AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2015


Castelnaudary : la Solidaire a rassemblé plus de 86 000 euros

Envoyer

Le 27 juin

 

Après un bel effort, ils sont arrivés hier, le sourire aux lèvres.
Après un bel effort, ils sont arrivés hier, le sourire aux lèvres. PHOTO/© D.R
Une nouvelle fois, la générosité des citoyens a été de mise pour cette épreuve cycliste organisée par la Légion, à l'attention de ses anciens.Plus de 86 000 euros de dons ! C'est la somme récoltée à l'occasion de la 5e édition de la "Solidaire", une épreuve "cyclosportive caritative" ayant pour but de recueillir des fonts au profit de l'Institution des Invalides de la Légion Étrangère". (Lire notre édition du 24 juin) Les premiers cyclistes en provenance de...

Les anciens de la Légion en assemblée

Envoyer

Publié le 27/06/2015

Le bureau en assemblée./photo DDM

L'Amicale départementale de la Légion étrangère, dont le siège social est à Pont-du-Casse, a tenu son assemblée générale, le dimanche 21 juin, à la mairie, en présence du général Cardinal, président des amicales du Grand Sud-Ouest. Le colonel Léonard, président de l'Amicale départementale, a ouvert la séance et donné lecture des rapports moral et d'activités depuis la dernière assemblée du 17 février 2014, votés à l'unanimité.

Concernant l'effectif, le constat est sans appel. Le nombre des adhérents est en baisse et s'élève à 19 actifs et 15 sympathisants. Parmi les manifestations à venir, toutes les cérémonies militaires ont été reconduites. Sont aussi prévus le rassemblement des amicales du Grand Sud-Ouest à Pau, le 153e anniversaire de Camerone, le 10 mai, à Pont-du-Casse et l'assemblée générale de l'amicale le 26 juin 2016. Le général Cardinal est également intervenu. Le recrutement est en augmentation, tandis que l'aide financière et morale à ceux qui quittent la Légion a été mentionnée.


La Solidaire,sous un soleil de plomb

Envoyer

Publié le 27/06/2015

Photo souvenir du premier groupe avec les Miss et le maire./Photos DDM, L. K.

Ils arrivaient par petits groupes place de la République, les coureurs de la Solidaire de la Légion, même pas marqués par l'effort. Et pourtant, le soleil dardait et le thermomètre indiquait 35°. Pour cette troisième étape, ils étaient partis de Tarascon-sur-Ariège, 140 km, étape considérée comme la moins difficile mais la dernière après les efforts des deux premières : Lourdes-Bagnères-de-Luchon (123 km) et Bagnères-de-Luchon-Tarascon-sur-Ariège (137 km). En tout 400 km en trois jours ! Un exploit sportif mais surtout un élan de générosité qui pousse ces coureurs cyclistes à donner le meilleur d'eux-mêmes.

Le départ était échelonné toutes les 10 minutes. Les plus performants en premier. «On ne compte pas la performance pour cette course, on est tous ensemble, solidaires de nos anciens.» Y participaient une soixantaine de coureurs cyclistes dont une majorité appartenant à la Légion étrangère. D'autres militaires venaient du 3e RPIMa de Carcassonne. Et il y avait quelques civils.

Ambiance festive place de la République avec un orchestre composé de musiciens de la Légion, un commentateur qui galvanisait les coureurs à leur arrivée et la présence de deux Miss souriantes : Virginie, Miss képi blanc 2015, et Magalie, Miss Narbonne 2014. «La Solidaire c'est la séduction, l'émotion, le sourire et la solidarité !», s'époumone le commentateur. À l'arrivée on se désaltère, on pause avec les Miss et on se raconte ses exploits. Deux stands vendaient quelques objets et confitures maison pour augmenter la cagnotte.

Rappelons que les fonds récoltés bénéficieront aux anciens de la Légion. Cela permettra d'améliorer les conditions des résidants de l'institut des Invalides de Puyloubiers. Ceux-ci malgré une certaine incapacité participent avec courage au travail de la vigne ou dans les ateliers (reliures, produits autres…).

