AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Béziers : hommage à Jean Farret, abattu par un "fou de Dieu" il y a 14 ans

Envoyer

Publié le 01/09/2015 ANTONIA JIMENEZ

Béziers : hommage à Jean Farret, abattu par un
La nouvelle de la tragédie avait bouleversé la ville. © D.R
 

Un hommage à l'homme est rendu à la stèle du souvenir, près du rond-point de la Treille, ce mercredi, à 17 h 30.

En cette période de menaces et de craintes d'attentats terroristes islamistes, et après le massacre du 7 janvier dernier à Charlie Hebdo, l'hommage qui sera rendu ce mercredi 2 septembre à la stèle du souvenir, avenue Rhin-et-Danube, à l'ancien directeur de cabinet de Raymond Couderc, abattu le 2 septembre 2001 à l'arme de guerre par Safir Bghioua, devrait être chargé d'une émotion particulière. C'était il y a 14 ans. Un jeune de La Devèze se lance dans un combat à mort avec la police. Armes de guerre en main, il sème la terreur dans la ville, lors d'une nuit qui s'achève dans le sang. Celui du forcené, certes, abattu par le GIPN, mais aussi et malheureusement celui de Jean Farret, directeur du cabinet du maire de l'époque, Raymond Couderc.

Il devait prendre sa retraite

Alors âgé de 72 ans, Jean Farret était marié, père de deux filles et avait quatre petits-enfants. Entré à la mairie de Béziers en 1986, nommé directeur de cabinet en 1995, il devait prendre sa retraite à la fin du mois de septembre 2001. La grande faucheuse en a décidé autrement. Ou plutôt Safir Bghioua, qui, le samedi soir, tirait à l'arme de guerre dans la ville, d'abord dans le quartier de La Devèze, s'écriant, entre autres "Allahou Akbar". Il avait également tiré avec un lance-roquettes sur le véhicule d'une policière garé devant le commissariat. Mais ce n'est qu'au petit matin, peu avant 8 h, soit le dimanche 2 septembre, que l'ancien légionnaire, Jean Farret, ancien commandant de l'armée de terre, qui faisait le plein à une station-service biterroise, un gyrophare sur le toit de son véhicule, se faisait abattre.

Il aidait la police

Durant la nuit de samedi à dimanche, l'homme que tous ceux qui l'ont connu qualifient d'homme d'honneur et de devoir, avait sillonné la ville au volant de sa voiture derrière les policiers. Qui l'avaient appelé pour trouver un terrain sur la ville où une rencontre devait avoir lieu entre le meurtrier et les forces de l'ordre. Expérience oblige, Jean Farret intervenait d'ailleurs souvent auprès de la police. C'est d'ailleurs pour cela qu'il était équipé d'un gyrophare. "C'était un collaborateur très proche et précieux", dira de lui le maire de l'époque, Raymond Couderc. Un homme d'action dans une première vie de béret vert, puis une deuxième consacrée à sa ville, de l'ombre, qui n'aimait pas les paillettes, œuvrant avec discrétion et détermination. L'acte totalement irrationnel aux yeux des véritables croyants (chrétien, musulmans et autres) ou des athées, d'un fou de Dieu, du moins d'un homme qui se rêvait soldat du djihad, a coupé court à la vie de Jean Farret, brisant celle de toute une famille. Les Biterrois n'oublieront jamais cette tragédie du 2 septembre 2001.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5009
mod_vvisit_counterHier10891
mod_vvisit_counterCette semaine23285
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois78336
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098508929

Qui est en ligne ?

Nous avons 1576 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13487
Affiche le nombre de clics des articles : 18335614
You are here PRESSE XXI° 2015 Béziers : hommage à Jean Farret, abattu par un "fou de Dieu" il y a 14 ans