AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2015


Le défilé secoue le centre-ville

Envoyer

Mercredi 15/07/2015

Légionnaires et sapeurs-pompiers ont paradé en fanfare hier à l'occasion du 14 juillet

Le défilé secoue le centre-ville - 1
Jeunes et moins jeunes ont assisté au défilé, pour lequel ont participé le corps de la Légion étrangère et la fanfare des sapeurs-pompiers. H.g.
Le défilé secoue le centre-ville - 2
Jeunes et moins jeunes ont assisté au défilé, pour lequel ont participé le corps de la Légion étrangère et la fanfare des sapeurs-pompiers. H.g.
Le défilé secoue le centre-ville - 3
Jeunes et moins jeunes ont assisté au défilé, pour lequel ont participé le corps de la Légion étrangère et la fanfare des sapeurs-pompiers. H.g.

Un vacarme assourdissant. Sirènes hurlantes, la dizaine de véhicules de pompiers déferle sur le cours Barthélémy depuis la rue de la République. Les riverains sortent leur téléphone pour filmer le passage du cortège motorisé. Les yeux grand écarquillés, cette jeune fille regarde les engins vermillon, se bouchant les oreilles à leur passage.Les cami ...


Bí ẩn quanh lực lượng Lê dương Pháp

Envoyer

Thethaovanhoa.vn

Thứ Tư, 15/07/2015

Mỗi năm, hàng ngàn ứng viên tiềm năng đã gõ cửa xin vào Lê dương Pháp (Légion étrangère), với hy vọng được gia nhập lực lượng đông tới 6.800 người, đã chiến đấu vì nước Pháp trong 2 thế kỷ qua, tham chiến tại gần như mọi cuộc xung đột trên thế giới.

Câu chuyện về lực lượng Lê dương cũng gần giống một dạng huyền thoại.

Lực lượng tinh nhuệ độc đáo

Đó là một lực lượng đặc nhiệm, hình thành bằng việc tuyển mộ người tới từ khắp nơi trên thế giới, xóa bỏ quá khứ bất ổn, yêu cầu họ chiến đấu hết mình vì đất nước không phải Tổ quốc của họ.

 "Lê dương là một trong những lực lượng tốt nhất thế giới, một huyền thoại. Đây là một ngôi trường đời" - Gidey, một người Ethiopia 24 tuổi đang tìm vận may tại Fort de Nogent, gần Paris, cho biết. Fort de Nogent là một trong hai điểm tuyển mộ thành viên mới của Lê dương.


Đơn vị đặc nhiệm dù GCP của lực lượng Lê dương Pháp

Trong 1 tuần, Gidey và những người khác sẽ phải thực hiện các bài kiểm tra tâm lý và thể lực, với hy vọng ngày nào đó sẽ được gia nhập Lê dương và có thể là được duyệt binh ở điện Champs-Elysees, mừng ngày Quốc khánh 14/7.

"Cứ 8 ứng viên, chúng tôi chỉ chọn  được 1 người. Các anh phải nỗ lực để giành được cơ hội" - Francois-Xavier Petiteau, người phụ trách hoạt động tuyển mộ lực lượng lê dương cho biết.

"Luật cho phép chúng tôi nhận cả những người di cư trái phép. Nhưng chúng tôi vẫn phải cẩn thận kiểm tra, nhận dạng họ. Chúng tôi phải làm rất nhiều cuộc kiểm tra khác nhau" - ông nói.

Không chấp nhận những kẻ phạm trọng tội

Lê dương thành lập vào năm 1831, ban đầu chỉ là một đơn vị dành cho các tình nguyện viên nước ngoài, muốn thay đổi danh tính và bỏ lại quá khứ ở sau lưng, bằng cách chiến đấu chống kẻ thù của Pháp.

Không khí kỳ bí quanh lực lượng này đã truyền cảm hứng để Hollywood cho ra đời các bộ phim như Beau Geste và March or Die.

Trước đây, những kẻ phạm trọng tội và đang bị truy nã có thể tìm chỗ ẩn náu trong Lê dương, trốn dưới thân phận mới và chiếc mũ kê-pi màu trắng đặc trưng của lực lượng.

Nhưng nay Lê dương không còn nhận những kẻ giết người, phạm tội tình dục hoặc liên quan tới buôn bán ma túy. "Với những cá nhân phạm các tội nhỏ hơn thì còn tùy từng trường hợp" - Petiteau nói.


Các tân binh trong lực lượng Lê dương. Sau 5 năm phục vụ, những người này sẽ được cấp quốc tịch Pháp

Thường những ai gõ cửa vào lực lượng Lê dương Pháp đều có quá khứ bất ổn và họ muốn tìm cách chuộc lỗi, tìm cơ hội thứ hai hoặc đơn giản là muốn sống đời phiêu lưu.

