AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Les Mercenaires

  Nus, affamés, sans feu, ni lieu, sans espérance, 

  Aux maîtres comme aux lois ayant répondu : Non,

  Traînant leur passé lourd comme on traîne un chaînon,

  Des hommes, Dieu sait d’où, s’en viennent à la France.

 

  Nous sommes las. Mourir est une délivrance ;

  Veux-tu faire de nous de la chair à canon ?

  Elle répond : C’est bien ; je sais votre souffrance,

  Et je n’ai pas besoin de savoir votre nom.

 

  Prenez, mangez. Dormez, sans rêve, sous la tente ;

  Ce pain dur, ce lit dur, qui font l’âme contente.

  Sont ceux de nos soldats : méritez leur tombeau ;

 

  Vous êtes en lieu sûr, et de vous je me charge,

  Entrez – Et derrière eux, d’un geste simple et large,

  Elle fait retomber un pli de son drapeau.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui186
mod_vvisit_counterHier9339
mod_vvisit_counterCette semaine9525
mod_vvisit_counterSemaine dernière62164
mod_vvisit_counterCe mois123691
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098324424

Qui est en ligne ?

Nous avons 2026 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18040944
You are here POEMES Cne de Borrelli Les Mercenaires