AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

A MADAGASCAR - L'observatoire royal de Tananarive.

Envoyer

Le Monde illustré du 12/10/1895

 

Une dépêche de source anglaise, envoyée par voie de terre, de Tananarive à Vatomandry, portée par vapeur de Vatomandry à Maurice, et câblée de Maurice à Londres, annonce que l'observatoire royal de Tananarive a été démoli.


Cet observatoire se dressait à deux kilomètres à l'Est de Tananarive, sur la colline d'Ambohidempona, une colline de 50 mètres moins haute environ que la colline ou est assis le palais de la reine, qui domine tout.

Ce sont les pères jésuites qui ont construit cet édifice, sur un terrain prêté par la reine des Hovas : ils avalent été contraints de donner à leur observatoire le titre de « royal », ce qui signifie qu'aucune initiative « française » n'eût été tolérée par le premier ministre ; en cette circonstance, comme en tant d'autres, la résidence générale s'était pliée aux volontés du dictateur Hova.

J'ai visité cet observatoire, qui m'a semblé très bien compris et très bien installé. Il avait un défaut, il est vrai. Sa coupole mobile avait été mal calculée ; elle ne reposait pas sur ces rainures et ne pouvait fonctionner, ce qui empêchait toute exploration du ciel et toute étude astronomique.

Mais les Pères, à défaut des astres, étudiaient les vents, la température, la pluie, tout ce qui relève de la météorologie.

Ils avaient de très nombreux et très précis instruments : des baromètres et des barographes, des thermomètres et des géothermomètres, pour connaître la chaleur du sol à certaines profondeurs, des pluviomètres et des évaporomètres, des héliographes pour calculer le nombre d'heures et de minutes pendant lesquelles le soleil a brillé sur l'horizon durant la journée, des néphoscopes pour déterminer la direction des nuages, des anémomètres, actinomètres et actinographes, psychromètres et psychrographes.

J'ai vu fonctionner tous des appareils et constaté avec quel soin scrupuleux les préposés aux observations notaient à tout moment les résultats obtenus.

A quel mobile ont obéi les Hovas en détruisant cet édifice ? Ont-ils voulu raser un monument qui leur semblait s'élever trop orgueilleusement en face le palais de leur souveraine ? Ont-ils voulu atteindre les Français en jetant bas ce bâtiment « royal » ? Est-ce la superstition qui a frappé la science ? N'est-ce pas le perfide conseil de quelque rancune qui les a dirigés ?


HENRI MAGER.


*
*  *


« La dépêche qui annonçait la destruction de cet édifice, portait la date du 23 septembre. En voici la teneur : « Les Français sont à trente milles de la capitale et s'avancent vivement. Le cimetière anglais et l'observatoire français ont été détruits.

« La reine a prononcé un discours dans un kabary : « Les Français sont près de vous, a-t-elle dit ; vous avez dit que vous combattriez pour moi, mais vous n'avez pas combattu. Je ne fuirai pas: je mourrai dans mon palais. »

« Les Hovas s'apprêtent à tenter une dernière défense à Ambohimanga. »

D'autre part, l'amiral Bienaimé vient de télégraphier, par la voie de Zanzibar, qu'il est arrivé le 29 septembre, sur le Primauguet, devant Tamatave.

Les communications de Tamatave avec Tananarive étaient complètement coupées, et une action énergique est nécessaire pour pouvoir coopérer par la voie de Tamatave, comme l'a demandé le général Duchesne, au ravitaillement du corps expéditionnaire à Tananarive.

Cette opération, qui est peut-être exécutée à l'heure actuelle, devait avoir surtout pour objectif le fort de Mankajadrianombana (Farafate) où. depuis le mois d'août, le général Rainandriamampandry a fait exécuter des travaux importants.

Comme la garnison de Tamatave, qui est sous les ordres du colonel Giovellina, a été très éprouvée, l'aviso le Papin, qui se trouvait le 25 septembre à Zanzibar, attendant des instructions du gouvernement, a dû recevoir à ce moment l'ordre d'aller prendre des troupes de renfort à l'île de la Réunion.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5485
mod_vvisit_counterHier6471
mod_vvisit_counterCette semaine16251
mod_vvisit_counterSemaine dernière34874
mod_vvisit_counterCe mois142627
mod_vvisit_counterMois dernier137357
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915030266

Qui est en ligne ?

Nous avons 1302 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 31050685
You are here PRESSE XIX° 1895 A MADAGASCAR - L'observatoire royal de Tananarive.