AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Pourquoi faut-il être mort ? 24102010

Envoyer

24/10/10 - 04h15 - Capitaine (er) Willi Raunegger (Saint-Gilles-les-Bains)

Inspiré par le Jour des défunts et les manifestations patriotiques organisées en France le 11 novembre en souvenir des morts victimes de la Première Guerre mondiale, je pose respectueusement la question : « Aujourd’hui, faut-il qu’un militaire meure pour être hautement décoré » ?. Le 7 juin 2010, le sergent Konrad Rygel, de la Légion étrangère, est mort pour la France en Afghanistan. A titre posthume, il a été fait chevalier de la Légion d’honneur, a reçu la Médaille militaire et la Croix de la Valeur militaire avec palme, ainsi qu’une promotion au grade supérieur.

Je ne peux pas m’empêcher de penser, si par bonheur le sergent Rygel avait survécu à ses blessures comme, Dieu merci, ses camarades blessés dans la même embuscade, quelle aurait été la distinction décernée ? La CVM avec une étoile peut-être ?

A la même époque, cinq adjudants-chefs ont fait valoir leurs droits à la retraite après 26 à 31 années de service. Quatre de ces « maréchaux de la Légion » sont partis sans la Médaille militaire sur leur barrette de décorations, malgré la participation à de nombreuses opérations extérieures.

Et si l’Adjudant-chef R., titulaire de la Croix de guerre TOE et de la Médaille militaire, veut postuler à la retraite pour l’Ordre national du mérite ou la Légion d’honneur, il doit attendre sans doute dix ans ou plus, compte tenu de l’échelonnement des travaux de décorations par le Bureau central des archives administratives militaires (BCAAM).

Il faut savoir, qu’une fois à la retraite, personne ne propose plus un militaire pour une décoration méritée. Il faut faire sa demande personnellement, suivre son dossier et renouveler sa candidature tous les ans. Je m’abstiens d’un commentaire sur les critères de « distribution » de la Légion d’honneur à des non-militaires.

La disproportion entre morts et vivants dans ces cas me semble évidente. Fait-on trop pour les uns ou pas assez pour les autres ?

J’ai l’honneur de solliciter la bienveillance des lecteurs pour les réflexions d’un ancien qui a servi à une époque où l’on décorait les légionnaires pour les pertes infligées à l’adversaire et non pour les dommages subis. Je reconnais avoir du mal à comprendre les nouvelles missions et stratégies imposées à l’armée française d’aujourd’hui.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4827
mod_vvisit_counterHier7043
mod_vvisit_counterCette semaine20276
mod_vvisit_counterSemaine dernière50052
mod_vvisit_counterCe mois140570
mod_vvisit_counterMois dernier213075
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097205275

Qui est en ligne ?

Nous avons 1466 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13362
Affiche le nombre de clics des articles : 16263539
You are here PRESSE XX° 1933 - 1900 1909 Pourquoi faut-il être mort ? 24102010