AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2018




Drinking to forget: The Foreign Legion

Envoyer

https://www.thedrinksbusiness.com/

30th January, 2018 by Rupert Millar

 

The French Foreign Legion is one of the most famous fighting forces in the world – and one with a strong taste for drink.

Pining for home? Lost love? Or perhaps just the next opportunity for a glass of wine?

Founded in 1831 during France’s colonisation of Algeria, the Legion has become probably the most famous and romantic of all France’s many fine regiments.

Mention the Foreign Legion and the immediate image conjured up in the mind’s eye will be of a soldier in a white kepi, blazing sun and desert sands, holding crumbling outposts against overwhelming odds. Men fighting for reasons they can’t remember. They all joined to forget you see?

A less romantic reading of the Legion’s past reveals the brutish life of soldiering in France’s colonial possessions where disease and melancholy (the dreaded ‘cafard’) laid low Legionnaires by the score and where a Berber bullet or Dahomey Amazon’s cutlass were ever present threats.

Initially founded in 1831 to support France’s colonial conquest of Algeria and to drain the country of various political undesirables, the Legion carved out a reputation for toughness, fighting prowess and no small measure of unruliness on far-flung battlefields the world over.

The pay was poor, leave was rare, and punishment for even minor infractions was harsh.

Desertion and drunkenness were rife. And yet, the Legion has never struggled to fill its ranks, counting on the constant stream of the world’s desperate and dissolute and the promise of escape, adventure, redemption and reform the Legion has always offered – at least in theory if not always in practice.

The Duke of Wellington in one of his famous remarks about the British Army observed: ‘The English soldiers are fellows who have all enlisted for drink – that is the plain and simple fact – they have all enlisted for drink.”

The men who joined the Foreign Legion may not have enlisted for drink per se but drink and the getting of it was certainly the leitmotif of their soldiering lives.

As one wit pithily noted: “The legionnaires drink to forget – but they seldom forget to drink.”

 

The drinkable life

 

No white képis: For much of its early existence, although part of the colonial African army, the Legion was uniformed identically to other French metropolitan ‘line’ regiments – referred to as ‘la biffe’ by legionnaires

In many ways they didn’t have to forget, for their drinks, passed over the zinc-topped bars of their canteens, were as diverse as their enemies. There was absinthe and pastis; ‘tafia’, fig liqueur in North Africa, the fierce rice spirit ‘choum-choum’ (or just choum) in Tonkin, ‘aguardiente’ in Mexico, fortified wines laced with quinine[1] and, of course, rough red wine (known as ‘pinard’) the defining drink of the French army.

It’s not for nothing that one ex-legionnaire remembered an old comrade’s exclamation that: “There is only one place in the world where life is drinkable – in the Legion!”

By the First World War the wine ration was up to half a litre a day and there was always the opportunity for a legionnaire to buy more with their pay.

The problem though was that Legion pay, the cost of wine and a legionnaire’s typical thirst seldom aligned.

Around the turn of the century the basic daily pay for a private was five centimes, 10 centimes for a private first class and 20 centimes for a corporal, rising further for sergeants and sergeant-majors.

Pay was distributed twice a month, on the first and fifteenth day, which gave a soldier a fairly decent lump sum and led to their binges being nicknamed ‘la cuite de la quinzaine[2] – the ‘fortnightly drunk’.

On pay day it was taken as an inevitability that a good number of the men would indulge in a massive binge and fight either each other (in inter and intra-unit engagements or occasionally along national lines) or men from another nearby regiment especially the hated penal units of the Battalions d’Afrique’ (known as the ‘Bats d’Af’ or ‘Joyeux‘), which, on occasion, ended in fatalities and needed to be broken up by a squadron or two of Chasseur d’Afrique.[3]

Things got really out of hand every quarter when the Legionnaires were given their rebate on whatever was left of their 35 franc uniform allowance.

When the dust settled on the almighty bender that usually followed, the guardrooms of Sidi-bel-Abbés or Saïda[4] were filled to bursting and the least appealing, most isolated forts in the bled[5] had found their replacement garrisons.

In any other army this would simply not be tolerated but given the draconian conditions in which they lived and worked it is to be supposed that more than a few Legion officers considered it the best way for the men to let off some steam and the aggression was seen as a positive sign of fighting spirit.

Not that officers were always much better. Although they might have had more financial means and aristocratic backgrounds than their men, many were just as drunken, dissolute and prone to violence.

During the Second Empire in particular, young officers were keen to cultivate an image as a ’buveur de sang’ – a ‘blood drinker’ – swaggering, fearsome and quick to anger. Duels were common and in fact one was more likely to be reprimanded for even the slightest hesitation in accepting a challenge than partaking in duelling; while to refuse was utterly unthinkable.

