AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le destin croisé de deux soldats en Indochine

Envoyer

Vendredi 24 juillet 2015


Jean-Louis Rondy et Heinrich Bauer ont tout les deux été marqués par la longue marche vers les camps de prisonniers.
Jean-Louis Rondy et Heinrich Bauer ont tout les deux été marqués par la longue marche vers les camps de prisonniers. | 

Dans le cadre du 6Festival International du Livre Militaire qui a lieu vendredi et samedi sur le camp François de Saint-Exupéry, des éditions Nimrod, présente un livre-témoignage Les chemins de Diên Biên Phu. Il relate le parcours de six personnages qui n'avaient rien en commun et que le destin a projetés en Indochine.

Ici le portrait de deux d'entre eux qui interviendront lors d'une conférence vendredi 24 juillet à 16 h.

Jean-Louis Rondy

Engagé en 1944 à 18 ans, Jean-Louis Rondy ira jusqu'au nid d'aigle du Führer en 1945. Démobilisé en 1946, il deviendra docteur en médecine à l'issue de sa thèse, soutenue en 1952 à Santé Navale Bordeaux. Médecin lieutenant, spécialiste des pathologies tropicales, il embarque pour Saïgon, le 15 septembre 1953. Parachutiste, le hasard décide de son affectation au 1er Bataillon étranger parachutiste (Bep).

Transporté sur Diên Biên Phu, le 21 novembre, il y restera jusqu'à la chute du camp le 7 mai 1954. Fait prisonnier, la longue marche vers les camps commence. Il sera libéré le 2 septembre et poursuivra sa carrière militaire jusqu'en 1980.

Heinrich Bauer

Né en 1930 à Kassel, Heinrich Bauer est enrôlé dans les jeunesses hitlériennes en 1940 et intègre une Napola à Illfeld, en 1942, université nazie formant l'élite du 3e Reich. Il est fait prisonnier trois mois en août 1945, suite au basculement de sa zone dans le giron soviétique.

À la suite d'une rencontre, il s'engage dans la Légion Etrangère au 2e Bep, en octobre 1948, et débarque en Indochine en février 1949. Participant à de nombreuses batailles pendant 5 ans, il sautera sur Diên Biên Phu le 12 avril 1954 et sera fait prisonnier le 7 mai à la chute de la ville.

Libéré le 27 août, il quittera la Légion en 1955 et retournera en Allemagne pour une carrière civile.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8194
mod_vvisit_counterHier9142
mod_vvisit_counterCette semaine8194
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois69338
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098270071

Qui est en ligne ?

Nous avons 1416 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 17946573
You are here PRESSE XXI° 2015 Le destin croisé de deux soldats en Indochine