Đơn cử như trường hợp của Lawrence Franks, một quân nhân Mỹ bị ám ảnh bởi khao khát tự sát, đã đào ngũ và gia nhập Lê dương. Anh này phục vụ Lê dương trong vòng 5 năm, dưới một cái tên giả, trước khi bị quân đội Mỹ khởi tố vì tội đào ngũ trong tháng 12 năm ngoái.

Nhưng Franks chỉ là trường hợp cá biệt. Trước khi bất kỳ ai được nhận vào lực lượng, họ đều phải trải qua hoạt động thẩm tra lý lịch kỹ lưỡng. Các điều tra viên của Lê dương còn nhờ sự giúp đỡ của lực lượng cảnh sát quốc tế (Interpol) để làm rõ thân phận từng người.

"Sẽ phải mất một thời gian" - Petiteau nói - "Đôi khi người ta nói với chúng tôi: 'Anh này bị loại.' Họ không cho biết lý do vì sao và chúng tôi cũng chẳng hỏi."

Đổ máu để thành người Pháp

Sau tuần lựa chọn đầu tiên, các ứng viên được đưa tới Aubagne ở Đông Nam Pháp để tiến hành thêm các bài kiểm tra. Từ đây, họ được đưa tới một căn cứ nằm gần thị trấn Castelnaudary và tham gia 16 tuần huấn luyện vô cùng gian khổ.

Giai đoạn huấn luyện này bắt đầu bằng 1 tháng gần như không ngủ trong trang trại biệt lập Bel Air, nơi các ứng viên bị cách biệt với thế giới bên ngoài.

"Các ứng viên sẽ bị đưa vào một hệ thống sẽ đập nát cuộc đời trước đây của họ, giúp họ vượt qua mọi khác biệt về quốc tịch" - phát ngôn viên Lê dương, Francois Herve-Bazin, cho biết. Khi tháng đầu tiên này kết thúc, các ứng viên phải tham gia một cuộc hành quân khổ cực không kém, tại đó mỗi người sẽ tỏa sáng hoặc lụi tắt.

 Sau đó, những người đạt tiêu chuẩn mới được chính thức gia nhập Lê dương và được phát cho chiếc mũ kê-pi màu trắng. "Lá cờ Pháp trở thành quốc kỳ của các anh" - Tướng Philippe Chalmel, người giám sát lễ trao tặng mũ, đã nói như thế với các tân binh.

Nhưng chuyện chưa dừng lại ở đó. Những tân binh này sẽ phải trải qua 3 tháng huấn luyện nữa, trước khi có thể bắt đầu tham chiến.

Phần lớn những người gia nhập Lê dương không biết nói tiếng Pháp. Tháng 6 vừa qua, đa số trong 70 người tham gia cuộc thử thách thể lực dài 1 tháng ở trang trại biệt lập Bel Air nói tiếng Nga. Chỉ 1 trong số đó là người Mông Cổ và nói tiếng Pháp thành thạo. Tuy nhiên điều này sẽ phải thay đổi. "Trong vòng 16 tuần, họ sẽ phải biết 500 từ tiếng Pháp" - Clement Dutoit, một trong các huấn luyện viên cho biết.

Sau 5 năm phục vụ, lính Lê dương có thể nhập quốc tịch Pháp. Thời gian này có thể rút ngắn nếu anh ta bị thương. "Tôi thấy rằng, điều tuyệt vời nhất trong lực lượng Lê dương là cho ai đó cơ hội thành người Pháp, thông qua việc chấp nhận đổ máu" - Chalmel nói.

Tường Linh (Theo AFP)
Thể thao & Văn hóa


Le défilé du 14 juillet a ouvert les festivités

Envoyer

Publié le 15/07/2015

Trois formations, dont la légion étrangère, ont défilé en chantant/Photo DDM Roger Garcia
Trois formations, dont la légion étrangère, ont défilé en chantant/Photo DDM Roger Garcia

Touristes et locaux étaient amassés, Boulevard Barbès, mardi matin, pour assister au traditionnel défilé du 14 juillet. La cérémonie de prise d'armes était présidée par le préfet de l'Aude.

C'est avec les lunettes de soleil sur les yeux que des centaines de spectateurs sont venues observer la prise d'armes et le défilé du 14 juillet à Carcassonne. Le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous en ce jour de fête nationale. Les différentes formations présentes pour le défilé ont d'abord stationné sur la place du Général de Gaulle, le temps de la remise des médailles, qui s'est déroulée dans un silence solennel. Le 4e régiment de la légion étrangère de Castelnaudary était présent aux côtés du groupement de soutien de la base de défense de Carcassonne, d'un détachement du centre de transmission de la marine de Bram, des sapeurs-pompiers de Carcassonne, de la Croix-Rouge, de la police municipale et la gendarmerie nationale. Tous ont ensuite défilé sous les regards émerveillés des enfants et les applaudissements.