One officer, Charles Clemmer, remembered they sought satisfaction, “without rhyme or reason”.

He went on: “Anything served as a pretext in the bars and cabarets: a song begun at another table, a glass poured ‘en quarte’, that is to say the hand turned to the right, a gesture, a look, was interpreted as requiring a duel.”

Poacher turned gamekeeper: The ‘Spahis’ were North African tribesmen who fought for the French and acted as local police force in the colonies. In dress, temperament and equipment they were only very slightly removed from those that still fought the French.

Clemmer himself once experienced a slight one evening in a restaurant when another man completely unknown to him walked up, drained Clemmer’s glass of wine and then insulted him to his face. Instantly, Clemmer smashed a bottle over the challenger’s head. They then fought a duel a few days later.

But although a legionnaire might be flush every two weeks, after deducting the money he needed for necessities such as soap, bootlaces, polish and the like, there was precious little left for the comforts of wine and tobacco – even at the heavily subsidised prices wine and tobacco were sold at in the canteen – and next to nothing for even the most unappealing prostitute that might inhabit a garrison town.[6]

One could go out to the local town as long as one could pass muster on the way back in. Joseph Ehrhart remembered the duty sergeant waiting by the barracks gate as the 9pm curfew approached watching the returnees, “stop several metres from the small door, then take aim to try to get through without bumping into something.” Those who didn’t make it spent a night in the cells.

The local bars sold wine at an hourly rate rather than by the glass which made it potentially attractive but a night in a garrison town was a sure fire way of ending up overcharged or robbed if one’s guard was down – more than one comatose legionnaire was brought back, “in the costume of Adam” from time to time.

In the barracks meanwhile a shot of Pernod was 15 centimes, a shot of absinthe 40, which was a still a steep price for a private whereas a litre of Algerian wine cost just five cents and was the automatic choice for almost everyone.

Still, this was a day’s pay for a legionnaire and the amounts they could drink were prodigious – three bottles was not unusual for a ‘quiet’ evening.

Antoine Sylvère, who stole money from the post office where he worked and joined the Legion under the name ‘Flutsch’, recounted in his memoir how his company of 120 men once consumed 700 litres of wine between them in a sitting – close to six litres each; the gold standard for ‘real’ legionnaires be they officers or enlisted men.

Apart from the few who had some private means or the occasional pay packet from their family, the ways to augment one’s pay in order to buy wine resulted in a wide array of scams and wheezes. Legionnaires might sing or even beg in the local town or even become the unit tattoo artist charging a modest fee for their creative, occasionally lewd and very often crude creations –  there are tales of legionnaires tattooing ‘F*ck you’ across the palm of their right hand directing the insult at whichever superior they were saluting. One man even had it writ large across his forehead.

Selling medals, uniform parts and equipment was the chief method of earning quick drinking money even though it drove the French military hierarchy to distraction; especially when the Legionnaires of the later mounted companies discovered the sort of bender that could be funded by selling their expensive horse furniture and saddles.

The penalties for doing so were harsh and included docking of pay (usually merely helping to drive the endless spiral of larceny in the inveterate drinker), time in the cells and corporal punishment. But as the historian Donald Porch notes: “When the idea of a collective, or even a solitary, drinking spree was in the air, it deterred no one.”[7]

Legionnaire Flutsch’s company once sold off their underpants in order to fund a communal drunk and for some the practice began before they’d even left France. The American Erwin Rosen remembered waiting at Fort St Jean in Marseille for the next Africa-bound transport ship and one new recruit swapped his boots for four litres of wine.

And if you didn’t sell your own equipment you could always steal and sell somebody else’s.

As failure to have a complete set of kit on inspection day led to punishment the man missing his boots, bandolier or belt simply pilfered them from someone else until one had, as historian Martin Windrow describes, “a constant game of larcenous musical chairs,”[8] that went on until someone, somewhere, maybe even another company, carried the can for it.

A particularly spirited depiction of a Legion square fending off hordes of “savage tribesmen” in Morocco as depicted on the front cover of Le Petit Journal in October 1907. In reality the firepower of modern rifles – especially of such a well-ordered unit – would have kept the enemy at a respectable distance

This sort of stealing and counter-stealing was, said Rosen: “Considered absolutely respectable and gentleman-like,” but the taking of more personal effects was another matter altogether and any who robbed from their messmates could be treated very harshly indeed; there was more than one cover-up for a retaliatory beating that ended in manslaughter although the savage legend later propagated by works such as Beau Geste that thieves were crucified on table tops using bayonets was pure and lurid fantasy.

