AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L’Île-Tudy commémore les hydravions américains

Envoyer

http://www.ouest-france.fr/

Publié le 03/07/2017

Envol d’un hydravion de la base de l’Île-Tudy, en 1918.

Envol d’un hydravion de la base de l’Île-Tudy, en 1918. | Musée départemental breton - Fond Jacques de Thezac

Après Brest la semaine dernière, l’Île-Tudy rendra hommage, demain, aux Américains, à travers la base d’hydravions US qui contribua à la victoire de 1918.

Idéalement placée entre l’archipel des Glénan, la pointe de Penmarc’h et la baie d’Audierne par où transitait le principal du trafic maritime de l’époque, dotée du plan d’eau abrité de l’anse du Pouldon, pourvue de vastes dunes vierges de toute habitation, l’Île-Tudy réunissait, lors de la Première Guerre Mondiale, de nombreux atouts. De quoi convaincre le commandement de la Marine de Lorient d’y installer une base d’hydravions.

À l’époque, l’hydravion est le nouvel appareil volant que le génie français vient de concevoir avec succès, une arme qui s’annonce comme la seule véritablement efficace contre les sous-marins dont l’efficacité redoutable causait, en hommes et en matériel, de lourdes pertes à la France et ses alliés.

Deux bases en Finistère

Début 1917, le centre d’aviation maritime de Lorient décide donc d’armer deux bases dans le Finistère, celle de l’Île-Tudy et une en baie de Morlaix. L’entrée en guerre des États-Unis changea la donne avec la rétrocession de la base îlienne, déjà opérationnelle, à leur profit, en juin 1917. Les Américains en armèrent deux autres, à Brest et à l’Aber Wrac’h.

À l’Île-Tudy, les Américains volèrent alors initialement sur des hydravions français de la firme Donnet-Denhaut, construits à Neuilly-sur-Seine. Pour l’anecdote, les appareils arrivaient en pièces détachées à la gare de Tréméoc, avant de prendre la direction de l’Île-Tudy, pour y être montés. Ces appareils qui atteignaient jusqu’à 130 km/h, étaient pourvus de deux mitrailleuses ainsi que de deux bombes de 35 kg. Dix-huit autres hydravions rapidement importés des États-Unis, nécessitèrent la construction d’une nouvelle cale des Américains, dont le nombre se stabilisa autour de 360, dont une trentaine d’officiers.

Sur l’Île, 700 militaires

Selon certaines sources, en raison de mutations et autres mouvements, quelque 700 militaires Américains séjournèrent en alternance, sur l’Île, jusqu’à la fermeture de la base en janvier 1919. Une présence qui profita à l’économie locale, en ces temps où un grand nombre d’îliens, inscrits maritimes, combattaient sur mer ou dans les tranchées.

À l’Île, deux aviateurs US payèrent de leur vie leur engagement, au retour d’une mission victorieuse lors de leur amerrissage dans l’ouest de la cale américaine. Leurs corps reposèrent au cimetière de l’Île, puis, furent rapatriés dans leur patrie, depuis Brest.

La base de l’Île-Tudy fut, vraisemblablement en raison de sa position géographique, la plus performante des trois qu’installèrent les Américains dans le Finistère. Globalement, bien que peu d’U-boots furent coulés, sinon aucun, les bombardements qu’ils pouvaient craindre des hydravions en raison de leur faible autonomie en plongée, les empêchaient d’approcher au plus près des convois. Ces derniers purent dès lors ravitailler massivement le front en hommes et en matériels depuis Saint-Nazaire et Brest, avec un effet positif immédiat, sur le front terrestre, jusqu’à la victoire, en novembre 1918.

Il convient sans doute d’ajouter que, dès 1916, des aviateurs Américains, s’engagèrent dans la Légion étrangère, en mémoire à La Fayette. Ils baptisèrent leur escadrille du patronyme de celui qui contribua à leur libération de l’Angleterre, au XVIIIe siècle. Ces volontaires Américains combattirent notamment sur le front de Verdun, sous les ordres d’officiers Français. La formation devint le Corps La Fayette à l’entrée en guerre des États-Unis. Le célèbre 103e pursuit squadron qu’il devint, remporta 199 victoires. 62 de ses hommes périrent, dont 51 au combat, 15 furent faits prisonniers et 19 blessés.

Programme du mardi 4 juillet

10 h, vernissage de l’exposition « Les As américains de la Grande Guerre, les Hydravions de l’Île-Tudy », à la mairie.11 h, cérémonie à la cale américaine, à l’entrée de l’Île historique.L’exposition sera ensuite ouverte gratuitement à la mairie, dès l’après-midi, jusqu’au 14 juillet à midi. Les autres jours sauf samedi et dimanche, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3970
mod_vvisit_counterHier7226
mod_vvisit_counterCette semaine25551
mod_vvisit_counterSemaine dernière46309
mod_vvisit_counterCe mois32845
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098463438

Qui est en ligne ?

Nous avons 1710 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18260430
You are here PRESSE XXI° 2017 L’Île-Tudy commémore les hydravions américains