Remise de décorations

Comme cela est la tradition, plusieurs personnes se sont vues remettre des médailles récompensant leurs années de service et leur bravoure. Norbert Dias, ancien combattant de la seconde guerre mondiale a été fait chevalier de la légion d'honneur, la plus haute décoration française. Benoît Raguenet, de la brigade de surveillance du littoral de Port-la-Nouvelle s'est vu conférer la médaille militaire et Marc Nicolaou, officier du 3e RPIMa a été fait officier de l'ordre national du mérite. Enfin, l'adjudant-chef Sébastien Bouron de la brigade de renseignements de l'Aude s'est vu attribuer la médaille d'or de la défense nationale.

Un parterre d'officiels

La cérémonie était présidée par Jean-Marc Sabathé, le nouveau préfet de l'Aude, qui a passé en revue les troupes, accompagné du maire de Carcassonne, de Jean-Claude Perez, député de l'Aude, Gisèle Jourda, sénatrice de l'Aude, Hélène Giral, vice-présidente du conseil régional, Tamara Rivel vice-présidente du conseil départemental et Regis Banquet, le président de l'agglo.


La Legione straniera continua ad affascinare migliaia di uomini

Envoyer

Martedì, 14 luglio 2015

Parigi (askanews) - Legio patria nostra, oggi come ieri. Il fascino della Légion étrangère francese attira ancora ogni anno migliaia di stranieri che decidono di tentare l'avventura di servire in uno dei corpi speciali militari più prestigiosi del mondo, a cominciare dai suoi leggendari reparti paracadutisti.Un lungo cammino che può cominciare, per chiunque dimostri un'età tra i 17 e i 40 anni, in qualsiasi gendarmeria di Francia dove riempire il modulo di arruolamento, un percorso che prosegue verso Fort de Nogent e poi le strutture di Castelnaudary,Chiedere di entrare nella legione straniera è semplice, bastano qualche test fisico di base e qualche verifica d'identità perché oggi non si reclutano più criminali in cerca di riscatto e niente sfugge agli efficientissimi servizi d'informazione legionari. Per lo più è la sete di avventura che spinge ad arruolarsi in Legione. Come dichiara Fritz, un allievo legionario di origini tedesche."Sono venuto qui perché voglio diventare un soldato, un soldato addestrato tra i migliori. Dai migliori al mondo".La preselezione dura una settimana e prevede test psicologici e colloqui con gli aspiranti. La fase di selezione prosegue poi nei campi di addestramento di Castelnaudary, nel sud della Francia. E si comincia a fare sul serio: manovre a fuoco, simulazioni combat e recupero feriti."Qui vieni valutato per quello che sei e per quello che vali, spiega un aspirante legionario rumeno, non per la tua posizione sociale, per i tuoi genitori o per quanti soldi hai".Alla fine solo un candidato su otto verrà arruolato nei reparti della Legione, per essere ammesso tra i suoi 7.000 uomini giunti da tutto il mondo. Per combattere nel deserto, nella giungla o per pattugliare le strade della Francia."I legionari sono come gli altri soldati francesi, sottolinea il generale Philippe Chalmel, sono stranieri ma servono la Francia a fianco dei loro camerati francesi. Vanno sugli stessi fronti, nelle stesse operazioni e con le stesse regole d'ingaggio. Siamo fieri di averli al nostro fianco".Di questi tempi il lavoro non manca. E quest'anno la Legione potrà arruolare sino a 1.700 nuove reclute, 700 in più della quota normale. E non farà fatica a riempire le sue file. Legio patria nostra, oggi come ieri.(Immagini Afp)


Tout savoir sur le 14 juillet 2015 et les plus belles images du défilé !

Envoyer

Publié: 14/07/2015

Contraintes budgétaires, mais aussi de sécurité obligent, le traditionnel défilé du 14-Juillet a été allégé cette année. Les 3.500 soldats, 55 avions, 31 hélicoptères et 208 véhicules qui se sont succédés mardi matin sur les pavés des Champs-Elysées ont toutefois assuré le spectacle. 156 militaires mexicains ont ouvert la parade.

Les forces antiterroristes à l’honneur

Avec plusieurs temps forts. Les militaires mexicains, sous le regard de leur président Enrique Peña Nieto, invité d’honneur de l’événement en grand dam des ONG de son pays, étaient les « guest stars » de la parade qu’ils ont ouverte avec six fauconniers portant trois aigles royaux et trois buses.

Grand Journal 14 juillet_05

Ce défilé « post-Charlie » a ensuite pour la première fois rendu hommage à toutes les forces engagées dans la lutte contre le terrorisme sur le territoire national, des unités d’élite de la police et de la gendarmerie (RAID, BRI, GIGN) aux 7.000 soldats de l’opération Sentinelle.

