AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Gard rhodanien : célébration des vertus militaires de la Légion

Envoyer

30 avril 2015


Il est le commandant en second depuis 2013 au premier régiment. MIKAËL ANISSET

Le lieutenant-colonel Vidal préside ce jeudi 30 avril et ce vendredi 1er mai les festivités prévues au cœur du quartier du Général-Rollet, à L'Ardoise, dans le cadre de Camerone.

Le lieutenant-colonel Richard Vidal est commandant en second au sein du premier Régiment étranger de génie de Laudun-L'Ardoise depuis 2013. Âgé de 45 ans, ce jeudi 30 avril et vendredi 1er mai, il vivra son dernier Camerone au sein du quartier du Général-Rollet, son premier aussi en tant que chef de corps par suppléance depuis fin mars du chef de corps, le colonel Alexandre Coulet, parti pour six mois en opération en Centrafrique. Le 21 juillet prochain, le commandement du lieutenant-colonel Vidal prendra fin en Gard rhodanien. Direction Nîmes, où il s'apprête à prendre la tête du groupe de soutien de la base de défense.

Colonel, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J'ai démarré ma carrière en tant que lieutenant dans un régiment du régime général (hors Légion, NDRL). Je suis arrivé au 1er Reg de Laudun-L'Ardoise (de 1984, année de sa création jusqu'en 1999, il s'appelait le 6e Reg, NDLR) en 1999. J'ai occupé le grade de capitaine durant quatre ans, deux en tant qu'adjoint et deux autres en qualité de commandant d'unité, la compagnie d'appui. Direction ensuite le Nord où j'ai intégré le Centre des forces terrestres de Lille. Retour en 2008 et jusqu'en 2011 au premier Régiment de génie où j'étais adjoint au chef du Bureau opération instruction. De là, je suis allé en Slovaquie pour prendre la direction administrative dans un centre de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique Nord, NDLR). Avant de revenir il y a deux ans au 1er Reg.
 
Que représente pour vous la fête de Camerone ?
C'est la célébration des vertus militaires de la Légion, à la différence de Noël où l'on met plus l'accent sur la famille. Camerone est une fête symbolique, pour nous légionnaires, du nom de l'un des plus importants faits d'armes de la Légion. Le 30 avril 1863, 60 légionnaires affrontèrent 2 000 Mexicains. À l'issue de ce combat, il ne resta que trois survivants. Cette bataille met ainsi en exergue le sens de la mission, très important à la Légion, peut-être encore plus que dans les autres unités car on fait tout pour remplir sa mission, coûte que coûte ; deuxièmement, le sens du sacrifice, et je pense qu'il est aussi plus fort à la Légion ; ensuite, le sens de la loyauté au chef, de la discipline ; enfin, la combativité et l'efficacité.
 
Combien de Camerone avez-vous célébré au sein du premier Régiment étranger de génie de Laudun-L'Ardoise ?
Neuf, dont huit au sein même du quartier du Général-Rollet et un à l'étranger, en opération. En 2009, j'étais détaché au Tchad, dans le cadre de l'opération Épervier (avec pour missions de garantir les intérêts français sur place et d'appuyer les forces tchadiennes, NDLR), dans un camp français. Donc, la célébration de Camerone, c'était cette année-là un peu comme en France. Avec une prise d'armes, un vin d'honneur, un repas, ou encore une veillée. Mais à la Légion, quoi qu'il en soit, que l'on soit dans son régiment ou en opération, on fête toujours Camerone, même si cela ne doit durer que cinq minutes. Et cela passe obligatoirement par le récit de la bataille de Camerone, même si c'est dans une jeep ou dans un trou. Au régiment, un jeune lieutenant est automatiquement désigné pour cette tâche. C'est le cœur de la cérémonie.
 
Est-ce différent une Camerone à l'étranger ?
Oui, car cela fait une rupture avec la vie en régiment. En mission, on retrouve le côté un peu plus dégradé selon le terrain où l'on se trouve, le côté exotique. À mon sens, je dirai que l'on touche plus l'âme de Camerone. Quand on approche de ces conditions, on fait une vraie Camerone.

# Cette année, 150 légionnaires du régiment célébreront Camerone en opération, principalement en Afrique.

La quatrième compagnie va être recréée à L’Ardoise

La nouvelle est récente. Le 1er Reg va bénéficier d’une ouverture de compagnie, la quatrième plus exactement, celle-là même qui avait été dissoute en juillet 2004 (notre photo), dans le cadre d’une réorganisation au sein de l’Armée française. "Elle devrait être créée au mois de novembre pour atteindre sa pleine capacité en mars 2016, indique-t-on au sein du quartier du Général-Rollet. Et devrait disposer de 122 hommes."

Créée en 1996, la quatrième compagnie était une compagnie de combat avec pour emblème un dragon et sa couleur verte. Des centaines de légionnaires sont passées par ses rangs et ont servi sur plusieurs théâtres d’opération comme la Bosnie, le Kosovo ou encore la Côte-d’Ivoire. Elle eut comme premier commandant d’unité le capitaine Lagarde, puis le capitaine Blanche. Elle sera dissoute huit ans après sa création sous les ordres du capitaine Virassac.

Le programme

Ce jeudi 30 avril. Les portes du régiment ouvriront ce jeudi 30 avril à 9 h ; à 10 h 25, la prise d’armes débutera sur la place d’armes du quartier du Général-Rollet ; midi, défilé ; 12 h 45, ouverture officielle de la kermesse ; 14 h 30, musique de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris ; 15 h, démonstrations successives des plongeurs, des démineurs, des fantassins Félin, de sports de combat ; 21 h 15, élection de miss Képi blanc (il suffit de s’inscrire à l’adresse mail suivante Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou au 04 66 50 75 03. 1er prix : 150 €, 2e prix : 100 € ; 3e prix : 50 €). L’élection sera suivie du bal du légionnaire ; 2 h, fermeture des portes.

Vendredi 1er mai. La kermesse débutera à 11 h ; 14 h, démonstrations successives des plongeurs, des démineurs, des fantassins Félin, de sports de combat ; 16 h 30, tirage de la loterie ; 21 h, fin de la kermesse. Le premier Régiment étranger. Il est composé de 850 légionnaires. Le 1er Régiment étranger de génie a été créé en 1984 sous l'appellation de 6e Régiment étranger de génie. C’est en effet le 1er  juillet 1984, que le général Coullon, commandant la Légion étrangère, assiste à la cérémonie marquant la création du régiment. Pour la première fois dans son histoire, un drapeau de Légion étrangère porte l’inscription “Génie”. Le 6e Reg reçoit son drapeau le 12 octobre 1984. Il est composé de quatre compagnies (1er, 2e, 3e et 5e  ; bientôt la quatrième sera remise en service, lire aussi ci-contre), d’une compagnie d’appui et d’une compagnie de commandement et de logistique. 


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui10279
mod_vvisit_counterHier9685
mod_vvisit_counterCette semaine46674
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois170179
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098370912

Qui est en ligne ?

Nous avons 1635 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18114004
You are here PRESSE XXI° 2015 Gard rhodanien : célébration des vertus militaires de la Légion