Drunkenness was a prime cause of trouble however. The estimate of one chaplain was that during the height of France’s imperial ventures from the 1870s to early 1900s, around 75% of courts martial in the Legion had alcohol at their root.

Men got it into their heads to desert or go over to the enemy while drunk (usually returning pretty swiftly after sobering up), they were found drunk on duty, they insulted and even assaulted their superiors while under the influence and in 1908 the cook of the officers’ mess of one regiment was found passed out on the kitchen floor, completely paralytic – at 11.45am.

If the men got unruly in barracks then the chief cure was either a real or contrived call to arms – the pre-dawn scramble to the sound of bugles and the shouting of NCOs and then the chorus of ‘Merde!’ as the distribution of blank ammunition indicated it was just a drill.

Not that real campaigning necessarily stopped drunkenness either. At the Battle of Magenta[9] in 1859, victorious legionnaires in the manner of many soldiers throughout history quickly descended on the town’s wine cellars, broached the barrels and binged on their contents, to the extent that their officers found a few men floating face down drowned in wine the next morning and Lieutenant Charles-Jules Zédé recalled it was sometimes difficult to distinguish between those lying in the street who were dead and those who were dead-drunk.[10]

Or there was the equally injurious practice of looting the regimental booze supply during some catastrophe such as a retreat.

During the disastrous evacuation of Lang Son for example in 1885 (in the course of France’s invasion of Tonkin) a legionnaire known as Bôn-Mat remembered, “barrels of wine and tafia…lay all over the floor” and out of control soldiers of all units contributed to the growing madness by getting drunk on the abandoned liquor. Lieutenant-colonel Herbinger who was later court-martialled for the incident singled out the second battalion of the Legion as being “particularly drunk” although its commander, Major Diguet, refuted the charge saying no more than 20 of his men were inebriated and those in charge of the barrels who had been most negligent in their duty by not destroying them.

Other senior officers (without a shred of evidence) even insinuated Herbinger was drunk when he had made the unnecessary decision to fall back. Although the embarrassing inquest was quickly brought to and end and Herbinger escaped censure, he died the following year, a broken man, aged just 46 and the episode led to the fall of Jules Ferry’s government.

 

The old sweats

The Legion has fought many enemies during its history: in the 19th century they included Basques in the Spanish Civil War of the 1830s, Russians in the bastions of Sebastopol, Austrians in the cause of Italian unification, Mexicans during the attempt to put an Austrian on the throne as emperor, Prussians in the Loire; Berber tribesmen across North Africa, Chinese pirates in the riverways of northern Vietnam and Dahomean warrior women to name just a few.

But once the war was over the Legion’s chief purpose was as a colonial garrison, especially in North Africa (always considered the Legion’s spiritual home) and later in French Indochina[11] too.

The main active operations the legionnaires embarked upon were gruelling long-range treks through the roasting bled or sweltering Tonkinese bush in pursuit of rebellious tribesmen and it was something they were trained to do. These were conducted at a smart, occasionally brutal pace and the bulk of legionnaire’s training was gradually building up his endurance to be able to conduct them.

Nonetheless, when the expedition set out from its base it tended to be a bit stop start to begin with and one wonders to what extent the first day’s march was an exercise in letting hungover legionnaires sweat out the booze from the previous night’s pre-march cuite.

A half-mounted Legion patrol on the march in Morocco in the 1920s. Credit: Bundesarchiv Bild 102-00721, CC-BY-SA 3.0

Although the Legion is famously associated with the rather dire motto ‘March or Die!’, in the majority of circumstances men who tired or grew sick on the march were not left behind. From time to time however when speed was of the essence or the situation desperate then the sick or wounded might indeed be abandoned.

Knowing that stragglers could expect to be viciously tortured and mutilated by their various enemies putting them out of their misery was considered the kinder option.

Flutsch relayed: ‘When there was one who was on his last legs, we gave him a drink of tafia and then we said: ‘Now it’s your last mouthful.’

‘We would stick the barrel in his mouth and pull the trigger. Then we could go off with a clear conscience.”

Yet another way alcohol was acquired was as a form of crypto-currency. The chief benefactors in this were invariably the older soldiers, the vieux mustaches. New recruits (known as ‘bleus’) were assigned an older ‘daddy’ to show him the ropes and it was a foolish young bleu indeed who didn’t buy his daddy and section corporal a mug or two of wine at the canteen of an evening.