L.K.

Louis Ferré victime d'un malaise lors de la cyclotouriste "La Solidaire"

Envoyer

luchon mag

Jeudi 25 Juin 2015
Louis Ferré en compagnie de Mike Jones au départ de

Louis Ferré en compagnie de Mike Jones au départ de "La Solidaire, hier à Lourdes.

Selon nos informations, alors qu’il participait à la cyclotouriste "La Solidaire" de la Légion étrangère, Louis Ferré, le maire de notre ville a été victime, mercredi, d’un malaise (une douleur thoracique) lors de la montée d’un col au cours de l’étape entre Lourdes et Luchon. Pris en charge par les pompiers, il a été transporté au CHU Rangueil de Toulouse pour observation.

La rédaction de "Luchon Mag"  souhaite au maire un prompt rétablissement.

En souvenir des Garibaldiens tombés pour la France

Envoyer

26.06.2015

Celine Ggoncz (en rouge), avec les autres porte-drapeaux de l'Association des Garibaldiens le 30 septembre, 2014 à Paris

Par Gilles Pécout

Ce samedi 27 juin, un ministre français se trouve en Meuse pour honorer des soldats italiens. Aux confins de la Lorraine et de la Champagne, à peu de distance de Verdun, le secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire y rappellera le sacrifice de ces soldats italiens tombés entre décembre 1914 et mars 1915, avant même l’engagement officiel de l’Italie dans le conflit.

En mai 2015, l’Italie vient en effet à peine de commémorer le centenaire de son entrée dans la Première Guerre mondiale… un an après les principaux belligérants européens. C’est le 24 mai 1915 que le gouvernement du roi Victor-Emmanuel III a décidé de rompre la neutralité pour déclarer la guerre contre l’Empire austro-hongrois et rallier le camp de l’Entente. Jusqu’alors, la participation au conflit des 6 millions d’Italiens et le sacrifice des 680 000 victimes militaires ont surtout fait l’objet de commémorations en Italie même. Le nouveau président de la République, Sergio Mattarella, s’est ainsi déjà rendu Vénétie Julienne sur les champs de batailles du Monte San Michele, le principal et plus meurtrier théâtre de guerre italien.


Or, loin des hautes terres frioulanes où s’élève le mémorial de Redipuglia, il est aussi une mémoire française de la guerre italienne. Ou plutôt, de la guerre des Italiens qui a précédé celle de l’Italie. Alors que le président du Conseil Salandra proclame la neutralité de l’Etat le 3 août 1914, des Italiens décident de s’engager avec les Français. Les immigrés italiens déjà présents sur le sol français sont les premiers à franchir le pas. Ces volontaires italiens s’enrôlent en nombre, 5 000, dans la Légion étrangère dès août 14. Mais c’est de la péninsule qu’arrive le souffle décisif. Ricciotti Garibaldi lance la croisade : il est l’un des deux aînés du grand Giuseppe Garibaldi le champion de l’Unité italienne au XIXe siècle et « héros des deux mondes » qui avait fait de l’engagement armé volontaire national et international sur plusieurs continents le principe de son action politique et le ressort de sa légende romantique.

Le sacrifice de Garibaldi

Trop âgé pour combattre lui-même, Ricciotti envoie ses six fils défendre la République française contre les Empires, à l’instar de leur grand-père venu combattre les Prussiens à Dijon en 1870. Commandée dès novembre 1914 par le lieutenant-colonel Giuseppe Garibaldi - Peppino, pour le distinguer de son prestigieux aïeul - la légion des garibaldiens qui portent en vareuse et sous l’uniforme français leur mythique chemise rouge est envoyée en Argonne, en Lorraine, avant de se replier vers la Champagne et d’achever sa course à Bar-sur-Aube à la fin de l’hiver 1915.

