AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Autre "Camerone" le combat de Santa Isabel

Envoyer

Publié le 23 avril 2015 par légionnaires-officiers

Le combat de Santa Isabel est peu connu car il n’en revint que peu de survivants.

En 1866, toutes les péninsules du Nord du Mexique étaient en effervescence, des bandes harcelaient les postes et les petites garnisons. Dans la ville de Parras, il y avait quatre compagnies du 2e bataillon, sous le commandement du chef de bataillon Brian, fortes de 280 légionnaires appuyés par environ 250 mexicains des gardes rurales, sans grande valeur militaire.

Un fort contingent juariste, évalué à 1 500 hommes s’était établi à 3 lieues de la ville, sur les collines de Santa Isabel.

Le commandant Brian marcha imprudemment à l’ennemi et un seul légionnaire revint de cette expédition risquée, l’ordonnance du capitaine-adjudant-major. Le commandement avait emmené avec lui, trois de ses compagnies, soit 8 officiers et 177 hommes, ainsi que des mexicains auxiliaires. Il laissait à Parras la 5e compagnie, soit 80 hommes presque tous malades. Arrivé en vue de l’ennemi, le 1er mars 1866, il donna l’ordre d’attaque, sans avoir reconnu le terrain. La charge fut battue à 800 mètres de l’objectif, les légionnaires parvinrent essoufflés aux murs d’une hacienda. Aussitôt, il furent accueillis par une terrible fusillade mais poursuivirent leur marche sous le feu. Quelques-uns parvinrent au sommet et s’y firent tuer.

La cavalerie juariste survint dans la plaine, les auxiliaires mexicains s’enfuirent, les compagnies légionnaires firent demi-tour. Le chef de bataillon Brian blessé, essayait de garder le contact avec ses hommes et avançait lentement, soutenu par le sergent Racle. Les mexicains l’entourèrent, tuèrent le sergent puis achevèrent le commandant. Le combat dégénéra en duels confus, le flot ennemi submergeait les légionnaires. La petite colonne fut anéantie : 7 officiers sur 8 furent tués, 93 hommes abattus, 82 prisonniers dont 40 grièvement blessés furent emmenés en captivité. Beaucoup décédèrent de leurs blessures.

Après ce combat, les mexicains marchèrent sur Parras où la 5e compagnie, commandée par le lieutenant Bastidon se défendit âprement, ce qui permit au bataillon du commandant Saussier d’intervenir.

Trois jours après, les troupes du général Douay arrivaient à leur tour et purent constater l’étendue du désastre lorsqu’elles enterrèrent les morts.

Les légionnaires du commandant Brian, eux aussi n’avaient pas démérités à l‘exemple de ceux qui avaient fait « Camerone » quelques années plus tôt.

Christian Morisot


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1991
mod_vvisit_counterHier16291
mod_vvisit_counterCette semaine82722
mod_vvisit_counterSemaine dernière111569
mod_vvisit_counterCe mois224572
mod_vvisit_counterMois dernier468449
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0914199304

Qui est en ligne ?

Nous avons 2996 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14142
Affiche le nombre de clics des articles : 29055376
You are here ARTICLES 2015 Autre "Camerone" le combat de Santa Isabel