AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Gaillac. Un officier et une nouvelle chevalière

Envoyer

Publié le 16/07/2013

Joseph Andres, 97 ans, a reçu l'insigne d'officier de la Légion d'Honneur, pour l'ensemble de sa carrière dans la gendarmerie et ses faits de guerre.

Joseph Andres a écouté sans faillir son petit-fils, militaire comme lui, retracer sa carrière. Puis est venu le moment de la remise de l’insigne d’officier de la Légion d’Honneur. Les gendarmes, qui assuraient un piquet impeccable, ont rectifié la position, les porteurs se sont avancés, avec la rosette sur le coussin. «Au nom du président de la république, et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés...». Joseph Andres, 97 ans, gendarme plusieurs fois cité à l’ordre de la brigade, de la division et de la nation, un des rares à pouvoir arborer la «sardine verte» de la Légion étrangère, a reçu l’hommage et l’accolade de ses pairs, puis celui des gendarmes, des anciens combattants et du public qui l’ont applaudi longuement. Marc Yobregat, son neveu, arborait le béret rouge et la cravate des parachutistes. Il avait les yeux embués devant l’hommage rendu à «tonton» qu’il a étreint affectueusement au terme de la cérémonie. Celle-ci, organisée par Gilbert Gineste, président de l’Union des Anciens Combattants, associait toutes les organisations et leurs drapeaux, ainsi que les élus (Marie-Claude Dreuilhe et Roland Cayre qui a déposé la gerbe municipale aux côtés de Michèle Rieux). L’HOMMAGE RÉPUBLICAIN: Sans oublier les pétanqueurs de Saint Sulpice et de Gaillac, conduits par Jean Van Puymbroecke, leur président, venus en amis. Car Joseph Andres est un redoutable pointeur et pas maladroit au tir. Michèle Rieux a congratulé l’adjudant-chef avec beaucoup de chaleur et d’émotion. Elle vient de le rejoindre dans l’ordre de la Légion d’Honneur. La ministre des collectivités locales, Marlyse Lebranchu, l’a appelée personnellement vendredi à 16h 30 pour l’informer qu’elle serait promue sur la liste du 14 juillet. Michèle Rieux a accueilli la nouvelle avec sa réserve habituelle, sans plastronner. «C’est une joie intérieure. J’ai de suite pensé à mon père et à maman, qui avaient l’un et l’autre un amour profond de la République. Et, à ce moment, c’est vrai, j’étais très émue».

La Dépêche du Midi

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7095
mod_vvisit_counterHier9763
mod_vvisit_counterCette semaine16858
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois140363
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098341096

Qui est en ligne ?

Nous avons 2082 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18064188
You are here PRESSE XXI° 2013 Gaillac. Un officier et une nouvelle chevalière