The kit carried by legionnaires could range from 50 to 80lbs in weight and simply fitting it all into one pack was a daunting task but one could always call upon a veteran to help of course – for the distinctly affordable sum of a litre of pinard. It wasn’t just packing either, extra time in the saddle on a mounted patrol, getting out of unwanted fatigue duties or even the cleaning of kit (known colloquially as getting someone to ‘faire ton truc’) could all be passed on to another man for the sum of 5 centimes or a mug of wine.

That said, if the Legion counted murder, thievery, drunkenness and deceitfulness among its many sins, it was reckoned there was at least one vice not present in the Legion – gambling, because no one ever had enough cash to wager in the first place.

At any rate, an overawed naïf finding themselves in the company of an old sweat in any dubious looking bar from Sidi-bel-Abbés to Paris via Saigon would do well to heed the old advice: ‘Don’t drink with him and, above all, don’t lend him money!’

Next: Fact meets fiction in the ‘asylum of misfortune’

 

[1] The French colonial equivalent of gin & tonic

[2] ‘Cuite’ means ‘cooked’ in French but is also slang for being drunk.

[3] Cavalry raised for colonial service in North Africa, they were recruited from Frenchmen unlike the ‘Spahis’ who were North African.

[4] The main Legion garrison towns in North Africa.

[5] The North African hinterland beyond the pale of French influence.

[6] The famous (or perhaps infamous) authorised brothels, the Bordel Contrôle Militaire (BCM), were not introduced until after the First World War.

[7] Porch, Douglas, The French Foreign Legion: A Complete History of the Legendary Fighting Force, New York: HarperCollins Publishing, 1991, p308

[8] Windrow, Martin: Our Friends Beneath the Sands: The French Foreign Legion in France’s Colonial Conquests 1870-1935, London: W&N, 2010,  p140

[9] After which the colour and countless squares, streets and stations in France are named.

[10] Porch, op cit, p130

[11] Today known as Vietnam, Cambodia and Laos with Vietnam usually referred to then as Tonkin (the north), Annam (the centre) and Cochinchina (the south).


Victor Desmet, l’un des derniers compagnons de la Libération, est décédé

Envoyer

http://www.lavoixdunord.fr/

Marie-Claude Guillement | Publié le 30/01/2018

Victor Desmet était l’un des huit derniers compagnons de la Libération et avait reçu la médaille d’or de la Fédération nationale des combattants volontaires (FNCV) des mains d’Alain Clair, à l’Ehpad des Ogiers, jeudi dernier. Il est décédé ce lundi à l’âge de 98 ans.

Jeudi dernier, Victor Desmet était félicité par un lieutenant représentant la Légion étrangère.

Jeudi dernier, Victor Desmet était félicité par un lieutenant représentant la Légion étrangère.

Victor Desmet est né à Roubaix le 20 décembre 1919 et a eu «  un parcours atypique » quand il était âgé de 19 à 33 ans, comme l’explique le Colonel Clair, président de la FNCV. Ce dernier lui avait remis sa 11e et dernière médaille, la médaille d’or de la FNCV, jeudi dernier.

Le Roubaisien avait à peine 20 ans quand il s’est engagé au 2e Régiment des Zouaves qui servait au Liban et s’est fait remarquer pour de hauts faits d’arme et de bravoure en Palestine, en Égypte et en Libye. Il est cité à l’ordre de l’armée et décoré de la Croix de Guerre avec palme ; il est fait compagnon de la Libération par le général De Gaulle à Qastina (Palestine), en mai 1941. Il a poursuivi la guerre au sein de l’armée belge avant de rentrer chez lui, à Roubaix. «  Il ne restait plus un membre de sa famille, tous ont été tués », relate Jean-Pierre Vanassche, le neveu de Victor Desmet. Il a alors rejoint la Légion étrangère.

À Croix en 2014

Une fois de retour à la vie civile, en 1952, Victor Desmet a vécu à Paris et a travaillé comme commercial. En 1965, il rencontre sa future épouse à Reims, Mireille Vyncke. Il a pris sa retraite en 1985, a perdu sa femme en 2004. C’est en 2014 que son neveu et son épouse Corinne organisent son installation à l’Ehpad des Ogiers : à 95 ans, Victor Desmet ne pouvait plus rester seul chez lui. C’est encore son neveu qui s’est démené pour obtenir cette dernière médaille d’or qui lui manquait et qui lui a procuré ses derniers moments de bonheur.

Il ne reste désormais plus que sept compagnons de la Libération.

Les funérailles de Victor Desmet seront se dérouleront ce vendredi 2 février à 11 heures à l’église Saint-Martin de Croix.