Deux des petits-fils de Garibaldi trouvent rapidement la mort dans l’épaisse forêt de l’Argonne : Bruno dans les combats de Noël 1914 et Costante, lors de la bataille du 6 janvier 1915. Alors que les corps des frères Garibaldi sont rapatriés en grande pompe en Italie, la plupart des volontaires italiens sont d’abord enterrés dans le petit village meusien de Lachalade avant d’être déplacée à la nécropole italienne de Bligny dans la Marne.

Là où reposaient initialement les chemises rouges, s’élève maintenant un monument. C’est à Lachalade devant ce bas-relief flanqué des deux portraits en médaillon des enfants Garibaldi que le Secrétaire d’Etat français accompagné des autorités diplomatiques italiennes s’inclinera ce samedi de juin 2015 en souvenir des garibaldiens tombés pour la France. Il présidera ensuite la cérémonie du centenaire des combats de l’Argonne à l’ossuaire de la Haute-Chevauchée.

« La dernière guerre pour la paix »

Cette discrète halte garibaldienne n’est pas anecdotique. Elle dit beaucoup de la mémoire de la Première Guerre des Italiens et de celle qu’ils partagent avec les Français. Elle souligne qu’à l’heure où les Italiens commémorent sans faste mais avec solennité le centenaire de l’entrée en guerre de 1915, il est bon de rappeler que l’Italie n’a pas vécu les dix mois de sa neutralité aux marges du conflit européen. Même si l’opinion et la classe politique dans leur majorité étaient favorables au non-engagement, le fort débat qui opposa neutralistes et « interventionnistes » dans les journaux et les milieux intellectuels signa l’immersion dans le conflit européen.

Mais ce débat qui porta surtout la voix des bellicistes les plus agressifs, publicistes comme Mussolini ou poètes comme D’Annunzio, aura longtemps été la cause d’une damnatio memoriae en Italie. La mémoire italienne de la Première Guerre mondiale ne pouvait s’affranchir de celle de la crise de l’Etat libéral, de la faillite du socialisme et surtout du fascisme dont on reconstituait la genèse dans le « Coup d’Etat » de mai 1915. Après tout, n’étaient-ce pas les fourriers du fascisme qui avaient précipité l’Italie dans le conflit en provoquant le ralliement majoritaire et soudain à la guerre d’une chambre des députés naguère encore neutraliste ? Et ces mêmes fascistes qui une fois au pouvoir avaient récupéré le souvenir des sacrifices de guerre et l’image de la « victoire mutilée » d’une Italie trahie par ses alliés de la veille ?

L’histoire des garibaldiens laisse se profiler une autre mémoire : celle des progressistes et des démocrates, en grande partie pacifistes, qui se sont engagés pour mener une guerre défensive des nations contre les empires. La dernière guerre pour la paix. Cette mémoire justifierait à elle seule que le Comité interministériel pour le centenaire de la Première Guerre mondiale ait retenu 2014 comme début des commémorations alors que le pays cent ans auparavant comptait toujours parmi les neutres.

L’amitié franco-italienne

Mais l’épopée des garibaldiens -qui sera suivie par l’arrivée d’autres combattants italiens réguliers sur le front français à la fin de la guerre- se joua aussi au nom d’une amitié politique internationale dont le cœur reste la relation franco-italienne. En venant en Argonne les garibaldiens ont ajouté un maillon à la chaîne de solidarité qui les liait à la France issue de la Révolution de 1789, en songeant aussi que des volontaires français avaient combattu au XIXe siècle dans les guerres du Risorgimento, ce vaste mouvement politique et militaire qui aboutit à l’unité italienne.

Alors que le volontariat armé international connaît en 2015 un triste regain d’actualité au Moyen-Orient autour de la soumission et de l’instrumentalisation des personnes, le souvenir et l’histoire des garibaldiens venus combattre en France au début de la Première Guerre illustrent la grandeur d’un engagement armé international qui se veut « diplomatie des peuples » et postule que la pérégrination en armes est une catégorie de la conscience politique.