Comme chaque année, ce sont les pionniers de la Légion étrangère qui ont fermé le défilé des troupes à pied, avec leur pas plus lent, leur hache et leur tablier, symboles des sapeurs qui ouvraient les brèches lors des campagnes militaire.

Les hélicoptères, les troupes motorisées et la cavalerie de la Garde Républicaine ont ensuite pris le relais avant une animation finale, avec saut de parachutistes devant la tribune officielle.

Des militaires Mexicains sur les Champs-Élysées 

Grand Journal 14 juillet_03

Enrique Pena Nieto entame depuis lundi 13 juillet, une visite officielle de quatre jours dans l’Hexagone, au cours de laquelle plusieurs accords doivent être signés. Il s’agit de la première visite d’État d’un président mexicain depuis 18 ans.

Le point d’orgue de cette visite est le défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées, où le Mexique fut à l’honneur avec la présence de 156 militaires mexicains ouvrant la parade. « C’est la première fois qu’un pays d’Amérique latine est invité à participer au défilé », explique-t-on côté mexicain.

À l’Élysée, on rappelle que c’est également la première fois qu’une visite d’État est organisée au moment de la fête nationale. Les deux parties insistent sur la dimension symbolique de ce déplacement.


Nîmes : le traditionnel défilé militaire a tenu ses promesses

Envoyer

14 juillet 2015

La Légion étrangère a pris part au défilé militaire du 14 juillet ce mardi matin boulevard de la Libération. PHOTO YAN BARRY

De nombreux régiments étaient présents ce mardi matin sur le boulevard de la Libération.

Avant le feu d'artifice et les bals de ce mardi 14 juillet en soirée, jour de fête nationale, le traditionnel défilé militaire a eu lieu ce matin sur le boulevard de la Libération. Devant un parterre d'élus et de personnalités, le public massé derrière les barrières métalliques a applaudi avec enthousiasme le passage des soldats sous une chaleur déjà étouffante.

La plupart des militaires basés à Nîmes et sa région ont pris part au cortège. Les spectateurs ont ainsi pu voir le défilé du 503e Régiment du train installé à la base de Garons, le 4e Régiment du matériel de Saint-Césaire, les légionnaires du 2e Régiment étranger d'infanterie, pour ne citer qu'eux.

Marine nationale

La présence de la Marine nationale, plus particulière des jeunes de 17 ans issus des rangs de la préparation militaire marine,  a été remarquée, puisque depuis le départ de Garons de la base aéronavale en 2011, elle était absente de l'événement du 14 juillet. Le service de la maintenance industrielle terrestre, qui dépend de l'Armée de terre, basé sur le plateau de Satory à Versailles, a grossi les rangs des militaires ce mardi matin.

Par ailleurs, on notera aussi les présences des motards de la gendarmerie nationale, des sapeurs-pompiers aussi venus avec plusieurs véhicules de secours. Devant de nombreux porte-drapeaux, des distinctions ont été remises également aux militaires.


Tout ce qu'il faut savoir sur le défilé du 14 juillet

Envoyer

Publié le 14/07/2015 Par Claire Rodineau

Le «défilé de la victoire», le 14 juillet 1919.
Le «défilé de la victoire», le 14 juillet 1919. Crédits photo : Rue des Archives/Rue des Archives/Tallandier

Depuis son instauration en 1880, la parade militaire célébrant la Fête nationale est devenue un incontournable. À l'image de celle de la France, son histoire est riche de rebondissements.

De l'hippodrome de Longchamp aux Champs-Élysées

Le premier défilé du 14 juillet, en 1880, a lieu sur l'hippodrome de Longchamp, en présence du président de l'époque, Jules Grévy. Ce n'est qu'en 1915 que, pour la première fois, les militaires descendent le long de la plus belle avenue du monde, depuis la place de l'Étoile jusqu'à la Concorde, où ils saluent le président, son gouvernement et le corps diplomatique. De 1974 à 1980, à l'initiative de Valéry Giscard-d'Estaing, la parade change de décor chaque année, défilant tour à tour de la Bastille à la République, en passant par l'École militaire ou le cours de Vincennes. À partir de 1981, le défilé retourne aux Champs-Élysées.

● Marie Vialar, la première femme du défilé

Marie Vialar est la première femme à avoir défilé aux côtés de son régiment en 1886. Cantinière au premier bataillon du 131ème régiment d'infanterie de ligne, elle a notamment servi pendant la guerre de Crimée.

● La lente marche des légionnaires

Chaque année, la légion étrangère, menée par les «pionniers» et leur légendaire hache, cloture le défilé. Et pour cause: si ce n'était pas le cas, les légionnaires auraient vite fait d'être rattrapés par les autres corps d'armée. Avec une moyenne de 88 pas par minute contre 120 pour les autres unités - et 140 pour les Chasseurs alpins, les légionnaires sont les plus lents de la parade.