Décès à 98 ans de Victor Desmet, l’un des derniers Compagnons de la Libération

Envoyer

https://www.ouest-france.fr/

Publié le 29/01/2018

Le général de Gaulle en présence d'une foule immense descend les Champs-Élysées pour fêter la libération.

Le général de Gaulle en présence d'une foule immense descend les Champs-Élysées pour fêter la libération. | DR

 

Le Compagnon de la Libération Victor Desmet, qui avait participé à la première campagne de Libye et à la prise de Damas en juin 1941 avant de rejoindre l’armée belge, est décédé lundi à l’âge de 98 ans à Croix, dans le nord de la France, a annoncé l’Ordre de la Libération.

Sa disparition porte à neuf le nombre de Compagnons de la Libération encore en vie, sur les 1 036 qui s’étaient engagés au sein de la France libre pendant l’Occupation allemande.

Ce titre, créé par le général de Gaulle, a été décerné pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale. Victor Desmet avait d’ailleurs été l’un des premiers nommés dans l’Ordre.

Il avait été décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle à Qastina en Palestine le 26 mai 1941 avant de participer à la campagne de Syrie et à la prise de Damas en juin 1941.

Il avait rejoint les forces britanniques en 1940

Né à Roubaix le 20 décembre 1919, il s’engagea en juin 1939 au 2e Régiment de zouaves, refusa l’armistice en juin 1940 et rejoignit les Forces britanniques en Palestine.

Il intégra alors le 1er Bataillon d’infanterie de Marine (1er BIM), avec lequel il prit part à la première campagne de Libye, se distinguant à Tobrouk en descendant au fusil-mitrailleur un avion italien et en faisant prisonnier un général italien.

En avril 1941, il rejoint la 13e demi-brigade de la Légion étrangère en Érythrée avant de participer à la campagne de Syrie.

Fin 1941, il s’engagea en Palestine dans l’armée belge au sein de laquelle il termina la guerre, avant de rempiler de 1948 à 1952 à la Légion étrangère, notamment en Extrême-Orient.

Victor Desmet travailla ensuite dans le secteur commercial jusqu’à sa retraite en 1985. Il est décédé à la maison de retraite de Croix, dans la banlieue de Lille, où il résidait depuis novembre


La visite pastorale de l’évêque aux armées

Envoyer

http://www.midilibre.fr/

Publié le 29/01/2018

La visite pastorale  de l’évêque aux armées

Mgr Antoine de Romanet était entouré, pour l’occasion, de nombreux prêtres.

Mgr Antoine de Romanet de Beaune s'est rendu à La Cavalerie le 20 janvier.

Samedi 20 janvier, en l'église Notre-Dame de l'Assomption de La Cavalerie, l'évêque aux armées, Mgr Antoine de Romanet de Beaune a donné le sacrement de confirmation à cinq jeunes et un adulte issus des familles de la 13e DBLE (demi-brigade de Légion étrangère).

L'aumônerie catholique des armées est présente au sein du ministère de la Défense. Les textes, qui la fondent, précisent le droit fondamental pour chaque militaire de pratiquer sa religion et les responsabilités du commandement en matière d'exercice des cultes. Le militaire fait le choix de se mettre au service du pays, en dépassant ses intérêts personnels. Il doit se préparer à vivre des situations exceptionnelles qui le confrontent à la détresse extrême et à la mort. Cette spécificité est la principale raison d'être de l'aumônerie militaire. Leurs familles doivent aussi supporter les conditions et la vie propres à l'engagement militaire : l'absence et l'angoisse générée par la participation aux opérations extérieures, le déracinement géographique, etc. L'aumônier en chef du culte catholique est placé auprès du chef d'état-major des armées. Il est évêque du diocèse aux armées françaises. À ce titre, il participe à la conférence des évêques de France. Le pape Jean-Paul II a promulgué la constitution apostolique Spirituali militum curae transformant juridiquement les vicariats castrenses en ordinariats militaires, à dater du 21 juillet 1986.

Le nouvel évêque aux armées effectuait donc sa première visite pastorale auprès du régiment de La Cavalerie, la 13e DBLE. Il a été accueilli par l'un des maires adjoints, Jean-Michel Monbelli-Valloire, qui lui a souhaité la bienvenue au nom du maire François Rodriguez, retenu par ailleurs.

