AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Chants et chansons d'hier...

Envoyer

Chants et chansons des soldats de France. 1902.


L’expédition de Madagascar a également inspiré les chansonniers militaires, On sait qu'au début de la campagne un régiment de marche, dénommé « régiment d'Algérie », fut formé avec des éléments pris dans la légion étrangère et les tirailleurs algériens ; ces braves allèrent s'embarquer en répétant ce refrain de circonstance :

La Légion et les tirailleurs,
En avant, marchons tous sans peur !
Le sac, ma foi, toujours au dos,
Nous culbuterons les moricauds,
Et dans six mois, nom d'un pétard.
Nous serons maîtres à Madagascar !

Et si l'on demandait aux: turcos pourquoi on les envoyait là-bas, les naïfs enfants du désert vous répondaient invariablement : « — Nous partir parce que Madame Gaspard il est en guerre avec Madame Poublique... »

A citer encore cet impromptu composé à Tamatave.
Les denrées étaient devenues hors de prix dans cette ville ; les œufs, les poulets, les fruits, se payaient vingt ou trente fois plus cher qu'au début des opérations. Mais nos soldats s'en consolaient en chantant ces couplets d'une saveur toute malgache :

Les pauvres bœufs qu'on voit passer
Ne trouvant plus rien à manger,
Ni chou ni rave !

Se promènent bien tristement
Et maigrissent publiquement
A Tamatave !...

Ils vont paître près du r'ova,
Demeure antique du Hova,
Humide cave !

D'où des officiers biscornus
S'élançaient sur les revenus
De Tamatave!..

Enfin, la dernière de nos expéditions coloniales, celle d'Igli, dans le Sud-Oranais, a donné naissance à diverses chansons de marche assez pittoresques. La suivante, intitulée Au Sahara, se chantait sur l'air du Père La Viçtoire :

I
C'était en l'année dix-neuf cent;
Le Ministre de la guerre
Avait ordonné d' faire,
Sous l' command'ment
Pu Père Bertrand,
Dans le Sud Oranais
Une colonne au grand complet.
L'on vit alors toute l'armée d'Afrique
Parcourant toutes les routes,
Vidant une dernière goutte
Et criant tous : « Vive la République !
Pour elle, sans coup férir
Il nous faut vaincre ou mourir ! »

REFRAIN
Plan, rataplan, rataplan, rataplan,
Tambours battants, clairons sonnants
Nous quittâmes Aïn-Sefra
Pour avancer dans le désert.
Nous marchions en vrais soldats
Le cœur content, l'allure guerrière,
Nos officiers
Soldats décidés.
Au cœur rempli de vaillance
Crièrent : « Vive la France !
Il faut là-bas
Vaincre au Sahara ! »

II
Après huit jours de grande fatigue
L'on, entra tout guilleret
Au ksour de Duveyrier
Précédé des chasseurs d'Afrique,
D' la valeureuse Légion
Et d' l'intrépide Bataillon.
L'on lit flotter dans l'air nos trois couleurs
Et l' colonel Bertrand
Parcourant tous les rangs.
Montrant à tous le chemin de l'honneur,
Nous dit : « Mes braves enfants,
Mettons-nous à l’œuvre maintenant ! »

REFRAIN
Plan, rataplan, rataplan, rataplan,
Joyeusement, le cœur content,
L'on reprit aussitôt
La brousse et les longues étapes ;
Et quelquefois les Tringlots
Durent soulager bien dos malades.
Mais, malgré ça.
Nous sommes soldats,
Et après beaucoup de souffrances
Nous eûmes l’espérance
Une après-midi
D'apercevoir Igli.

III
Mais, hélas ! ô désillusion !
En place de coups d' flingots
D'embuscades et d'assauts,
Tranquillement nous primes position
Sous les murs du ksar
Où l'on devait entrer plus tard
Nos officiers avaient jugé prudent
De rentrer dans Igli
Sans tirer d' coups d' fusil
L'on vit alors, sous un soleil ardent
La Légion et le Bat d'Af
S'unir pour construire des casemates.

REFRAIN
Plan, rataplan, rataplan, rataplan,
C'était à ce bruit, mes enfants,
Que bien des braves soldats
Décimés, tués par la fièvre.
Sont morts en héros là-bas,
Bien loin du lieu qui les vit naître.
Mais en leur cœur
Brillait une lueur
Car au milieu de leur souffrance
Ils eurent l'espérance
De voir flotter
Le drapeau des Français.

