AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

František Kupka, peintre abstrait, caricaturiste et patriote tchèque

Envoyer

https://www.radio.cz/

15-09-2018

 

Le journal Le Monde a écrit que c’était la plus belle rétrospective de l’année : l’exposition consacrée par le Grand Palais, à Paris, à un des pionniers de l’abstraction, le peintre tchèque František Kupka, est désormais également à voir à Prague, au Manège Wallenstein, jusqu’au 20 janvier prochain. Cet événement est le fruit d’une collaboration fructueuse notamment entre la Galerie nationale de Prague et le Centre Pompidou à Paris. Pour Radio Prague, l’historienne de l’art tchèque Markéta Theinhardt et une des commissaires de l’exposition, Brigitte Léal sont revenues sur ce grand projet.

Photo: Barbora Němcová

BL : « Il y avait déjà une logique de partenariat grâce à nos deux collections : la collection Kupka du centre Pompidou, qui est extrêmement importante puisqu’elle est née grâce aux donations de František Kupka donc c’est vraiment une collection où tous les aspects de la création de Kupka sont représentés, et l’autre collection très importante en Europe est celle de la Národní Galerie de Prague. Donc il était logique que nous travaillions ensemble pour pouvoir monter une rétrospective de cette ampleur. Il n’empêche que dans les deux cas, et surtout à Paris, il y avait aussi des prêts exceptionnels d’autres institutions comme le musée d’art moderne de New York, les grandes collections américaines et européennes, qui ont acceptés de nous prêter des chefs d’œuvre donc c’est ainsi que tout a commencé. L’idée était de rendre hommage à Kupka, avec le noyau central des plus belles œuvres conservées, aussi bien à Paris qu’à Prague. »

Cela faisait longtemps qu’une rétrospective n’avait pas été organisée? Ici cela faisait par exemple une trentaine d’années !

BL : « A Paris en tout cas, c’était en tout cas depuis 1989. Une rétrospective d’une telle richesse, effectivement il n’y en avait pas eu depuis longtemps d’autant qu’à Paris notamment, il y avait aussi la présence d’archives et de documentation qui n’avaient jamais été montrées, et donc c’était à la fois une exposition qui pouvait satisfaire, par la beauté des œuvres, un public assez large, mais aussi un public de chercheurs et cela nous a permis d’avancer dans la connaissance de l’œuvre de Kupka. »

Photo: Barbora Němcová

Concernant la connaissance de l’œuvre de František Kupka, j’imagine qu’il n’est pas connu de tous les Français, même des amateurs d’arts. Quelles ont été les réactions des gens, en découvrant ou redécouvrant l’œuvre de Kupka en France ?

BL : « La réception de la collection à Paris a été excellente. La presse a été très élogieuse, la réception du public était la même. Je crois qu’effectivement les gens ont pu être découvrir et être intéressés par l’œuvre d’un artiste dont le nom symbolise l’abstraction. Etant donné que l’exposition était très complète, on a aussi découvert toute l’œuvre de caricaturiste du début de siècle mais également les aspects symbolistes de son œuvre, disons l’œuvre qui précède le passage à l’abstraction qui était sûrement moins connu à Paris, et aller jusqu’au bout de sa carrière dans toutes ses différentes étapes. Je crois que ce qui a intéressé le public c’est de voir tous les aspects et bouleversements de son œuvre et aussi toute sa carrière d’illustrateur avec des dessins magnifiques. Effectivement, cela a permis de faire mieux connaitre l’œuvre d’un artiste qui est certainement moins connu qu’un Kandinsky à Paris. Mais visiblement le bon accueil du public était au rendez-vous. »

Markéta Theinhardt, que nous dit cette rétrospective de l’œuvre de Kupka ? Pourriez-vous un peu détailler ?

Photo: Barbora Němcová

MH : « Le public français, déjà en 1989, et aujourd’hui au Grand Palais était assez étonné de commencer par des œuvres naturalistes, académiques mais également symbolistes et par des dessins satiriques pour arriver en fin de parcours à des œuvres que l’on peut qualifier d’abstraites comme Kupka lui-même les a appelées. C’est toujours un grand étonnement mais il faut savoir que Kupka est un artiste qui a vécu assez longtemps. »

Et il a donc eu le temps d’évoluer !

MH : « Il a évolué, il a toujours été curieux, il s’est informé, il a eu une grande culture, il s’est interrogé sur l’actualité artistique. »

Quelles étaient justement ses sources d’inspiration ?

