AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Un peu d'histoire

Envoyer

Le Progrès de Bel-Abbès 28/04/1895

 

La dernière conférence faite à Bel-Abbès par M. Moisson, avocat du barreau d'Oran, nous a donné des renseignements précis sur le combat de Dogba (Dahomey), dans lequel le bataillon Faurax, du 1er Étranger, s'est si vaillamment illustré.

Nous sommes heureux de reproduire ces détails qui fixent désormais un point d'histoire de cette campagne meurtrière :

Combat de Dogba, 19 septembre. — Le 18, la marche eu avant avait été reprise, le groupe Riou était porté sur Zounou, à 12 kilomètres en avants. Les autres fractions bivouaquaient sur le plateau qui domine l'Ouémé à l'ouest, couvert au nord par la lagune de Badao, à l'est par une épaisse forêt dont on avait débroussaillé une centaine de mètres pour rendre le champ de tir moins fourré. L'Opale mouillait au bas de la berge, sous pression. A 5 heures du matin, à la faveur d'une obscurité complète, sans feu, sans bruit, les Dahoméens pénétrèrent dans' le carré jusqu'à la garde de police. Le petit poste d'Infanterie de marine, placé à la cosaque en avant du front de bandière et commandé par le caporal Wurmser, signale l'ennemi et riposte aux feux des guerriers.


Le capitaine Roulland, ne voyant pas venir son officier M. Badaire, l'envoie chercher; on le trouve mort sur son lit de camp, frappé d'une balle qui, entré par le sommet de la tête, avait dû l'atteindre au moment où il se baissait pour attacher ses brodequins ou prendre son revolver; il était retombé à la renverse foudroyé. Le chef de bataillon Faurax, s'avançant derrière une de ses compagnies en ligne, tombe comme une masse blessé d'une balle au côté gauche. Deux livrets individuels qui étaient dans sa poche
avaient un peu ralenti la vitesse du projectile.

Le commandant, relevé par ses hommes est porté près du colonel, qui le questionne sur son état; Faurax répond d'une voix sourde : « Je souffre ». A l'ambulance il reprend vite sa présence d'esprit. On l'embarque sur l'Opale; un peloton de légion rend les honneurs militaires. En prenant congé du colonel Dodds, le dernier mot du commandant
Faurax fut : Etes-vous content de mes légionnaires ? Braves gens répondit le Colonel.

Pendant que l'infanterie de marine soutenait vaillamment le premier choc, sous la direction du capitaine Roulland, fumeur énergique qui malgré la pluie de balles tombant autour de lui, avait son cigare à la bouche, la Légion (Compagnie Jouvelet) prenait position et exécutait des feux de salve Lebel avec la précision du terrain de manœuvre ordinaire. Un cordon de plomb et de mitraille est dessiné en avant du front. Les gerbes déterminent les premières hésitations de l'ennemi qui commençait à reculer. Le Bigo hurle en agitant sa queue de cheval, gri-gri protecteur et insigne de commandement : « Est-ce donc cela que vous avez promis au roi ? En avant, en avant ! Koia ! Koia Dahomé !  » Mais les guerriers sont découragés; ils tentent vainement quelques retours offensifs pour enlever les morts, le colonel fait pousser les troupes en avant par échelons. Les Dahoméens quittent la crête et se sauvent sous les palmiers. La compagnie Roulland poursuit de ses feux les fuyards, qui abandonnent leurs morts, indice précis de la défaite complète chez les peuples indigènes. 105 cadavres sont réunis en deux charniers sur des bûchers de pétrole, feuilles de palmier et bois mort, et on opère la crémation.

Les pertes étaient : deux officiers tués, trois hommes tués et douze blessés.

Mais l'ennemi était repoussé. Le Champ de bataille jonché d'armes à tir rapide et à silec, de bonnets, de besaces et de cartouchières d'Amazones est visité par les amateurs de curiosité.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2049
mod_vvisit_counterHier5404
mod_vvisit_counterCette semaine2049
mod_vvisit_counterSemaine dernière34874
mod_vvisit_counterCe mois128425
mod_vvisit_counterMois dernier137357
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915016064

Qui est en ligne ?

Nous avons 2199 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 31022252
You are here PRESSE XIX° 1895 Un peu d'histoire