la personne ».Photo DDM, Gladys


Tous des soldats avant tout

Le capitaine Martinet, son adjoint le capitaine Chaumier, et l'adjudant d'unité Hiaju vont d'atelier en atelier. Tous leurs cadres sont là, sur le terrain. Même les administratifs qui, pour l'occasion, font le « plastron », l'ennemi. Les « cuistots » ont déployé la cuisine de campagne, le TRAC, qui leur permettra de faire la « popote » pour 150 hommes. Eux, ce sont les stagiaires de l'adjudant-chef Scotti, agents en restauration, hôtellerie, loisir, capables de gérer des stocks et dates de péremption, de respecter les règles d'hygiènes, de faire avec ce qu'ils trouvent sur le marché local ou à l'économat des armées et servir dans les règles de l'art. De leur côté, inlassablement, les transmetteurs tapotent du morse, prennent des messages en phonie ou envoient des données. Le sergent-chef Szucs va de poste en poste, a le coup d'œil pour repérer les bivouacs camouflés. La rusticité est leur qualité première puisqu'ils ont à porter tout leur matériel, en plus de leur paquetage. Les moniteurs du centre d'instruction à la conduite ont repris les armes, comme les mécaniciens, moins souvent « déployés » en opération extérieure. Entre deux exercices de tir, le sergent-chef Zavelcuta fait monter et démonter des moteurs, tirer d'un fossé une P4, arrimer, sous le feu des balles un véhicule au train avant hors service. Quant aux secouristes, soulignons qu'en plus de leur formation au « 4 », ils ont des stages en milieu hospitalier ainsi qu'au sein des équipes des sapeurs-pompiers de Paris.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8074
mod_vvisit_counterHier10270
mod_vvisit_counterCette semaine61096
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois122240
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098322973

Qui est en ligne ?

Nous avons 2148 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18038485
You are here PRESSE XXI° 2011 Castelnaudary. Plus que des spécialistes, des légionnaires experts