AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Centenaire de la Légion étrangère.

Envoyer

Le Petit Parisien. 01/05/1931

A Sidi-Bel-Abbès, dans l'Oranie, ont débarqué, ces jours derniers, des détachements des cinq régiments d'infanterie et du régiment de cavalerie de la légion étrangère. Ces délégations, venues du Levant, d'Indochine, du Maroc, de Tunisie, assistent actuellement aux fêtes du centenaire de cette arme d'élite.

Et les anciens légionnaires sont venus nombreux participer à cette cérémonie du souvenir, qu'organisa avec soin le général Rollet, ancien commandant du ler étranger, premier général chargé du commandement de tous les régiments de la légion.

Le monument aux morts de la légion, construit en marbre sur une assise de granit, est édifié dans la cour du quartier Vienot - Vienot, un des colonels du 1er étranger, fut tué au siège de Sébastopol - un globe en bronze rappelle que les légionnaires venus des pays les plus divers se sont battus glorieusement sur tous les continents pour la grandeur de la France, que volontairement ils venaient servir.

Quatre légionnaires de bronze, vêtus des uniformes de la création, c'est-à dire de la conquête de l'Algérie, des campagnes coloniales, de la guerre de 1914-1918, montent la faction devant les plaques dorées où sont inscrits les pays où se battit la légion.

Oeuvre du sculpteur Ch.-H. Pourquet, le monument, sobre de lignes, parfaitement exécuté, rappelle le sacrifice des milliers d'étrangers qui, anonymement, vinrent à Bel-Abbès « en prendre pour cinq ans » et, un peu partout, en Algérie, au Mexique, en Crimée, en Italie, en Allemagne, à Madagascar, en Chine, au Tonkin, en Tunisie, au Maroc, en Syrie, en France, tombèrent pour ne plus se relever.

Le drapeau de la légion porte sur ses plis, inscrite en lettres d'or, cette devise :  « Valeur et discipline.» Les légionnaires de 1931 ont conservé les traditions de leurs aînés, et cela malgré toutes les campagnes entreprises pour les détourner de leurs devoirs de soldat. Arrivés à Bel-Apbès, dans la cour du quartier Vienot, Allemands Russes, Belges, Italiens, Norvégiens, Anglais, etc., oublient leur première nationalité ils ne sont plus que des légionnaires. Des hommes que conduisent des hommes.

Et cela, ils ne l'oublient jamais.

A Ain-Sefra, il y a quelques années, une troupe ambulante était venue donner des représentations. Parmi les artistes, un colosse se faisait remarquer par son numéro de « briseur de chaînes ». C'était l'as de la troupe et l'imprésario le payait fort cher. La veille du départ des artistes, le détachement de la légion étrangère, en garnison à Aïn-Sefra, ayant organisé une retraite aux flambeaux, la clique, clairons, fifres, tambours passa devant la baraque foraine en jouant la marche de la légion.

Le « briseur de chaînes écouta avec une émotion qu'il ne parvint pas à dissimuler. Le lendemain, abandonnant sa situation de vedette, il se présentait à la caserne de la légion et contractait un rengagement de cinq ans. Ancien légionnaire, repris par la nostalgie de la vie passée, il n'avait pu résister à l'appel du vieux refrain de son arme.

Et les exemples de légionnaires revenus, après quelques années de vie civile à Sidi-Bel-Abbès, sont nombreux, si nombreux que les effectifs des régiments étrangers ont atteint un chiffre qui dépasse toutes les prévisions.


Édouard Mac.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5926
mod_vvisit_counterHier6567
mod_vvisit_counterCette semaine48678
mod_vvisit_counterSemaine dernière50109
mod_vvisit_counterCe mois132170
mod_vvisit_counterMois dernier270885
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098833648

Qui est en ligne ?

Nous avons 1108 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13502
Affiche le nombre de clics des articles : 18882785
You are here PRESSE XX° 1933 - 1900 1931 Le Centenaire de la Légion étrangère.