MH : « Inspiration, c’est un grand mot. Il a travaillé d’abord à Vienne où il a fait ses études où il a travaillé dans la sphère du symbolisme. Certains chercheurs comme Werner Hofmann prétendent qu’il a été l’un des précurseurs du symbolisme autrichien. Malheureusement, il n’y a pas d’œuvres conservées de cette période, on les connaît seulement des descriptions de salons. Elles ont disparu, on ne les connait pas. La seule chose que l’on connaisse est le tableau à la gouache sur Le dernier rêve de Heinrich Heine agonisant (1891) qui était un énorme tableau exposé au Wiener Kunstverein, mais surtout le tableau Quam ad causam sumus que l’on ne connaît pas, un grand tableau qu’Hofmann met à égalité avec l’œuvre de Gauguin dans un autre registre. Kupka arrive ensuite à Paris et il change d’attitude même s’il reste quelque chose de la période viennoise et notamment son intérêt pour la forme. On ne le sait peut-être pas mais le formalisme esthétique est une invention centre-européenne entre Prague et Vienne. »

Ce qui est intéressant chez Kupka, c’est qu’il est un personnage important pour la Tchécoslovaquie. Il est le symbole des liens franco-tchèques mais cela va même au-delà puisqu’il a contribué, à sa manière, à la création de la Tchécoslovaquie dont on fête le centenaire, cette année. Il a lui-même été dans les légions tchécoslovaques. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette facette originale pour un artiste ?

Photo: Barbora Němcová

MH : « L’engagement de Kupka est un chapitre extrêmement intéressant. On pourrait en parler pendant longtemps. Il y aura bientôt une exposition au musée Kampa, consacré à Kupka pendant la Première Guerre mondiale. Il n’a pas seulement participé au combat, comme président de la colonie tchèque à Paris. Il était proche de Tomáš G. Masaryk, d’Evard Beneš, on le sait depuis déjà un moment. Avant la guerre, il était libre penseur comme Beneš par exemple aussi et comme aussi Masaryk qu’il a connu bien avant la guerre. Il a dessiné certains projets de timbres, des uniformes, des médailles, des diplômes de l’armée tchécoslovaque qui existent encore aujourd’hui. Il a participé au concours pour élire le drapeau tchécoslovaque, qu’il n’a pas gagné. Il était vraiment engagé, et après la guerre, il est rentré gradé avec l’armée tchécoslovaque à Prague, il est resté un moment au Ministère de la Défense. Il s’est ensuite dépêché de rentrer à Paris. Il a écrit à son ami le peintre Vojtěch Hynais : ‘Finie la période où je travaillais comme une mule’. Il a commencé en 1919 à participer à des salons, où il a eu sa première exposition personnelle à Paris. Il a ensuite obtenu un poste de professeur à l’école de Beaux-Arts de Prague, professeur qui a pu enseigner aux boursiers tchèques à Paris. Il n’a pas eu à rester à Prague, ce qu’il ne voulait pas. »

Pouvons-nous nous attarder cinq minutes sur l’aspect des caricatures ? On le connaît comme l’un des pionniers de l’abstraction mais moins comme un caricaturiste. Quelles sont ses spécificités ?

Photo: Barbora Němcová

BL : « Tout d’abord, il y a la qualité graphique de ces caricatures. Ce sont de très beaux dessins, de belles images très fortes visuellement, avec de l’humour et un engagement pour des revues anarchistes. Un engagement libertaire, on dirait anticapitaliste aujourd’hui, anticlérical, contre l’armée et le pouvoir de l’argent. Ces caricatures étaient réalisées à travers des figures standards. A Paris, pendant l’exposition, les gens étaient captivés par ces images très fortes, qui renvoyaient à la liberté d’expression incroyable qu’il pouvait y avoir encore en début de siècle dernier, où il n’y avait pas de tabous. Cela renvoyait à une actualité très proche des Parisiens, celle des caricaturistes de Charlie Hebdo qui ont été assassinés. Et d’ailleurs Charlie Hebdo a fait un numéro qui rendait hommage aux caricatures de Kupka. C’était formidable puisqu’il y avait une passerelle qui rappelait que la liberté d’expression est quelque chose de fondamental. Quelles que soit les opinions des artistes, ils sont toujours à défendre coûte que coûte. Il se trouve que dans l’œuvre de Kupka, c’est toujours un dessin absolument formidable. Après, on a pu dire cela qu’il avait fait ça pour vivre. C’était en quelque sorte une production alimentaire, mais cela n’empêche pas le talent. Il faut dire qu’il y a une énorme production de Kupka donc cela correspondait vraiment à ces idées politiques de l’époque qui ont pu évoluer. A travers son engagement dans les deux guerres mondiales, c’est un homme d’engagement. »

Et moderne…

« Absolument, c’est un artiste et comme d’autres artistes de son temps, il s’est engagé. Malgré son pacifisme, il s’est quand même engagé dans la Légion étrangère. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a fait aussi preuve d’une sorte de courage, à la fois physique, intellectuelle et morale. C’était un homme de conviction. »

Photo: Barbora Němcová


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2159
mod_vvisit_counterHier2045
mod_vvisit_counterCette semaine4204
mod_vvisit_counterSemaine dernière17744
mod_vvisit_counterCe mois30672
mod_vvisit_counterMois dernier63392
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/095797411

Qui est en ligne ?

Nous avons 644 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13225
Affiche le nombre de clics des articles : 13342193
You are here ACTUALITE XXI° 2018 František Kupka, peintre abstrait, caricaturiste et patriote tchèque