AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Quartier D'Anjou, une école du français et du respect 30122010

Envoyer

Édition du jeudi 30 décembre 2010

« Quelle - heure - est-il - s'il-te-plaît ? »
Celui qui pose la question montre du doigt une grosse horloge attachée au poignet. Le ton est quelque peu martial, celui d'un enfant qui récite d'une voix forte, mais celui à qui il s'adresse est un adulte, un légionnaire. Il y a quelques semaines de cela, il ne savait prononcer la moindre syllabe de la langue de Molière. La méthode peut faire sourire, mais elle serait particulièrement efficace à en croire le Colonel Mistral, commandant le 4e R.E : c'est la « méthode Képi Blanc », une méthode   « que nous envie l'Education nationale » dit le Colonel avec le sourire. Elle repose sur une relation que ne peuvent pas avoir des enfants en âge d'apprendre et leurs enseignants. Une relation basée sur la hiérarchie (l'enseignant, ce jour-là, est un chef de section, d'origine slovaque) mais surtout sur l'esprit de « famille » inculqué aux nouveaux arrivants d'origines aussi diverses que le Népal, la Chine, la Finlande, le Portugal... Quelques élèves ont la main posée sur un dictionnaire (français-roumain, français-népalais) que l'on imagine ramené dans les maigres bagages avant de signer pour l'instruction à Castelnaudary, car les dictionnaires les plus exotiques sont introuvables en France.
 
« Il-est-20-heures-20 ».
En quatre mois, les nouveaux venus acquièrent une centaine de mots. En quittant l'instruction, ils auront atteint le niveau 2, soit 400 mots. Assez pour communiquer entre eux et pour... comprendre les ordres. Dans les régiments où ils seront ensuite affectés, l'enseignement du français continuera jusqu'à 600 à 800 mots, puis 2 000 mots (niveau 4), selon la spécialité (un brancardier secouriste apprendra d'autres termes qu'un transmetteur). La méthode déclinée en fiches est basée sur la démonstration, ce qui lui confère ce côté désuet (la grosse montre !).

Pour apprendre le français à la Légion, il n'y a pas que les trois cours par semaine, il y a aussi la vie commune, l'omniprésence du français, que ce soit à la caserne ou en ville, et l'accompagnement permanent d'un instructeur, la plupart du temps un francophone, tuteur de deux ou trois étrangers, qu'on appelle le « binôme ». Sa note à l'examen de français dépendra d'ailleurs de celle de son élève, à lui donc de faire progresser au mieux son camarade.
 
« Un rond rouge posé sur une table jaune ».
  « Il faut penser que ce n'est pas facile pour tout le monde. Pour un Chinois, dire : 'C'est un rond rouge posé sur une table jaune', c'est un exploit », raconte le colonel Mistral qui a fait   « l'école de guerre en Grande- Bretagne » et   « sait ce que c'est que d'être perdu », ne fût-ce qu'au fin fond de l'Oxfordshire.

Pour les passages de niveau, les tests écrits et oraux tiennent compte des spécificités de chaque langue.   « Les Arabes ne savent, par exemple, pas employer le verbe avoir, car il n'existe pas dans leur langue, l'idée de possession est exprimée autrement » explique encore le colonel.
 
« Tiens, voilà du Boudin ».
Les chants si connus des légionnaires participent à cet apprentissage à marche forcée de la langue : chanter permet d'apprendre le français, de s'accorder avec les autres, de créer des liens par la langue. La langue française comme ciment de la Légion, c'est l'application à la lettre de « l'esprit de la République ». Et ça marche tellement bien, qu'élus, enseignants, militaires étrangers etc... viennent au 4e R.E. pour voir fonctionner cette forme de miracle. 
Reportage : J. Yager Photos : D. Rumeau

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3837
mod_vvisit_counterHier5300
mod_vvisit_counterCette semaine34110
mod_vvisit_counterSemaine dernière46961
mod_vvisit_counterCe mois195266
mod_vvisit_counterMois dernier199328
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099313001

Qui est en ligne ?

Nous avons 1159 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13587
Affiche le nombre de clics des articles : 19788937
You are here PRESSE XXI° 2010 Quartier D'Anjou, une école du français et du respect 30122010