Cette autre façon de faire de la politique par l’aventure guerrière pour la paix ne considère ni les armes comme une fin ni le sacrifice de sa propre vie comme un absolu. Cet engagement relève d’une alchimie que l’Europe de 1848 avait parfaite avant que la Première Guerre mondiale ne vienne durablement la dissoudre : celle qui fait du combat libéral et démocratique pour les peuples frères un impératif en considérant qu’il n’y a alors pas de cause plus internationaliste que celle d’une nation quand elle est menacée par un empire.

Gilles Pécout est historien de l’Italie et titulaire de la chaire d’histoire contemporaine de l’Ecole normale supérieure (ENS, Ulm). Il est actuellement recteur de l’académie de Nancy-Metz.


La Légion étrangère honorée

Envoyer

Publié le 24/06/2015

La Légion étrangère honorée
Le conseil d’administration de la Légion étrangère. ©Photo A. D.

L'Amicale départementale de la Légion étrangère, dont le siège social est sur la commune, a tenu son assemblée générale, dimanche, en la salle de la mairie. Le général Cardinal, président des Amicales du Grand Sud-Ouest, était présent. Le colonel Léonard, président de l'Amicale départementale, a, lui, ouvert la séance et donné lecture des rapports moral et d'activité depuis la dernière assemblée du 17 février 2014. 

Tous les rapports votés

Concernant l'effectif, le constat est sans appel. Le nombre des adhérents est en baisse et s'élève à 19 actifs et 15 sympathisants. Parmi les manifestations à venir, toutes les cérémonies militaires ont été reconduites. Sont aussi prévus le rassemblement des Amicales du Grand Sud-Ouest à Pau, le 153e anniversaire de Camerone le 10 mai à Pont-du-Casse et l'assemblée générale de l'Amicale le 26 juin 2016. Le rapport financier n'a, lui, pas soulevé de problèmes. Tous les rapports ont été votés à l'unanimité. Le général Cardinal est également intervenu. Le recrutement est en augmentation, tandis que l'aide financière et morale à ceux qui quittent la légion a été mentionnée.

Alexandre Deptula


Castelnaudary : "Solidaire", 80 000 euros de dons sont espérés

Envoyer

Le 24 juin

La Solidaire rassemble près de 70 engagés, coureurs militaires et civils. PHOTO/© D.R
 
Pour la 5e édition de cette opération caritative, 70 cyclistes vont partir aujourd'hui de Lourdes, pour rejoindre Castelnaudary vendredi. Ce matin dès 8 h, 70 cyclistes de la 5e "Solidaire" vont quitter Lourdes à un train d'enfer pour mettre le cap sur Bagnères-de-Luchon, en passant par le Col du Tourmalet. Organisée par la Légion Étrangère, cette "randonnée cyclosportive caritative" a pour objectif de recueillir des fonds au profit de "l'Institution des...