L'évêque était entouré de nombreux prêtres : le père Gauthier de la paroisse Jean XXIII de Millau, et les aumôniers de la gendarmerie (le diacre Yannick Levauffre, ancien aumônier du Camp du Larzac), de la 13e DBLE, du 2e Régiment étranger d'infanterie (qui part en opérations avec la 13) et de celui du 1er Régiment d'infanterie, en visite sur le camp, à la suite d'une unité de Sarrebourg. Messe très familiale animée par une belle chorale de cadres de la 13e DBLE, suivie par de nombreuses familles du régiment, mais aussi par les fidèles de La Cavalerie, durant laquelle les six confirmations ont eu lieu, mais aussi la bénédiction par l'évêque de Barnabé, un légionnaire d'origine camerounaise, membre de la communauté évangélique de son pays et qui a souhaité, ce jour-là, rejoindre la famille catholique.

Un moment d'émotion qui a permis d'oublier un instant le mauvais temps qui sévissait...


Ces deux légionnaires de l'opération Sentinelle à Nice sont désormais citoyens français

Envoyer

http://www.nicematin.com/

PAR C. M. ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) Publié le 26/01/2018

La cérémonie s'est tenue jeudi soir en mairie de Nice.

La cérémonie s'est tenue jeudi soir en mairie de Nice. Photo C. M.

 

Jeudi soir, deux militaires de la Légion étrangère, Igor et Jacobus, ont obtenu leurs certificats de nationalité française.

Une naturalisation officialisée par le maire, Christian Estrosi, et le sous-préfet Franck Vinesse.

Deux personnalités qui ont salué les actions des maréchaux des logis du 1er régiment étranger de cavalerie.

À la fois pour leurs opérations menées en extérieur, et pour leur mobilisation dans l’opération sentinelle à Nice.

Le maréchal Igor, né en Russie, totalise onze années de service. Il a participé à plusieurs opérations en Afghanistan, au Mali et en République Centrafricaine. Ses faits d’armes lui ont valu d’être décoré de la croix de la valeur militaire, avec deux citations.

Quant à son homologue, Jacobus, né en Afrique du Sud, il a servi la France pendant sept ans au Tchad et au Mali. Il a été décoré de la croix du combattant.

Pour leur bravoure, leur fidélité et leur volonté de devenir citoyen français, ils ont été honorés par Christian Estrosi: "Aujourd’hui, nous comptons deux Français et nous en sommes heureux et fiers. La France, vous l’avez choisie. Vous avez décidé de la servir. Vous étiez Français de cœur, vous l’êtes désormais de plein droit."


Harry est parti en toute discrétion

Envoyer

https://www.ladepeche.fr/

Publié le 19/01/2018

Harry est parti en toute discrétion

Hartmut Herzig, dit «Harry», avait conservé, de ses longues années passées à la Légion étrangère, un grand esprit de loyauté et de travail. À son retour dans la vie civile, c'est au café du village qu'il a continué à mettre en pratique ces valeurs, épaulant efficacement Simone, notamment au travers de repas de groupes. Il vivra la disparition de Simone et la fermeture du café comme une grande injustice. C'est auprès de Marie qu'il passera ses dernières années et c'est elle qui lui apportera tout le réconfort nécessaire lorsque la maladie va survenir. C'est encore elle qui prononcera la seule homélie en mémoire d'Harry, devant sa dernière demeure.

La Dépêche du Midi


Les bâtiments de la Légion sont tournés vers le social

Envoyer

https://www.ladepeche.fr/

Publié le 19/01/2018

Le bâtiment Felin est en cours de construction. Le quota d'heures de travail dédiées à l'insertion sociale devrait être dépassé, selon le responsable de ce chantier./ DDM M.-H. D.

Le bâtiment Felin est en cours de construction. Le quota d'heures de travail dédiées à l'insertion sociale devrait être dépassé, selon le responsable de ce chantier./ DDM M.-H. D.

Le chantier de la 13e demi-brigade dela Légion étrangère avance. Il fournit du travail à de nombreuses personnes en insertion sociale. Sans compter que les soldats apportent un certain dynamisme démographique à La Cavalerie.

La Légion étrangère donne du travail aux personnes en difficultés. C'est le cas sur le chantier de la 13e demi-brigade, qui s'est installée à l'été 2016 dans le camp national du Larzac, implanté territorialement à La Cavalerie, Millau et Nant. En effet, les marchés d'infrastructures des armées ont prévu des clauses sociales permettant l'insertion de «personnes éloignées de l'emploi. Le ministère des Armées s'est fixé l'objectif de 50 000 heures d'insertion à réaliser entre 2016 et 2019». La nouvelle préfète de l'Aveyron était, hier, invitée à constater l'avancée du chantier et les efforts effectués sur l'insertion sociale.

