AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Ornex: Georges Boulogne, un Ornésien pas comme les autres

Envoyer

http://www.lepaysgessien.fr/

Publié le 06/12/2017

 

Georges Boulogne a fêté ses 97 printemps à la petite unité des Berges du Lion. Il nous raconte sa vie dans la Marine et son coup de foudre pour le Pays de Gex.

Lorsque Georges Boulogne est arrivé dans le Pays de Gex, il s'y est tout de suite plu et n'en est jamais reparti.

Lorsque Georges Boulogne est arrivé dans le Pays de Gex, il s'y est tout de suite plu et n'en est jamais reparti.

D ans ma tête, j’ai toujours 20 ans. » Georges Boulogne, officiellement 97 ans, n’a pas perdu son sens de l’humour. Pourtant, cet ancien marin a vécu de front plusieurs guerres. Né en 1920 dans la Somme, il s’est engagé dans la Marine durant la Seconde Guerre mondiale. Il combat aux côtés de De Gaulle, près d’Édimbourg, au Royaume-Uni, sur le cuirassé Richelieu. Il escorte alors des convois entre le Canada et la Russie.

Il est ensuite envoyé en Extrême-Orient sur la base d’Extern Fleet. « Nous vivions tous ensemble sur le bâtiment avec mon escadre, se rappelle-t-il. Lorsque la guerre s’est terminée, nous étions présents à la signature de la paix avec le Japon à Singapour. » Puis, commence la guerre d’Indochine. Il s’engage alors comme volontaire dans la Légion Étrangère. Mais il est blessé et rapatrié à l’hôpital d’instruction des armées du Val de Grâce.

Un coup de foudre

pour le Pays de Gex

En rentrant à Nancy, il se remet avec sa femme et retrouve sa fille. « J’étais tout le temps parti, c’était difficile de rester en couple, explique-t-il. J’ai rencontré pour la première fois ma grande fille lorsqu’elle avait un an et demi. Ensuite, il s’est passé cinq ans sans que je ne la revoie. » Il commence à ce moment à travailler dans les travaux publics.

Le père de son gendre possède à cette époque une entreprise à Prévessin-Moëns. Il l’appelle dans la région et Georges Boulogne n’en repartira jamais. « Je ne connaissais pas avant de venir mais tout m’a plu. Maintenant, j’ai même des petits-enfants suisses ! »

L’objectif des 100 ans

Cependant, les traumatismes de la guerre résonnent encore aujourd’hui, le nonagénaire souffre en effet d’insomnies. Néanmoins, il ne regrette rien. « J’ai eu une vie merveilleuse et chaotique, sourit-il. J’ai vécu dans le monde entier. » Au quotidien, il marche beaucoup, mange de tout et est très raisonnable. Mais cela n’a pas été toujours le cas. « Plus jeune, lorsque nous passions plusieurs jours dans les ports, nous buvions le coup et nous faisions la java » avoue-t-il, rieur.

Avec Diane Guy, responsable de la petite unité de vie des Berges du Lion, ils ont passé un marché : il doit fêter ses 100 ans dans la structure car ce n’est encore jamais arrivé. « Je ne veux pas vous lâcher, lance-t-il avec un regard malicieux. Je suis très bien ici ! » Comme il n’y a pas d’âge pour essayer, il a goûté pour la première fois un hamburger dans une grande chaîne de fast-food en octobre. Les photos l’attestent, il a adoré !

LISA CALLENS


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3091
mod_vvisit_counterHier7385
mod_vvisit_counterCette semaine10476
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois65527
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098496120

Qui est en ligne ?

Nous avons 3013 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18315190
You are here PRESSE XXI° 2017 Ornex: Georges Boulogne, un Ornésien pas comme les autres