AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Autun enfin libérée

Envoyer

le 10/09/2014








Depuis le 30 juillet, Le Journal de Saône-et-Loire vous a proposé de suivre les événements qui ont marqué la Libération d’Autun. Aujourd’hui, retrouvez le dernier volet de cette série.

Dimanche 10 septembre, il y a 70 ans jour pour jour. Dès l’aube, le Kampfgruppe reprenait sa marche, pressé d’atteindre Autun. S’étalant sur plusieurs kilomètres, cette colonne, dépourvue pratiquement de tous moyens motorisés modernes, était cependant très bien équipée d’armes lourdes d’infanterie, mitrailleuse, mortiers…

Elle atteignait la Guinguette vers 7 heures. Dans Autun, la population commençait à s’inquiéter car les bruits de combats avaient repris après une courte accalmie, et on discernait au loin les fumées des fermes incendiées par l’ennemi. Mais les Autunois pouvaient se rassurer : à la Folie, Bauer tombait sur du « dur » : la Légion, renforcée par une compagnie du 22e bataillon de marche nord-africain et par des groupes de FFI (Forces françaises de l’intérieur) locaux.

Les Allemands pris dans un piège à rats

À 9 heures, les Allemands débouchaient, à hauteur du Bois Saint-Jean, à l’entrée de cette magnifique avenue bordée d’arbres à l’époque, qui conduisait à l’entrée de la ville, au carrefour de la Folie (aujourd’hui carrefour de la Légion). Le camouflage illusoire qu’offrait cette allée feuillue se transforma très vite en un couloir mortel pour l’ennemi. De Sairigné, le légionnaire commandant le barrage français, laissait s’avancer les Allemands et déclenchait le feu de ses pièces antichars, de ses mortiers et des mitrailleuses postés de la Folie aux berges de l’Arroux.

Les chars du général Demetz, ramenés de Lucenay, et les canons de 155 mis en batterie aux Renaudiots n’allaient pas tarder à intervenir. Enfin, toutes les troupes du Corps franc Pommiès (CFP) harcelaient les flancs et l’arrière-garde de Bauer. Le Kampfgruppe était pris dans un véritable piège à rats.

Les Allemands finissent par capituler

Vers 13 heures, des tanks Destroyers du 2e Dragons rejoignent les troupes engagées. L’artillerie française entre aussi en action et le carnage passe à un niveau encore supérieur. Au milieu de ses morts, l’arrogant colonel Bauer finissait par capituler et décidait de se rendre pour faire cesser le massacre. Le feu cessait aussitôt partout. C’était la capitulation sans condition de 3 500 hommes, d’une troupe qui laissait sur le terrain environ 200 morts et 500 blessés. En ce dimanche, la victoire était totale et d’autant plus importante que, sur la Loire, apprenant la rupture de son unique route de retraite à Autun, capitulait à son tour la Division Elster.

On enterre les morts, la guerre n’est pas finie

Des milliers de prisonniers allemands, défilant dans les rues d’Autun, lavaient la honte de 1940. Sur le terrain, la vision était effroyable. À plusieurs kilomètres, on ne voyait qu’un éparpillement de matériel, de cadavres, d’armes, de chevaux morts.

Côté français, on déplorait une centaine de civils tués. Mais la guerre se poursuivait et dans beaucoup de foyers, l’angoisse étouffait les joies de la libération. À Autun, les forces alliées Dragoon et Overlord faisaient leur jonction. Les jours suivants furent des jours de deuil au cours desquels on enterra nos morts et ceux de l’ennemi…

Membre de la Sabretache (Société française d’histoire militaire), membre du Souvenir napoléonien, auteur d’ Ombres et Lumières de l’Occupation et la libération d’Autun.

Le Journal de Saône-et-Loire tient à remercier chaleureusement Michel Villard d’avoir mis gracieusement à sa disposition les nombreux textes et photos collectées (certaines n’étaient jamais parues) dans le cadre du 70e anniversaire de la libération d’Autun.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui549
mod_vvisit_counterHier4990
mod_vvisit_counterCette semaine549
mod_vvisit_counterSemaine dernière61251
mod_vvisit_counterCe mois103376
mod_vvisit_counterMois dernier181281
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910095398

Qui est en ligne ?

Nous avons 1348 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13626
Affiche le nombre de clics des articles : 21327469
You are here PRESSE XXI° 2014 Autun enfin libérée