AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La légion étrangère investit le château de Montségur

Envoyer

Laurence Cabrol | 27/08/2013

Le drapeau vert et rouge de la Légion étrangère flottait ce mardi en haut des remparts du Château de Montségur. Et les soixante jeunes engagés volontaires de la 3e Compagnie du 4e Régiment étranger de Castelnaudary se souviendront certainement toute leur vie de la cérémonie de remise du képi blanc qui a eu lieu au pied de cette emblématique forteresse cathare.

Accueillis la veille par Michel François, maire du village ancien militaire de carrière, au terme d’une marche «rustique» de 50km reliant la ferme de Raissac près de Plaigne où ces jeunes engagés ont suivis leur première formation, à Mirepoix puis Montségur, ils ont passé la nuit au camping municipal avant d’investir la prairie menant au Prat des Cramats

Trente engagés volontaires, originaires d’une dizaine de pays, qui au terme d’un permier mois d’apprentissage coiffent l’insigne de la légion étrangère, le fameux képi blanc et rentrent officiellement dans les rangs de l’Armée Française.

«Nous leur apprenons pendant ces quatre semaines les fondamentaux, c’est leur premier apprentissage de la vie en collectivité et le fondement de leur vie militaire», indique le capitaine Frédéric Lavignasse, commandant la 3e Compagnie d’engagés volontaires du 4e Régiment Etranger de Castelnaudary.

«C’est une section un peu particulière nous n’avons que deux francophones. A l’issue de cette formation initiale, il y a cette marche de 50km puis une récompense, la remise du képi blanc, symbole de la Légion étrangère. Ensuite suivront trois mois d’instruction avant qu’ils ne soient ventilés dans des régiments opérationnels»

Stationné à Castelnaudary (Aude) depuis 1976, date de son arrivée de Corté en Corse, ce régiment a été créé à Marrakech au Maroc, le 15 novembre 1920. En souvenir de cette époque, il a gardé sur son insigne la Koutoubia de Marrakech et les monts Atlas.

Aujourd’hui régiment école, il accueille après sélection (les tests sont effectués à la maison mère d’Aubagne dans les bouches du Rhône) les engagés volontaires qui suivent un cycle de 17 semaines au sein de l’une des CEV (compagnie d’engagés volontaires).

Il s’agit notamment pour les étrangers d’apprendre le français par le biais de la méthode «képi blanc», une méthode «très démonstrative» qui a fait ses preuves, permettant en quatre mois de comprendre les ordres et de tenir une conversation simple avec 500 mots de vocabulaire.

«Ces jeunes sont souvent à la recherche de repères stables, la Légion leur donne un cadre bien précis, symbolisé par le code d’honneur du légionnaire, un véritable guide de bonne conduite, il l’apprend par cœur, ce sont des valeurs et des repères indispensables et la remise du képi est un moment dont ils gardent souvenir toute leur vie» précise le capitaine Lavignasse.

La remise du képi est hautement symbolique pour les légionnaires

C’est sous le fameux «Legio patria nostra» puis la récitation du code d’honneur qui rappelle entre autre les vertus de la légion et du légionnaire (solidarité, respect de la Patrie librement choisie, servie avec honneur et fidélité) qu’a lieu la prise de d’arme.

Selon le chef de corps, le colonel Marc Lobel: «cette cérémonie permet aussi de garder le contact avec la population civile et de renforcer les liens entre l’armée et la Nation. Elle prend ici un caractère particulier au regard de l’histoire»

Le régiment de Castelnaudary a pour habitude de venir à Montségur: dans le cadre d’exercices ou comme en 2010 pour une remise de képis blancs. «Nous leur faisons découvrir à travers les châteaux cathares, l’histoire de notre pays»

Au moment des discours et de la remise des cadeaux (un fanion du Régiment au Maire et une médaille d’honneur de Montségur pour le colonel), celui-ci a remercié la commune pour la logistique et s’adressant aux jeunes engagés: «le képi blanc vient de vous faire accéder dans la grande famille de la légion étrangère, il vous oblige désormais à suivre son code d’honneur»

En s’engageant pour un premier contrat de cinq ans, ces jeunes ont choisis une formation combattante poussée.

Après ces quatre premiers mois de formation, ils rejoindront leurs corps d’affectation (ventilés dans les 8 régiments de la légion étrangère en France et en Outre mer) pour y suivre éventuellement une formation plus spécialisée (infirmier, cuisinier, transmissions, informaticien, mécanicien, moniteur de sport, secrétaire) à la CIS (compagnie d’instruction des spécialistes)

Ils pourront ensuite effectuer une FEG (formation générale élémentaire) afin de gagner du galon, une FG1 (formation générale de 1er degré) leur ouvrira ensuite une carrière de sous-officier.

Actuellement on retrouve des légionnaires du 4e RE de Castelnaudary en projection en Guyane, en Côte d’Ivoire et sur les terrains d'opérations.


 

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1796
mod_vvisit_counterHier8487
mod_vvisit_counterCette semaine28506
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois152011
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098352744

Qui est en ligne ?

Nous avons 2028 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18081592
You are here PRESSE XXI° 2013 La légion étrangère investit le château de Montségur