Un accident au pied de la tribune présidentielle

François Hollande se souviendra de son premier défilé en tant que président. Le 14 juillet 2012, plusieurs parachutistes s'élancent de la Tour Eiffel. Alors qu'il est censé atterrir au pied de la tribune présidentielle, le lieutenant Jean-Michel Poulet, 12.000 sauts à son actif, se blesse sur les pavés de la place de la Concorde. Bilan: une double fracture du tibia et du péroné. Contre toute attente, le président décide alors de bousculer le protocole pour se rendre au chevet du militaire blessé.

● Le défilé de la Victoire

Le 14 juillet 1919 est resté dans les mémoires comme le «défilé de la Victoire». Ce jour-là, deux millions de personnes viennent de toute la France célèbrer la victoire sur l'Allemagne et acclamer les héros de la Grande Guerre. Outre les grandes figures, Joffre, Foch et Pétain, un millier d'anonymes rescapés du conflit, les fameuses «gueules cassées», ouvrent la marche. Georges Clémenceau dira de cette journée: «Qui a vu ce jour a vécu».

● Une tentative d'attentat échouée

Il est 9h du matin ce 14 juillet 2002 quand Maxime Brunerie, militant d'extrême-droite de 25 ans, braque sa carabine 22 Long Rifle sur le convoi qui transporte le président Jacques Chirac. Fort heureusement, plusieurs hommes présents sur place se jettent sur lui et parviennent à le ceinturer, évitant de peu le drame. Le jeune homme, condamné à dix ans de prison, a été libéré en 2009.

 Les Allemands marchent sur Paris

En 1994, les chars allemands foulent le sol de la capitale française pour la première fois depuis l'Occupation. Cette fois-ci, c'est sur invitation du président François Mitterrand, qui a convié les soldats de l'Eurocorps à participer au défilé. En pleine construction européenne, le symbole est fort et vient parachever la réconciliation franco-allemande, entamée par Helmut Kohl et le président français.

● Un Bicentenaire d'anthologie

En 1989, le Bicentenaire de la Révolution française est l'occasion d'une parade dite de «La Marseilleise», imaginée par le créateur Jean-Paul Goude et réalisée par 6 000 artistes et figurants. 800.000 spectateurs viennent du monde entier prendre part aux festivités, parmi lesquels Margaret Thatcher, George Bush ou Helmut Kohl.

● Bachar el-Assad dans les tribunes

En 2008, à l'occasion du sommet de l'Union pour la Méditerrannée, lancé la veille, le président Bachar el-Assad assiste aux festivités. Une présence qui n'est pas du goût de tout le monde, et ce, d'autant plus que défile ce jour-là la promotion de l'Ecole militaire interarmes (EMIA). Une promotion baptisée Antoine de la Bâtie, du nom d'un officier tué en 1983 dans un attentat attribué...au régime syrien. Ce défilé se déroulera finalement sans encombres.

● Le Mexique à l'honneur

Cette année, le président du Mexique Enrique Peña Nieto sera l'invité d'honneur et un détachement de l'armée mexicaine ouvrira le défilé. Un choix qui ne fait pas l'unanimité, le Mexique étant en proie à une corruption et à une violence endémiques depuis dix ans. Une pétition intitulée «M. Hollande, retirez l'invitation au président mexicain Enrique Peña Nieto», a même recueilli près de 7.000 signatures sur Internet.


La police française épuisée par les djihadistes

Envoyer

Publié lundi 13 juillet 2015

Les forces de l’ordre défilent ce mardi aux côtés de l’armée sur les Champs-Elysées. Un hommage de la nation, alors que l’étendue de la menace islamique radicale complique très sérieusement leur tâche sur le terrain

La police française épuisée par les djihadistes

France Les unités d’intervention de la police défilent ce mardi avec l’armée

La menace de l’islam radical hante ce 14 Juillet

Des policiers et des gendarmes masqués, sans doute dans leur tenue noire d’intervention, aux côtés des cadres de l’armée mexicaine et des traditionnels régiments de la Légion étrangère: la décision de convier les forces de sécurité au traditionnel défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées est bien sûr un hommage rendu à leur action, après les attentats des 7 et 9 janvier à Paris et celui du 26 juin à Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon. Difficile, toutefois, de ne pas souligner le contraste entre cette parade et l’épuisement des forces de l’ordre face à la menace djihadiste.

