AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Castelnaudary. Télévision : la Légion à cœur ouvert

Envoyer

Publié le 26/02/2011

Matthieu Lepine se démène avec sa caméra sous le regard
professionnel du réalisateur Pierre Chassagnieux. / Photo DDM.

Que les médias, grands ou petits, s'intéressent au régiment chaurien, le 4e Étranger, et à ses légionnaires entourés de tant de mystères n'est pas une nouveauté. Ce qui en est une, c'est que pour la première fois, trois militaires de cette prestigieuse arme ont consenti à parler de leur passé à la presse. Le passé du légionnaire, cela fait en quelque sorte partie intégrante du « contrat », c'est tabou. Jamais la hiérarchie ne vous parlera de ce qu'elle connaît sur le passé de ses hommes et jamais elle ne donnera l'ordre à ses hommes d'évoquer « l'avant légion ». Mieux qu'un tabou, c'est un contrat moral, basé sur le respect et la confiance réciproques. Lorsque les journalistes de « France 2 » ont eu l'idée de faire un reportage sur cet épineux sujet, il ne restait qu'une seule et unique solution, obtenir le consentement de quelques légionnaires. Et là, c'était pas gagné. Finalement, trois ont accepté, et de leurs confidences va naître un reportage qui constituera une grande première. Sous le titre « Seconde vie, deuxième chance », « France 2 » nous proposer, une émission en deux volets. Le premier consacré à un ex-truand, lourdement condamné, désormais en liberté, et qui est entré dans la voie de la rédemption depuis sa remise en liberté. Le deuxième volet concerne un sergent, un caporal-chef et un légionnaire. Trois portraits croisés avec pour dénominateur commun, le fameux pourquoi. Pourquoi, à un certain moment, ont-ils choisi d'être légionnaires ? Quels ont été leurs parcours ? Sans fard, les trois hommes racontent leur vie d'avant. Pierre Chassagnieux, le réalisateur, nous confiait : « Je savais que le sujet était très sensible, mais je dois reconnaître que le régiment et son chef de corps nous ont vraiment facilité la tâche. J'ai pu poser toutes les questions et dire ce que je voulais. Les militaires ont témoigné en toute liberté, ce qui donnera j'en suis sûr un reportage riche ». Pendant trois jours, Pierre Chassagnieux et son cameraman Matthieu Lepine, même s'ils étaient logés « hors caserne », ont vécu à l'heure de la légion, autrement dit, « lever tôt », « coucher tard », militaire « H 24 ». Ils ont suivi, observé, filmé et interrogé, chacun son tour, les trois volontaires du « 4 ».


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5252
mod_vvisit_counterHier8496
mod_vvisit_counterCette semaine13748
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois74892
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098275625

Qui est en ligne ?

Nous avons 1662 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 17953542
You are here PRESSE XXI° 2011 Castelnaudary. Télévision : la Légion à cœur ouvert