Tuerie de Chevaline. La soeur de l'ex-légionnaire défend son frère

Envoyer

23 juin 2015
Photo Archives AFP
 
Lors d'une interview exclusive au micro de France Bleu pays de Savoie, Christelle Menegaldo, la sœur de l’ex-légionnaire, a tenu à défendre son frère après la publication du livre "the perfect time" écrit par le journaliste britannique, Tom Parry au sujet de la tuerie de Chevaline survenue le 5 septembre 2012. Souvenez-nous : ce jour-là, trois personnes d'une famille irakienne et un cycliste, Sylvain Mollier, étaient abattus sur un sentier forestier isolé près de Chevaline (Haute-Savoie).
Laver l'honneur de son frère et faire entendre la vérité, c'est le but de Christelle Menegaldo, soeur de l'ex-légionnaire qui s'est donné la mort en juillet 2014 à Ugine et que le journaliste Tom Parry décrit comme LE suspect dans le livre "the perfect time." "Mon frère était équilibré, serein. J’ai la certitude qu’il n’est pas l’auteur de la tuerie de Chevaline. D’ailleurs, ce jour-là, il était avec mon fils. C’est trop facile de parler sur le dos d’un homme qui n’est plus là pour se défendre", témoigne Christelle Menegaldo sur les ondes de France Bleu pays de Savoie.
"Mon geste n'est pas un aveu"
A Ugine, la famille Menegaldo vit sous le poids des regards, "il connaissait Sylvain Mollier, l’une des quatre victimes de la tuerie, mais les deux hommes s’entendaient bien. C’est son audition par les gendarmes qui a cassé le fil qui le retenait… estime-t-elle. J’ai espoir qu’on trouve une réponse, la vérité et que son honneur soit lavé...", a fini par dire la soeur de l'ancien légionnaire.
L'avocat de la famille, JeanPierre Lepetit a lu quelques extraits de la lettre retrouvée avec le corps de Patrice Menegaldo, "je ne sais rien de toute cette histoire.Et mon geste n’est pas un aveu. C’est ma façon de défendre les miens malgré la douleur et le chagrin qui va nous toucher".

"Le grand homme"

Envoyer

Publié le 23-06-2015

Avec cette histoire de légionnaire de retour à la vie civile, la réalisatrice confronte une légende mésopotamienne aux plaies de la société actuelle. Les acteurs sont excellents.

Le grand homme Claire Nicol © Les Films Hatari / Bac Films
Le grand homme Claire Nicol © Les Films Hatari / Bac Films
Pour avoir désobéi aux ordres en Afghanistan et bien qu’il ait sauvé son camarade Hamilton (Jérémie Renier), tombé dans une embuscade, Markov le Tchétchène (Surho Sugaipov) quitte la légion sans les honneurs. Rendu à la vie civile, il récupère son fils Khadji, confié à une famille de compatriotes, et entreprend de l’apprivoiser. Sarah Leonor, réalisatrice rare – deux longs-métrages seulement –, repérée avec « Au voleur », avant-dernier film de Guillaume Depardieu salué pour son lyrisme, confronte l’épopée de Gilgamesh, légende mésopotamienne du XVIIe siècle avant J.-C., aux plaies de la société actuelle : exil, obtention d’une nationalité, intégration. Dans cette histoire de passation bercée par le sentiment de finitude, filmée avec beaucoup de pudeur, bornée par deux épisodes écrasés de soleil, les héros, mais aussi les acteurs (excellents), peuvent tous prétendre au titre d’« hommes grands ».

Des gros durs à Doubs

Envoyer

21/06/2015

Les Carters Fêlés ont fait le plein ce week-end. Les gros durs ont un cœur tendre, c’est bien connu. Et le spectacle était bien là.

Quand le président lâche les gaz, c’est pas pour rire ! Photos DF
Le « Légionnaire ».
Dans les rues de Pontarlier aussi…

Non, on ne regarde pas ce qu’il y a en dessous.

À Doubs, les Carters Fêlés n’avaient jamais accueilli autant de copains bikers. Leur rassemblement dépasse toutes leurs ambitions. Et tout le monde en a profité puisque les machines les plus folles se sont promenées dans toute la région.

De l’animation, des concerts, de l’artisanat biker, des centaines de véhicules tous plus fous les uns que les autres, rutilantes américaines, Harley monstrueuses,. Il y avait même le « Légionnaire » qui coulait en direct des motifs de calandres pour les plus acharnés !

La concentration de Doubs est en train de gagner ses lettres de noblesse. Les gros durs adorent Doubs qui le leur rend bien.


Page 12 sur 34

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4784
mod_vvisit_counterHier6073
mod_vvisit_counterCette semaine4784
mod_vvisit_counterSemaine dernière38506
mod_vvisit_counterCe mois33320
mod_vvisit_counterMois dernier147528
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915234993

Qui est en ligne ?

Nous avons 3317 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 31598407
You are here PRESSE XXI° 2015