AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le nouveau résident général à Madagascar

Envoyer

Le Monde illustré du 07/12/1895

 

Le conseil des ministres vient de signer une nomination attendue depuis longtemps avec anxiété, car elle emprunte aux circonstances actuelles une importance toute nouvelle.

Le gouverneur d'une colonie, en effet, peut beaucoup pour la prospérité du pays qu'il est appelé à administrer. C'est en quelque sorte de lui que dépend le succès. L'extension utile de la mère-patrie est entre ses mains.

Il faut à l'homme des qualités très diverses et très complexes : à la fois une grande souplesse et une grande fermeté, une initiative de primesaut, une énergie que rien n'abat, et surtout une connaissance, je dirai même une intuition des hommes.

Aussi ce n'est pas sans réflexion que le pouvoir central pourvoit à un poste d'une telle importance.

En l'espèce, il fallait un homme chez qui les qualités nécessaires se rencontrent à un degré de perfection appréciable.

Le choix du gouvernement s'est porte sur le préfet de la Haute-Garonne, M. Laroche.

Il ne pouvait être meilleur.

Nommé il y a à peine un an, à Toulouse, à la suite de circonstances exceptionnelles qui lui faisaient dans la ville une situation très délicate, M. Laroche sut s'en tirer à son honneur avec tact et surtout avec esprit.

Une grande loyauté, une décision ferme et prompte où l'on retrouvait le marin qu'il avait su être, un réel talent d'administration secondé par une grande souplesse de manières, avaient rapidement conquis au nouveau préfet les sympathies et l'estime de tous.

Sa carrière a été, du reste, des plus brillantes et des plus rapides.

Né le 24 février 1848, il entra dans la marine, où il fut bientôt nommé au grade de lieutenant de vaisseau.

En 1880, il donna sa démission pour entrer dans l'administration.

Successivement sous-préfet à Saint-Calais (Sarthe) (1880), à la Flèche (1881), à Brive (1883), à Douai (1887), au Havre (1888), il était nommé à la préfecture de la Charente le 8 janvier 1890, préfet à Alger le 27 septembre 1892, préfet de la Loire le 1er février 1894 et enfin en septembre 1894 préfet de la Haute-Garonne.

Il ne laissera parmi ses administrés que des regrets mais aussi la conviction que ses grandes qualités et sa fermeté décisive d'ancien marin feront rapidement de Madagascar une terre française et bien française.

 


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5124
mod_vvisit_counterHier15787
mod_vvisit_counterCette semaine51844
mod_vvisit_counterSemaine dernière111569
mod_vvisit_counterCe mois193694
mod_vvisit_counterMois dernier468449
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0914168426

Qui est en ligne ?

Nous avons 3850 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14142
Affiche le nombre de clics des articles : 28995939
You are here PRESSE XIX° 1895 Le nouveau résident général à Madagascar