AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Geneviève de Galard, la mémoire de Diên Biên Phù

Envoyer

Publié le 12/09/2014

Geneviève de Galard est venue à la rencontre des élèves de première et de terminale du lycée Saint-Jean./Photo DDM, Ysabel.
Geneviève de Galard est venue à la rencontre des élèves de première et de terminale du lycée Saint-Jean./Photo DDM, Ysabel.

C'est une petite dame toujours alerte et souriante qui est venue rencontrer les élèves de première et de terminale du lycée Saint-Jean à Lectoure, le 8 septembre. Geneviève de Galard donne confiance dans l'âge qui avance, ses souvenirs restent intacts et elle est capable de tenir son auditoire sans faillir, deux heures durant, à 89 ans. Les jeunes se sont vite retrouvés captifs de son récit. Elle est l'infirmière de Diên Biên Phù, surnommée à l'époque «L'ange de Diên Biên Phù» par la presse américaine. Ainsi, elle a commencé par situer le contexte historique de la guerre du Vietnam. Puis son rôle d'infirmière diplômée, elle avait 28 ans lorsqu'elle signe, en mai 1953, un contrat de convoyeuse de l'air et se porte volontaire pour l'Indochine. Dès janvier 1954, elle accompagne dans les avions médicalisés les malades et les blessés qui doivent quitter Diên Biên Phù. A partir du 13 mars, ces évacuations sanitaires deviennent très difficiles à cause des bombardements Viêt-minh. Lors d'un de ces convoyages, le 28 mars, l'avion ne pourra jamais redécoller. Elle reste ainsi, pendant deux mois, seule femme dans l'antenne médicale, parmi les tranchées, pour soigner parachutistes coloniaux et légionnaires, faire des pansements, réconforter les blessés, accompagner les mourants, transmettant par son énergie et sa simple présence l'espoir et l'envie de tenir à ceux qu'elle soignait. Aux jeunes filles dans la salle, elle dit : «N'oubliez jamais ce bien que l'on peut faire par notre simple caractère féminin.» Ce sont les mots de courage et de solidarité qui ressortent de son discours, et puis, ce qui est la clef pour elle : «C'est la foi qui m'a aidée à tenir.»

Sur place, le 29 avril 54, elle est faite chevalier de la Légion d'honneur et reçoit la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs, et nommée légionnaire de 1re classe honoraire le 30 avril. En 2014, elle est élevée à la dignité de Grand-Croix de la Légion d'honneur. Elle a écrit : «Une femme à Diên Biên Phù» aux éditions Les Arènes.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5742
mod_vvisit_counterHier13630
mod_vvisit_counterCette semaine55886
mod_vvisit_counterSemaine dernière87704
mod_vvisit_counterCe mois184752
mod_vvisit_counterMois dernier313217
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910784049

Qui est en ligne ?

Nous avons 2399 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13709
Affiche le nombre de clics des articles : 22449799
You are here PRESSE XXI° 2014 Geneviève de Galard, la mémoire de Diên Biên Phù