AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Castelnaudary. Nos légionnaires sur les Champs-Élysées le 14 juillet

Envoyer

Publié le 08/07/2011

Prise d'armes au quartier Danjou pour la fête régimentaire./ Photo DDM, archives, Gladys

Deux compagnies… ce sont cent quarante-quatre militaires du 4e régiment étranger qui défileront sur les Champs-Élysées pour le 14 Juillet dont le thème de cette année est l'Outre-mer. Et ils le feront en chantant, s'il vous plaît. La compagnie de commandement et des services, appelée la compagnie du chef de corps et la 3e compagnie des engagés volontaires commandée par le capitaine Potel, a répété pour l'occasion avec l'adjudant-chef Dumond, de la musique de la Légion étrangère, venu tout exprès d'Aubagne. Depuis quelques jours, nos soldats ont pris la direction de la Capitale pour les dernières répétitions. C'est sur la base aérienne de Villacoublay que toutes les troupes se retrouvent pour caler au millimètre près ce prestigieux défilé.

Le 14 Juillet, la Légion présentera ses pionniers ; sa musique de la Légion étrangère ; le chef de corps du 1er régiment étranger d'Aubagne, le colonel des Courtils et sa garde au drapeau seront suivis d'un peloton du 1er régiment étranger et d'un autre composé de militaires du groupement de recrutement de la Légion étrangère de Fort de Nogent à Fontenay-sous-Bois, Val-de-Marne, et du régiment chaurien. Rappelons que la Légion est toujours la dernière des troupes à pied dans le défilé, ce qui s'explique par son pas lent - 88 par minute, contre 120 pour les autres troupes, et même 140 pour les chasseurs alpins. Celui-ci est l'héritage du rythme de déplacement en campagne des armées de l'Ancien Régime et de l'Empire, en particulier du régiment de Hohenhole, dont la Légion étrangère a conservé de nombreuses traditions.

Autre particularité, au cours ou en fin de défilé (en particulier pour le 14 juillet à Paris), les détachements de défilé de la Légion étrangère ne se dissocient pas. C'est devenu un usage en toutes circonstances, mais, à l'origine, cette disposition était prise en raison de la cadence du « pas Légion » ; les détachements prenaient un itinéraire différent des autres troupes à pied afin de ne pas être rejoints par les unités montées (aujourd'hui essentiellement motorisées) qui les suivaient.

Enfin que les Chauriens se consolent, tout le « 4 » ne sera pas à Paris pour la Fête nationale et il y aura, comme à l'accoutumée, une forte participation, avec 200 soldats, au défilé qui, pour nous, aura lieu le 13 juillet, au soir.

Gladys Kichkoff


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7755
mod_vvisit_counterHier8496
mod_vvisit_counterCette semaine16251
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois77395
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098278128

Qui est en ligne ?

Nous avons 1946 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 17956765
You are here PRESSE XXI° 2011 Castelnaudary. Nos légionnaires sur les Champs-Élysées le 14 juillet