IV
Maintenant la France, au Sahara,
Règne au Tidikelt
Ainsi qu' chez les Touareg,
L' colonel d'Eu au Gourara,
Ménestrel au Timmimoun
Mirent les Touareg en déroute,
Gloire et honneur au Bataillon d'Afrique,
Aux Zouaves et Légionnaires,
Tous de vieux militaires.
Saluons aussi ces braves Chasseurs d'Afrique,
Ainsi qu' les Tirailleurs
Les Spahis et les Artilleurs.

Refrain
Plan, rataplan, rataplan, rataplan.
Honneur au colonel Bertrand
Au brave Ménestrel,
Au vainqueur d'In-Salah, d'In-Rhar ;
Votre gloire est immortelle.
Je vous salue, vaillants soldats!
Dans le désert
Vous avez souffert.
Mais, admirant votre vaillance,
Le peuple de France
Vous acclamera
Vainqueurs du Sahara !

Cet impromptu fut composé le 10 juillet 1900 à Ain-Sefra, par W Smeets, soldat au 2e régiment étranger.

A citer encore, du même auteur, Le Refrain du Légionnaire, curieuse chanson de marche sur l'air du Bat' d'Af :

I
Mon vieux frangin, j't écris de d'sous la tente
Sur l'lit d'alfa, installé en plein air,
Oui. en plein air... .
Il fait frio et la terre n'est pas tendre
Car nous campons au milieu du désert
Oui, du désert!

Refrain
V'ià les Légionnaires
A l'allure fière
Vivent les Pantinois,
Les Italiens, les Bruxellois,
Enfants d'Allemagne,
Hidalgos d'Espagne !
On les retrouvera
Sur la route, sur la route,
On les retrouvera
Sur la route de Saïda !

II
Depuis que j'sers cette bonne République
J'ai assouvi une sacrée passion,
Sacrée passion...
A la Légion règne un système pratique :
Quand y a quat' sous, on boit un vieux bidon
Un vieux bidon '

III
Dans not' métier, c'est là notre apanage.
Il faut marcher sans jamais s' fatiguer,
Se fatiguer...
Car la Légion ne boude pas à l'ouvrage :
Quand arrive l'heure, ils savent se distinguer
Se distinguer !

IV
Je termine ma lettre et j' profite de l'occas'
Pour t'envoyer des nouvelles d'Igli,
Nouvelles d'Igli...
L'on y s'rait bien si y avait pas tant d' sable
Et moins d' sirocco dans ce sacré pays,
Sacré pays !

V
Donne bien le bonjour à ma p'tit' Titine,
Ainsi qu'aux vieux et à tous les parents.
Tous les parents...
Dis-leur à tous que j' n'ai pas un centime.
Que j' compte sur eux pour fêter 1' Nouvel An,
Le Nouvel An !

VI
Adieu, mon vieux, car je suis dans la brousse,
Mais dans qué'ques mois j' termine mes cinq ans,
Oui, mes cinq ans.
Bientôt j' pourrai t' rapporter d' la couscouss,
Des figues, des dattes et des bastos d'Oran,
Bastos d'Oran !

Ces couplets furent chantés pour la première fois le 17 mai 1901, à Saïda.

*

**

La Légion étrangère présente un singulier mélange. Il y a là des hommes de toutes les races, de tous les pays, de tous les coins du monde.
Les uns sortent on ne sait d'où ; ils ont mené une vie d'aventures, erré comme le Juif errant. Les autres, bien nés, bien élevés, mais mauvaises têtes, ayant commis toutes les folies — parfois même tous les crimes — sont venus, sous un nom supposé, demander au drapeau de la France protection et appui contre eux-mêmes. D'autres enfin, les Alsaciens-Lorrains, ont quitté le sol natal pour ne pas servir dans l'armée allemande.

Soldats de la Légion
D' la Légion étrangère,
N'ayant plus de nation,
La France est notre mère !

Toutes les classes de la société se coudoient à la légion, il n'est pas rare de trouver dans la même compagnie, à côté d'un prince roumain, proscrit à la suite d'un meurtre, un réfugié nihiliste, un officier italien, chassé de son régiment pour tricherie au jeu, et un prêtre espagnol interdit.
En son réalisme un peu brutal, la chanson suivante donne une idée exacte de cette tour de Babel :

Quand on a bouffé son pognon,
Et brisé, par un tour de cochon,
Toute sa carrière,
On prend ses souliers sur son dos,
Et l'on file au fond d'un paquebot.
Aux Légionnaires. .
 