La construction du bâtiment technique Felin en est la parfaite illustration selon Denis Vincent-de-Paul. «Les entreprises jouent parfaitement le jeu», a assuré l'adjoint au chef de service des achats de l'établissement de service des infrastructures de la défense de Bordeaux. Pour preuve, selon le responsable du chantier Felin, «nous avons contractualisé 3 200 h d'insertion sociale pour ces travaux. Nous avons déjà réalisé 2 466 h et nous espérons dépasser le quota de ces heures». Le rôle des organismes privés tels les agences d'intérim a également été évoqué. «Sans eux et les entreprises, les résultats évoqués n'auraient pas eu lieu».

Pourtant, Denis Vincent-de-Paul a rappelé les quatre obstacles majeurs qui pouvaient nuire au projet : «la multiplicité des tâches et des acteurs, le manque de mobilité des personnes en insertion, le manque de temps des entreprises et trouver les profils adaptés aux postes».

Favoriser l'économie locale

L'économie locale a été à son tour mise en exergue. Selon le ministère des Armées, «les entreprises aveyronnaises ont pu réaliser, à ce jour, plus de 20 M€ de chiffres d'affaires par le biais des marchés d'infrastructures». Sévigné, Cégélec, Boissonnade… participent, en effet, à la réalisation des bâtiments. Et il y a du travail. Le bâtiment 57 a été réhabilité sur trois niveaux, pour «offrir des conditions d'hébergement acceptables». Des travaux à hauteur de 7 M€ sur une durée de 19 mois de travaux.

Au total, depuis le début du chantier, trois personnes ont été embauchées en CDI, 18 travailleurs handicapés et plusieurs travailleurs longue durée font partie des effectifs. «L'objectif, c'est de favoriser l'emploi et le retour à l'emploi pérenne», affirmait Denis Vincent-de-Paul.


Un apport démographique pour les communes alentour

On croit souvent que le légionnaire doit rester au sein de sa brigade lorsqu'il embrasse une carrière dans l'armée de Terre. Il n'en est rien. Au bout de cinq ans, le légionnaire peut décider de résider dans les communes alentour.

«En fait, une des obligations quand on décide d'intégrer la Légion étrangère, c'est de vivre pendant cinq ans dans le quartier. L'État fournit le gîte et le couvert. Une mesure pour protéger le légionnaire car ce sont des jeunes qui sont militaires de rang et donc reçoivent une petite solde, et il ne faut pas oublier qu'en majorité, ils sont étrangers. Environ 30 % d'entre eux sont francophones. Les obliger à vivre ensemble, c'est aussi les préparer ensemble pour aller au combat», explique le capitaine Vandesavel. Le légionnaire peut toutefois sortir et découcher à sa guise lorsqu'il est en week-end ou en vacances.

Au bout de cinq ans, ce dernier peut alors demander à son regroupement de loger «en ville», c'est-à-dire dans les communes alentour. «Mais il doit s'être régularisé au niveau militaire car, quand on s'inscrit à la Légion, on peut donner un nom d'emprunt», précise le capitaine Vandesavel. Étant donné que les contrats de légionnaires sont de cinq ans, ce sont surtout des officiers et sous-officiers qui s'installent avec leur famille.

Turn-over des familles

De nouveaux arrivants pour les communes, avec un turn-over régulier car on ne dépasse pas quinze ans d'ancienneté sur un même site. Actuellement, environ 110 familles se sont installées à Millau et 130 à La Cavalerie. Des familles qui louent mais achètent aussi des biens immobiliers. «Certains investissent et comptent louer quand ils quitteront l'Aveyron. D'autres achètent car ils souhaitent revenir s'établir ici quand ils quitteront la Légion. Il se construit de nouveaux logements à La Cavalerie. C'est utile car, à une époque, il n'y avait pas beaucoup d'offres ici, on devait loger ailleurs. Avec ces nouveaux logements, les légionnaires pourront décider de rester». Un choix que devrait apprécier François Rodriguez, le maire de la commune.


Témoignages d'ouvriers

Deux personnes en insertion sociale, qui travaillent sur le chantier, ont témoigné de leur expérience.

Un jeune ouvrier était ainsi au chômage depuis un an. Il a trouvé du travail en avril 2017, son contrat s'achève en juin. Visiblement enthousiaste par son action sur le chantier, il a tenu à «remercier toutes les personnes qui m'ont encadré pour me faire évoluer dans le métier». Ne disposant par du permis, cette expérience professionnelle lui a permis de le passer et donc s'ouvrir d'autres portes.

Au chômage pour raisons médicales depuis deux ans, cet homme de 59 ans a retrouvé le chemin du travail via l'ANPE, qui lui a proposé de participer au chantier. L'occasion de demander «à passer deux formations car j'ai encore quelques trimestres à valider avant la retraite».