Le déploiement permanent, dans le cadre du plan Vigipirate «niveau attentats», de près de 10 000 soldats et plus d’un millier de policiers devant les lieux potentiellement menacés (siège des médias, synagogues ou associations israélites, lieux publics très fréquentés comme les gares ou les aéroports…) a d’une part des conséquences sur le moral des troupes, comme l’ont prouvé en avril les grèves de trois compagnies de CRS à Toulouse, Lyon et Nancy, qui se sont mis collectivement en arrêt maladie pour protester. Mais il bute surtout devant une réalité dont l’ampleur a été révélée, ces derniers mois, par plusieurs rapports: un phénomène djihadiste en plein essor en France, où la version violente de l’islam radical semble faire de plus en plus d’émules. Avec, en plus, l’inquiétude devant la vulnérabilité de sites sensibles attestée par le vol, le 6 juillet, de 180 détonateurs, d’une dizaine de pains de plastic et d’une quarantaine de grenades dans des entrepôts sécurisés d’une caserne à Miramas (Bouches-du-Rhône).

Deux rapports sont particulièrement alarmants, d’autant que leurs auteurs sont proches de la majorité socialiste au pouvoir, donc peu susceptibles de vouloir grossir la menace pour mettre en péril le gouvernement. Le premier a été rendu le 9 juillet par le sénateur PS Sébastien Piétrasanta au premier ministre Manuel Valls. Lequel avait, le 23 avril dernier, présenté devant l’Assemblée nationale un «plan national de lutte contre la radicalisation» à l’œuvre au sein d’une fraction de la jeunesse musulmane de France. L’élu parisien rappelle d’abord des chiffres inquiétants: 4000 Français sont aujourd’hui surveillés pour leurs liens avec les mouvances radicales et 1818 seraient impliqués, dans l’Hexagone, au sein de filières djihadistes. Le document cite aussi les chiffres donnés par la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Bel­kacem, selon laquelle 816 signalements d’élèves radicalisés auraient été effectués dans les écoles depuis septembre 2014.

Même si les enquêtes menées ont rarement conclu à un «risque d’embrigadement», la difficulté vient des profils très divers des suspects. Le rapport Piétrasanta insiste sur l’absence de profil type des individus radicalisés, suggérant un suivi «personnalisé». Le pire étant la menace d’un «djihadisme de proximité», illustré par la personnalité de Yassin Salhi, auteur présumé de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier (qui nie la motivation religieuse de son acte) aujourd’hui sous les verrous. «La France fait face à un terrorisme en libre accès», avait déclaré, sur place, le 26 juin, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a, dans la foulée, annoncé la création d’un état-major opérationnel de prévention du terrorisme national et régional. En insistant sur la nécessité d’inclure dans ces structures destinées à éviter la juxtaposition des efforts policiers, «des officiers de terrain».

Le second rapport, révélé par Le Figaro, est celui, également remis à Manuel Valls, du député PS Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme. La France est, selon lui, confrontée à une frange de la jeunesse musulmane «frustrée, prête à basculer». 65% des «amateurs de djihad», repérés grâce à leurs fréquentations directes ou virtuelles sur Internet, auraient moins de 25 ans et se nourrissent de deux maux: l’antisémitisme alimenté par les clichés sur les juifs français prétendument hyperprotégés par l’Etat et des musulmans précarisés ou déclassés; et le refus des valeurs démocratiques «dans une société verrouillée» où les valeurs républicaines sont inaudibles, ou perçues comme trop molles. «Face aux autres offres radicales qui visent la jeunesse, le djihadisme a une longueur d’avance», note le député.

Comment y remédier? Comment éviter l’autre menace que constitue la radicalisation des détenus musulmans en prison? Comment concilier la nécessité de déployer des policiers mobiles et proches des gens dans les quartiers, avec leur demande d’un armement plus lourd et leurs exigences de protection (gilets pare-balles, patrouilles renforcées)? Comment, enfin, faire face au coût financier de ce déploiement sécuritaire estimé à plus d’un million d’euros par jour? Le défilé des forces d’intervention de la police, ce 14 Juillet, pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

Le contraste entre le déploiement policier du plan Vigipirate et le nombre de musulmans «radicalisés» inquiète


Comme une volée de jeunes «Moineaux» , mercredi

Envoyer

Publié le 13/07/2015

 

Quelques-uns des Petits chanteurs de Nogent-sur-Marne./ photo DR
Quelques-uns des Petits chanteurs de Nogent-sur-Marne./ photo DR

Le festival des Heures d'orgues se poursuit mercredi 15 juillet, en la cathédrale d'Agen, avec de jeunes chanteurs au programme de ce troisième concert.

Mais revenons toutefois sur le rendez-vous de mercredi dernier, puisque Saint-Caprais avait fait cathédrale comble. En effet, Thomas Ospital, le nouvel organiste titulaire du grand orgue de l'église Saint-Eustache à Paris, a été éblouissant de virtuosité, de musicalité. Le grand orgue de la cathédrale d'Agen s'est déployé avec majesté dans un prélude et fugue de Bach flamboyant. La sixième sonate pour orgue de Mendelssohn fut admirable de sensibilité alors que la Fantaisie et Fugue «ad nos» de Liszt ne pouvait plus laisser aucun doute sur la maîtrise absolue de l'instrument de Thomas Ospital.