Y en a de Vienne et de Montretout,
L'on y trouve des copains de partout
Pas ordinaires,
Des aristos et des marlous,
Qui se sont donné rendez-vous
Aux Légionnaires.

Y a des avocats, des médecins,
Des ducs, des marquis, des roussins,
D'anciens notaires.
Même des curés, qui, sans façon,
Baptisent le bon Dieu d'Sacré Nom !
Aux Légionnaires.

Nous habitons le bled de bicots,
Ousqu'il y a que des bourricots,
Et de vieill's mouquères;
Mais en France on fait trop de pétard,
Et le bourgeois a peur du cafard
Des Légionnaires.

Chez nous l'on n'est pas proprio.
Faut trop traîner ses godillots
Par toute la terre.
Mais mieux vaut la brouss' du Tonkin
Que la caserne du colo biffin,
Pour le Légionnaire.

Nous avons d'autres passions,
Qu' les biffins qui montent la faction
Devant 1' Ministère :
L'Pernod, les femmes et l'assaut,
Dam!... nous sommes pas très comme il faut,
Nous Légionnaires !

Puis l'on va se faire casser le cou,
Et personne ne vient sur not' trou,
Faire des prières.
Mais le chacal qui nous gratte les os,
Se dit : « Ils ont rudement de poil dans le dos,
« Les Légionnaires ! »

A citer, dans le même ordre d'idées, le Deuxième Étranger, chanson composée à Saïda, le 21 mai 1900, par P. Smeets, le poète légionnaire dont nous avons déjà signalé l'originalité et la verve ; cela se chante sur l'air Les ministres en voyage :

I
Il existe un vrai régiment
Épatant
Connu sous le nom de Légion
Étrangère ;
Il est composé d'Allemands,
De Flamands,
De Suisses et de gens d'Angleterre...
On y rencontre aussi
lies enfants de Paris,
Des nègres, des Italiens,
Des Russes, des Autrichiens,
Des hidalgos d'Espagne
Quittant leurs montagnes
Pour en Afrique faire campagne.

Refrain
Regardez-les donc défiler
Tambour battant, musique en tête,
Ils ont l'air de rudes guerriers...
Pour se battre à la baïonnette,
Au Mexique ainsi qu'en Grimée,
Au Tonkin, à Madagascar,
Ils ont partout su triompher,
Vaincre ou mourir on vrais lascars...

II
Y en a de toutes les conditions.
Des barons,
Des artistes lyriques, des maçons,
Des notaires,
D'anciens officiers étrangers,
Des rentiers,
Des avocats et des vicaires,
Y a même des acrobates,
Des marquis d' la bourse plate,
Des peintres et des roussins,
Des académiciens,
Venus de toute la terre.
Conquérir à la guerre
Le glorieux titre de Légionnaire.,.

III
On les a vus en Algérie,
A Igli,
Porter crânement l'sac au dos
Par les routes,
Sous le soleil meurtrier ,
De Duveyrier ;
Construisant partout des redoutes,
Toujours prêts à marcher
Sans jamais s' fatiguer.
N' dédaignant pas, somme toute,
De boire une bonne goutte ;
Et quand arrive l'heure,
Il faut les voir sans peur
Vaincre ou mourir au poste d'honneur.

IV
Si, parfois, sur votre chemin,
Citoyens,
Vous rencontrez un d' ces soldats,
La mine fière.
Aux traits creusés, au teint bronzé.
Saluez !
Ces braves et vaillants Légionnaires,
Pour avoir ces rubans.
Ils ont versé leur sang
Dans les combats lointains :
Et. sur r sol africain.
Beaucoup d' ces vétérans
Sont morts au premier rang
Pour le drapeau du régiment !

L'auteur de ces couplets a raison: l'histoire de la Légion fourmille d'actes héroïques, de traits de bravoure prodigieux. Quel volume on pourrait écrire avec les faits et gestes de cette troupe d'élite !

Tout le monde connaît l'air de marche de la Légion — le Boudin — bruyant et martial :

Tiens, voilà du boudin,
Voilà du boudin (bis).
Pour les Alsaciens, les Suisses et les Lorrains...
Pour les Belges, il n'y en a plus,
C'est tous des tireurs au...

