AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Un légionnaire énergique

Envoyer

Publié le 06/08/2013

Francisco Benitez Alexandre Durand  /  AFP/Archives

À cinquante ans, ce sous-officier était l’un des piliers de l’équipe de recrutement de la Légion Étrangère à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Il avait rejoint avec enthousiasme cette nouvelle affectation en juin 2010 après avoir été légionnaire à Mayotte, à Nîmes, pendant pratiquement dix ans et sur le plateau d’Albion.

Ceux qui l’ont côtoyé décrivent un homme serviable et souriant, un homme solide et énergique apprécié dans ses différentes affectations et qui avait reçu la médaille militaire en 2006. Dans le quartier du Moyen-Vernet de Perpignan, où il vivait en famille depuis une dizaine de mois, c’est un autre portrait que les jeunes dressent de cet adjudant-chef qui portait fièrement l’uniforme. «Le militaire ? Il n’était vraiment pas commode. Quand on garait notre voiture devant son garage, il sortait. Il ne rigolait pas vraiment», explique un voisin du quartier pour dire, avec ses mots à lui le choc de société que l’on peut imaginer entre un militaire de carrière à cheval sur les principes et des jeunes qui empruntent constamment en sens interdit la rue Jean Richepin où les Benitez vivaient depuis une dizaine de mois, sans s’être liés particulièrement avec le voisinage.

Les occupants du deuxième étage ont appris la nouvelle de son suicide hier à la mi-journée. Abasourdis, ils n’ont livré aucun commentaire comme ils le font depuis leur retour de vacances. À l’évidence, la relation de cage d’escalier était cordiale.

«Une famille normale»

Eux n’ont jamais relevé le moindre événement particulier dans ce couple à la dérive qui promettait de se séparer à la rentrée de septembre, par consentement mutuel, alors qu’à ce jour aucune procédure de divorce n’était encore engagée auprès du tribunal. «Nous n’avons relevé aucun fait de violences sur Mme Benitez du fait de son mari, ces dernières semaines et même ces derniers mois. Mais il est clair que le couple battait de l’aile» indique Luc André Lenormand, vice-procureur de la République de

Perpignan. Dans son enregistrement vidéo, Francisco Benitez, homme discret, souvent silencieux mais charmeur a beaucoup insisté sur le battage autour de la disparition de sa femme et de sa fille et surtout sur les commentaires des internautes à réaction aux différents articles.

« Le plus dur pour nous a été de lire des choses que les gens ont commenté sans savoir que c’était notre vie privée… Nous sommes une famille normale avec un père, une mère et des enfants. Ce n’est pas une histoire de légionnaire. C’est une histoire de cœur»

La Dépêche du Midi

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui6990
mod_vvisit_counterHier9763
mod_vvisit_counterCette semaine16753
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois140258
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098340991

Qui est en ligne ?

Nous avons 2105 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18064061
You are here PRESSE XXI° 2013 Un légionnaire énergique