Magistral, époustouflant. Le public lui a réservé une véritable ovation après une prestation exceptionnelle, et une improvisation sur la mélodie grégorienne «Ave Maris Stella», aussi dense, qu'inspirée dans un rythme électrique. Le festival d'orgue d'Agen a connu un moment de musique exceptionnel, avec la venue de cet artiste majeur, qui compte parmi les plus grands organistes de notre époque.

Globe trotteurs en culottes courtes

Ce mercredi 15 juillet, nouvelle étape des Heures, et nouveaux artistes avec des globe trotteurs en culottes courtes, les Petits chanteurs de Nogent-sur-Marne. Connus également sous le nom de «Moineaux du Val-de-Marne», ils parcourent la France et le monde en chantant depuis plus de soixante ans.

Les Petits chanteurs proposent une véritable expérience de vie aux garçons à travers le chant, la vie de groupe et les voyages.

Concerts, émissions de télévision, stages de chant, tournées et cérémonies religieuses rythment la vie de ces jeunes garçons.

Ils participent à des galas pour des causes humanitaires, comme récemment en mai dernier avec l'orchestre de la Légion étrangère et découvrent les différentes cultures à travers des tournées en France et à l'étranger. Ils rentrent d'une tournée en Allemagne et en préparent actuellement une autre qui les conduira en octobre aux Etats-Unis.

Jusqu'au 18 juillet, les Petits chanteurs sillonnent la France et proposent en concert un répertoire éclectique allant du XVIe au XXe siècles : des grands classiques comme l'Ave Maria de Gounod, à la Mer de Charles Trenet en passant par des folklores de France et d'étranger, ils sèment ça et là leurs souvenirs de voyages. Ils vous proposeront d'ailleurs en exclusivité mercredi leurs derniers enregistrements CD.

Le chœur, composé uniquement de seize garçons âgés de 7 à 17 ans passionnés par leur engagement, est placé sous la direction de François Olivier.

Les Petits chanteurs de Nogent, mercredi 15 juillet, à 17 heures en la cathédrale Saint-Caprais d'Agen. Entrée et participation libres. Tél. 06 11 95 87 12

www.institutmarcderanse.com

La Dépêche du Midi

Général Desportes : l'armée française n'a pas les moyens des missions qu'on lui confie

Envoyer

Publié le 13/07/2015 ParEléonore de Vulpillières

Soldats français à Bangui, décembre 2013
Soldats français à Bangui, décembre 2013
 
FIGAROVOX/ENTRETIEN - En ce jour de fête nationale et de célébration de l'armée française, le général Vincent Desportes nous livre son analyse sur les opérations extérieures et la stratégie militaire de la France.

Saint-cyrien, ingénieur, docteur en Histoire et ancien directeur de l'Ecole de guerre, le général de division Vincent Desportes est aujourd'hui professeur associé à Sciences Po Paris et enseigne la stratégie à HEC.

L'armée française est partagée entre des opérations extérieures et une opération de sécurité renforcée sur le territoire français (gares, synagogues, écoles…). L'emploi de l'armée française est-il optimal?

L'armée française est sur-engagée par rapport à ses capacités. Elle n'est donc pas capable de déployer sur chacune de ses opérations les effectifs et les moyens nécessaires. Ce faisant, elle a du mal à parvenir à des résultats rapides et convaincants. On l'a vu au Mali et en Centrafrique, on le voit aujourd'hui dans les opérations Barkhane et Sentinelle. Ce qui s'impose serait soit de renforcer les moyens, soit de faire des choix dans les opérations dans lesquelles la France décide de prendre part.

Quelle est l'efficacité des opérations Barkhane dans la bande sahélo-saharienne (3000 soldats) et Sangaris en Centrafrique (1700 soldats)? Comment qualifier la stratégie française dans la région?

L'opération Barkhane est nécessaire. La France n'a pas d'autre choix que d'aller détruire ses adversaires là où ils résident. Ce sont aujourd'hui des terroristes djihadistes dans la bande sahélo-saharienne. La France est responsable du chaos actuel dans la région, conséquence de notre expédition en Libye en 2011. La difficulté de l'opération Barkhane est que nous avons 3500 personnels dans une zone qui est plus vaste que l'Europe ; sur un tel espace avec des moyens si restreints, des dizaines d'années seraient nécessaires pour aboutir aux résultats recherchés.

En ce qui concerne l'opération Sangaris, la France n'a jamais été capable de déployer les moyens nécessaires. Elle n'a pas pu empêcher l'épuration religieuse et la partition du pays en deux, entre le Nord et le Sud. On discerne là une inadéquation profonde entre la mission et les moyens.