Le chiffre : 1000

Personnes > au sein de la Légion étrangère. C'est le nombre de légionnaires qui sont actuellement basés à La Cavalerie. Cela comprend les officiers, les sous-officiers et les militaires du rang plus communément dénommés soldats ou légionnaires. Mais l'effectif prévu est de 1 300 personnes. Un taux qui sera normalement atteint cet été.

Marie-Hélène Degaugue


Les anciens légionnaires toujours solidaires

Envoyer

http://www.centre-presse.fr/

16/01/2018

Les anciens légionnaires dans les locaux de l'aéroport à l'occasion de leur assemblée générale.

C'est devenu une tradition. L'amicale des anciens de la Légion étrangère se réunit tous les ans en assemblée générale à Biard dans les locaux du restaurant l'Orée du ciel dans l'enceinte de l'aéroport. Créée en 1973, elle regroupe 20 membres actifs qui ont tous servi dans la légion étrangère. Il faut y ajouter 24 membres associés parmi lesquels des anciens militaires, amis ou veuves de légionnaires. « Le mot solidarité est important pour nous. La solidarité indéfectible vis-à-vis des nôtres en difficultés et de leurs familles » explique Jacques Vendrell, le président de l'amicale, ancien major après 40 ans d'exercice dans la légion. La devise du temps d'exercice des anciens légionnaires est toujours en application « Honneur et fidélité » et le plaisir de se retrouver est flagrant.


« L'objectif de l'association est la reconnaissance des anciens, l'entretien des liens et la recherche permanente d'anciens légionnaires du département qui pourraient nous rejoindre. Nous nous regroupons pour développer le culte du souvenir et pour perpétrer les traditions » ajoute le président. Le délégué de la fédération sociale des amicales de la légion étrangère, le major Michel Nandron avait tenu à être présent pour honorer l'amicale de la Vienne par sa présence. Avec beaucoup d'humour, il applique une autre devise de la légion « N'entrons pas pas dans les détails. Un légionnaire ne donne jamais de détail » tient-il à préciser. Outre la participation de l'amicale des légionnaires à toutes les cérémonies militaires officielles du département, l'association organisera la commémoration des combats de Camerone, fait d'armes qui a eu lieu au Mexique en 1883. Elle se déroulera sur le site du Rochereau le 28 avril, en présence des autorités civiles et militaires.

Contact: secrétariat AALE 86.
Tél. 05.49.47.17.52, aaledelavienne@ hotmail.com


Honneurs rendus à l’ancien légionnaire

Envoyer

https://www.lamontagne.fr/

Publié le 15/01/2018

Honneurs rendus à l’ancien légionnaire

Une fois retrouvée, la tombe du soldat a été restaurée. © Droits réservés

Première opération pour la 13e DBLE qui part au Mali

Envoyer

https://www.journaldemillau.fr/

Légion étrangère larzac mali niger terrorisme djihadiste armée opération barkhane

Le colonel Guillaume Percie du Sert a fait le point sur l’installation de la 13E DBLE et ses prochaines missions.

Installée depuis le mois de juin 2016 sur le camp du Larzac, la 13e DBLE a pratiquement terminé sa montée en puissance au niveau des effectifs. En effet, comme l’a indiqué mardi soir lors d’un point presse le colonel Guillaume Percie du Sert, « le Régiment arrive au terme de sa montée en puissance étant donné que nous arrivons à un peu plus de 1000 hommes pour un effectif terminal à hauteur de 1250 – 1300 hommes ».  Pour autant, il faudra attendre 2020 pour voir le régiment définitivement dans ses murs puisque l’infrastructure demandera plus de temps pour se mettre en place…

Dans quelques jours, trois compagnies de la 13e DBLE prendront la direction de l’Afrique pour rejoindre les autres militaires français déjà présents sur place dans le cadre de l’opération Barkhane. Leur mission première, qui durera quatre mois, sera de combattre les groupes terroristes présents dans cette partie du continent africain qui se situe à la frontière de plusieurs pays (Mali, Mauritanie, Niger et Burkina Faso).

Tous les détails sur ce sujet dans le Journal de Millau du 11 janvier 2018


Page 12 sur 13

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2071
mod_vvisit_counterHier8117
mod_vvisit_counterCette semaine51838
mod_vvisit_counterSemaine dernière44975
mod_vvisit_counterCe mois35504
mod_vvisit_counterMois dernier222465
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099375704

Qui est en ligne ?

Nous avons 1906 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13590
Affiche le nombre de clics des articles : 19907078
You are here PRESSE XXI° 2018