AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Arash donne aux affamés les invendus des magasins

Envoyer

Publié le samedi 24 janvier 2015

La distribution des chariots d'Arash Derambarsh, élu de Courbevoie, se fait  en deux temps. Ici, devant le supermarché, avec les gens modestes,  bénéficiaires et donateurs mélangés. Puis, les bénévoles partent en  maraude approvisionner les SDF.
La distribution des chariots d'Arash Derambarsh, élu de Courbevoie, se fait en deux temps. Ici, devant le supermarché, avec les gens modestes,
bénéficiaires et donateurs mélangés. Puis, les bénévoles partent en maraude approvisionner les SDF. © Daniel Fouray

C'est dingue et rageant : un tiers de la nourriture produite dans le monde est gaspillé. Et un tiers du monde, le tiers-monde, a le ventre creux. À Courbevoie, sous les tours scintillantes du quartier huppé de la Défense, trois soirs la semaine, Arash Derambarsh récupère les invendus et fait sa tournée.

20 h 30. Les grilles du magasin descendent en couinant. Les caisses du Carrefour Market sont fermées. Et Arash Derambarsh est, ce vendredi soir, comme tous les lundis et les mardis, le dernier client. Enfin, client ce n'est pas vraiment le mot qui convient.

Le chariot qu'il pousse est gratuit. Qui est Arash ? « Je suis un labo national », sourit-il, en saluant Regina, la responsable du magasin, étonnée par ce feu follet qui embrasse tout le monde ici et se promène dans le quartier de la Défense comme un paysan prend l'air dans sa campagne natale. Regina est ravie : « Nous, on lui prépare son chariot et on lui donne. Sinon, on jetterait 20 kg de nourriture tous les soirs. Et ce serait absurde ».

Voilà, on a la réponse à notre question : Arash Derambarsh est un discret combattant de l'absurde, un modeste chevalier du non-sens. Pedigree ? 35 ans, remonté comme une pendule, directeur de collection aux éditions du Cherche Midi, il a été élu conseiller municipal UMP de Courbevoie (90 000 habitants) avec une idée derrière la tête. Une idée tenace comme l'enfance : « Mes parents ont fui la dictature iranienne islamique. Je suis né Français en France en 1979 et j'ai dû me débrouiller seul à partir de mes 16 ans. À 20 ans, j'ai eu faim. Et comme ceux qui ont eu faim, j'ai eu honte. J'aurais bien aimé trouver quelqu'un qui fait ce que je fais ce soir. Voilà, c'est tout. C'est simple ».

Est-ce si simple ? « Non hélas. La loi impose aux supermarchés de ne pas rompre la chaîne du froid. Si des yaourts périmés sont retirés des rayons, ils doivent être jetés. Fort bien : je les récupère donc comme si j'étais un client, avec mon chariot. Je les redistribue tout de suite. La loi, je la respecte mais je la contourne. Et ça marche ».

Fameuse idée. En le regardant faire, ce soir, Sammy (17 ans) et Amram (18 ans), se souviennent de leurs jeunes encouragements : « Le jour de son élection municipale, on lui a twitté : sois concret ! » Concret, il semble l'être. La preuve par la première tournée de cette soirée. Des gens de Courbevoie sont au rendez-vous des chariots de nuit. Des gens discrets, aux budgets au taquet, « ceux qui ont la tête sous l'eau dès le 10 du mois ».

« Ce soir, on a soulagé entre 50 et 100 personnes »

Des gens comme Vanessa, l'habituée, dont le pochon se remplit de mâche nantaise, de pommes de terre, d'oignons, de chocolat et de chaleur humaine : « La première fois que je suis venue, je n'avais plus rien à manger. Maintenant, j'aide ceux qui n'osent pas, qui restent dehors et ne se rapprochent pas du chariot ».

Qui vient donner, qui vient recevoir ? C'est impossible à voir car Arash embarque du monde avec lui. Ce soir, un rappeur de Paris, un correcteur professionnel, une comédienne, Malamine Kone, le PDG de la marque Airness et Teaki Dupont, la Morbihanaise de Ploemeur, conseillère régionale de Bretagne ont pris le sillage de la maraude : « Il y a des élus curieux, des amis, des gens qui cherchent des idées et qui viennent de loin. Je voudrais que les dons de nourriture aux associations soient étendus aux magasins de moins de 1 000 m2. Parce que ces petites surfaces, il y en a partout en France. Si on y arrive, on peut éradiquer la faim ».

Et de la faim, on est loin d'en voir la fin. Elle est là, sous nos pieds, dans tous les seconds sous-sols de la maison France, 5e puissance mondiale. Perçant la nuit de la Défense, Arash achève sa tournée dans les parkings, les caches impensables, les passages sombres. Là, où il sait que les SDF dorment sous les cartons, enveloppés de froid et de misère du monde.

Ce soir, il faut consoler Jean-Louis, le vieux légionnaire de 80 ans qui hurle son désespoir : « On m'a volé mes papiers avec tout mon argent. Dedans, j'avais les photos de ma femme et de ma fille. Et ma bible et ma croix ! » On serre la main aux allongés épuisés, aux gamins perdus qui boivent à s'en noyer l'âme. Aux deux Polonais et un Russe qui ont construit un univers organisé de bric et de broc dans un local poubelle presque douillet. Aux invisibles de chair et d'os qui existent.

Au-dessus de nos têtes, les bureaux vides et illuminés du plus grand quartier d'affaires d'Europe après la City de Londres brilleront toute la nuit. Il est 23 h. La tournée a pris un peu de retard. Arash serre les bénévoles sur son coeur, leur tape dans le dos : « Ce soir, on a soulagé entre 50 et 100 personnes ».

Ce fut une belle soirée. Peut-être même un grand soir, allez savoir. Rendez-vous lundi.

François Simon


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui297
mod_vvisit_counterHier9763
mod_vvisit_counterCette semaine10060
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois133565
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098334298

Qui est en ligne ?

Nous avons 949 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18054639
You are here PRESSE XXI° 2015 Arash donne aux affamés les invendus des magasins