AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lettre de Madagascar.

Envoyer

Le Messager de l'Ouest. Journal de l'arrondissement de Sidi-Bel-Abbès. 061295

Ambahimarina, le 3 septembre 1895.

Depuis 6 ou 7 jours, la situation ne présente aucun caractère particulier. Les travaux de la route ont été terminés hier. Nous espérons avoir fini avec le maniement des outils du Génie, ou tout au moins. Si nous recommençons ce ne sera pas pour longtemps, car d'ici une dizaine de jours nous supposons partir pour la colonne volante.

La brigade se forme ici en attendant des ordres. Le bataillon du 200e est arrivé ce matin. C'est la première fois que nous le voyons depuis le début de la campagne.

Nous attendons le renfort qui doit nous rejoindre vers le 9 ou le 10 courant.

Nous devons partir demain pour nous porter en avant : on ne sait pas juste où.

Il y a quelques jours, le frère du sultan de Comare est arrivé ici présenter ses respects au Général en Chef. Il était richement vêtu en bleu marin, redingote, etc, et était coiffé d'un fez. Quelques mulets portaient ses bagages. A notre camp il s'est mis en grande tenue : turban de soie multicolore, d'une grande valeur, pantalon blanc très large enfoncé dans des bottes vernies, un surtout d'une grande richesse, un sabre recourbé, poignée- ciselée et d'or, un poignard d'un prix inestimable, des décorations consistant en crochets, colliers, etc, constellaient sa poitrine.

Dans celte tenue cérémoniale il est allé au camp de M. le général Duchesne. Ne l'ayant pas vu revenir nous supposons qu'il suivra les opérations. Son arrivée a peut-être aussi pour but de voir un peu ses compatriotes à l’œuvre : en effet, le bataillon malgache compte dans ses rangs beaucoup de volontaires de l'Ile-de-Comores.

Mangasoarina, le 12 septembre 95.

Depuis ma dernière lettre nous n'avons fait que nous installer, faire des gourbis, etc, et nous préparer pour la colonne volante.

Les différents renforts sont arrivés le 10. Celui de la Légion forme un beau contingent qui donnera une bonne impulsion au bataillon.

Les malingres restent ici sous le commandement des officiers en trop, car les compagnies prenant part à la colonne légère ne sont composées, que de : 3 officiers et 120 hommes, cadre compris.

Le Général en chef nous a passé en revue ce matin et a été très satisfait du bon air martial des troupes.

Les moyens de transport sont encore réduits ; de sorte qu'on ne changera pas souvent de tenue.

Sans ordres contraires nous nous mettrons en route pour Tananarive le 14 au matin...

Encore 100 kilomètres de mamelon environ, et alors la plaine fertile de l'Emyrne où tout pousse — l'accès surtout — les kilomètres à avaler.

Il y aura peut-être de l'ennemi... Enfin ! qui vivra verra !

14 Septembre.

Départ ce matin à 5 heures. Le bataillon avant-garde de toute la colonne. Marche, de 16 kilomètres pénible, toujours dans la montagne, sur des sentiers à peine frayés et toujours en montant.

Campement à 3 kilomètres de l'ennemi qui est fractionné en plusieurs colonnes.

Ce malin, pendant la marche, rencontre de tranchées formidables, établies sur des hauteurs prodigieuses..— Tout était abandonné.

— Demain il y aura du tabac.

(A Suivre) .. .


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3856
mod_vvisit_counterHier7984
mod_vvisit_counterCette semaine3856
mod_vvisit_counterSemaine dernière50736
mod_vvisit_counterCe mois138084
mod_vvisit_counterMois dernier270885
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098839562

Qui est en ligne ?

Nous avons 551 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13502
Affiche le nombre de clics des articles : 18890576
You are here PRESSE XIX° 1895 Lettre de Madagascar.