AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Ces étrangers prêts à donner leurs vies pour la France.

Envoyer

J.-P. Fabre Bernadac, le 30 avril 2013

Aujourd’hui, les médias clament leur foi dans la nation recomposée grâce à l’apport des immigrés. Pourtant, jamais un mot n’est prononcé (si ce n’est pour les mépriser) sur ces étrangers devenus fils de France, non par le sang reçu, mais par le sang versé.

Il y a 150 ans, jour pour jour, une des pages de gloire les plus admirables de l’armée française se déroulait au Mexique. Le 30 avril 1863, une compagnie de Légion de 62 hommes et 3 officiers résiste à 2.000 cavaliers mexicains dans l’hacienda de Camerone pendant onze heures. Tous, reprenant le serment de leur chef, le capitaine Danjou, tombent plutôt que de se rendre. Après avoir tiré ses dernières cartouches, la poignée de survivants charge à la baïonnette pour aller au-devant de la mort. Trois seulement survivront, épargnés par le colonel mexicain Milan impressionné par tant de bravoure.

Depuis, tous les ans, partout dans le monde où se trouve un légionnaire, la Légion étrangère commémore ce fait d’armes par la lecture du récit de cette bataille.

Vague après vague, ces immigrés se battent avec honneur et fidélité pour la France et leurs officiers depuis plus de 180 ans.

Ils ne sont pas là pour le RSA, ils ne sont pas là comme clandestin pour trouver un petit boulot, ils ne sont pas là pour profiter du système, ils n’ont pas trois femmes et ne réclament pas, pour leurs enfants, de parler leurs langues natales dans les écoles. Ils sont là pour obéir, se battre et, si on leur en donne l’ordre, donner leur vie. Avec 20.000 morts, la Légion est le corps de l’armée française qui a donné le plus à notre patrie.

On devrait n’avoir que respect pour ces soldats à qui le général de Négrier, en 1884, lancera : « Légionnaires, vous êtes soldats pour mourir. Je vous envoie là où l’on meurt ! »

Pourtant, chaque fois qu’un crime se produit, dans lequel un légionnaire ou un ancien légionnaire est impliqué, les journalistes ne manquent pas de préciser avec délectation son corps d’origine. Ceci contraste avec les articles publiés lors de l’arrestation d’un jeune issu de l’immigration. Pour lui, on change le prénom en Alex ou Hugo sans préciser son origine mais en évoquant les circonstances atténuantes. Si un immigré est victime d’un meurtre, les quotidiens étalent en première page l’horreur du drame et les pleurs de la famille. Normal, me direz vous ! Mais alors pourquoi, lorsqu’il s’agit d’un simple légionnaire comme Harold Vormezeele tué dernièrement au Mali, un court article au fin fond des pages intérieures suffit ?

Il faut trois ans à un légionnaire pour demander sa naturalisation. N’importe quel étranger ayant vécu en France l’obtient en cinq ans. Deux petites années supplémentaires seulement…

Alors, quand cette année vous les verrez, le 14 juillet sur les Champs-Élysées, défiler au pas lent de la Légion en chantant « Le Boudin », n’oubliez pas qu’ils meurent pour que d’autres fils de France puissent vivre en paix depuis près de deux siècles. Et dites-vous que ces képis blancs, dignes et fiers, fidèles à leur pays d’adoption, sont toujours prêts à donner leur vie pour ce petit coin de terre que certains voudraient gommer de l’Histoire.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9159
mod_vvisit_counterHier10270
mod_vvisit_counterCette semaine62181
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois123325
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098324058

Qui est en ligne ?

Nous avons 2091 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18040413
You are here BREVES 2013 Ces étrangers prêts à donner leurs vies pour la France.