AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Blaise Cendrars a conté l’assaut de la cote 140 avec la Division marocaine

Envoyer

La Voix du Nord

Publié le 18/02/2017

 

L’écrivain Blaise Cendrars a conté avec amertume, dans son ouvrage « La Main coupée », l’assaut de la cote 140 sur laquelle est aujourd’hui édifié le mémorial de Vimy.

Blaise Cendrars photographié en uniforme de légionnaire peu de temps après son amputation du bras droit.

Blaise Cendrars tient une place particulière dans la littérature française. C’est un bourlingueur et cela dès son adolescence. De ses voyages à travers le monde il tirera des poésies, des romans et des récits biographiques, mais il tâtera aussi du cinéma, du reportage et écrira même l’argument d’un ballet. D’origine suisse Frédéric-Louis Sauser, alias Blaise Cendrars est né en 1887.

En 1914, il fréquente les milieux artistique et littéraire parisiens et lance un appel pour que les artistes étrangers s’engagent dans la guerre. Il rejoint lui-même la Légion étrangère. Son engagement personnel sera total comme dans tout ce qu’il fait. Il est de tous les « coups », car on sait que la Légion n’est pas ménagée.

Finalement, en juin 1915, une rafale de mitrailleuse lui vaut l’amputation du bras droit. Cité à l’ordre de l’armée, décoré de la médaille militaire, il est réformé.

Il apprend à écrire de la main droite et continuera sa foisonnante production littéraire. Il meurt en 1961.

Dans son ouvrage La main coupée, récit autobiographique, il narre avec une certaine amertume ce que fut l’assaut de la cote 140 sur laquelle est édifié le mémorial canadien.

Il faut tout de même savoir que d’aucuns contestent sa présence physique sur les lieux à l’époque. L’assaut est alors donné par le 4e  Étrangers et Cendrars faisait partie du 1er. On pense donc qu’il s’est fait l’interprète de ses camarades.

Mais les détails sont confirmés par ailleurs, en particulier par l’historien Pierre Miquel qui écrit dans La butte sanglante : «  Ils ont eu tort d’être vainqueurs, ceux de la Marocaine. » Y compris cette idée délirante de coudre un carré blanc dans le dos des soldats !

Extrait de son récit…

« Nous, une poignée d’hommes, nous avions bien percé, nous. Le 9 mai 1915, à 12 h 1/4, mon escouade et moi, nous étions sur la crête de Vimy avec quelques braves types, 200-300 hommes en tout, égarés comme nous qui avions poussé de l’avant en sautant quatre lignes de tranchées allemandes sans tirer un coup de fusil, et le front était crevé !

Mais les états-majors qui avaient monté cette offensive et qui nous avaient fait coudre des carrés de drap blanc dans le dos pour que l’artillerie puisse suivre notre progression à la lunette […], les états-majors, eux, ne croyaient pas à la fameuse percée et quand nous eûmes atteint la crête de Vimy […] avec nos carrés blancs dans le dos nous fûmes une jolie cible pour nos 75 et, dès que nous bougions, pour les 77 et les gros noirs autrichiens qui nous amochaient, sans parler des Allemands que nous avions dépassés et qui nous visaient dans le dos avec d’autant plus d’aisance.

À 3 heures de l’après-midi, le renfort ennemi arrivait en autobus de Lille et nous les tirions descendant de voiture, à 300 mètres. Le renfort français n’arriva que le lendemain soir, à 7 heures. Des pauvres vieux. De la territoriale. Ils avaient fait 75 kilomètres à pied. Enfin nous étions relevés, 72 hommes en tout. Mon escouade n’avait pas trop trinqué.

Et le 11 juin, il avait fallu remettre ça, à Souchez et à Carency. À peu près dans les mêmes conditions de manque de jugeote et de manque de foi de la part des états-majors, d’incurie, de misère, de massacre, de tuerie pour nous, sauf qu’on ne parlait plus de percée, les Boches étant alertés. Il paraît que c’est Pétain qui avait monté ça. Pétain ou pas Pétain, c’est tout un. »


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui6410
mod_vvisit_counterHier6265
mod_vvisit_counterCette semaine34256
mod_vvisit_counterSemaine dernière46309
mod_vvisit_counterCe mois41550
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098472143

Qui est en ligne ?

Nous avons 1257 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18275910
You are here PRESSE XXI° 2017 Blaise Cendrars a conté l’assaut de la cote 140 avec la Division marocaine