AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Jean-Marc Roy rejoint les bancs d'opposition

Envoyer

13 mai 2011

L'ancien colonel dans la Légion étrangère, âgé de 65 ans, remplace Carine Arnaud, conseillère démissionnaire. Portrait.

Jean-Marc Roy sera au prochain conseil municipal le 1er juin. photo nancy ladde

 

C'était attendu, c'est désormais confirmé. Mercredi, Laurence Gaillard faisait savoir au maire d'Orthez qu'elle ne prendrait pas la relève de Carine Arnaud sur les bancs de l'opposition municipale.

Et comme Jean-Marc Roy l'avait annoncé, il n'est pas du genre « à se défiler ». Il rejoindra donc l'opposition dès le prochain conseil municipal prévu le 1er juin. Orthézien d'adoption, sorti du bois en 2009 lorsqu'il est devenu porte-parole du bloc de l'opposition, Jean-Marc Roy va donc embrasser une nouvelle vie. Un renouvellement auquel l'homme est habitué comme le prouve son curriculum vitae.

De Saint-Cyr à Total

Jean-Marc Roy est né à plus de 700 kilomètres d'Orthez, en Savoie. Il passe sa jeunesse à Annecy puis débute une carrière d'officier, passant par la prestigieuse école militaire de Saint-Cyr, avant de devenir colonel dans la légion étrangère.

Des années dont il garde la marque d'un esprit « sérieux et carré » et qui respecte son engagement. « Je ne vais pas au conseil municipal pour y être une fois sur cinq », prévient-il d'emblée. Après son passage dans l'armée, Jean-Marc Roy débute « une deuxième carrière civile ». D'abord directeur général d'une petite société de services à Paris, puis directeur des ressources humaines d'un groupe de sécurité parisien, il devient en 2000 conseiller du président de Total Fina Elf en Angola à Soyo.

Le début du XXIe siècle marque aussi son arrivée sur le sol orthézien. « Je voulais m'installer au sud de la Loire, raconte celui qui est aujourd'hui grand père de 11 petits-enfants. J'ai été déçu par le Sud-Est mais séduit par Orthez où je venais régulièrement à l'invitation d'un de mes anciens lieutenants. » Il achète une maison qu'il fait retaper, où son épouse s'installe.

Sympathisant de l'UMP

En parallèle, il assure, pendant quatre ans, la sécurité des équipes Total sur les champs pétroliers et la protection des têtes de puits de l'Angola, un « pays en guerre ». Polyglotte, Jean-Marc Roy n'en a pas fini avec l'exotisme. En 2004, il devient conseiller chez Renault Nissan au Brésil où, une fois de plus, il assure la sécurité du personnel expatrié.

Deux ans après, il « pose définitivement son sac » à Orthez où il se concentre sur ses activités associatives et de loisirs. Une vie de retraité partagé entre le golf, le théâtre ou encore la randonnée et le bénévolat comme dans l'Association des donneurs de voix qui permet aux aveugles de connaître les plaisirs de la lecture.

« C'est le problème des retraités, sourit-il. L'agenda finit toujours par être extrêmement chargé. »

En 2008, nouvelle sollicitation. Thierry Issartel, maire sortant, qui présente sa liste « Un bilan, un projet » souhaite le faire figurer sur sa liste. « J'étais placé en 19e position, mes ambitions étaient donc inexistantes, se souvient-il. La défaite ne m'a donc pas affecté personnellement mais sur le principe, oui. »

Puis, en 2009, vient le bloc d'opposition, une sorte de «think tank» rassemblant les partis de la majorité présidentielle. Encarté à l'UMP en 2007 pour l'élection de Nicolas Sarkozy, Jean-Marc Roy souffle qu'il n'a pas depuis renouvelé son adhésion mais qu'il reste sympathisant.

Défendre ses convictions

« Amener ses convictions et sa capacité de réflexion » sont les deux choses qu'il espère apporter au Conseil municipal. Et même s'il est prêt à défendre ses opinions avec fougue, il assure qu'il ne reproduira pas le « jeu de massacre » auquel on avait pu assister sous le mandat de Thierry Issartel.

« On peut combattre les idées sans s'en prendre aux hommes », déclare-t-il. Et la liste des idées de l'actuelle municipalité contre lesquelles il entend s'élever est bien longue.

« Il est temps de montrer aux Orthéziens que cette municipalité ne va pas dans le bon sens », résume-t-il.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3107
mod_vvisit_counterHier9339
mod_vvisit_counterCette semaine3107
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois126612
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098327345

Qui est en ligne ?

Nous avons 1606 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18044537
You are here PRESSE XXI° 2011 Jean-Marc Roy rejoint les bancs d'opposition