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN a-t-elle été une décision appropriée? N'en a-t-elle pas fait une force supplétive des Etats-Unis? Quel est l'impact de l'OTAN sur la stratégie militaire française?

Il n'était pas du tout nécessaire de réintégrer le commandement intégré de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. Le problème se pose aujourd'hui différemment. A partir du moment où nous y sommes, il est extrêmement difficile d'en sortir sans créer une crise politique majeure avec nos alliés essentiels qui sont, qu'on le veuille ou non aujourd'hui, les Etats-Unis.

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN avait été justifiée par la nécessité de faire avancer l'Europe de la défense. C'est un échec profond.

La réintégration avait été justifiée par la nécessité de faire avancer l'Europe de la défense. Hélas, c'est un échec profond: celle-ci n'en a pas du tout tiré parti. Il est aujourd'hui indispensable de se lancer dans la construction de l'Europe de la défense, en étant réaliste: tout ce qui s'est fait jusqu'à présent n'a produit que des résultats extrêmement limités. L'OTAN est un frein à la construction de l'Europe de la défense. Les Etats-Unis doivent progressivement laisser les Européens traiter eux-mêmes leurs propres problèmes sécuritaires.

Cependant le slogan de l'Eurocorps, embryon d'une armée européenne, est «une force pour l'Union européenne et l'OTAN». De ce fait, comment imaginer que la future armée européenne se détache de l'OTAN?

L'OTAN doit progressivement se transformer en pilier européen autonome et indépendant des Etats-Unis, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. La majorité des Etats européens se sentent protégés par leur seule appartenance à l'OTAN alors même que les Etats-Unis se désengagent des problèmes européens (sauf sursaut comme ce fut le cas en Ukraine), avec leur pivot vers le Pacifique. L'OTAN empêche aujourd'hui la majorité des Etats européens de se sentir concernés par leur défense. Il doit y avoir une prise de conscience rapide: la défense en Europe devra être le fait exclusif des Européens.

Vous avez récemment rappelé plusieurs principes stratégiques essentiels devant la Commission des affaires étrangères et de la Défense du Sénat dont celui-ci, énoncé par Clausewitz: «il ne faut pas faire le premier pas sans envisager le dernier.» Quelle stratégie de sortie est envisageable pour les opex africaines? En quoi sont-elles marquées par le syndrome de «Sisyphe guerrier»?

Nous n'arrivons pas à sortir des opérations extérieures en Afrique parce qu'il y a rarement des forces africaines - qu'elles soient nationales ou panafricaines - pour prendre le relais. Il est nécessaire pendant encore de nombreuses années de participer directement à la défense de la sécurité des pays africains tout en prenant part à la reconstruction des forces africaines dont on connaît, hélas, le peu d'efficacité opérationnelle sur le terrain.

Un des problèmes de l'armée française est qu'elle manque de profondeur stratégique.

La France ne peut pas échapper à ses responsabilités, elle ne peut pas abandonner l'Afrique. Si elle ne veut pas avoir à se réengager régulièrement sur des crises récurrentes et successives, elle doit s'engager fermement dans cette zone dont la sécurité relève pour une part importante de sa propre responsabilité.

Un des problèmes de l'armée française est qu'elle manque de profondeur stratégique. Les armées françaises ne sont jamais capables d'engager pour suffisamment longtemps des effectifs qui dépassent le cap de la bataille pour gagner la guerre elle-même.

Parce qu'elle n'a pas les moyens des missions qu'on lui donne, l'armée française, qui est une armée d'excellence, ne parvient qu'à des résultats tactiques trop ponctuels pour réaliser sur le long terme un résultat stratégique performant.

Elles sont donc amenées de façon récurrente à s'engager, combattre, revenir car l'action n'est jamais menée complètement, jusqu'à son terme. L'exemple du Mali, de la Centrafrique et de Barkhane est net: il a fallu diminuer les effectifs de l'opération au Mali pour armer l'opération Sangaris, puis désarmer Sangaris pour projeter des forces dans le Sahel, les djihadistes venant se ré-emparer immédiatement d'Adrar des Ifoghas libéré par l'armée française en 2013. Parce qu'elle n'a pas les moyens des missions qu'on lui donne, l'armée française, qui est une armée d'excellence, ne parvient qu'à des résultats tactiques trop ponctuels pour réaliser sur le long terme un résultat stratégique performant. L'effort fait par le président de la République le 29 avril pour renforcer le budget des armées est significatif mais très largement insuffisant.


Page 9 sur 34

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1347
mod_vvisit_counterHier10048
mod_vvisit_counterCette semaine54552
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois109603
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098540196

Qui est en ligne ?

Nous avons 4172 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13489
Affiche le nombre de clics des articles : 18406125
You are here PRESSE XXI° 2015