De même la romance d'Erkmann-Chatrian, que répètent, le soir, avec un serrement de cœur, les pauvres légionnaires venus des provinces annexées :

Dis-moi quel est ton pays ?
Est-ce la France ? Est-ce l'Allemagne ?
C'est un pays de plaine et de montagne,
Une terre où les blonds épis
En été, couvrent la campagne,
Où l'étranger voit tout surpris
Les grands houblons en longues lignes
Pousser, joyeux, au pied des vignes
Qui couvrent les coteaux gris.
La terre où vit la forte race
Qui regarde toujours en face,
C'est la vieille et loyale Alsace !

Dis-moi quel est ton pays ?
Est-ce la France? Est-ce l'Allemagne?
C'est un pays de plaine et de montagne,
Que les vieux Gaulois ont conquis
Deux mille ans avant Charlemagne,
Et que l'étranger nous a pris !
C'est la vieille terre française
De Kléber, de la Marseillaise ;
La terre des soldats hardis,
A l'intrépide et froide audace,
Qui regardent la mort en face.
C'est la vieille et loyale Alsace !

Mais on ignore généralement les chansons des légionnaires étrangers. Un très grand nombre de soldats de la Légion sont Autrichiens, Bavarois, Badois, Mecklembourgeois ou même Prussiens ; aussi chante-t-on, à la Légion, beaucoup de chansons allemandes. Voici la traduction littérale d'une des plus en vogue .

I
Youck haï ! que vois-je briller
Aux clairs rayons du soleil ?
Ce sont les braves légionnaires.
Ils passent sur le Rhin.

Refrain
Trou ri alla!
Nous sommes les gais légionnaires !
Trou ri alla ! Haï !
Nous sommes gais, oui !

II
Le drapeau est au milieu,
Il fait de gais battements.
Et nous marchons bien,
Comme si c'était à la parade.

III
Le capitaine est en tête,
Il chevauche son bon cheval ;
Et nous, braves légionnaires,
Nous suivons son épée.

IV
Quand nous sommes au bivouac
Sous les clairs rayons de la lune,
Nous chantons pour notre plaisir
Une gaie petite chanson.

Cette chanson se chante en marche, sur un mode scandé, avec des répétitions de phrases musicales terminées par un air de danse lent.

Mais le refrain préféré des légionnaires d'origine allemande est la Chanson des Pionniers, tres populaire, paraît-il, de l'autre côté du Rhin ;

I
Le matin, au lever du jour, Youpaïdi ! Youpaïda !
On fait d'abord le café, Ypupaïdi ! Youpaïda! et on va d'un pas énergique
Vers la place d'exercices, Youpaïdi ! Youpaïda ! tra ra la la!

REFRAIN
Youpaïdi ! Youpaïdi ! Aïda ! Raou ! Raou ! Raou !
Ah ! a ! a ! a ! a ! ' Ygupaïdi ! Youpaïdi ! Aïda !

II
L'exercice avec le fusil, Youpaïdi ! Youpaïda !
Est un jeu pour le légionnaire, Youpaïdi ! Youpaïda !
La flexion des genoux et l'assouplissement des chevilles
Réjouit la vie du soldat. Youpaïdi ! Youpaïda ! tra ra la la

Refrain.

III
Notre lieutenant est bon aussi, Youpaïdi ! Youpaïda !
Quand il monte sa Lisette, Youpaïdi ! Youpaïda !
Mais quel spectacle lorsqu'il doit aller à pied! Youpaïdi ! Youpaïda ! tra ra la la !

Refrain.

M. Georges d'Esparbès, qui cite ces deux chansons exotiques dans son intéressant ouvrage sur la Légion étrangère ajoute : « Il existe vingt autres chants dont quelques-uns plus guerriers, où le cri jaillit en coup de gong, s'énerve et grince comme un froissement de cymbales. Ils ont le même caractère : le couplet caresse; c'est toujours un sentiment simple, naïf, noté en trois mots. Puis le refrain s'évade, s'arrache du couplet comme une bande d'oiseaux féroces. A les voir et à les entendre, au loin, sur une roule, on a l'impression d'enfants qui fredonnent, jouent, s'impatientent, et puis finissent par torturer des chais. »


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1878
mod_vvisit_counterHier9763
mod_vvisit_counterCette semaine11641
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois135146
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098335879

Qui est en ligne ?

Nous avons 937 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18056789
You are here BREVES 2016 Chants et chansons d'hier...