AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lavelanet. 60 képis blancs au pied du «pog» à Montségur

Envoyer

Publié le 31/08/2013

Soixante engagés volontaires dans la légion étrangère à Castelnaudary ont reçu le képi blanc au pied du «pog»./Photo DDM.

Sous le regard de touristes visiblement surpris, au pied du «pog», sur quatre rangs, soixante engagés volontaires dans la légion étrangère sont dans un garde-à-vous impeccable. Dans quelques instants, ils vont vivre un moment essentiel dans la vie d’un légionnaire. Ils vont recevoir le képi blanc, signe d’un premier mois de service dans le régiment de légion étrangère de Castelnaudary. Plus que cela, à partir de cet instant, ils vont devenir des légionnaires. L’instant est émouvant. Dans leur dos, haut perchée, la citadelle cathare domine cette cérémonie symbolique et solennelle. «Vous avez pris une décision courageuse et admirable, la plupart d’entre vous avez tout remis en jeu. Aujourd’hui, après cette marche au cours de laquelle je vous ai vus souffrir, serrer les dents, mais toujours motivés, vous méritez votre képi blanc. Mais rien n’est terminé, au contraire tout commence, et le plus difficile, ce sera chaque jour de mériter ce képi blanc et véhiculer les valeurs de la légion étrangère.» Les mots de l’officier résonnent jusqu’en haut de la «citadelle du vertige», ceux, d’une seule voix, des soixante légionnaires tout autant lorsqu’ils promettent de servir leur nouvelle patrie avec honneur et fidélité. Le colonel Marc Lobel, commandant le 4e régiment étranger d’infanterie, à Castelnaudary, félicite le groupe pour cette première phase réussie. «Maintenant, ces légionnaires vont avoir trois mois d’instruction et de formation, règles militaires, code d’honneur du légionnaire. Suivra l’apprentissage de la partie technique du soldat, la spécialisation, comment utiliser une arme…», explique le colonel. Michel François, le maire de Montségur, a vécu cette cérémonie avec toute la sensibilité qui le lie à la légion étrangère. «Ma carrière militaire, longue de trente-huit ans de service, m’a donné l’occasion de vous côtoyer à différentes reprises et en divers endroits du globe, Corse, le 5e RCI dans le Pacifique, le 3e REI en Guyane… Vous qui venez de nombreux pays, vous avez choisi de servir la France avec honneur et fidélité dans la légion étrangère. Devenus fils de France, soyez persuadés que votre nouveau pays d’accueil et votre nouvelle patrie qu’est la légion ne vous décevront pas.»

Michel François remettra la médaille de Montségur au colonel Lobel, alors qu’André Czesky, archéologue, concluait la cérémonie par un bref mais complet résumé de l’histoire de Montségur.

La Dépêche du Midi

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3361
mod_vvisit_counterHier9339
mod_vvisit_counterCette semaine3361
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois126866
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098327599

Qui est en ligne ?

Nous avons 1776 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18044820
You are here PRESSE XXI° 2013 Lavelanet. 60 képis blancs au pied du «pog» à Montségur